Actu Chômage

dimanche
21 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Nos actions et engagements 9e manifestation annuelle contre le chômage et la précarité : notre reportage

9e manifestation annuelle contre le chômage et la précarité : notre reportage

Envoyer Imprimer
Samedi, de Stalingrad à place Clichy, un millier de chômeurs et précaires ont défilé, soutenus par quelques élus de la République. Bien évidemment, nous y étions.

Depuis sept ans qu'Actuchomage existe, c'est bien la première fois qu'il y avait aussi peu de participants à cette manifestation annuelle, malgré l'organisation d'un pique-nique fort sympathique qui permettait d'échanger, puis la traversée en musique de quartiers populaires.

Plus le chômage et la précarité gangrènent la société, moins ses victimes osent se montrer pour clamer leur colère. Ce que nous déplorons. Le constat est terrible : la politique de culpabilisation des chômeurs porte ses fruits, les gens sont de plus en plus abattus, pour ne pas dire tétanisés, et se demandent à quoi il sert de se mobiliser. Nous sommes en plein dans la stratégie du choc décrite par Naomi Klein dans son excellent livre du même nom...

Peut-être aurait-il fallu organiser une distribution sauvage de billets de 500 € pour les attirer. Malheureusement, les associations de chômeurs et de précaires sont aussi désargentées que ceux pour qui elles se battent. Et le jour où elles disparaîtront, faute de moyens financiers mais surtout humains (car si vous avez besoin d'elles, elles ont besoin de vous), le rempart — déjà mince — va céder, et l'OCDE aura gagné.

L'OCDE, qui écrivait en 2006 : «Les réformes structurelles qui commencent par générer des coûts avant de produire des avantages, peuvent se heurter à une opposition politique moindre si le poids du changement politique est supporté dans un premier temps par les chômeurs. En effet, ces derniers sont moins susceptibles que les employeurs ou les salariés en place de constituer une majorité politique capable de bloquer la réforme, dans la mesure où ils sont moins nombreux et souvent moins organisés.» (Perspectives de l’Emploi - “Stimuler l’emploi et les revenus”)

«Nous aurons le sort que nous méritons», disait un militant d'AC! en 2004, à l'époque des Recalculés. Sept ans après, au cœur de l'une des plus graves crises de l'histoire du capitalisme, on se demande quel électrochoc poussera enfin les sacrifiés du système à passer à l'action avant qu'il ne soit trop tard.

Si les principaux concernés, toujours plus nombreux, n'ont pas fait le déplacement en cet automne 2011, ce ne fut pas le cas de plusieurs élus qui n'ont pas rechigné à défiler avec nous :



Merci aux valeureux et valeureuses qui sont tout de même venus.
Quant aux innombrables absents, nous espérons que le proverbe «Il faut se méfier de l'eau qui dort» se vérifiera un jour.
Et merci à Pili pour ces images.

SH
Mis à jour ( Mardi, 11 Octobre 2011 13:17 )  

Commentaires 

 
+2 # Yves 2011-10-11 14:48 Une approche très pertinente comme d'habitude.

Le Chômage est le premier champ d'expérimentation s anti-sociales.

Les Chômeurs sont malléables, désorganisés, résignés, inquiets… Ils constituent la population "idéale" pour tester des mesures potentiellement impopulaires, renforcer le contrôle social, imposer des décisions qu'on souhaite - plus tard - généraliser à l'ensemble des Actifs.

Et plus les Chômeurs et Précaires sont nombreux, moins ils se bougent.

Plus leurs perspectives de retrouver du travail sont faibles, plus ils sont malléables.

Plus ils sont contraints au contrôle social pour obtenir quelques centaines d'euros par mois, plus ils sont résignés et fragilisés.

Plus on les opprime, moins ils ramènent leur gueule.

Voilà ce à quoi nous assistons ici sur Actuchomage. Et le phénomène s'amplifie d'année en année.

Nous constatons un affaiblissement des mobilisations, une baisse de nos adhésions, une fragilisation (financière) de toutes les orgas qui militent et se battent en faveur des Droits des Chômeurs et Précaires… 

Parallèlement, on constate une multiplication des problèmes (licenciements, contrôles, radiations, rémunérations de misère, miettes d'emplois, précarité…), une augmentation de la fréquentation du site Actuchomage, un accroissement du nombre de questions, interrogations, inquiétudes et imbroglios administratifs évoqués sur nos forums.

Mais plus les maux sont nombreux et lourds à porter, moins la solidarité s'exprime.

C'est ce que nous vivons au quotidien. Et c'est ce qui va s'amplifier dans les années à venir, même si les Socialistes reprennent le pouvoir.

Le chacun pour soi est l'assurance d'une défaite collective !
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# H Dauphin 2011-10-20 23:55 Tout cela est vrai bien sûr, mais aussi une chose toute simple : les chômeurs utilisent tout leur temps pour chercher des petits boulots et autres combines pour gagner quelques sous. C'est souvent l'énergie qui manque.
Je ne crois pas à la passivité des chômeurs. Angoisse, découragement, oui, mais je crois que l'envie de se faire entendre est toujours là. Comment leur en vouloir de bouder les manifs classiques ?
Mettons en place d'autres formes d'actions collectives, plus marquantes et plus visibles, à la manière d'Act Up, à l'époque. D'ailleurs les parapluies noirs vont dans ce sens, mais pourquoi ne prenons nous pas un temps pour nous réunir, refléchir à des formes d'action et mobiliser d'autres personnes ?
Je sais que c'est facile à dire, mais en effet, personne ne peut rien tout seul, et les choses vont mal.
Bien à vous
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Yves 2011-10-25 19:44 Slt Hervé,

Justement, cette fois les organisateurs (dont nous étions) avaient choisi l'option pique-nique avant manif. Une première à ma connaissance.

Tout était donc réuni (sur le papier) pour rassembler plus de monde qu'à l'accoutumé (cette manif est annuelle).

La date : Octobre plutôt que Décembre (et une météo forcément plus "favorable").

Un samedi : Jour où la plupart d'entre nous est (normalement) disponible.

Un pique-nique : Pour ne contraindre personne à manifester, juste à se réunir pour partager un verre et un sandwich.

Et une manif' : Pour les "vrais" militants qui veulent battre le pavé.

++++++++

Au final, on était moins nombreux en 2011 qu'en 2010 lors d'un triste jour de décembre, dans le vent et sous la neige (véridique).

C'est à n'y rien comprendre.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# TristeSirHorsMurs 2011-10-24 15:53 Citer:
mais pourquoi ne prenons nous pas un temps pour nous réunir, refléchir à des formes d'action et mobiliser d'autres personnes ?


Figurez vous qu'on se réunit parfois mais de moins en moins, il y a un reflux, pour le moment, dans les effectifs des associations de chômeurs. Des actions du type de celle montrée dans la vidéo en page d'accueil ce jour on été tentées à de multiples reprises: chaque mois vers la période de publication des chiffres du chômage des occupations symboliques de CAF, d'agences Pôle emploi etc ont eu lieu dans le passé.

La proximité des élections agit comme un frigo: les choses restent en suspens, les gens sont dans l'expectative.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...