Actu Chômage

samedi
24 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Emplois non pourvus : l’enfumage continue

Emplois non pourvus : l’enfumage continue

Envoyer Imprimer
Les majorités se succèdent mais les bons vieux enfumages prospèrent. Depuis dix ans, un chiffre revient sur la table. Il varie d’une année sur l’autre. Parfois 300.000, parfois 500.000. Il s'agit des emplois soit-disant non pourvus. Décryptage d’un enfumage en «bande organisée». Article rédigé en juin 2013.

Et le Medef et le gouvernement de pleurnicher, chaque année, constatant que des centaines de milliers d’emplois ne trouvent pas preneurs. L'annonce de tous ces jobs non pourvus tombe toujours pile-poil quand l’Insee prévoit une forte dégradation du marché du travail.

«Comment ça ? Quoi ? Le chômage atteint des sommets alors qu’il y a tant d’emplois disponibles mais non pourvus ? Quelle honte ! Qu’est-ce qu’ils attendent tous ces fainéants de Chômeurs ? Leurs allocs en fin de mois ? Qu'on les mette au turbin !».

Voilà une argumentation imparable dans l’esprit du grand public. 300.000, 500.000 ou 700.000 emplois vacants, vous imaginez le scandale ? Un seul constat s'impose : Les chômeurs ne veulent pas bosser, tout simplement. En vérité si je mens, il n’y a pas 3,2 millions de demandeurs d’emploi en catégorie A, mais 300.000, 500.000 ou 700.000 de moins, si on soustrait tous les fainéants qui ne veulent pas occuper les emplois dispos.

La mécanique est bien huilée. Ça marche à tous les coups ! Et les médias de reprendre en chœur cette info, en interrogeant quelques patrons et autres badauds outrés : «Voilà où mène notre système de protections sociales forcément trop généreux ! À la fainéantise, ma Bonne Dame, à la fainéantise !».

La première question qu'on devrait pourtant poser aux auteurs de cet «enfumage en bande organisée» (c’est très à la mode la «bande organisée»), c’est : Où qu’ils sont ces 300.000 à 700.000 emplois ?

Pas chez Popôle en tous cas, dont le site affiche – quand il fonctionne – 140.000 à 180.000 offres (dans le meilleur des cas), dont une majorité écrasante de CDD de quelques heures, de quelques jours ou de quelques semaines. Alors où qu’ils sont, hein ?

«Mais voyons, ouvrez les yeux ! On manque cruellement de bras dans certains secteurs comme le bâtiment, la restauration… Interrogez un patron du BTP ou un gérant de restaurant, vous verrez. Des boulots, il y en a plein de dispos !»

Ah bon ? Comme c’est étrange ! On manque de bras dans des secteurs où le «travail au black» - comme on dit - est quasiment institutionnalisé ? Dans des secteurs grands pourvoyeurs d’emplois non déclarés ? Une pratique de plus en plus répandue qui, bien évidemment, fait l’affaire… des patrons qui «oublient» de payer les cotisations et de remplir leurs obligations sociales.

Ainsi, on manque de bras dans des secteurs où un emploi sur trois ou quatre est occupé par des travailleurs non déclarés. Il suffit de faire un petit tour dans les arrière-cuisines des restaurants et brasseries pour apprécier la proportion de travailleurs qui enchaînent des heures et des heures de boulot pour des salaires leur permettant à peine de se loger à 4 ou 5 dans une chambre de bonne.

Comme sur ces chantiers où, à présent, on entend plus parler polonais et ukrainien que portugais et arabe. Comme aurait dit Coluche : «Qu’est-ce c’est que ces Polonais qui viennent piquer le pain de nos Arabes ?».

On l’aura compris, l’histoire des emplois disponibles dans des secteurs comme la restauration et le BTP, c'est complètement bidon ! Tout simplement parce que les employeurs préfèrent embaucher des gens peu regardant sur le montant de leur fiche de paie et sur leurs conditions de travail, que des casse-bonbons qui veulent gagner correctement leur vie et bénéficier des protections sociales habituellement accordées en France (plus pour longtemps !).

Forcément, entre un Polonais qui accepte de bosser 10 heures par jour (même le week-end) pour 1.300 euros cash, et un Français payé 1.500 euros nets hors cotisations sociales et avantages divers (congés payés, prise en charge des transports…), il n’y a pas photo ! Le premier coûte 1.300 euros, le second 2.600 ! Le calcul est vite fait. 

