Actu Chômage

mercredi
29 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Social, économie et politique La fumisterie du million d’emplois promis par le Medef

La fumisterie du million d’emplois promis par le Medef

Envoyer Imprimer

L’offre est alléchante. En échange de nouvelles exonérations et autres petites gâteries accordées aux patrons, le Medef promet de créer 1 million d’emplois nets en 5 ans. Le pactole !


Pour inciter les entreprises françaises à créer 1 million d’emplois nets, le gouvernement social-démocrate devra consentir quelques efforts. En matière de cadeaux au patronat, il n’en est plus à ça près, nous direz-vous. Les recettes pour remporter le jackpot sont prévisibles : Baisse des charges (qui dans la terminologie du Medef signifie cotisations sociales), simplifications administratives, flexibilité, le tout adossé à quelques dizaines de milliards d’économies budgétaires. Une paille !

Pour un million d’emplois nets, le jeu en vaut vraiment la chandelle, même si le perfide Bayrou se plaît à rappeler que 3,3 millions de chômeurs de catégorie A, moins un million d’emplois créés = 2,3 millions de demandeurs restants. La logique arithmétique est implacable !

D’autant qu’un million d’emplois créés à l'horizon 2019/2020 ne font que 200.000 créations par an, ce qui correspond pile-poil au nombre des nouveaux inscrits à Pôle Emploi en 2013 dans la seule catégorie A (même constat en 2012).

Ah non, mille excuses ! Notre calcul est approximatif. L’engagement du Medef porte sur la création de 200.000 emplois NETS par an. Autrement dit, dans la conjoncture actuelle, il lui faudra en créer deux fois plus pour contrebalancer les licenciements et en dégager 200.000 supplémentaires.

400.000 emplois créés par an : Qui peut croire à pareille sottise ? Hollande bien entendu !

Sans compter que l’économie française devra absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Tous ces jeunes qui, au terme de leurs études (ou de l’abandon de celles-ci), se présentent au portillon du salariat. Ils sont légion.

La promesse de Pierre Gattaz, Président du Medef, ressemble à s’y méprendre à celle du Président de la République d’inverser la courbe du chômage. Elle n’engage que ceux qui y croient. Pas nous !

Il ne suffit pas de baisser les cotisations (pardon, les charges !) et de favoriser la flexibilité pour relancer les embauches. Ce serait trop simple. Les allégements sont monnaie courante depuis des décennies. Ils se traduisent invariablement par une augmentation des marges bénéficiaires (généreusement distribuées aux actionnaires) et/ou par un accroissement des inégalités entre salariés du bas de l’échelle et cadres dirigeants bien lotis. Pas seulement dans les groupes cotés au CAC40, mais dans la majorité des entreprises. Les nouveaux allégements ne feront qu’amplifier cette dichotomie.

Le million d’emplois nets créés en 5 ans est une fumisterie, tout simplement parce que l’économie française n’en a plus les capacités.

• On ne crée pas d’emplois nouveaux quand on ferme les usines (chaque jour nous apporte son lot de fermetures ou de réductions drastiques des effectifs).

• On ne crée pas d’emplois quand la demande intérieure stagne par le gel des salaires des classes populaires et par l’augmentation du coût de leurs dépenses incompressibles (loyers, énergies…).

• On ne crée pas d’emplois en France avec des catégories supérieures qui dépensent une part grandissante de leurs revenus dans l’achat de produits que nous ne fabriquons pas ou plus : voitures haut de gamme, produits électroniques (smart phones, tablettes, hi-fi, téléviseurs…), fringues, accessoires et montres de luxe, vacances à l’étranger…

Tout accroissement du pouvoir d’achat des catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) se traduit par une augmentation des importations de produits à haute valeur ajoutée qui creusent un peu plus notre déficit commercial abyssal.

La première mesure de bon sens est d’accorder des exonérations aux seules entreprises qui s’engagent à relocaliser leurs usines ou à produire en France des produits que nous ne fabriquons plus et que nous sommes donc contraints d’importer.

Seule une redynamisation de nos capacités de production peut, à terme, nous sortir de la spirale du chômage. 

Les entrepreneurs doivent produire en France. Cette dynamique conditionnera et justifiera alors l’allégement des coûts.

Le premier pas revient donc au Medef ! (On peut toujours rêver).

