";} /*B6D1B1EE*/ ?>

Actu Chômage

mardi
30 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Nos actions et engagements Actuchomage (et quelques autres) risquent de crever

Actuchomage (et quelques autres) risquent de crever

Envoyer Imprimer
Depuis 2004, année de création d’Actuchomage, la concurrence est plus redoutable, plus implacable sur le Web. Mortelle même pour les mouvements militants. Peu à peu, la pression concurrentielle étouffe les éditeurs de sites associatifs. Elle finira par les écraser.

Certaines et Certains s'étonnent du ton alarmiste que j'emploie concernant l'avenir d'Actuchomage. Comprenez que je ne mets pas la pression sur nos lectrices et lecteurs pour tenter de leur soutirer des sous. C'est l'environnement concurrentiel qui la met… la pression.

Car Internet est aujourd’hui le terrain d'enjeux industriels, médiatiques, politiques, financiers considérables, qui se chiffrent en dizaines, en centaines de milliards d'euros par an.

Dans tous les secteurs, les équipes se structurent pour animer des sites toujours plus pointus. Ces derniers temps, la vidéo a envahi les écrans des ordinateurs, des mobiles, des smartphones et autres iPad, alors que s’annonce déjà une nouvelle révolution des usages : l’accès Internet via votre téléviseur.

Demain, vous consulterez YouTube, Dailymotion, Wat.tv… les sites de Canal+, France2… confortablement installé dans votre canapé. Vous aurez ainsi accès à des centaines de millions de programmes (certains de piètre qualité, d'autres de qualité professionnelle comme les archives de l’INA – Institut national de l’audiovisuel).

Nous ne serons pas épargnés par cette vague de fond, même si Actuchomage s'adresse à des Internautes de la «vieille école» (qualificatif qui n'a rien de péjoratif dans ma bouche. Au contraire, j’en suis). Ces Internautes privilégient encore l'écrit à l'audiovisuel. Mais les générations qui arrivent, elles, aspirent au déséquilibre contraire : Un peu d’écrit, beaucoup d’images. C'est la raison pour laquelle, modestement, nous nous sommes mis à la vidéo en 2009 (100.000 vues en deux ans, quand même).

Pour illustrer mon propos, je ne prendrai qu’un exemple : le site de l’animateur TV et radio, Jean-Marc Morandini, qui couvre l’actualité des médias. Quand vous visitez ce blog, VOUS HALLUCINEZ ! Pas par la qualité ou la pertinence des infos mises en ligne, mais par leur illustration systématique par des contenus audio et vidéo.

Ce qui est encore plus stupéfiant, ce sont les audiences enregistrées : 40.000 vues en 12 heures pour une seule info (le clash entre Nadine Morano et Sophia Aram sur France Inter). La moindre petite actu sans grand intérêt génère 6.000 ou 10.000 vues par jour, et des centaines de commentaires (parfois 300 ou 400 sur un sujet polémique).

6.000 vues par jour pour une seule info, c’est 2 à 3 fois l’audience quotidienne d’Actuchomage et de ses forums. Voilà qui donne la mesure du défit auquel nous sommes confrontés.

Jetez un coup d'œil sur le blog de Morandini, ça vaut le détour. Si son contenu n’est pas ma tasse de thé, son ergonomie (basique) et sa fluidité sont une réussite. Rien à redire de ce point de vue (1).

Aujourd'hui, les sites «entertainment» (loisirs, médias, ciné…) - comme Morandini.com, Dailymotion, YouTube… - raflent la mise de l'audience. Ils devancent ceux du e-commerce (dont un des leaders français est Voyages-sncf.com).

Ces derniers sont suivis par les grands sites d'information : NouvelObs.com, TF1.fr, FranceInfo.fr. Puis, on trouve les Pure Players comme Rue89, Mediapart…

En descendant l'échelle de l'audience Internet, on croise les sites des grosses associations et ONG (GreenPeace, Médecins sans Frontières…), les sites des formations politiques et les alternatifs (style Bellaciao…).

Enfin, tout en bas, sur le premier échelon, ceux des petites associations… qui crèvent. Actuchomage.org fait partie de cette dernière catégorie.

Je l'avais annoncé il y a deux ou trois ans : Ces sites risquent de tous disparaître ! S'ils ne disparaissent pas, leur audience deviendra anecdotique, INSIGNIFIANTE, tant la concurrence est vive, tant il est difficile d’être visible sur la Toile (2).

C'est ce qui nous pend au nez, la disparition, même si nous résistons héroïquement.

Cette histoire n’est pas sans rappeler l'épopée des radios libres dans les années 80. Au départ, elles étaient toutes associatives. Elles ont fini par se faire dégager de la bande FM par les radios commerciales. Telle est la dure loi du marché et du fric !

Donc, si nous ne nous constituons pas un «trésor de guerre», nous ne pourrons pas nous adapter aux nouveaux environnements informatiques, aux nouvelles technos et utilisations du Web.

Si nous ne nous bougeons pas, dans moins de 24 mois, Actuchomage c'est fini ! Ça, je vous le garantis. Et nous ne serons pas les seuls dans la charrette. Tous les sites des collectifs et associations de Chômeurs et Précaires suivront (et pas seulement).

J'espère que cette contribution servira à éclairer la lanterne de celles et ceux qui croient encore au pluralisme d'Internet et sont prêts à se mobiliser pour. Même si leur engagement se limite à verser 5 ou 10 euros par an aux sites qu’ils apprécient.

Car, si Actuchomage disparaît, personne ne prendra la relève ! Tout simplement parce que ça ne rapporte rien d'éditer un site sur la Défense des Droits des Chômeurs et des Précaires… à part des emmerdes.

Pourtant, le Chômage reste la principale préoccupation des Français (plus encore en cette période d'incertitudes). Et l'emploi (ou l'absence d'emploi en ce qui nous concerne) leur deuxième centre d'intérêt derrière la famille, mais avant la santé (eh oui !), les vacances, les loisirs…

Donc, si nous nous inscrivons à 100% dans la réalité du plus grand nombre, nous restons (et resterons) dans la marge.

Tel est le paradoxe d'un destin qui ne doit pas rimer avec "fin".

Yves BARRAUD
Président d’APNÉE/Actuchomage

(1) La référence au blog de Morandini est une illustration volontairement caricaturale. Pour mesurer l'ampleur de la "Vidéo Révolution" sur Internet, il suffit de se reporter aux grands événements politiques et sociaux de 2011 : Le Printemps arabe, le Mouvement des Indignés, la Révolte syrienne…, comme évoqué dans les commentaires.   

(2) Notons que Google fait de réels efforts pour garantir le pluralisme du référencement et des sources. Le moteur de recherche a engagé une croisade contre les sites bidons qui n’apportent aucune plus-value éditoriale et se contentent de rééditer un contenu existant ailleurs. Nous saluons ce travail !


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 08 Mars 2012 14:28 )  

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...