Actu Chômage

samedi
1 octobre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse «Nous allons vers une lente dérive du chômage»...

«Nous allons vers une lente dérive du chômage»...

Envoyer Imprimer
Tel est l'avertissement de Mathieu Plane, économiste à l’OFCE. Explications.

La faible croissance est la principale raison de la baisse des créations d’emplois, mais elle n’est pas suffisante pour expliquer le phénomène de hausse du chômage que l’on observe depuis quatre mois.

Premier point, nous remarquons en France une dynamique à la hausse de la population active : les entrants sont plus nombreux que les sortants parce que nous bénéficions d’une démographie forte, contrairement à l’Allemagne par exemple, où la population est vieillissante. En France, le solde d’entrants et sortants est positif : il y a en moyenne 90.000 nouveaux entrants par an. Il faut donc créer 90.000 emplois pour les absorber et éviter une hausse du chômage.

On remarque également un effet institutionnel : c’est l’effet réforme des retraites, qui a commencé à jouer dès juillet. Avant la réforme, environ 20% d’une génération partait en retraite chaque année, soit 160.000 personnes. Avec la réforme, le départ en retraite est décalé de quatre mois. Aujourd’hui, 50.000 personnes ne partent pas parce que leur départ est reporté. Ils sont donc toujours comptés comme faisant partie de la population active, qu’ils soient en activité ou au chômage.

C’est une des raisons de la forte hausse de la population active cette année : pour 2011, elle devrait augmenter de 140.000 personnes environ [l’Insee table sur une hausse de 153.000, NDLR], donc beaucoup plus que les 90.000 nouveaux entrants pour les autres années.

Et c’est là qu’intervient la croissance : pour réussir à créer 140.000 emplois par an et ainsi absorber cette augmentation, il faudrait une croissance d’au moins 2%. En Allemagne, où la population active n’augmente pas aussi vite que chez nous, 1,5% de croissance suffit à absorber les nouveaux entrants et même à faire baisser le chômage. Or, le gouvernement prévoit une hausse du PIB de 1,75% pour 2011 et 2012, qui devrait permettre de créer “seulement” 90.000 emplois. Et nos prévisions pour 2012 sont encore plus pessimistes…

Les créations d’emplois ne seront donc pas suffisantes pour enrayer une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans les prochains mois. Nous allons vers une lente dérive du chômage.

(Source : La Croix)


Post-scriptum : Pour le CAS (Centre d’analyse stratégique, ex commissariat au Plan), comité Théodule rattaché au Premier sinistre (à ne pas confondre avec l'autre comité Théodule de Luc Ferry, le Conseil d'analyse de la société), il n'y aura pas d'embellie sur l'emploi avant… 2030 ! LIRE ICI...
On a le temps de crever.




Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 08 Septembre 2011 14:46 )  

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...