YB


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 23 Mars 2016 23:37 )  

Commentaires 

 
0 # willemijns2 2014-02-07 22:04 je crois bien que le MEDEF n'aurait pas cru une baisse des cotisations familiales donc il a annoncé son chiffre comme ca, mais le PS a dit banco… bref quelqu'en soit le résultat c'est bien evidemment STRICTEMENT impossible… on nage en plein délire. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2014-02-08 00:06 L'amateurisme de nos dirigeants, politiques et patrons, est consternant.

Des incitations peuvent être mises en œuvre pour "récompenser" les bons élèves. Malheureusement , on se fout des bons élèves.

Aides, allégements, exonérations, subventions… récompensent les plus malins et les opportunistes.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # TS 2014-02-08 03:26 Ce n'est pas de l'amateurisme. Ils savent ce qu'ils font.

Pourquoi croire que l'Etat, le gouvernement sont au service du plus grand nombre?

Les gens de bien(s) ont pris un avantage dans la lutte des classes, ils entendent pousser leur avantage encore plus loin. Et ils auraient tort de se gêner quand tu vois la résignation ambiante.
Seule l'extrême-droite parvient dans la rue avec 100 000 manifestants à imposer son point de vue au gouvernement. Tout ceci ne présage rien de bon mais il n'y a pas de fatalité, l'avenir est ce que nous en ferons.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2014-02-08 09:52 Notre petit sondage illustre pile-poil ce commentaire.

Au 8 février :

• 36% de nos visiteurs envisagent de s'abstenir aux prochaines élections (municipales et/ou européennes).

• 26% projettent de voter pour la "vraie gauche".

• 26% envisagent l'UMP et le FN.

Le PS est, lui, à moins de 5% des intentions.

On constatera que, même sur un site comme Actuchomage traditionnellem ent fréquenté par des personnes de forte sensibilité de gauche, l'équilibre des forces est parfait entre "vraie gauche" et UMP/FN.

Ces résultats confirment la radicalisation des intentions : Dans le sens de l'abstention et de la "droite très à droite".

Rappelons qu'à la veille des élections présidentielles , notre sondage (auquel plus de 2.600 personnes avaient répondu) plaçait le Front de Gauche largement en tête avec 37% d'intentions. Moins de 9% envisageaient de s'abstenir.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Ryssen 2014-02-09 07:40 Franchement merde les gars !!!
Avec vous on va droit dans le mur!!!

C'est évident pourtant, a moins de le faire au black, employer une personne en France, ca coute trop cher !! Il faut réduire les charges des employeurs, leur demander moins à payer en plus d'un salaire, pour chaque poste. Ca veut dire un peu moins moins d'avantage ( Secu, retraite) et peut etreun salaire inférieur, mais au moins DU TRAVAIL ! et PAS AU BLACK !

Si ca continue, il y aura tellement d'emploi au black que la France ressemblera a un pays sous-développé… violence, les plus faibles encore plus en dangers…etc…Moins de débouchés pour nos enfants etc… Et au final, ce sera pire que si ca change tout de suite un peu !

Je suis partis tenter ma chance en Chine, et je vais revenir parce que c'est .. horrible ! il y a beaucoup de travail au noir etc A 28 ans, J'ai meme pas assez pour payer mon loyer, on m'envoie de l'argent pour que je puisse manger etc…
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Ed 2014-02-10 13:35 S'il faut en passer par le travail au noir… Les gens se débrouilleront comme ils le pourront puisqu'on ne peut compter que sur soi. A la guerre comme à la guerre.Chaque fois qu'on a pris des mesures en faveur du patronat destinées à favoriser l'emploi on se rend compte qu'elles ont échoué… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Arbeit 2014-02-10 15:07 "Il faut réduire les charges des employeurs, leur demander moins à payer en plus d'un salaire, pour chaque poste. Ca veut dire un peu moins moins d'avantage ( Secu, retraite) et peut etreun salaire inférieur, mais au moins DU TRAVAIL ! "

Ce n'est pas du travail dont nous avons besoin, mais de l'argent. Et les patrons en ont déjà beaucoup trop. Les exonérations qu'on leur accorde SANS CONTREPARTIE (alors que pour un misérable RSA, ce sont des contrôles à gogo) leur servent à gaver encore plus leurs actionnaires et leurs cadres dirigeants.

