Actu Chômage

jeudi
25 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Mobilisations, luttes et solidarités Pôle Emploi : Recours-Radiation pointe de nouveaux abus

Pôle Emploi : Recours-Radiation pointe de nouveaux abus

Envoyer Imprimer
Pôle Emploi se livrerait à des radiations abusives de chômeurs pour des motifs tels que des absences à entretiens téléphoniques ou des retards à des rendez-vous, rapporte Le Canard Enchaîné du mercredi 11 août.

L'hebdomadaire satirique pointe une pratique "qui se multiplie" : la radiation pour avoir manqué un entretien téléphonique. Avec la crise et l'explosion du nombre d'inscrits, ce mode de suivi a pris de l'ampleur car il facilite le travail de conseillers débordés... Concrètement, Pôle Emploi fixe au chômeur une convocation téléphonique à une date et une heure précises. Toutefois, si celui-ci manque à l'appel pour des raisons diverses (techniques ou sanitaires…), il peut être radié pour "absence au contrôle" et perd deux mois d'allocations, alors que le règlement de Pôle Emploi ne prévoit aucune sanction pour les entretiens téléphoniques, qui ne peuvent se substituer aux convocations en agence.

Pour une convocation physique ou téléphonique, le processus est sensiblement le même : en cas d'absence, une "lettre d'information" est envoyée au chômeur qui peut alors présenter ses arguments. Pôle Emploi prend ensuite la décision, ou non, de le radier de ses listes. Le demandeur peut alors présenter un recours auprès de l'agence ou auprès du Médiateur (voir coordonnées en bas de l'article). Si la radiation est confirmée, le dernier recours consiste dans une procédure devant le Tribunal administratif.

Toutefois, le Canard souligne que "les bavures sont légions", comme lorsque le conseiller de Pôle Emploi oublie d'appeler… mais radie le chômeur.

500.000 radiations par an, "dont 95% pour absence à convocation"

Le site Recours-Radiation recense ainsi une multiplication de plaintes pour radiations abusives. Lillybell raconte ainsi avoir été radiée tout simplement parce que son conseiller a oublié de l'appeler, ou encore Jessica, radiée après avoir malencontreusement raccroché à la suite d'une mauvaise manipulation de son téléphone.

Outre l'entretien téléphonique manqué, le site rapporte de nombreux témoignages de radiations pour quelques minutes de retard lors de convocations à des entretiens physiques. Par exemple, Mélanie a été radiée pour un retard de 10 minutes. Toutefois, "le fait de n'avoir que 10 minutes de retard" ne constitue pas un élément suffisant pour modifier l'intention de priver cette personne d'allocations pendant deux mois, pointe sa décision de radiation.

Au fil des témoignages, on voit aussi Mimi, radiée pour son absence malgré la présentation d'un certificat médical pour grossesse difficile qui impose de ne pas se déplacer, ou encore Vinceavelo, radié alors qu'il avait prévenu de son absence, justement, pour un entretien.

Chaque année, 500.000 radiations ont lieu, "dont 95% sont motivées par une absence à une convocation", précise à Nouvelobs.com David, administrateur de Recours-radiation.fr. "Depuis mars et la généralisation des convocations téléphoniques, ça devient du grand n'importe quoi..."

Pôle emploi conteste les accusations

Contacté par Nouvelobs.com, Pôle Emploi réfute ces accusations de radiations abusives. "Une fois la lettre d'information envoyée, le demandeur d'emploi a 15 jours justifier de son absence", explique Pôle Emploi. Il faut alors "présenter des motifs légitimes tels que des événements personnels et familiaux graves et imprévisibles, un entretien d'embauche, etc.", ajoute l'agence, précisant qu’"il y a toujours une possibilité de dialogue et de recours auprès de l'agence ou du Médiateur".

Quand Recours-Radiation parle d’"une multiplication des cas" de radiations pour absence, Pôle Emploi note que ce type de radiations "représente moins de 5% des recours devant le Médiateur".

David, le responsable du site, pointe toutefois chez Pôle Emploi un "laisser-aller" et une "non-prise en considération" de ces radiations. "Pôle Emploi ne se rend pas compte de l'énorme pouvoir de sanction qu'il détient", estime-t-il. "Du jour au lendemain des gens peuvent se retrouver sans rien. La sanction est disproportionnée."

(Source : Le Nouvel Obs)

Pour contacter le Médiateur :
Jean-Louis Walter
Direction Générale de Pôle Emploi
1 avenue du Docteur Gley
75987 Paris Cedex 20
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 14 Mai 2011 04:06 )  

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...