Actu Chômage

vendredi
15 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Pôle Emploi veut s'ouvrir à d'autres sites pour mieux exposer les «offres cachées»

Pôle Emploi veut s'ouvrir à d'autres sites pour mieux exposer les «offres cachées»

Envoyer Imprimer
Ne vous en faites pas : bientôt, on va nous parler d'«embellie sur le marché du travail» et nous refaire le coup des «500.000 offres non pourvues» que ces fainéants de chômeurs osent dédaigner.

«Nos offres ne représentent que 38% du marché du travail» [1]. Ce constat dressé, Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, expose dans Le Parisien l'un de ses projets pour augmenter la transparence du marché du travail et éviter que trop d'annonces restent «cachées ou passent par des réseaux personnels», comme le déplore le dirigeant du service public depuis huit mois.

«Nous voulons créer en 2013 à partir de notre site pole-emploi.fr un portail rassemblant le maximum d'offres d'emploi, y compris celles actuellement publiées sur les autres sites», détaille-t-il. La démarche sera volontaire et gratuite. À titre d'exemple, le site apec.fr, spécialisé dans les annonces pour les cadres, a diffusé près de 630.000 offres entre février 2012 et février 2013. L'idée est simple : agréger les annonces venant d'autres partenaires, leur offrant la possibilité d'augmenter la visibilité de leurs offres.

«Plus on a de visibilité, plus on est content», confirme Michel Bouffard, directeur marketing du spécialiste de l'intérim ManpowerGroup, qui exporte déjà un quart de ses annonces sur pole-emploi.fr depuis 2005. «Nous n'avons aucun problème à communiquer nos annonces. Le seul frein serait le suivi qu'un tel accord exigerait dans nos agences, un suivi qui pourrait être lourd si Pôle emploi décidait par exemple d'intégrer ces annonces à ses statistiques» [2].

Priorité aux postes difficiles à pourvoir

Pour Pôle emploi, l'initiative à surtout pour but de s'attaquer au casse-tête des postes non pourvus. L'année dernière, l'agence a diffusé 3 millions d'annonces dont seules 2,7 millions ont trouvé preneurs. Soit 300.000 offres "vacantes" [3] qui seront diffusées en priorité sur les sites retenus pour l'opération. Le partenariat prévoit en effet la diffusion des offres de Pôle emploi sur les sites associés.

L'agence vient de lancer son appel à projet auprès des sites «acteurs de l'emploi en ligne». Après une sélection des partenaires mi-mai, le service devrait ouvrir courant juin, d'abord sous forme d'expérimentation. Ce travail sur la présence numérique de l'agence issue de la fusion ANPE-Assedic s'inscrit dans la volonté d'amélioration et de mesure de l'efficacité de l'agence. Un chantier lancé par le directeur général de Pôle emploi dans le cadre de son Plan stratégique 2015. «Beaucoup de jeunes font aujourd'hui toutes leurs démarches par Internet et il n'est pas idiot de se pencher sur la question», expliquait ainsi Jean Bassères au Figaro lors de sa prise de fonction.

En revanche, l'obligation pour les entreprises de déposer leur offre chez Pôle emploi, levée depuis plusieurs années, ne sera pas rétablie. «Nous n'aurions aucun moyen de contrôler qu'elle est bien appliquée», conclut Jean Bassères.

(Source : Le Figaro)


[1] C'est pire que ce qu'on croyait — c'est-à-dire que seulement 20% des offres du marché passaient par Pôle Emploi !
En effet, en se basant sur les 156.000 offres disponibles qu'affiche aujourd'hui pole-emploi.fr, avec une part de 20% pour Pôle Emploi, cela nous faisait un total d'environ 800.000 offres disponibles sur le marché à cet instant T. Mais avec une part de 38% pour Pôle Emploi, ça ne nous en fait plus que 500.000 à tout casser ! Ô rage, ô désespoir...

[2] A propos de ce tripatouillage statistique, Le Canard Enchaîné a publié récemment un petit article sulfureux qui relate quelques bonnes vieilles méthodes pratiquées à Pôle Emploi, l'un d'elles consistant à saisir de fausses offres censées avoir été pourvues afin de gonfler des indicateurs de performance.

[3] Emplois vacants, offres non pourvues : gare aux mystifications !
On ne le dit jamais assez, mais les postes qui ne trouvent pas preneurs sont particulièrement mal payés et difficiles. C'est aux employeurs de ne pas prendre les gens pour des esclaves/cons et de faire l'effort de rendre leurs emplois plus attractifs.



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 11 Avril 2013 14:56 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...