Une proposition choc : instaurer une loi qui plafonne les rémunérations, primes, stock options et parachutes dorés compris. Il y serait bien précisé que la rémunération maximale en France ne peut dépasser 5 fois le SMIC. Ces messieurs-dames sortiraient alors un peu de leur bulle et redescendraient un peu sur terre en voyant ce qu'est le coût de la vie.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Ed 2014-02-12 17:15 Il faut, il faut… Il faut. Tout est simple en vérité : il suffit donc impérativement de falloir… et il faut bien entendu concéder toujours plus d'avantages aux mêmes tout en sachant que ce type de mesure est contre-productif. Mais peu importe : il faut absolument répéter sans fin les mêmes erreurs pour résoudre le problème. Bref… C'est simple et lumineux. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Chomeurheureux 2014-02-10 15:17 Je pense que cet article sont je ne suis pas l'auteur, petit précision utile, histoire de se prémunir contre l'accusation de fate autosatisfactio n (alors que l'auteur n'a pas du tout à rougir de son texte, bien au contraire ) mérite amplement d'apparaître en première ligne. Mais cela n'engage que moi.

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-chomage-la-solution-a-la-crise-147583
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Panxoa 2014-02-10 17:39 http://www.pauljorion.com/blog/?p=62036 Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Paulina1 2014-02-11 20:59 M. GATTAZ a osé critiqué le pacte de responsabilité à Washington en disant qu'il n'acceptait pas les contreparties, en échange de la baisse des charges. En résumé il ne veut pas embaucher.
L'argent lui servira à augmenter les marges ou nourrir les actionnaires.
Il a eu l'honneur de faire partie du voyage présidentiel et il ose critiquer la proposition du chef de l'Etat à l'étranger. Lamentable ! La honte pour lui !
Ce pacte de responsabilité ne verra pas le jour à mon avis. Inutile de leur donner trop de cadeaux. Ca ne fera pas baisser le chômage. Ils trouveront toujours qqch pour dire que ce n'est pas possible d'embaucher.
Pour embaucher les chomeurs, donnons des exonérations mais pour les chomeurs de longue durée.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # vivelagrece 2014-02-11 21:08 Ils sont gonflés de demander des contreparties pour faire un pacte avec le diable.

Sous Sarkozy les PME avaient déjà un genoux a terre.
En 2 ans, Hollande a réussit à leur mettre le second genou à terre.

Et maintenant après avoir bien assommé les petits boites de taxes nouvelles, on leur demande des contreparties en échange d'une baisse de charge dans 2 ans ? Ils se foutent de notre gueule.

Qu'ils annulent les augmentations de cotisations des 20 derniers mois et ils pourront parler d'exiger des contreparties.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Paulina1 2014-02-12 13:49 C'est faux, les gouvernements successifs ont apporté des allègements de cotisations sociales sur les bas salaires.

http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-de,76/etudes-et-recherche,77/publications-dares,98/documents-d-etudes,327/2012-169-les-allegements-de,14506.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # vivelagrece 2014-02-12 17:16 Pour bénéficier du CICE par exemple, il faut être une grosse structure et avoir le personnel spécialisé pour constituer les dossiers.

Ce sont les grosses boites qui bénéficient des allègements, pas les petites.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Paulina1 2014-02-12 19:29 Je ne parle pas du CICE qui est perçu après coup, mais d'une autre exonération dite FILLON (elle a eu plusieurs noms au fil des années et des gouvernements) qu'on peut voir sur les bulletins de paie chaque mois pour les salaires qui vont du SMIC à 1,6 fois le SMIC. Pas de formalité à faire. La réduction est plus forte pour les entreprises de moins de 20 salariés.

http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F24542.xhtml
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # willemijns2 2014-02-11 21:23 c'est mort-né ce truc. qui va créer même 200.000 emplois avec une croissance atone ?

c'est 5% du brut soit 0.05*1500=75€ pour un smicard.

seuls les TPE de plus de 20 personnes vont pouvoir embaucher un smicard et encore…

vous voyez la boulangere du coin embaucher quelqu'un parce qu'il va economiser 200/300€ par mois (2 vendeuse au smic, le patron au double). un smicard coute 3000€/mois (les coef de boite d'interim c'est 1.95 je crois)… notre rené le boulanger va donc embaucher une vendeur 1/8 soit 35/8=4h10/semaine la belle affaire.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # vivelagrece 2014-02-12 10:14 Multi-citer willemijns2:
notre rené le boulanger va donc embaucher une vendeur 1/8 soit 35/8=4h10/semaine la belle affaire.


