Actu Chômage

jeudi
3 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Pour sortir de la crise, l’Europe institutionnalise la décroissance

Pour sortir de la crise, l’Europe institutionnalise la décroissance

Envoyer Imprimer
Rigueur budgétaire + Gel des salaires + Augmentation des impôts = ? Par cette équation, les gouvernements européens espèrent sortir de "la crise". Mais le résultat est déjà connu : C'est une "décroissance institutionnalisée".

«Nous devons apprendre à faire mieux avec moins» martelait Nicolas Hulot en introduction de son "Pacte écologique" publié à la veille des élections présidentielles de 2007.

Mais c’est le "Travailler plus pour gagner plus" (sous-entendu produire plus et consommer plus) de Nicolas Sarkozy qui l’a emporté.

Un an plus tard, dès 2008, la crise financière puis économique a mis un coup d’arrêt aux prétentions populistes d’un slogan qui n’a pas résisté à la dure réalité.

Par l’effet conjugué d’une concurrence acharnée avec les pays émergents et d’une amplification des délocalisations vers ces mêmes pays, les Européens dans leur ensemble travaillent moins et, en conséquence, gagnent moins.

En France, le chômage officiel (la catégorie A) s’est accru de 600.000 demandeurs d’emploi en 18 mois. Et les inscriptions à Pôle Emploi (toutes catégories confondues) ont augmenté d’un million de personnes.

Aujourd’hui, 4,5 millions de travailleurs au chômage ou en grande précarité professionnelle (près de 20% de la population active) disposent d’une capacité d’achat réduite — parfois à l’essentiel — et ne cotisent plus directement aux comptes sociaux : Assurance-maladie, Assurance-chômage, retraites...

La spirale infernale du surendettement s'en trouve démultipliée en France, et ailleurs aussi : en Grèce, en Espagne, en Grande-Bretagne… Quasiment partout en Europe.

Car la conséquence logique de la récession de 2009 est le creusement des déficits publics qu’on avait, un temps, occulté.

Il nous est revenu comme un boomerang, au moment où les analystes nous promettaient la reprise économique.

Depuis quelques mois, dans le sillage du gouvernement grec, tous les dirigeants européens adoptent des politiques de "rigueur" qui, partout, se traduisent par un gel des salaires (voire une baisse), une augmentation des impôts et des taxes, le non-renouvellement des fonctionnaires… et, accessoirement, un recul de l’âge de départ à la retraite (qui ne changera rien).

En d’autres termes, l’Europe institutionnalise une "décroissance" dont nos gouvernants n’osent pas prononcer le nom, comme ils se sont refusés longtemps à accepter celui de "rigueur".

Même si les prévisionnistes, dont on connaît la "pertinence" des projections, envisagent encore un taux de croissance du PIB de l’ordre de 1,4% pour la France, il ne suffira pas à enrayer la spirale décroissante.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Avec des salaires bloqués, de nouveaux impôts, de nouvelles taxes, le non-renouvellement d’un fonctionnaire sur deux, un chômage qui augmente (+50.000 demandeurs d’emploi en mai en France), des délocalisations qui se poursuivent et des dettes abyssales à rembourser, comment peut-on envisager un seul instant un retournement de tendance ? Du moins, à brève échéance.

IMPOSSIBLE !

Les dirigeants européens seraient donc bien inspirés de dire enfin la vérité à leurs concitoyens, pour les préparer à une échéance inéluctable et ainsi désamorcer l’embrasement social qui ne manquera pas d’accompagner une désillusion générale.

Nous n’allons pas faire mieux avec PLUS !

Nous devons, effectivement, apprendre à faire mieux avec MOINS.

C’est une véritable révolution qui s’annonce en Europe, quand d’autres continents vivent leur mutation industrielle et leur développement économique à grande échelle.

Ce constat cache-t-il l’acceptation du déclin ?

Certainement pas !

Nous ne devons accepter qu'une chose : la réalité.

Nous sommes 7 milliards d’êtres humains sur Terre (et probablement 9 milliards d’ici 25 ans).

Nous devons accepter le partage équitable de richesses aujourd’hui contingentées et qui seront de plus en plus limitées — matières premières, énergies fossiles, eau, ressources halieutiques… — entre un nombre croissant d’individus qui, tous, aspirent à vivre dignement.

Pendant des siècles, l’Europe a dominé le monde. Pas uniquement à visées économiques. Mais aussi dans les domaines scientifiques et culturels.

