Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Retraite : le bourrage de crâne du Cercle des épargnants

Retraite : le bourrage de crâne du Cercle des épargnants

Envoyer Imprimer
Il paraît que 60% des Français se seraient résignés au report de l'âge légal à 65 ans. Notre ami Slovar lève l'imposture.

Une étude réalisée par le Cercle des Épargnants et reprise par de nombreux médias affirme qu'une majorité de Français, de droite comme de gauche, se disent "inquiets" pour leur retraite et jugent "nécessaire" un report de l'âge légal de départ à 65 ans. Sauf que le Cercle des Épargnants est un promoteur de l'épargne retraite par capitalisation et ami… des bancassureurs.

Que dit cette étude ?

Extraits : «En 2013, plus des deux tiers des Français se déclarent inquiets en matière de retraite (67%), soit le plus haut niveau enregistré depuis 2006. La proportion des "très inquiets" progresse de 8 points en un an. […] De ce fait, il n’est pas illogique que les sondés placent parmi les priorités le financement de la retraite (56%) devant l’assurance-maladie (43%) et l’aide au logement (26%). […] Si le report à 65 ans n’est pas réellement souhaité, il s’impose, en revanche, dans les esprits. 60% des Français le considèrent comme nécessaire contre 37% qui ne le jugent pas nécessaire.»

Qui est le Cercle des Épargnants ? écrivions-nous le 18 mai 2010...

«L'association est domiciliée 11, boulevard Haussmann 75009 Paris, au beau milieu du "quartier des assureurs". Le Cercle des Épargnants, issu de l’Association Générale pour l’Assurance et la Prévoyance (AGAP) créée en 1950, est présidé par Jean-Pierre Gaillard, journaliste économique à LCI et à France Info. Le Cercle des Épargnants supervise plus de 210 contrats de groupe (essentiellement des contrats Madelin) et cinq plans d’épargne retraite populaire (PERP). A ce titre, comme le Groupement d’Épargne Retraite Populaire, le Cercle des Épargants est enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles qui assure des fonctions de contrôle et d’information auprès de tous ses adhérents, peut-on lire sur leur site.

Jean-Pierre Gaillard ? Mais si, vous savez, celui que Libération décrivait comme celui qui "scande comme un métronome les cotations, sur les ondes et les écrans" son célèbre "En direct de la Bourse de Paris", et qui eut un temps sa marionnette au Guignols de l'Info de Canal+.

Il est à noter que le site du Cercle des Épargnants est également accessible par l'adresse "alias" www.agirpourmaretraite.com dont il est propriétaire du nom de domaine. Et que "Agir pour ma retraite" est également le nom d'une "Lettre" et d'un blog édités par Philippe Crevel, le Secrétaire général du même Cercle des Épargnants. Il est d'ailleurs amusant de noter que Philippe Crevel, sur son site, indique habiter au 7, boulevard Haussmann 75009 PARIS. Adresse qui correspond à celle de la compagnie d'assurances GENERALI "dont le siège social est situé au 7/9 Bld Haussmann 75009 Paris", comme l'indiquent les mentions légales de leur site.»

Il ne vous étonnera donc pas que le Cercle des Épargnants porte le logo de GENERALI et distribue certains de ses contrats. Tout comme il ne vous étonnera pas d'apprendre que GENERALI — ainsi que de nombreux assureurs ou institutions de prévoyance qui commercialisent des contrats de capitalisation retraite — sont sponsors du Medef.

En clair, cette étude ne fait que promouvoir l'idée que Laurence Parisot avait lancée en… mai 2010 et qui préconisait de «rendre très incitatif, voire obligatoire une part de capitalisation dans la retraite des salariés français». Ajoutons à cela que notre amie Laurence fait des pieds et des mains pour que le gouvernement reporte une nouvelle fois l'âge de départ de la retraite, souhaitant toujours arriver à terme à 67 ans au fait que, comme elle l'expliquait, «quand on aura 67 ans en 2030, on sera dans un état de santé, un état physique comparable à 62 ans aujourd’hui».

Sans oublier bien entendu que la Présidente du Medef est membre du conseil d'administration de BNP Paribas, l'un des plus grands bancassureurs français.

Foutage de gueule, direz-vous ?

Non, il s'agit d'une opération parfaitement concertée destinée à imposer par l'angoisse (et un jour par la loi) l'obligation pour tous les Français de souscrire un contrat retraite par capitalisation.

Car il faut savoir que, justement, les négociations sur les retraites auront lieu au printemps 2013 et qu'il ne fait nul doute que les négociateurs du Medef utiliseront l'étude du Cercle des Épargnants lors des ces négociations !

Alors, imaginez qu'on décide de reporter une fois de plus l'âge de la retraite et qu'on décide, comme le préconise le COR, d'une remise en cause du principe des «25 meilleures années» pour le calcul de celle-ci. Nombreux seront les salariés tentés par un contrat de capitalisation destiné à compléter une retraite dont le montant deviendra encore un peu plus hypothétique.

Dans ce cas, à terme, un énorme jackpot à se répartir entre les banques et les compagnies d'assurance sans aucune garantie de retour pour des épargnants qui confieront leur argent pour des durées supérieures à 40 ans !

Quand on vous disait qu'il s'agissait d'une opération parfaitement concertée...

(Source : SLOVAR)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...