Tout ça pour dire que, dans certains secteurs, tout le monde – à commencer par le patronat – se satisfait d’une situation où des centaines de milliers de travailleurs sont payés à la «va-que-je-t’embrouille». À part l'URSSAF, personne ne le déplore. On laisse faire à grande échelle !

Les soi-disant emplois non pourvus dans ces secteurs le sont d’une façon détournée. 

Les mieux informés vous diront : «Mais il n’y a pas que dans le BTP ou la restauration qu’il y a des postes vacants. Il existe plein d’autres secteurs qui cherchent des bras, comme celui des services à la personne, dans la grande distribution, et même ailleurs, dans la plomberie, la boucherie, dans beaucoup de métiers artisanaux». C’est exact ! Mais alors, qu’est-ce qui coince ?

C'est simple comme bonjour : On ne forme plus assez de bouchers ! On ne forme plus assez de plombiers ! Imaginez-vous qu’on ne forme plus assez de… médecins ! 20 à 30% des praticiens qui s’installent aujourd’hui en zones rurales viennent de l'étranger, de Roumanie par exemple ou d’Afrique. Ben alors ? Qu’est-ce qu’on attend pour former des médecins, des plombiers et des bouchers bien de chez nous ? Des travailleurs qui occuperont des emplois dans les secteurs dits en tension (où les postes ne sont pas pourvus faute de candidats).

Qui a imposé des numerus clausus hyper strictes en France ? Qui n’a pas formé assez de médecins pendant des années et des années ? Et même des bouchers, des plombiers, des menuisiers… ?

Que fout l’Éducation nationale ? Que foutent le ministère du Travail et de l’Emploi, le Conseil Économique et Social, les Chambres de commerce et d'industrie, les Chambres de métiers, les organisations patronales et syndicales ? Ils sont payés à quoi faire ? Pantoufler pénardement pendant que le chômage et la précarité explosent ?   

Pourtant, il existe un moyen efficace de pourvoir un emploi vacant (ou des centaines de milliers, comme l'affirment les enfumeurs), une technique imparable pour trouver un collaborateur dans n’importe quel corps de métier, y compris les plus pénibles. Et ce moyen s’appelle la paie ! Ben oui, il fallait y penser !

Si elle est bonne, si elle est incitative, les candidats se bousculeront. Rares sont ceux qui préfèrent végéter au chômage à 600 ou 700 euros par mois (pendant 23 mois maximum) que travailler dans des conditions décentes pour 1.500 euros nets (hors congés payés et compagnie).

Forcément, quand on propose des emplois payés au lance-pierre, exercés dans des conditions dégradées, les postulants ne se bousculent pas au portillon. Mais là, j’entends déjà monter des rangs des organisations patronales l'argument qui tue, l'argument selon lequel : «La mondialisation et la concurrence internationale nous imposent une stricte modération salariale. Si nos entreprises veulent rester compétitives, il faut bloquer les salaires et augmenter le temps de travail». Amen !

OK, mettons-nous d’accord ! Ces mesures de blocage des rémunérations et d’augmentation de l'activité professionnelle concernent qui exactement ? Les ouvriers, les cadres moyens, les cadres supérieurs, les hauts fonctionnaires, les professions libérales, les patrons ?

Aaaaaaah, vous me rassurez ! Vous parlez des ouvriers et des employés. Enfin, de celles et ceux qui sont «au bas de l’échelle»…

Emplois vacants (et blocage des rémunérations des moins bien lotis) : Foutaises !

YB pour Actuchomage.org - Article rédigé en juin 2013

PS : Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer (en conclusion de la Conférence Sociale, le 21 juin) que 30.000 chômeurs seront prochainement formés pour occuper quelques-uns des 300.000 postes non pourvus . Nous voilà sauvés ! ;-)

30.000, c'est moins de 1% des 3,2 millions de chômeurs de catégorie A. Moins de 0,6% de tous les inscrits à Pôle Emploi. C'est même moins que le nombre de nouveaux chômeurs enregistrés au mois d'avril dernier (40.000).

PS-2 : Plus récemment (septembre 2014), c'est au tour de François Rebsamen, notre brillant ministre du Travail, de participer à l'enfumage en affirmant que "350.000 emplois ne trouvent pas preneurs".  

