Actu Chômage

mardi
17 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Plan de relance : Pourquoi ça ne marchera pas !

Plan de relance : Pourquoi ça ne marchera pas !

Envoyer Imprimer
Pourquoi les plans de relance annoncés et engagés par le gouvernement ne sauveront pas l’économie française ? Une réponse s’impose : Tout ce qu’a entrepris Nicolas Sarkozy est un échec.

Il a promis la croissance, nous avons la récession. Il a promis le plein emploi, on dépassera les 10% de chômeurs en 2009. Il a promis que les Français gagneraient plus, la plupart gagnent moins car leur salaire n'est pas indexé sur l’augmentation du coût de la vie. Il a promis de «réformer» le pays avec la volonté de casser le «modèle social à la française», source de tous les maux selon lui, et il s’est inspiré pour cela des modèles anglo-saxons d’où sont parties les crises financière et boursière. Il a promis de renouer avec les USA : il s’en est rapproché au moment même où George Bush battait tous les records d’impopularité dans son propre pays (une erreur d'appréciation que Barack Obama lui a fait chèrement payer en l’ignorant pendant plusieurs semaines après son élection). Il a promis d’insuffler une nouvelle dynamique à l’Europe : Il n’a fait que contrarier Angela Merkel, leader du premier partenaire économique de la France, l'Allemagne, pièce maîtresse de la construction européenne…

Depuis 20 mois, Nicolas Sarkozy obtient très exactement le contraire de ce qu’il promet aux Françaises et aux Français. Et ce GRAND VISIONNAIRE est un accoutumé du fait. Ministre de l’Économie et des Finances sous Raffarin, n’a-t-il pas promis une baisse des prix dans la grande distribution ? Ministre de l’Intérieur, ne s’est-il pas engagé à éradiquer ce «sport national» qui consiste à brûler des véhicules ? Quelques mois plus tard, 45.000 voitures (des dizaines de bus, d’écoles, d’entrepôts, de gymnases…) étaient incendiés lors des émeutes de 2005.

C’est imparable, c’est DÉSESPÉRANT : dès que Nicolas Sarkozy s’engage sur un objectif, on est quasiment assuré d’obtenir le résultat inverse. Une malédiction qui semble également frapper celles et ceux qui se réclament de sa méthode. Prenez Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances ; relisez ses déclarations de 2007 et du début de l’année 2008. Nous devrions être aujourd’hui à + 2,5% de croissance annuelle, à 3% même ! Comme son mentor, dès que Christine Lagarde s’engage sur un objectif, on obtient le résultat inverse !

Ce constat, tous les Français peuvent l’accepter au-delà des clivages partisans. Des millions de nos concitoyens qui ont voté Sarkozy en 2007, en toute bonne foi, avec l’espoir de voir leur situation s’améliorer, ne peuvent qu’en convenir : ILS ONT ÉTÉ DUPÉS. Certains argueront que le contexte international pèse lourdement sur l’absence de résultats du tandem Sarkozy/Fillon. Ce serait oublier un peu vite la mise en garde de François Bayrou qui, à la veille du premier tour, alertait l’opinion sur «toutes ces promesses qu’on sera incapable de tenir !».

Et en quoi la crise économique a-t-elle influencé notre «brouille» avec l’Allemagne d’Angela Merkel ? En quoi la crise a-t-elle pesé sur notre «rapprochement diplomatique» avec George Bush ou avec le colonel Kadhafi ? En quoi la crise impose-t-elle le dogmatisme qui consiste à vouloir faire travailler les Français le dimanche, à réformer à tout bout de champ, à noyer l’Assemblée nationale sous des projets de loi qui, dans le contexte actuel, n’apparaissent pas prioritaires ? Si pour Nicolas Sarkozy la France est incapable de s’adapter au monde qui l’entoure, elle est aujourd’hui empêtrée dans des réformes qui la dispersent, qui la divisent et la rendent finalement plus vulnérable, plus fragile.

La politique mise en œuvre ces 20 derniers mois est un ÉCHEC CUISANT, dans tous les domaines, dans tous les registres ! Un échec pour la majorité qui nous gouverne depuis 7 ans maintenant : l’UMP de Chirac, de Raffarin, de Villepin, de Fillon, de Sarkozy, qui continue, par la voix de son porte-parole Frédéric Lefebvre, à faire la leçon aux Français, ces «imbéciles» qui n’ont décidément rien compris. Cette UMP arrogante qui, en juillet 2008, applaudissait à tout rompre le discours de son Conducator : «La France est en train de changer. Elle change beaucoup plus vite, beaucoup plus profondément qu’on ne le croit. [...] Désormais, quand il y a une grève en France, plus personne ne s’en aperçoit (rires et applaudissements)».

Comment peut-on encore faire confiance à ces gens-là ? Pourquoi les mesures du gouvernement Fillon seraient-elles aujourd’hui plus appropriées que celles prises depuis mai 2007 ? On nous parle de «relance par l’investissement» alors que la consommation, premier moteur de la croissance française, va s’effondrer ces prochains mois. Le gouvernement va mettre des milliards dans des infrastructures «pour préparer l’avenir du pays» mais des centaines de milliers de Français vont perdre leur emploi en 2009, donc perdre du pouvoir d’achat. Plus de chômeurs, c’est automatiquement moins de consommation. Moins de consommation, c’est moins d’emplois. Et moins d’emplois, c’est plus de chômeurs.

