Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Fin des contrats aidés : Première étape de "libéralisation" du travail

Fin des contrats aidés : Première étape de "libéralisation" du travail

Envoyer Imprimer

Communiqué du SNU Pôle Emploi FSU : Nouvelle étape du gouvernement dans sa politique de précarisation.

altLa Direction générale vient de diffuser au sein du réseau Pôle Emploi, via une note interne, la consigne de suspendre impérativement et sans dérogation toutes les prescriptions pour les CIE et les CAE, à l’exception de ceux pour l’Éducation nationale, les adjoints de sécurité et dans le cadre des CAOM.

Cette mesure concerne aussi bien les renouvellements que les nouveaux contrats. Cette décision, selon la note interne, ferait suite à une audience avec la DGEFP. Elle est évidemment la conséquence d’une décision ministérielle.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud s’est en effet exprimée sur le sujet mercredi 9 août devant les parlementaires lors des questions au gouvernement. Les contrats aidés coûteraient trop cher à l’État et ne créeraient qu’un effet d’aubaine pour les employeurs qui auraient de toutes les manières embauché malgré cela. Toujours selon la ministre, la solution n’est pas dans les emplois à court terme et précaires mais dans l’investissement dans la formation et le développement des compétences.

Si nous ne pouvons que souscrire aux propos de la ministre concernant les contrats aidés, nous craignons en revanche que les mobiles évoqués ne soient que duperie et duplicité. En effet, la politique actuelle du gouvernement Philippe et les grands principes de réforme du Code du travail laissent plutôt craindre une précarisation généralisée des salarié-es et des privé-es d'emplois.  

La suppression des contrats aidés s’inscrirait non pas dans une volonté de sécurisation de l’emploi, mais bien dans une volonté de libéraliser radicalement le travail. En détruisant les protections sociales, en sabrant le budget de l’État, en organisant la dérèglementation de l’emploi, le gouvernement Philippe veut clairement contraindre les salarié-es, privés d’emploi ou non, à accepter n’importe quel travail, quelles qu’en soient la rémunération et les conditions d’exercice proposées.

La suppression des contrats aidés par la ministre du Travail est la préfiguration d’un vaste plan de libéralisation du travail, de retrait de l’État providence au profit d’un État sanction. La qualité des offres d’emplois ne cesse de se détériorer depuis la création de Pôle Emploi et le renforcement de la crise économique en 2008. Elle s’est encore aggravée suite aux partenariats de Pôle emploi avec des entreprises privées pour leur diffusion. Et une promesse de campagne d’Emmanuel Macron était de renforcer le contrôle et la sanction des chômeurs suite au refus d’une offre !

Nous ne souhaitons pas défendre les contrats aidés, nous voulons en revanche alerter sur le fait que, bien loin des discours hypocrites de la ministre du Travail, c’est une nouvelle étape dans l’entreprise de démantèlement du service public de l’emploi et du droit du travail, dans l’opération massive de précarisation de la société et de paupérisation des travailleurs.

Toutes et tous ensemble, travailleurs, étudiants, précaires, avec ou sans emploi, avec ou sans papiers, nous devons nous mobiliser massivement le 12 septembre 2017 pour mettre en échec ce gouvernement qui cherche, avec ses projets mortifères, à faire aboutir une politique économique et sociale amorcée il y a bientôt 40 ans, et qui risque d’avoir bientôt raison de l’ensemble de nos conquêtes sociales si nous le laissons faire !

Paris, le 14 août 2017 - SNU Pôle Emploi FSU

Mis à jour ( Jeudi, 31 Août 2017 18:47 )  

Votre avis ?

La France pourrait s’engager plus intensément contre la Russie. Qu’en pensez-vous ?
 

Zoom sur…

 

L'ASSOCIATION

Présentation de l'association et de sa charte qui encadre nos actions et engagements depuis 2004.

 

ADHÉRER !

Soutenir notre action ==> Si vous souhaitez adhérer à l’association, vous pouvez le faire par mail ou par écrit en copiant-collant le bulletin d’adhésion ci-dessous, en le ...

 

LES FONDATEURS

En 2004, une dizaine de personnes contribuèrent au lancement de l'association. Elles furent plusieurs centaines à s'investir parfois au quotidien ces 16 dernières années. L'aventure se pou...