Non, les contrats inférieurs à un mi-temps viennent d'être interdits il y a peu.

Ça sera donc au mieux du travail au black, donc sans cotisations.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # willemijns2 2014-02-12 13:25 ah oui c'est vrai… donc aucune grosse PME de plus de 20 personnes va augmenter de 10/20% ses chiffres d'employés car il va economiser 5% des cotisations patronales… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Ed 2014-02-12 17:09 On ne devrait pas désigner les personnes qui gagnent le moins par leur revenu. C'est déshumanisant et réducteur. Quant à créer des emplois, même avec une croissance atone, c'est un peu comme en trouver un alors qu'il n'y en a pas : y qu'à, fokon, il suffit de…Et avec un peu d'optimisme et de positivité, on y arrive toujours. L'important est là, au fond : garder la foi même quand on est tenu à l'impossible. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # vivelagrece 2014-02-12 10:22 Gataz ne représente qu'une minorité de gros poissons qui masquent la forêt des 95% d'entreprises qui sont des PME de moins de 20 personnes. Les revenus de ces petits patrons ont baissé de 6% l'année dernière. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # TS 2014-02-12 12:12 Le MEDEF revendique 750 000 entreprises adhérentes selon Wikipedia. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
+1 # vivelagrece 2014-02-12 17:17 Oui, les patrons sont tellement cons qu'ils refusent de gagner de l'argent en fermant leur boite en masse !

CQFD
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # TS 2014-02-13 13:32 Citer:
Lundi, au premier jour de la visite de François Hollande aux Etats-Unis, placée sous le signe de l’offensive économique, le président du Medef avait semé le trouble , répétant que les allégements de charges promis aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité ne devaient pas s’accompagner d’une « contrainte ». Ces déclarations à l’étranger et alors qu’il était convié au sein de la délégation française ont suscité l’indignation du gouvernement. Pierre Gattaz a cependant procédé à une clarification devant la presse à bord de l’avion présidentiel, entre Washington et San Francisco. Le patron du Medef n’exclue plus des « engagements chiffrés » en matière de création d’emplois mais sur la base « d’objectifs » et « d’estimations ».


www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203314242311-quand-francois-hollande-fait-applaudir-gattaz-650186.php
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # willemijns 2014-02-13 13:40 tout le monde sait estimer… bref ca sera du pipo industriel que l'on soit pour ou contre cette idée. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Paulina1 2014-02-13 13:49 Tiens il change d'avis. Il a dû se faire remonter les bretelles.
Je vois une différence entre objectifs et estimations.
Objectif : mot actif, on va mettre en oeuvre des actions pour y arriver
Estimation : mot passif, on verra ce qui se passera
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # willemijns 2014-02-13 13:53 Multi-citer Paulina1:
Objectif : mot actif, on va mettre en oeuvre des actions pour y arriver
Estimation : mot passif, on verra ce qui se passera


comme l'estimatif sera prépondérant sur l'objectif…
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # VincentBis 2014-02-15 02:51 On aimerait entendre Gattaz sur comment il pense faire dans les quelques décennies qui nous séparent de la fin du pétrole, sachant que toute l'économie depuis un siècle repose dessus.

"L'économie pourrait-elle décroître ?"
http://www.manicore.com/documentation/decroissance.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2014-02-15 12:11 D'ici quelques années, les USA seront de nouveau le premier producteur mondial d'énergies fossiles avec le gaz de schiste.

On ne parlait pas de cette source il y a 10 ans. Comme quoi !

Et Toyota devrait commercialiser les premières voitures fonctionnant à l'hydrogène en 2015.

L'inventivité humaine nous réservera d'autres surprises…
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # TS 2014-02-15 12:56 Citer:
Et Toyota devrait commercialiser les premières voitures fonctionnant à l'hydrogène en 2015.


Les c.. !!!

L'hydrogène c'est ce gaz qui s'enflamme au contact de l'air.
Qu'est-ce qui se passe quand on une détonation se produit dans un milieu confiné?
Pour transformer une brave voiture en méchante grenade à fragmentation, vive l'hydrogène !!
A quand des voitures avec un réacteur au plutonium? 8)
(c'est, ou c'était, utilisé comme source d'énergie dans certains satellites)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Un candidat hors des partis est-il une alternative pour 2017 ? Voir www.laprimairedesfrancais.fr
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...