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 17 Avril 2015 17:09 )  

Commentaires 

 
0 # °plume° 2013-06-21 23:00 toujours la même méthode… une demie ou fausse info pour orienter les conclusions (bien sûr la conclusion faisant appel aux bas instincts) pour faire approuver par la masse des mesures plus restrictives niveau chômage, c'est comme cette conversation que ma mère a eu avec un couple de retraités en faisant ses courses, parlant de choses et d'autres elle en vient à parler de sa future retraite, le gars se met alors à lui dire, vous vous rendez compte les chômeurs touchent 700 e et quelques de retraite bla bla l'écume aux lèvres, bon il devait sans doute parler de l'aer, le gars entend à la télé une info, ne la comprend pas et raconte ensuite des tas de conneries autours de lui, désinformation quand tu nous tiens… ce qui est grave dans tout ça c'est que l'humanité n'a jamais eu autant d'accès à l'info grâce au net et ne s'en sert pas Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 03:23 Oh que si ils comprennent. Mais ils se servent d'un morceau d'info pour le grossir et en faire de la propagande.
Pendant 5 ans ils ont eu des maîtres enfumage qui leur ont montré l'exemple : décomplexez vous, ils nous emmerde des sales pauvres.

On a eu des thermes comme "Discrimination Positive".
Dans une telle expression tout est dit. On pourrait facilement inventer "La pauvreté bénéfique" ou la "La maladie curative".

De toute façon c'est pas compliqué. Les vieux actuels ont généralement un bon pactole d'une vie qui leur a tout donné.
Ces gens là aiment le fric et sont sarkozystes ou FN.
Ils chient sur les la jeunesse actuelle. C'est eux contre eux.

On a un vrai conflit de génération. C'est la même chose en Allemagne, en Belgique, etc…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Anarchat 2013-06-22 10:42 Je ne suis pas toujours d'accord avec Yves Barraud, mais pour le coup, quel coup de gueule salvateur ! Merci, mais hélas. Comme le déplore Plume, la désinformation généralisée sape les possibilités d'unité populaire. Quand le sage montre la lune etc etc etc… Déclassé écœuré par ce système inique, sans doute par une excessive naïveté inhérente à mon milieu d'origine, j'en reviens sans cesse à ce lourd constat, 80% sont de parfaits abrutis qui, finalement, n'ont que ce qu'ils méritent. C'est simpliste certes. Mais il revient aux autres, les moins cons, de s'organiser et d'agir de manière solidaire, les uns les autres, avant l'inévitable déferlement de haine qui, on fine, profitera encore une fois aux vrais nantis… Et ainsi la boucle est bouclée. Avant que les changent réellement, il aura, une fois de plus, observer l'anéantissement d'une partie de la population, aux détours de guerres, mondiale ou plus certainement civile, merci le FN… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-06-22 13:48 Vous avez tort de ne pas être toujours d'accord avec moi !

Vous apprendrez que j'ai toujours raison. Je plaisante, évidemment !

Ne pas être d'accord, c'est la vocation d'Actuchomage !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaa 2013-06-22 11:27 Très bon article.

> Mais là, j’entends déjà monter des rangs des organisations patronales l'argument qui tue, l'argument selon lequel : «La mondialisation et la concurrence internationale nous imposent une stricte modération salariale. Si nos entreprises veulent rester compétitives, il faut bloquer les salaires et augmenter le temps de travail». Amen !

A ça, on peut répondre…
1. Il n'y a toujours que 24h dans une journée. Une fois retiré le temps de sommeil, de transport et de nourriture, on en est réduit à 12h de travail/jour : une fois cette limite atteinte, que va faire le capitalisme?

2. Apparemment, le salaire le plus faible au monde est actuellement au Bangladesh, à 0,38€/heure. Une fois que tous les salariés du monde seront descendus à ce niveau de rémunération, qui va acheter les bagnoles et les écrans plats produits par ces travailleurs?

Le MEDEF, belle intelligence en vérité.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Marcel2 2013-06-23 11:38 Réponse au point 2 : personne, et ce ne sera pas plus mal. On dirait en vous lisant que cela ne vous dérange pas qu'au Bangladesh le taux horaire reste le même, du moment que vous, occidental, vous puissiez acheter ces objets à bas prix grâce à un boulot rémunéré correctement. Comme si l'idéal serait que tous les salariés restent aux niveaux de rémunération actuels, avec les inégalités qui en découlent.

