Actu Chômage

samedi
4 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique On n’oubliera pas ! Nous n’oublierons jamais !

On n’oubliera pas ! Nous n’oublierons jamais !

Envoyer Imprimer

Manifeste pour le Jour d’Après.

altLa crise sanitaire que nous subissons révèle tous les dysfonctionnements que les plus perspicaces d’entre nous dénoncent depuis des années.

Il y a quelques mois encore, nous étions des centaines de milliers à nous mobiliser et à défiler contre la réforme des retraites, contre la casse de l’hôpital, contre les violences policières, contre l’oligarchie mondialiste et ses nervis, les médias dominants, contre la toute-puissance de la finance, contre la privatisation d’Aéroports de Paris…

Et aussi pour plus d’égalité, pour le RIC (référendum d’initiative citoyenne), pour la défense des services publics, pour plus de justice sociale et plus de démocratie…

Nous avions raison car nous sommes la voix du bon sens, la voix du Peuple. Mais nous n’avons pas été entendus.

Nous avons été matraqués, malmenés, éborgnés, amputés, gazés, censurés, poursuivis et condamnés. Seize mois de mobilisations, de manifestations, de grèves d’ampleur inconnue jusque-là (à la SNCF, à la RATP) n’ont abouti à rien d’autre que notre défaite collective. Le pouvoir en est sorti grandi, du moins le pensait-il. Ce n’est qu’un colosse aux pieds d’argile.

Il a augmenté la solde de ses gendarmes et policiers, mais pas le salaire du personnel hospitalier.

Il a équipé ses forces de l’ordre des derniers matériels pour nous réprimer plus encore, aux dépens d’autres corps qui souffrent de pénuries d’équipements.

Il nous a enfumés avec son Grand Débat qui n’a abouti à rien de concret alors que des centaines de milliers de Citoyennes et Citoyens y ont contribué de leurs propositions.

Il a profité de l’émergence d’une pandémie pour passer en force une réforme des retraites rejetée par une majorité de Françaises et Français.

Tout cela, nous ne l’oublierons pas ! Et moins encore ce qui suit…

On n'oubliera pas les mensonges d’Agnès Buzyn (alors ministre de la Santé), de Jérôme Salomon (Directeur général de la Santé), d’Olivier Véran (ministre de la Santé), de Sibeth Ndiaye (porte-parole du gouvernement), d’Édouard Philippe (Premier ministre) et du Président de la République.

On n'oubliera pas notre impréparation à une crise sanitaire que l’on a vu émerger en Chine, se répandre en Asie, avant de s’attaquer à l’Italie. On nous a promis que la France était prête à endiguer l’épidémie, que nous disposions de stocks de matériels de première nécessité (masques, blouses, visières, gels…). C’était FAUX !

On n'oubliera pas que nos soignants ont affronté le virus sans matériels de protection. Nombreuses et nombreux ont été contaminés. Plusieurs en sont morts.

On n'oubliera pas que Sibeth Ndiaye, Jérôme Salomon, Agnès Buzyn, Olivier Véran, Édouard Philippe, les députés de la majorité présidentielle, et les éditorialistes aux ordres du pouvoir, nous ont assuré que les masques ne servaient à rien, que les tests étaient inutiles, parce que nous n’en avions tout simplement pas.

On n’oubliera pas que les mesures élémentaires de protection n’ont probablement pas été respectées lors du rapatriement en France de nos ressortissants confinés en Chine, opéré par des militaires. Cette coupable légèreté est probablement à l’origine du premier cluster (foyer épidémique) d’Île-de-France, dans l’Oise.

On n'oubliera pas que des centaines de milliers de personnes âgées ont été confinées dans leurs maisons de retraite (1), assistées par du personnel qui n’a jamais été testé et ne disposait d’aucune protection. C’est CRIMINEL !

