Actu Chômage

samedi
19 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Assurance-chômage : La CFE-CGC dénonce les positions du MEDEF

Assurance-chômage : La CFE-CGC dénonce les positions du MEDEF

Envoyer Imprimer

Un communiqué de la CFE-CGC sur la réouverture des négociations d'assurance-chômage.

altLa CFE-CGC défend le paritarisme, son bilan et son avenir. À l'heure où les discours politiques de circonstance oublient les faits et les chiffres aux seules fins de stigmatiser les acteurs syndicaux du monde économique, il est utile et bon de rétablir la vérité.

Face aux critiques indignes, la CFE-CGC tient à rappeler que le paritarisme au su démontrer son efficacité et sa maturité.

Les décisions politiques prises par les partenaires sociaux dans les différentes conventions d'assurance-chômage ont permis au régime de jouer pleinement son rôle d'amortisseur social. En effet, sans le régime d'assurance-chômage, la crise économique de 2008 aurait été, chacun le sait, beaucoup plus «douloureuse».
 
Les partenaires sont responsables et conscients que pour avoir un régime solide, il faut contrôler le déficit. Un régime d'assurance-chômage fort nécessite une gestion raisonnée.
 
Ainsi les partenaires sociaux ont prouvé à maintes reprises leur sens des responsabilités. Régulièrement, ils ont négocié des mesures «difficiles» dans l'intérêt des cotisants et salariés assurés. Elles sont le résultat de concessions réciproques. On peut notamment rappeler l'augmentation des cotisations pour les contrats courts, la surcotisation exceptionnelle à charge de la population cadre (1993) au nom de la solidarité, l'expérimentation de la dégressivité des allocations.
 
C'est dans cet état d'esprit de responsabilité et de valorisation de l'action syndicale au service des salariés que la CFE-CGC participe à la réunion du 7 mars 2017, séance d'ouverture d'un nouveau cycle de négociation sur l'assurance-chômage.

Mais la CFE-CGC se demande si ce ne sera pas une réunion pour rien en raison notamment d'un texte patronal insatisfaisant. Ce texte n'apporte aucune réponse pertinente à la problématique de l'utilisation excessive des contrats de courtes durées par certains employeurs. Le MEDEF propose de lutter contre la fragmentation des relations de travail en modifiant le calcul de l'allocation chômage immédiatement et en incitant les branches à négocier sur ce sujet dans un laps de temps incertain.

Cette proposition est également déséquilibrée. En effet, la réponse ne peut pas uniquement passer par des règles «dures» pour les demandeurs d'emploi et de simples incitations pour les employeurs. De plus, il est nécessaire de fixer dans cette négociation des règles supplétives en cas de non négociation dans les branches concernées.

Pour la CFE-CGC, il ne pourra y avoir de convention assurance qu'à la condition que les efforts exigés pour le rétablissement financier du régime soient supportés par tous employeurs et demandeurs d'emploi, et de manière équitable. La CFE-CGC entend également défendre le caractère assurantiel du régime et ne supportera pas de nouvelles mesures spécifiques catégorielles défavorables à l'encadrement.    

Un communiqué de la CFE-CGC

Mis à jour ( Lundi, 13 Mars 2017 19:03 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2017-03-13 20:09 À la veille de la seconde réunion de négociation relative à la convention d'assurance chômage, la CFTC tient à rappeler ses principales propositions. Propositions qu'elle avait présentées le 16 juin 2016 lors de la dernière séance de négociation qui s'était soldée sur un constat de désaccord.

L'enjeu pour la CFTC est de faire en sorte que les salariés privés d'emploi deviennent une véritable source de compétence pour les employeurs.

Les efforts financiers supplémentaires engagés dans un accompagnement plus efficace accélèreront le retour à l'emploi. Les dépenses seront compensées par les économies faites sur les allocations non versées du fait d'un retour plus rapide à l'emploi.

La borne d'âge des séniors

La CFTC a été la seule à faire une contre-proposition au Medef sur la borne d'âge. En effet, elle accepte un recul de cette borne à 52 ans, en contrepartie d'un engagement des entreprises à créditer le compte CPF de 500 heures en cas de rupture du contrat de travail d'un sénior. Un engagement qui viendrait s'ajouter à la période d'indemnisation.

Relèvement de l'âge d'entrée dans la catégorie séniors de 50 à 52 ans, puis progressivité de la durée d'indemnisation selon les modalités suivantes :

- Inférieur à 52 ans : la durée d'indemnisation est de 24 mois et la durée de la période de référence d'affiliation est 24 mois ;

- Supérieur ou égal à 52 ans et inférieur à 55 ans : la durée d'indemnisation est de 27 mois et la durée de la période de référence d'affiliation est maintenue à 36 mois ;

- Supérieur ou égal à 55 ans et inférieur à 57 ans : la durée d'indemnisation est de 30 mois et la durée de la période de référence d'affiliation est maintenue à 36 mois ;

- Supérieur ou égal à 57 ans et inférieur à 59 ans : la durée est de 33 mois et la durée de la période de référence d'affiliation est maintenue à 36 mois ;

- Supérieur ou égal à 59 ans : la durée d'indemnisation est de 36 mois et la durée de la période de référence d'affiliation est maintenue à 36 mois.

Proposition obligatoire de formation dans un délai maximum de 4 mois.

Afin de soutenir les demandeurs proches de l'emploi et d'entraîner ceux qui en sont plus éloignés, la CFTC propose qu'une formation, une remise à niveau ou une prestation longue soit obligatoirement proposée dans le parcours des demandeurs d'emploi indemnisés ou indemnisables dans un délai de 4 mois suivant l'inscription.

Ainsi, tout demandeur d'emploi avant ses 4 mois d'accompagnement (guidé, renforcé, ou suivi), en fonction de sa situation professionnelle et de son profil, pourra bénéficier d'une formation, d'une remise à niveau, d'une durée adaptée en vue de faciliter son retour à l'emploi.

Les contrats courts

La CFTC propose que le(s) secteur(s) d'activité, quels qu'ils soient, ne dépassent pas un plafond de référence déterminé préalablement (un nombre ou un pourcentage de contrats courts). Ce plafond de référence déclencherait, en cas de dépassement, un réajustement des contributions chômage.

Aide à la reprise d'emploi des demandeurs d'emploi indemnisés

Afin de soutenir les efforts de ceux qui acceptent de reprendre un emploi (pour une durée minimale de trois mois consécutifs), la CFTC propose une aide forfaitaire de 600 €, sur présentation des justificatifs, versée le 1er mois d'emploi pour aider à couvrir les dépenses engendrées par ce nouveau travail. Cette aide ne pourrait être mobilisée que deux fois dans l'année.

Le coût supplémentaire de ces aides supporté par l'Unédic sera compensé par les économies réalisées du fait des reprises d'emploi.

Un communiqué de la CFTC
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspire l'élection d'Emmanuel Macron ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...