Le problème principal avec l'organisation internationale du travail aujourd'hui, au-delà des inégalités qu'elle engendre, c'est qu'elle rend la production uniforme et impose la même culture à tous, au détriment du simple bon sens souvent. Du point de vue démographique, développer la circulation automobile en France, c'est possible, en Inde, c'est une connerie. Vous imaginez les bouchons ? C'est même pas une question de pollution ou d'écologie, c'est une question de place.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:12 Multi-citer Aaaaaaaaaaaaaaa aaaaa:
Très bon article.
A ça, on peut répondre…
1. Il n'y a toujours que 24h dans une journée. Une fois retiré le temps de sommeil, de transport et de nourriture, on en est réduit à 12h de travail/jour : une fois cette limite atteinte, que va faire le capitalisme?

Les capitalistes sont plein de ressources, je leur fais confiance pour trouver.

Multi-citer Aaaaaaaaaaaaaaa aaaaa:
2. Apparemment, le salaire le plus faible au monde est actuellement au Bangladesh, à 0,38€/heure. Une fois que tous les salariés du monde seront descendus à ce niveau de rémunération, qui va acheter les bagnoles et les écrans plats produits par ces travailleurs?


Saviez-vous que le secteur du luxe ne connait pas la crise ? Il se porte mêmeà merveille. J'espère que cela répond en partie à votre question.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 03:49 Leur logique est avant tout de servir des uns pour affaiblir les autres.

Il n'y a pas de gouvernement mondial.
Donc ils soutiennent un fonctionnement anarchique ou eux seuls profitent du manque de règle : trading, dumping, etc…

Que fait le FMI ? Dépendance, endettement ?

Que fait la CMA CGM ? Qui fixe les règles au Conseil Européen ?
A quelle banque appartient le Dollard ?
Comment se fait t-il qu'avec un Euro fort, la France perd en export et avec un Euro faible elle crève sous le prix flambant du pétrole ?
Pourquoi Pompidou a expressément confié la dette française a des banques privées ? Pourquoi Giscard s'est battu la même chose au plan européen.

Est-ce que BCE = FED ?
A qui profite l'Europe ? Aux banques ou au peuple ?

Les banques sont toutes reliées entre elles par des emprunts mutuels. La Grêce fuit, L'irlande aussi. On tire la ficelle et c'est tout l'ensemble qui se vide.

QUAND ALLONS NOUS ARRÊTER DE PAYER CES FOUTUS DETTES IMPOSSIBLE A REMBOURSER ???!!!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-06-22 12:38 Très bon article Yves. Des mensonges comme d'habitude.
En ligne à ce jour sur le site de PE, on compte 174 897 offres. De là on en conclut que ces offres ne sont pas pourvues. Mais il y a un temps entre la diffusion, le tri des CV, les entretiens et l'embauche. Selon quelles statistiques peut on déduire qu'il y a des offres non pourvues.
Quelles sont les causes ? Il y en a plusieurs.
Exemple : l'expérience.
Si l'employeur exige 5 ans d'expérience et qu'il n'en trouve pas, c'est la faute des chômeurs ?
A force d'embaucher des expérimentés, on laisse de côté les débutants, qui au fil du temps, deviennent inemployables car leurs compétences acquises en formation deviennent périmées. Ces personnes là viennent grossir le stock des chômeurs.
Les employeurs veulent que les autres employeurs embauchent des débutants pour ensuite les récupérer lorsqu'ils sont expérimentés. Comme chacun pense de même, on ne s'en sort pas.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:04 Les 160 000 offres de PE sont complètement bidons.

D'une part comme tu l'explique, il y a des miliers d'emplois qui sont affichés et qui sont des emplois tampons. C'est à dire que le temps que l'annonce apparaisse, elle est déjà prise et cette annonce traine sur le site de PE. Ou bien le recrutement est telement long que beaucoup d'offres restent en attente de décision.
Donc du tampon.

D'autre part, beaucoup d'offres sont des sondages.
Elles sont en faite fictives. Se sont instituts de formation ou consulting qui recrutent fictivement pour sonder le marcher.