Il revient à l’Europe, aujourd’hui, de tracer la voie d’un développement plus raisonnable, plus respectueux de l’environnement et, surtout, de l’Être humain.

C’est cette voie que nous empruntons aujourd’hui, contraints et forcés.

Nous devons pourtant l’assumer, la revendiquer même. Faute de quoi, l’Europe s’effondrera face à cette concurrence exacerbée qu’elle a elle-même créée et nourrie au sein d’un capitalisme qui a muté depuis en ultralibéralisme.

Si le "partage" ne devient pas la valeur refondatrice de l'Europe, elle ne survivra pas au système qu’elle a elle-même engendré et imposé au monde.

Yves Barraud

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 29 Septembre 2010 16:57 )  

Commentaires 

 
0 # superuser 2010-06-30 00:25 Pour l'instant l'Europe (enfin, sa "gouvernance"…) ne prend absolument pas le chemin du partage équitable des richesses et ne trace aucune voie vers la raison, bien au contraire. Elle fait la danse du ventre devant les marchés et continue à se plier au système mortifère qu'elle a édifié.

Nous assistons à une nouvelle "thatcherisation " de l'économie et de la société. La décroissance, c'est pour nous, par pour ceux qui nous dirigent et qui comptent bien continuer à profiter de notre décroissance forcée pour s'enrichir jusqu'à la lie.

"L'argent des pauvres va aux riches, et l'argent des riches reste aux riches".

Ils sont en train de scier la branche, et ça va mal finir.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2010-06-30 20:49 Tout à fait exact !

Sauf, qu'une fois de plus, la réalité va rattraper nos dirigeants qui se refusent à l'anticiper.

La "rigueur" et même "l'austérité" supportées par les "Européens moyens" et les "plus pauvres" (chômeurs et précaires) ne changeront pas la donne économique globale.

Nous allons vers un "appauvrissement " d'une majorité qui conduira, indubitablement , à une explosion sociale à un moment ou un autre.

Quelques soubresauts se sont déjà manifestés en Grèce, au printemps.

Ils se renouvelleront, en Grèce ou ailleurs (peut-être en France), face à l'absence de résultats.

Car, même si ces politiques de "rigueur" (que j'assimile à de la décroissance) devaient porter leurs fruits, ce sera dans plusieurs années (échéance à laquelle je ne crois même pas).

Et d'ici là, de l'eau va passer sous les ponts.

L'Europe va continuer à s'enliser.

Les économistes constatent que la "reprise" bat de l'aile (pas seulement en Europe. Aux USA et même en Chine).

Une étincelle pourrait mettre le feu aux poudrières. Elles sont nombreuses.

D'autant que nous ne sommes pas à l'abri d'un nouveau cataclysme financier, vu que rien n'a été réglé après celui que nous avons connu dernièrement.

Je ne me réjouis en rien de cette projection.

Il s'avère que, depuis 6 ans, nous décryptons ici des signes avant-coureurs qui, quelques mois plus tard se confirment.

Non pas que nous soyons de "grands prévisionnistes ". Mais nous sommes à l'affût de la moindre mesure, du moindre indice, qui fixera les échéances.

Nous évoquons l'emploi des "Seniors" depuis 2004 (donc celui du financement des retraites).

Nous évoquons l'accélération des délocalisations (donc la destruction massive des emplois de l'industrie).

Nous décryptons les chiffres du chômage, de la précarité, du "pouvoir d'achat", des inégalités…

Nos correspondants (notamment en Allemagne) nous alertent sur les dispositions prises de l'autre côté du Rhin.

Pour faire simple…

Bref, nous sommes particulièremen t bien informés par les sources officielles, les grands médias mais aussi, SURTOUT, par les réseaux militants et alternatifs.

Cette compilation d'informations nous permet de tirer des analyses qui, à ma connaissance, et sur aucun sujet, n'ont été contredites.

Nous sommes - malheureusement - dans le vrai.

Car Chômage et Précarité sont au cœur des enjeux d'aujourd'hui et de demain.

Si ce n'était pas le cas, nous aurions disparu de la circulation depuis belle lurette.

Malgré un contexte tendu (notamment financier), nous sommes là et bien là.

Nous le serons plus encore quand - d'une manière ou d'une autre - les abcès se perceront.

Car, la désillusion des Français est grande.

Pour le moment, elle est diffuse, dispersée, peu visible.

Mais il ne faut pas grand-chose pour qu’elle éclate.

Et MERCI ENCORE pour ton travail : Sophie/SuperUser.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Avez-vous vu Hold-Up, le doc "complotiste" ? =;o)
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...