Actu Chômage

mardi
25 juin
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Emploi, salaires, contrats de travail : Les principaux chiffres de 2008

Emploi, salaires, contrats de travail : Les principaux chiffres de 2008

Envoyer Imprimer
L’Insee publie sa dernière étude sur l’emploi et les salaires. 20Minutes revient sur les principaux chiffres de ce tableau de la vie active en France à l'aube de la crise.

26,2 millions de personnes en emploi

A la fin 2008, la France compte 26,2 millions de personnes en emploi, dont 23,9 millions de salariés. Un chiffre en hausse depuis 40 ans [1], porté par la croissance de l’emploi dans le secteur tertiaire.

Ce dernier représentait 52% des postes en 1970, contre 77% en 2008. Les effectifs dans l’agriculture, de leur côté, ne cessent de chuter : 672.000 personnes ont un emploi dans ce secteur contre 2,5 millions il y a quarante ans. Quant au secteur de l’industrie, il ne représente plus que 14% des postes, contre 27% en 1970.

4,3 millions de fonctionnaires

Au total, 4,3 millions de Français étaient fonctionnaires en 2008, toutes fonctions publiques confondues (Etat, collectivités territoriales, hôpitaux).

La fonction publique d’Etat représente 38,5% de cet effectif global. Le nombre de postes a diminué de 174.000 depuis 2004, mais cette baisse «résulte pour plus de la moitié (environ 100.000) de transferts d’agents» vers les établissements publics ou les collectivités territoriales, précise l’Insee. Avec 1,8 million de personnes en 2008, les effectifs de la fonction publique territoriale ont de leur côté augmenté en moyenne de 3,6% par an depuis quatre ans.

86,9% de salariés en CDI

Le CDI reste la norme en France. 86,9% des salariés avaient un contrat à durée indéterminée en 2008.

Mais la part des CDD dans l’emploi salarié a nettement augmenté depuis trente ans : elle est ainsi passé de 5% au début des années 1980 à 9% depuis 2003. Les contrats intérimaires représentaient quant à eux 2,4% de l’emploi salarié en 2008 et les contrats d’apprentissage, 1,5%.

17,6% de personnes à temps partiel

En 2008, 17,6% des salariés étaient employés à temps partiel : 5,3% sont des hommes et 30% des femmes. Le secteur tertiaire regroupe à lui seul 91,4% des salariés à temps partiel.

Hausse de 1% par an du revenu salarial

Le revenu salarial moyen des salariés des secteurs public et privé, qui correspond à la somme de tous les salaires perçus dans l’année, CSG et CRDS déduites, a atteint 18.880 euros en 2008. Celui des femmes est inférieur de 27% à celui des hommes, notamment en raison de la forte présence féminine parmi les employés à temps partiel.

De 2004 à 2008, ce revenu salarial de l’ensemble des salariés du public et du privé a augmenté en moyenne de 1% par an en euros constants (c'est-à-dire inflation déduite).

1.700 heures de travail en moyenne pour les salariés à temps plein

Les salariés à temps complet ont déclaré en 2008 avoir travaillé 1.700 heures dans l’année, «soit sensiblement plus que 1.607 heures, équivalent annuel de la durée légale hebdomadaire de 35 heures», explique l’Insee. Avec 1.940 heures annuelles et 44,8 heures par semaine, les cadres déclarent les durées de travail les plus longues.

(Source : 20 Minutes)

[1] Il y a 40 ans, nous étions 51 millions. Aujourd'hui, 62...


Salaires : le riche, le pauvre et le médian

Le fossé entre les Français les plus riches et les plus modestes s’est encore creusé ces dernières années, selon une étude publiée jeudi par l’Insee. Qui gagne combien en France ? 20Minutes fait le point pour trois «déciles de revenus» (tranches de 10% de la population, soit 6,5 millions de personnes, classées selon leurs revenus) : les plus hauts, les plus bas, et les revenus «médians».

Les 10% aux plus bas revenus, moins de 876 euros par mois

Le premier décile de revenu, c’est à dire les 10% des Français aux plus faibles revenus, gagnent moins 10.520 euros par an en 2008. Un montant en hausse de 2,2% par rapport à 2007. Sont-ils pauvres ? Tout dépend d’abord de l'outil de mesure. En France, l’Insee considère que l’on est pauvre si l’on touche moins de 50% du salaire médian, soit 790 euros. En Europe, le taux considéré est de 60%, soit 948 euros. En dehors de ce débat statistique, on peut conclure qu’une grande partie de ce décile de revenu a un niveau de vie proche du seuil de pauvreté.

Ces Français sont aussi les moins biens pourvus en patrimoine. Parmi ce décile de la population, on trouve 27% des personnes n’ayant pas de patrimoine du tout et 20% de ceux qui ont un patrimoine modeste. Enfin, très peu sont propriétaires de leur résidence. Ce qui plombe également leur budget : les ménages à bas revenus consacrent en effet jusqu’à 44% de leur budget au logement.

Le Français «médian», 1.580 nets par mois

Si, en additionnant l’ensemble de vos revenus, vous touchez 1.580 euros nets par mois, vous êtes le Français «médian». C’est-à-dire que la moitié des Français gagne moins que vous, et que l’autre moitié gagne plus que vous. Ce mode de calcul permet de lisser les extrêmes, et est donc plus représentatif que le salaire moyen.

Mais les Français qui gagnent ce niveau de revenus ne sont pas égaux. C’est en effet dans le décile médian (entre 1.425 et 1.580 euros par mois) que l’on trouve les profils de patrimoine les plus variés. Les membres de ce décile sont un peu moins nombreux que la moyenne à n’avoir pas du tout de patrimoine (seul 6% de l’ensemble des Français dépourvus de patrimoine se trouvent dans cette catégorie). De même, peu ont investi dans un second logement (seul 7% de l’ensemble des Français ayant investi dans la pierre se trouve dans cette catégorie).

Par contre, ils sont un peu plus nombreux que la moyenne à avoir une assurance-vie ou à être propriétaire de leur résidence principale. Ce qui, à revenu égal, marque une très grande différence.

Les Français aux plus hauts revenus, plus de 2.960 euros par mois

Les 10% des Français aux plus hauts revenus ont un niveau de vie supérieur à 2.960 euros par mois. Et ces Français ont aussi un patrimoine plus important que la moyenne. Ainsi, seul 3% des Français qui n’ont pas de patrimoine du tout gagnent plus de 2.960 euros. Au contraire, 20% des Français qui ont plusieurs livrets d’épargne mais aussi d’autres placements, et 20% de ceux qui sont propriétaires d’une ou plusieurs résidences, ainsi que d’autres placements, appartiennent à cette catégorie.

En prime, ce patrimoine gonfle leurs revenus. Ainsi, 30% de leurs revenus sont issus de leur patrimoine, beaucoup plus que dans le décile suivant où la part tombe à 12%. Et bien sûr beaucoup plus encore que le Français aux revenus médians dont 5% en moyenne des revenus sont issus du patrimoine.

(Source : 20 Minutes)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 05 Mai 2011 15:16 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...