Des offres sont aussi bidon, c'est PE qui les crée !

D'autres sont impossible a prendre faute de formation. Ou on demande plusieurs qualification pour un même poste. Ou un job avec un salaire trop bas et illégal par rapport au coef.
Il y a des annonces aussi hors la loi.

Il serait intéressant d'avoir un vrai chiffre. Mais il ne viendra certainement pas de Pôle Emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # PhilLL 2013-06-22 13:18 Bonjour,
d'accord, mais je ne comprend pas les montants des salaires donnés en exemple : 2000 : 2200 € mois hors avantage : j'ai l'impression en lisant ces montants que vous ne connaissez pas la réalité des salaires en France. Dommage pour le reste je suis à 100%.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-06-22 13:43 J'ai forcé le trait. J'ai pris mon cas pour une généralité. ;-)

Quoique, maintenant je suis au RSA ! ;-(

Je corrige… à la baisse ! Merci.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-06-22 14:11 Pour autant…

Une étude de la Dares lève le voile sur les salaires par branche et par secteur professionnel.

Quarante et un euros, telle est la hausse du salaire mensuel net moyen dans le secteur privé et les entreprises publiques en France en 2010.

Il a ainsi atteint 2.082 euros par mois soit 2.764 euros bruts, selon une étude du ministère du Travail publiée jeudi. (À ne pas confondre avec le salaire médian, qui sépare la population des salariés en deux parties égales — 50% gagnent plus, 50% gagnent moins — et s'élevait, lui, à 1.675 euros nets par mois. À ne pas confondre non plus avec le niveau de vie médian qui s'élevait à 1.610 euros.)

(…)

Par catégorie socio-professionnelle , le salaire net moyen des cadres et chefs d'entreprise salariés s'est établi à 3.950 euros en 2010 (+1% et jusqu'à 2,1% chez les cadres du secteur financier), celui des professions intermédiaires à 2.143 euros, celui des ouvriers à 1.583 euros (-0,2%) et celui des employés à 1.507 euros.

(…)

Pour avoir un meilleur salaire, mieux vaut travailler dans un groupe de plus de 500 salariés (salaire net mensuel de 2.303 euros) qu'un groupe de moins de 10 salariés (1.751 euros), indique l'étude qui explique notamment cet écart par le fait que les petites entreprises recrutent plus souvent des jeunes et des ouvriers ou employés. (…)

(Source : L'Expansion)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # sophie stef 2013-06-22 13:33 Bien des employeurs préfèrent embaucher des jeunes en formation (contrat de qualification) sous payés, plutôt que des personnes expérimentées…
Ainsi, à titre d'exemple, une TPE pour laquelle j'ai bossé a recruté une "faisant fonction" de comptable qui a planté la boite…et a, en outre raté son BTS quelle préparait via une boite privée qui lui coûtait tout son salaire et qui avait un taux de réussite de l'ordre de 10%
Si c'est cela qui doit se développer…misèèère , misèèèère!!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-06-30 16:22 La sté de service à domicile O2 par exemple est friande de stagiaire. Regardez cela sur toute la France http://stages.o2.fr/portail/portail.svt?step=33&placesn=STAGE_AGENCY
Avec une gratification de 436 euros par mois sans charge, c'est comme cela qu'on est compétitif.
Si vous voulez un contrat de travail normal, même au smic, vous êtes trop cher.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:14 Sans oublier les stagiaires que l'on fait tourner. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cassiopée 2013-06-22 16:10 Lorsque vous embauchez une femme ça coûte moins cher, 20% de bénéfice sur le salaire

Lorsque vous faites travailler des étrangers ça coûte aussi moins cher, bénéfice sur le salaire

La pression continue en développant les emplois précaire avec ses bénéfices précédemment cités.