Il faut SORTIR DE CETTE SPIRALE pendant qu’il en est encore temps, alors que les chiffres du chômage atteignent déjà des sommets : + 45.800 en décembre 2008 après les + 64.000 de novembre. Si l’augmentation du chômage devait s’accélérer dans les premiers mois de 2009, ce qui est malheureusement prévisible, nous n’entrerions pas en récession mais en DÉPRESSION !

En 2009, 50.000 à 80.000 personnes pourraient s’inscrire CHAQUE MOIS au Pôle Emploi, ce qui donnerait alors + 600.000 à + 800.000 chômeurs sur un an. D'autant plus que, nous ne le répèterons jamais assez, le taux de chômage en France est LARGEMENT sous-évalué. Un exemple : Aujourd’hui, on propose à des milliers de licenciés économiques une CRP, c’est-à-dire une Convention de reclassement personnalisé qui leur assure une meilleure indemnisation et un accompagnement soi-disant plus «performant». Eh bien, ces dizaines de milliers de chômeurs ne sont pas comptabilisés en catégorie 1 mais en catégorie 4, celle des «stagiaires de la formation professionnelle». Ils N’APPARAISSENT donc pas dans le taux officiel de chômage !

Et quel est l’avenir d’un plan de relance si, chaque mois, entre 50.000 et 80.000 salariés viennent grossir les rangs des demandeurs d’emploi inscrits dans la seule catégorie 1 ? Entre 50.000 et 80.000 chômeurs de plus, c’est moins de consommation, moins de cotisations (assurance-maladie, retraite…), moins de recettes fiscales, plus de déficits… et un contexte social explosif qui pourrait être attisé par une moins bonne indemnisation des chômeurs, telle qu’elle est prévue dans la nouvelle Convention Unedic.

Nous pouvons être très inquiets. Et nous le sommes car nous estimons que depuis 7 ans, les gouvernements successifs ont pris des mesures allant à l’encontre des intérêts de la majorité des Français ; nous estimons que depuis 20 mois, la politique menée par le gouvernement Sarkozy/Fillon a accéléré le processus de désagrégation, de désintégration du «modèle français», pour se raccrocher coûte que coûte à l’idéologie ultra-libérale anglo-saxonne, non maîtrisable, à l’origine de la crise économique dans laquelle nous ne faisons qu’entrer.

Si Nicolas Sarkozy était Président directeur général d’une entreprise, son conseil d’administration réclamerait sa démission… sans parachute doré !

Yves Barraud pour Actuchomage.org

==> Lire dans les commentaires celui du Canard enchaîné à propos de l'intervention télévisée du Chef de l'État, jeudi 5 février : "Sarko à la télé, enfin !".
Mis à jour ( Lundi, 02 Février 2009 22:33 )  

Commentaires 

 
0 # tristesir 2009-02-02 22:50 Ces gens là préféreront faire couler le navire plutôt que de renoncer à leur idéologie qui nous amènera au bord de l'explosion sociale voire la déclenchera, on peut entendre le tic tac.

Qu'on se rappelle que ce sont les jeunes, dont le taux de chômage avant la crise était déjà élevé, et aussi bien camouflé, qui sont touchés très durement par la remontée en flèche du chômage.

Yves Jégo est allé en Guadeloupe annoncer, entre autres, le gel des loyers des HLM.

Un petit effort, et pourquoi pas le gel des loyers de toute habitation sur l'ensemble du territoire de la République?

Le gel des prix des produits alimentaires de première nécessité et l'encadrement de ces prix.

Ce sont quelques idées naturelles.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2009-02-02 23:17 Au journal de 22h30, ce soir, sur Europe1 (la radio Lagardère, le "frère" de notre Président) :

• Un reportage de deux minutes sur Christine Lagarde qui annonce le plan de sauvetage de 1.600 emplois à Bordeaux (ce dont on peut se réjouir).

• 15 secondes (montre en main) sur les 45.800 chômeurs de plus en décembre.

Pathétique !


Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2009-02-03 08:19 Pour relancer l’économie française, le gouvernement investit massivement sur le marteau-piqueur : infrastructures routière, ouvrages d’art, ronds-points… De quoi relancer l’activité des entreprises du BTP.

Pour les nouvelles technologies, les énergies du futur, la voiture propre, le recyclage des déchets… faudra attendre encore un peu.

Le gouvernement compte "préparer l’avenir du pays" avec les vieilles recettes de la «reconstruction d’après-guerre».

Maréchal, nous voilà… 

Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # hubert23 2009-02-03 09:26 Concernant le boucler fiscal…

Lors de la présentation du texte, la ministre de l’économie a reconnu à l’Assemblée nationale la véritable portée du texte : "On entend souvent dire que cette mesure (le bouclier fiscal) ne concernerait que la partie la plus riche de la population, mais n’est-ce pas celle qui fait tourner l’économie ?",

OUI MADAME, ELLE TOURNE L'ECONOMIE… DANS UNE SPIRALE DESCENDANTE.

ET GRACE AUX "RICHES".
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # superuser 2009-02-03 17:22 Dans la même veine :

Sans la crise, on pouvait crever !
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...