Actu Chômage

lundi
24 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Nos actions et engagements Des chômeurs s'invitent à la conférence d'évaluation du RSA

Des chômeurs s'invitent à la conférence d'évaluation du RSA

Envoyer Imprimer
Hier, un collectif d'associations a joué les trouble-fête lors de ce vain conciliabule organisé au CNIT de la Défense. Notre reportage vidéo.

Comme vous le savez, jeudi matin se déroulait à l'initiative du gouvernement la conférence nationale d'évaluation du RSA. Montagne qui a accouché d'une souris, comme en concluent les titres de la presse : «Le RSA à la peine» (Libération), «Bilan mitigé pour le RSA» (La Tribune), «Le revenu de solidarité active n'a pas d'effet significatif sur le retour à l'emploi» (Les Echos), «RSA : un bilan décevant» (L'Expansion)...

Face à la crise et au manque d'emplois, cette réunion n'a pu dégager aucune piste sérieuse en dehors des mêmes ficelles éculées : renforcer l'accompagnement, mettre l'accent sur l'insertion… du vent, que du vent ! A l'instar des poliques menées depuis trente ans qui orchestrent délibérément le chômage de masse et la précarité tout en stigmatisant ses millions de victimes, ce fut, sans surprise, un échec.

Comme à chaque fois les associations qui, quotidiennement, rencontrent et défendent sur le terrain les principaux intéressés, n'étaient pas conviées...

Certes, quelques "bénéficiaires" étaient appelés à témoigner individuellement devant un parterre de "belles personnes", excluant ainsi toute représentation collective.

Alors, des militants du collectif «Les raisons de la colère» (composé du MNCP, de l’APEIS, d'AC!, l'Appel et la Pioche, Solidaires, SNU/FSU et Actuchomage/APNÉE) ont pénétré dans l'Amphithéâtre Goethe, se sont dirigés vers la scène, ont déployé une banderole et pris la parole devant les nombreux participants dont Martin Hirsch, Marc-Philippe Daubresse, Marie-Anne Montchamp ou François Bourguignon :




Voici le texte de leur déclaration :

Conférence Nationale d’Evaluation du RSA : les organisations de chômeurs manifestent leur mécontentement

Aujourd’hui, le RSA, c’est :
• Un revenu de 460 € (411 € une fois déduit le "forfait logement") qui maintient sciemment les personnes la tête sous l’eau ;
• Des contrôles, pressions et menaces de sanction ou de radiation bien supérieures à ce qu’il en était pour le RMI, assortis d’un climat de culpabilisation savamment entretenu ;
• Pour nous tous qui souhaitons travailler 35 heures, des emplois de seconde zone (CUI à 20h) qui ne débouchent pas sur des postes pérennes, et, comme c’est encore trop pour nous, des emplois de 3ème catégorie, précaires à 7 heures hebdo qui ne permettent même pas d'accumuler les 200h nécessaires pour une couverture sociale ou des trimestres validés : le mépris total !
• La double peine que constitue, après le refus de nous donner un vrai travail, le refus de nous donner des droits à retraite sous prétexte que l’on n’a pas travaillé.

Voilà les raisons de notre colère : votre RSA institutionnalise la précarité !

Une évaluation positive du RSA passe d’abord par :
• Une revalorisation conséquente des minima sociaux (minimum 250 € immédiat) et la création d’un Revenu minimum Garanti et décent ;
• Des créations de vrais emplois pour tous,
• Des droits à trimestres retraites validés pour les personnes au RSA,
• La refonte de tout le système vers un système Unifié et Universel d’Indemnisation des sans emploi sur lequel nous avons des propositions concrètes à faire.

SH
(Vidéo réalisée par Pili)

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 28 Décembre 2011 10:30 )  

Commentaires 

 
# Georges-Pierre 2011-12-16 11:39 Bravo ! Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Murie 2011-12-16 13:18 Bravo !!
Ça tape haut et fort, et c'est tant mieux !
Puis ça réchauffe le coeur en pleine tempête hivernale :)
5 étoiles (Youtube) et diffusé vers d'autres assos.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Emploi égale mort 2011-12-16 18:27 En contrepoint, une toute autre intervention, et sans dire merci aux dominants, de chômeurs et précaires, l'interruption par une prise de parole d'un direct tévé : Ni emploi forcé, ni culpabilisation , ni management, grève des chômeurs !

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5009

On n'obtient pas le respect en joutant la carte de la "respectabilité" mais en se battant, en affirmant des positions qui se foutent du consensus travailliste (c'est sur notre travail et notre façon d'y être disponible, si souvent à n'importe quelles conditions) et le combattent.

Si nous coûtions vraiment cher, ils nous proposeraient des emplois. Et pour coûter cher, il faut commencer par nuire, plutôt que de mendier, des strapontins et/ou des jobs.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-1 # superuser 2011-12-16 18:50 Je plussoie. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# endetté et coupable 2011-12-23 10:45 Pour l'idéologie dominante, toucher une pension de retraite, être en arrêt maladie, survivre d'une alloc chômage ou d'un minimum social, c'est déjà un abus de parasite assisté. On a transformé les droits sociaux en dette individuelle (une analyse à ce sujet www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5782), nous sommes redevables et coupables. La loi c'est l'économie, le social, c'et du vol.

C'est avec cette pensée de corrompus par l'argent roi (remember le Tapie du PS, l'éloge de l'entreprise, de l'emploi, toutes ces "idées" destinée à assoir la domination) qui nous corrompt, nous bouffe la vie, qu'il y a à rompre en acte. Mendier des strapontins t des miettes en cherchant à être "respectables", ça le fera pas.

Comme disait l'autre, nous sommes nés pour marcher sur la tête des rois.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...