Le salaire est une marge bénéficiaire non négligeable pour une (grande) entreprise, et qui dégage des profits.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # MartineG 2013-06-22 16:19 C'est pourquoi le chômage est voulu : il fait pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. L'inflation est maîtrisée, les droits des salariés détruits : un vrai bonheur ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-06-22 16:35 Je ne pense pas que le chômage soit une volonté du patronat, mais la conséquence de leur choix stratégique et de l'économie. Une entreprise n'a pas pour vocation première de créer des emplois, mais de produire des biens ou créer des services pour les vendre. Si l'entreprise peut y arriver avec 10 salariés, elle ne va pas par philanthropie en embaucher d'autres sans leur fournir du travail. Elle embauchera lorsque ses carnets de commande seront remplis. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MartineG 2013-06-22 17:18 Si c'est une conséquence de choix économiques, alors il y a aussi volonté ! Maintenir un taux de chômage suffisamment fort pour générer ces conséquences qui les avantage tant (déflation salariale, précarisation de l'emploi et destruction méthodique des droits : ça leur profite tellement qu'on ne peut pas dire qu'ils ne font pas exprès !) est une politique qui est appliquée depuis le virage néolibéral des années 80 : notre taux de chômage n'a jamais été inférieur à 7% depuis. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-06-23 11:42 Ce n'est pas mon point de vue. Je pense par ex à une entreprise qui a fait parler d'elle ces derniers temps (viande de cheval). Les choix des dirigeants ont amené à sa perte. Des emplois sont en jeu. On ne peut pas dire que les dirigeants ont voulu mettre ces gens au chômage pour le plaisir. C'est à cause de leur fraude que tout cela est arrivé. Doit on fermer les yeux pour la sauvegarde des emplois à tout prix en laissant faire n'importe quoi ? Je ne vois pas en quoi cette fermeture est profitable aux dirigeants. On ne peut pas tout généraliser. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:19 C'est bien là le problème. Tout repose sur le bon vouloir du patronat qui, il faut tout de même le noter, préfèrera souvent surcharger son personnel de travail plutôt qu'embaucher de nouveaux salarié, voire, mieux, dans le cas des multinationales , détruire des emplois de manière à augmenter les dividendes des actionnaires. Le partage du temps de travail était pourtant, on le sait, une bonne solution et un bon compromis. Mais à l'heure ou la productivité a été décuplée notamment en raison d'une automatisation croissante, on préfère augmenter le temps de travail. Le chômage permet aussi de maintenir la pression sur les bas salaires puisqu'il y a plus d'offre de travail que de demande. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:18 C'est exactement ça.
Les gens acceptent tout quand ça se bouscule derrière la porte.
Il sont forcés d'en faire bien plus à leur poste, jusqu'à souvent en tomber malade. Ils ne demandent pas d'augmentation. Ou on la leur refuse.
Ça fait baisser les salaires.

La droite organise le chômage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Marius92 2013-06-22 19:03 Un article intéressant qui montre la surenchère permanente de nos dirigeants politiques… et parfois même syndicaux sur le sujet : http://munci.org/Emplois-non-pourvus-Francois-HOLLANDE-Vincent-PEILLON-et-la-CFDT-delirent-a-leur-tour Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # dude 2013-06-23 17:00 Si tout cela est exagéré, les situations de vacances d'emploi et de pénuries sur certains métiers existent bel et bien même si a vérité est comme souvent entre les deux. Mais vous avez raison de pointer que l'Etat est un pompier pyromane, car c'est aussi lui qui installe les numérus clausus, qui se laisse impressionner par les lobbies et qui oublie de mener une politique de formation prospective (aéronautique, ascenseurs, etc…) et qui promet à la recherche et aux agriculteurs pour se dégonfler ensuite. On parle, on parle, mais on ne fait jamais rien… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # lebeaupolo 2013-06-24 09:50 Bien dit ! Tellement mieux que moi, avec mes mots. Alors Yves, si tu permets je vais copier -coller ton texte, avec l'adresse du site et tout - pour envoyer à quelques "bons amis" qui me prennent la tête avec leur:
"Pourquoi tu trouves rien ?"
Et pis, tu devrais l'envoyer aux journaleux de service à la télé ou radio-info, tu sais, les perroquets sans plumes qui répètent "emplois non pourvus" .
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:22 Seulement, tes amis se moquent bien de la vérité. Leur position dans le système est confortable. lls ne sont pas exclus. Le reste importe peu. Chacun pour soi. Connaître la vérité ne les fera pas changer d'avis et de leitmotiv (ce serait gênant pour eux) : yaka, ilfo, tudoi. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:20 La TV, la presse est toujours tenu par les mêmes : Dassault, Lagardère, Rotchilds, etc…

Donc…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Biohazard 2013-06-25 11:16 Il n’y a pas que la nourriture dont le gaspillage se chiffre à 53% et pour l’energie 50% à peu près.

