Actu Chômage

dimanche
15 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Un exemple de radiation arbitraire

Un exemple de radiation arbitraire

Envoyer Imprimer
Avec le décret du 2 août dernier renforçant le contrôle des chômeurs et permettant une "gradation" des sanctions destinée aux plus fainéants d'entre eux, voici le cas de Patrick, 39 ans, au chômage depuis de longues années et subsistant avec l'ASS (14 euros par jour). Suite à un simple questionnaire, il s'est vu radier de l'assurance chômage pour 2 mois, et dans l'obligation de rembourser un trop-perçu de 20 jours.

Le 22 juillet, Patrick a reçu - comme beaucoup d'entre nous cet été grâce à la pression de M. de Villepin, ses "100 jours" obligent… - un questionnaire de l'ANPE à retourner avant le 12 août. Questionnaire bidon - actualisation semestrielle de son PAP "Projet Action Personnalisé" -, auquel il a répondu avec franchise : "Non, avec 400 euros par mois je ne peux pas chercher sérieusement du travail, et tout ce à quoi je peux prétendre sont des emplois au Smic qui, au lieu d'améliorer mon existence, la dégraderaient." Preuves à l'appui : Patrick sait très bien combien il faut pour vivre et ne pas dépendre de l'Assedic et de la CAF, redevenir un citoyen indépendant et digne : 1.300 euros nets. En dessous, c'est travailler à perte, et Martin Hirsch, président d'Emmaüs, l'a récemment très bien expliqué : pour les minima sociaux, reprendre un emploi fait perdre de l'argent et s'il faut "revaloriser" le travail, de véritables mesures sont à prendre.

Tout le monde sait que 1.300 euros, c'est plutôt le salaire brut qu'on propose aux "moutons à cinq pattes" dénichés dans la masse (Bac+4, bilingues, à la fois jeunes et très expérimentés) : l'offre étant inférieure à la demande, l'emploi devenu une denrée rarissime, tous les coups sont permis.

Pourtant, malgré les annonces gouvernementales pour pallier à cet état de fait, l'offensive sur les minima sociaux a donc commencé : ce sont ceux qui sont les plus affaiblis qui vont pâtir du nouveau décret. 422.000 bénéficiaires de l'ASS sont dans la ligne de mire, et s'ils sont jusqu'à présent passés entre les mailles du filet, celui-ci va se resserrer : c'est tellement plus simple de radier des gens qui ont à peine de quoi vivre ! Patrick habite dans un village isolé, pour se déplacer il doit utiliser un véhicule - qu'il est obligé de faire rouler en toute illégalité, n'ayant plus les moyens de payer le contrôle technique. Chaque déplacement coûte, et que faut-il choisir entre manger et envoyer des CV sans réponses ?

L'ANPE villepinienne n'en a que faire : par un courrier du 23 août, elle lui signifie qu'il ne s'est pas présenté à sa convocation avant le 12 août (alors que c'était la date limite pour renvoyer le questionnaire, et non pour un entretien !), et qu'il a jusqu'au 5 septembre pour s'expliquer, et qu'il a le droit (comme au tribunal) de se faire accompagner. Patrick a donc contacté l'ANPE, sans succès : les personnes méprisantes qu'il a eues au téléphone lui ont suggéré d'envoyer des recommandés... En vain. La sentence est tombée : on lui coupe les vivres et il restera sans aucune ressources, officiellement jusqu'au 1er novembre. Pour l'exemple.

DERNIÈRE MINUTE => suite à ses démarches auprès de la DDTE, Patrick a été rétabli dans ses droits… jusqu'au prochain contrôle !

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 22 Septembre 2005 05:11 )  

Votre avis ?

Après plus de 6 mois, que vous inspire le mouvement Gilets Jaunes ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...