Actu Chômage

dimanche
24 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte

Menaces sur la loi SRU

Envoyer Imprimer
Le ministère du Logement envisagerait-il d’amputer sérieusement la loi SRU ? Un communiqué du DAL.
 
alt
Le ministère du Logement envisagerait-il d’amputer sérieusement la loi SRU ? (qui oblige notamment toute commune de plus de 1.500 habitants en Île-de-France et de plus de 3.500 habitants dans les autres agglomérations de plus de 50.000 habitants, à réaliser 25% de logements sociaux, d’ici 2025 et au minimum 30% de logements très sociaux PLAI dans les nouvelles productions).
 
Il a été proposé, apparemment, aux membres de la commission de recours loi SRU, dont le DAL est membre, dans un mail reçu le 11 août émanant de l’administration du logement de :
 
- Repousser l’échéance de 2025 pour les communes qui ont pris du retard, ce qui revient à affaiblir l’ensemble de l’objectif et à ignorer les efforts fournis par les communes qui respectent l’objectif triennal.
 
- Inclure les PLI - Prêts locatifs intermédiaires - destinés aux classes moyennes supérieures, dans le comptage des logements sociaux des communes en zone tendue. Cette disposition combattue par la société civile depuis les débats de la loi SRU en 2000 aurait pour effets de falsifier l’objectif social de la loi, de réduire la production de logements vraiment sociaux et de capter une part conséquente du foncier constructible (et rare) en zone tendue.
 
- Charger les EPCI, à la place de l’État, de la distribution des fonds pour réaliser les HLM, de suivre le bon respect des engagements triennaux par les communes carencées, voire constater les carences et de mettre en œuvre les sanctions. Mise en parallèle avec la quasi suppression des aides à la pierre annoncée par le gouvernement fin juillet, cette mesure devrait s’avérer désastreuse pour la production de HLM, d’autant plus qu’à la tête des EPCI on peut trouver les maires de communes carencées, ses représentants et des alliances d’intérêts dans certains secteurs pour faire front.
 
Ces décisons auraient pour effet de commencer à saborder une mesure emblématique du droit au logement et à la ville, dans le contexte de grave crise du logement et de spéculation immobilière que nous traversons, annonçant pour cet automne un projet de loi logement particulièrement régressif pour les locataires et les mal logés.
 
Avec les ponctions pour le budget 2017 opérées sur le logement des ménages modestes, tels que les 5 euros d’APL (100 millions), les aides à la réalisation de logements très sociaux (132 millions), aux politiques de la ville (46,5 millions), à l’amélioration de l’habitat (130,5 millions) et un projet de budget 2018 qui vise à réduire les aides au logement et les aides sociales pour financer 8 milliards de cadeaux pour les riches.
 
Droit Au Logement demande des explications au ministère du Logement, demande que la loi soit durcie non pas édulcorée, en portant la production de logements très sociaux à 50% et en supprimant les PLS, et appelle à s’organiser et résister à ces perspectives inquiétantes, pour défendre le droit au logement décent et stable pour toutes et tous :
 
Manifestation « pas touche aux APL » - Jeudi 31 août, 17h00 – sortie du métro Olympiades. 
 
Mis à jour ( Vendredi, 18 Août 2017 12:57 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...