Il y a aussi le matériel qui est construit, et que ne sont pas consommés, ce sont des quantités colossales de produits fabriqués non vendus qui sont issues des délocalisations .

C’est un gaspillage massif de consommation qui font que les stocks ne sont plus prise en compte comme par le passé car ce sont les chiffres de la fabrication qui sont prise en compte, et l’on parle de grandes entreprises qui ont des revenus énormes de la bourse donc la fabrication n’est pas une priorité mais une notion de rendement effectué avec des assurances en cas de perte qui rapporte aussi des masses f’argent.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:23 Ce gaspillage est utile. Il sert les intérêts de ceux qui produisent et dont le seul but est d'écouler leur m*** ou marchandises. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # reclassement salarié 2013-06-25 15:20 Le nombre d'offres d'emploi non pourvues correspond tout simplement au pendant de ce qu'on appelle le chômage frictionnel. On en réduira d'autant pas le nombre que la croissance se révèle plus forte, mais il ne porte alors pas à conséquence.
Plusieurs causes à ces offres d'emploi non pourvues : un salaire trop bas par rapport aux prix du marché du travail ou du coût de la vie, une mauvaise évaluation des compétences requises pour un poste à pourvoir, des compétences non disponibles ou non existantes sur le marché du travail, un changement dans la politique de recrutement de l'entreprise…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MacG 2013-06-26 13:24 Que de vérités dans cet excellent article, Yves. Ça fait tellement plaisir à lire.

C'est bien la paie le cœur du problème, et les exploiteurs de tout poil se croient à deux doigts du travail gratis imposé à tous (Forza Deutschland!). Oui, ils peuvent remercier tous ces lèche-boules de la presse de marché qui font écran (de fumée) devant toutes les sources de réinformation disponibles mais dont les gens ne soupçonnent même pas l'existence ou dont ils se moquent comme le dit °plume°.

Si la presse commerciale de désinformation et de diversion constitue un problème majeur on remarque en effet que le simple bon sens fait défaut aux enragés qui ne savent pas compter. C'est pourtant simple : 3.200.000 – 500.000 = 2.700.000 = le problème reste entier = il va falloir penser à arrêter de nous faire ch… et regarder le problème en face. Ça rentre chez certains mais ça reste marginal et tellement lent (retenir les débilos de la télé, ça par contre, ça passe tout seul).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-06-26 15:16 D'autant que le "bon calcul" est plutôt : 5.000.000 - 500.000 = 4.500.000

Car on l'oublie trop souvent (pas ici bien sûr) : Il n'y a pas 3,2 millions d'inscrits à Pôle Emploi, mais largement plus de 5 millions, soit autant de personnes en recherche d'un vrai job rémunérateur… sans compter les Dom.

Tout compris, on flirte avec les 6 millions !

Pour finir, les emplois vacants ne se trouvent pas non plus chez les Cadres. Selon Courrier Cadres (le magazine de l'Apec), les offres dans l'encadrement sont très nettement en baisse, tous sites Internet confondus.

Courrier Cadres (juin 2013) conseille même aux cadres de s'exiler… en Suisse (ça ne s'invente pas !). Pas pour planquer leur pognon mais pour trouver un job !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # MacG 2013-06-26 20:44 Oui, de ce que j'en sais, pour les cadres c'est aussi l'enfer (cela dit, pas pour ceux dénués de tout scrupule qui ont fait de la connardise et de l'entubage un mode vie), surtout ceux qui veulent croire que le travail, en plus d'être décemment rémunéré, doit avoir un sens. J'imagine que tu fais partie de ceux-là. Y a peut-être quelques (misérables) bonnes places mais c'est comme le reste, il faut avoir le cul bordé de nouilles pour tomber dessus. Et puis la machine à broyer tourne à plein avec les p'tits jeunes qui y croient à mort, « embauchés » par fournées pour pousser au taquet ou foutre dehors les « vieux ». La même qu'ailleurs quoi.

Ah c'est du beau tout ça ! Bon courage à toi et à tout le monde.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:25 6 millions certainement, mais je suppose qu'on est même en-dessous de la réalité. Toujours est-il qu'il n'y a pas des millions d'emplois créés. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:36 Pas des débiles, bien au contraire.
Mais des manipulateurs.