On n’oubliera pas que les autorités de Santé, en la personne de Jérôme Salomon, fournissent depuis l’émergence de la pandémie des chiffres approximatifs. Pendant deux semaines, seul a été communiqué le nombre de décès dans les hôpitaux. Puis, enfin, les décès survenus dans les Ehpad. Aujourd’hui, les victimes ayant succombé au virus à leur domicile ne sont pas comptabilisées (car elles ne sont pas testées, contrairement à ce qui est fait en Italie). Nous n’oublierons pas que nous détenons peut-être le record d’Europe du nombre de décès dus au Covid-19. 

On n’oubliera pas que la France a été le dernier pays d’Europe à contrôler les arrivées en provenance des zones à risque (notamment de Chine), contraignant l’Allemagne à renforcer ses contrôles aux frontières d'un Hexagone jugé peu fiable.

On n’oubliera pas que c’est la France d’en-bas, celle des caissières, des chauffeurs routiers, des éboueurs, des pompiers, des aides-soignantes, des infirmières, des agriculteurs… qui tient à bout de bras la survie économique et alimentaire du pays.

On n'oubliera pas que les nantis, les riches, les Bobos, souvent électeurs de Macron, ont fui les grandes métropoles pour se confiner dans leurs résidences secondaires à la campagne, à la mer et à la montagne.

On n'oubliera pas que la stricte observance du confinement est imposée aux classes moyennes et populaires, pas aux privilégiés qui ont fui comme des lâches.

On n'oubliera pas qu’une caissière, qu’un routier, qu’un éboueur, tous peu ou mal payés, ont plus d’utilité sociale que la plupart des cadres et professions libérales surpayés. Ces mêmes qui ont fui !

On n'oubliera pas que l'Union Européenne, si prompte à nous contraindre par ses directives, a été totalement pulvérisée par l’émergence d’une crise prévisible qui s’est déclarée fin 2019 à l’autre bout du monde. L’Union Européenne se révèle telle qu’elle est : Faible avec les puissants et impuissante pour sauver les faibles face aux enjeux majeurs et aux crises d’ampleur.

On n'oubliera pas que l’Europe est, comme par hasard, la zone qui paie le plus lourd tribut à la pandémie : 20.000 morts en Italie, 17.000 en Espagne, 14.000 en France, 12.000 au Royaume-Uni… (au 13 avril 2020), démontrant si nécessaire notre impuissance collective à nous protéger quand d’autres (la Corée du Sud, le Japon, Taïwan, le Vietnam…) ont su endiguer la pandémie.

On n'oubliera pas le maintien du premier tour des élections municipales qui n’avait aucun sens politique au vu du contexte sanitaire qui risquait d’accélérer l’infection généralisée de la population.

On n'oubliera pas que nos dirigeants n’ont pas su prendre la seule mesure indispensable : Mobiliser les Françaises et les Français à la confection de masques, premier rempart à la propagation d’un virus mortel. L’épidémie n’aurait sans doute pas été déjouée mais elle aurait été probablement ralentie dans sa dispersion.

On n’oubliera pas que pour reconstruire le Monde d’Après, il faut impérativement se débarrasser des hommes (et femmes) qui dirigent le monde actuel.

On n’oubliera pas cela, en mémoire de toutes celles et tous ceux qui sont tombés, parfois abandonnés à leur sort dans leurs chambres, seuls, sans soins et sans famille.

On n’oubliera pas cela, en mémoire de tous les sacrifices consentis par nos soignants, nos pompiers, nos ambulanciers, et tous ceux qui, héros ou anonymes, sont sur le front.

On n’oubliera pas ! Nous n'oublierons jamais !

© Manifeste pour le Jour d'Après - Contribution d'APNÉE/Actuchomage  

(1) 800.000 lits dans les Ehpad et les établissements privés.

alt

Mis à jour ( Mardi, 14 Avril 2020 11:23 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2020-06-18 19:59 Et la version vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Sf5J6a0L6HE&t=18s

Ou www.youtube.com/watch?v=Sf5J6a0L6HE&t=18s
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Économie, chômage, emploi : Comment appréhendez-vous ces 12 premiers mois ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...