Actu Chômage

samedi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Délocalisations : Huchon vs Montebourg ?

Délocalisations : Huchon vs Montebourg ?

Envoyer Imprimer
C'est un gag ! Le centre d'appel de l'Agence Solidarité Transport devrait être bientôt transféré… au Maroc.

Alors que le gouvernement, en la personne d'Arnaud Montebourg, a déclaré la guerre aux délocalisations de centres d'appels à l'étranger, le Stif, syndicat des transports parisiens qui dépend directement de la région Ile-de-France, l'un et l'autre présidés par le socialiste Jean-Paul Huchon, s'apprête à transférer un de ses services d'assistance téléphonique… au Maroc.

Le Stif ne confirme pas. Mais, selon nos informations, dès le 1er février 2013, tous les appels de l'Agence Solidarité Transport, qui renseigne les bénéficiaires du RSA ou de la CMU sur leurs droits à la gratuité ou au tarif réduit dans les transports en Ile-de-France via un numéro azur, seront pris en charge par des téléconseillers marocains ! Une nouvelle donne qui devrait se traduire par la suppression de 80 emplois en France et à terme par la fermeture de deux centres, à Fontenay-le-Comte (Vendée) et Saint-Avold (Moselle). Et certainement, pour les usagers, par une baisse de la qualité du service qui, jusque là, était impeccable.

Que fait Jean-Paul Huchon ?

«C'est la première fois qu'un marché public de relation client va partir à l'étranger, à l'heure où le gouvernement essaie de rapatrier les opérateurs télécoms en France», a déclaré Frédéric Jousset, co-président de Webhelp, le centre d'appel français qui détenait ce marché depuis 2006.

«Nous n'avons pas d'autres solutions que d'envisager un plan social. Vu le contexte économique, nous n'avons quasiment aucune chance de trouver en l'espace de cinq mois un contrat qui nous permettra de compenser la perte de ce marché», s'emporte-t-il. Pour cet entrepreneur, pas de doute : si le Stif ne renouvelle pas son contrat, c'est exclusivement pour des raisons de coûts. «Ils étaient contents de nos prestations. Mais leur premier critère pour sélectionner un dossier, c'est le prix», assure-t-il. Une heure de centre d'appels en France coûte en moyenne 28 €, contre 14 € au Maroc où les salaires sont beaucoup plus bas.

Webhelp, qui a écrit à Jean-Paul Huchon et à Arnaud Montebourg, réclame la tenue d'un nouvel appel d'offres ou son prolongement pour que des critères d'emplois soient pris en compte. De quoi, en tout cas, embarrasser le gouvernement qui va présenter un plan pour lutter contre la casse sociale dans le secteur des télécoms en septembre...

(Source : Le Parisien)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 30 Juillet 2012 01:39 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...