Il faut dire aussi que le QI moyen français est très bas.
Et plus tu multiplie le mensonge et plus ça rentre.

Les gens boivent le 20h et mangent de la presse.
Ils prennent pour argent comptant un livre d'histoire.
Ils n'ont aucun esprit critique.

Tout est fait pour assommer. Les 15-25 sont nourris à la télé réalité. On leur sculpte un esprit bas.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-06-30 16:25 Une analyse de la pénurie de candidats http://www.juritravail.com/Actualite/principes-et-regles/Id/69271

Pour les chefs d'entreprise, les principales raisons de cette difficulté à recruter sont le manque de compétences techniques des candidats, l'absence de candidat disponible ainsi que le manque d'expérience

En résumé les débutants n'intéressent pas les employeurs. Jadis on pouvait entrer dans une entreprise par la petite porte et grandir au fil du temps. Aujourd'hui ça n'existe plus ou alors de façon exceptionnelle.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:43 J'ai déjà vu ce top 10 des métiers en tension.

Il ne veut rien dire. Il désigne des groupes entiers sans nommer des métiers.
Ex : techniciens, ouvriers, métiers manuels, etc.

Ca n'a aucun sens. Tout est compris en sommes.
J'attend une vrai stat. Avec très précisément les 100 métiers qui demandent de la main d'oeuvre. Et bizarrement… ben on ne sait jamais !
PE n'a rien, Unistatis est très large aussi, on a jamais de réponse.
C'est pourtant la chose principale ?!
Comment se diriger vers l'emploi, la formation ? Si on ne sait pas où aller.

Très bizarre tout ça. Tous ces gens payés à rien foutre pour au final laisser les gens dans le brouillard.
Mais ne serait-ce pas voulu ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Kani 2013-07-10 17:26 Dans certains cas les employeurs pourraient palier le problème par la formation interne, mais ils préfèrent piocher dans le vivier des candidats potentiellement exploitables. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:45 Le pire c'est qu'ils empochent du DIF pour la formation.
Mais souvent elle se transforme sous d'autres formes d'achat.
En gros l'ouvrier n'en voit pas la couleur.
Ils ne misent pas sur l'homme.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Andrea Nonyme 2013-07-12 03:22 Vous devriez chercher le "taux de vacance d'emploi" (job vacancy rate) le chiffre est surprenant.

Dans notre pays, ce taux serait 6 fois moindres que celui de l'allemagne. Est-ce une derive méthodologique ?

En tout cas, mettre ce chiffre en avant tord le cou à pas mal d'idée recu car cela donnerais moins de 85 000 postes vacant (on est loin du demi-million fréquemment donné). Cela montre aussi que pôle emploi n'est peut-etre pas totalement inefficace.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Cerfo 2013-07-17 04:49 Totalement inefficace surement pas.
Mais PE se sert de l'argent des formations pour crée ses structures annexes privées et ils se reversent l'argent des formations.

On vous met 3 mois par ici, 6 mois par là. Ca coute un bras. Et en attendant vous attendez toujours qu'on vous paye votre formation.
Généralement le plafond est de 1500 €. Donc 4 à 7 jours de formation réelle. Et elles sont dispo de janvier à mi-avril. Après PE n'a soit disant plus un rond pour financer.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Mika76 2013-07-13 18:44 Une vidéo a faire circuler sur les arnaques que sont le chômage et les retraites

http://www.youtube.com/watch?v=m_cZ26B7ACQ
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Chiz 2013-07-18 11:34 "Enfumage, vous avez dit enfumage ?"

Pas de doute, chômage et enfumage sont bien ensemble
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # nique les bobos 2013-07-24 01:38 Pourvoir les emplois vacants, le medef s'en contrefout. A un certain niveau, la formation se fait en interne de toute façon. C'est bien connu, on est jamais mieux servi que par soi même. Le problème pour le medef, c'est juste les chômeurs qui font c … à demander des sous.

Former des gens aux frais du contribuable, pour accomplir des taches qui jadis ne demandaient aucune qualification, histoire d'avoir une main d’œuvre tout de suite rentable et jetable sans perte pour l'entreprise, …alors là par contre !?

Avec la gauche qui a toujours eu le culte du diplôme ( peu importe lequel ), il est sur d'être exaucé.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Macron s'apprête à renforcer le contrôle des chômeurs. Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...