Actu Chômage

samedi
25 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Les intentions de vote de nos lecteurs

Les intentions de vote de nos lecteurs

Envoyer Imprimer
Au premier tour de la présidentielle, 90% des lecteurs d'Actuchomage ne comptent pas s'abstenir. Et le candidat du Front de Gauche est plébiscité.

Les résultats sont ici...

Attention : notre module de sondage n'a rien de scientifique. Nous ne prétendons absolument pas refléter le vote des chômeurs, notre lectorat étant aussi composé de salariés, tandis que les privés d'emploi & précaires qui fréquentent Actuchomage sont — il faut le dire — plus informés et "politisés" que la moyenne.

Pour rester modeste et honnête, en guise de "sondage", il convient plutôt d'évoquer les termes de "baromètre", "test", ou "indicateur de tendance". Et sur plus de 1.500 opinions ainsi exprimées depuis le 16 mars, date de sa mise en ligne, on note que cette tendance penche vers la gauche, «la vraie», même si le candidat du PS réalise un score honorable. Pour l'illustrer, nous avons demandé à quelques lecteurs volontaires de motiver leur choix. Et voici ce que ça donne...

Jean-Luc Mélenchon recueille 39% des intentions de vote.

Pour Maguy, 57 ans, chômeuse de longue durée à l'ASS, ce n'est pas étonnant : «Il ne tape pas sur les chômeurs et les faibles, lui. Bien au contraire». Surtout, «il est vraiment à gauche (dommage qu'il ait attendu aussi longtemps pour quitter le PS) !». Elle «aime sa faconde, sa culture». Même chose pour Alice, 36 ans, elle aussi à l'ASS : elle estime qu'il a «une sacrée prestance et la carrure d'un président… couillu !». Elle souhaite avec impatience voir «son programme devenir réalité». Pour Alain, 50 ans, chômeur au RSA, «le programme du Front de gauche rompt vraiment avec ce système pourri. Il met la priorité sur l'intérêt général, contre les intérêts d'une poignée de psychopathes et de nuisibles». Pour Josie, 60 ans, chômeuse à l'ARE, le refus de l'austérité, le partage des richesses et la volonté de refonder une Europe sociale et démocratique sont des arguments de taille.

Toutes les trois confient qu'elles s'abstiendront au second tour si François Hollande est finaliste, car elles sont convaincues qu'il «ne changera rien au système». Josie, qui «ne l'aime pas», ne fait «pas confiance aux socialistes». Alain, lui, se tâte encore : peut-être ira-t-il donner sa voix à Hollande «pour virer Sarkozy», mais ce sera «avec une pince à linge sur le nez».

NDLR : au 20 avril, on note un léger recul des intentions de vote pour le Front de Gauche en faveur du candidat socialiste (l'effet «vote utile» ?) ou des candidats NPA et EELV.

François Hollande recueille 22% des intentions de vote.

Suzanne, 57 ans et chômeuse en ARE, ne veut pas prendre de risque. Elle nous dit qu'elle ira directement «voter pour Hollande au premier tour afin que Sarkozy ne soit pas réélu». «Je voulais voter pour Mélenchon au premier tour, ajoute-t-elle, car ses propositions bousculent un peu le politiquement correct ambiant et ses idées me correspondent plus. Mais sans pluralisme en France, la responsabilité est trop grande pour une électrice de base. C'est mathématique : si Hollande n'est pas au second tour, Sarkozy est sûr de repasser (c'est pourquoi d'ailleurs il encense tant Mélenchon).»

Même chose pour Eric, 34 ans, qui alterne chômage et missions d'intérim : «Malheureusement, Mélenchon ne passera jamais. Je vais direct voter Hollande pour faire barrage à Sarkozy». Vote utile, donc.

Marine Le Pen arrive en troisième position, avec à peine 12% des intentions de vote.

Une lectrice courageuse — Mallo, 38 ans, chômeuse à l'ARE — nous a expliqué pourquoi elle était tentée par «Melle Le Pen», même si sa décision n'est pas définitive. «Ce n'est peut-être pas la plus intelligente des manières de faire, mais j'y suis allée par déduction en allant sur les sites des candidats et faire la balance "j'aime"/"j'aime pas". En fait, je n'adhère pas à 100% aux idées du FN car je ne suis pas du tout raciste. Mais certaines me parlent depuis quelques mois...»

Le choix de Mallo exprime un vif rejet du candidat sortant : «Si on revote Sarkozy, ce sera le pire du pire, c'est déjà ce qu'on vit depuis qu'il est dictateur de France». Il exprime aussi une profonde déception : «Je me dis : on a donné leur chance à la gauche, à la droite, mais au final il n'y a toujours pas assez de boulot pour tout le monde... Pourquoi ne pas tenter quelqu'un d'autre ?» Et de développer : «Comme je suis d'orientation plutôt "socialo" mais que je n'adhère pas à fond à leurs idées... Mon côté socialo me dit qu'il faut préserver le RSA, les acquis sociaux... Mais ils ont fait quoi, les socialos, durant leur temps ? Remixer les contrats aidés pour en faire d'autres sous un autre nom... Certes, ponctuellement, cela dégonfle les chiffres du chômage, mais ce ne sont pas des emplois, ça ! Une chose est certaine : il ne faut surtout pas voter pour le dictateur en place, qui n'a rien fait pour l'emploi, voulu la fusion ANPE/Assedic, débuté la destruction du code du travail, mis des gens au chômage... Lui aussi a renommé les contrats aidés pour en refaire d'autres avec un autre nom.»

Et de conclure : «Pas si simple de se faire une opinion... En fait, je me retrouve un peu comme qui dirait dans la mouise pour me décider. On pourrait pas prendre un "vrai" socialo et lui donner quelques idées pas connes de Melle Le Pen ?»

L'abstention et/ou le vote blanc tentent moins de 10% de nos lecteurs.

Yves, 58 ans, chômeur à l'ASS, nous dit avec humour : «Je vais voter Biquette, parce que c'est tous des guignols»...

NDLR : au 20 avril, l'abstention a même reculé puisqu'elle est inférieure à 9%.


Ensuite, tous les autres candidats recueillent moins de 6% (score de Nicolas Sarkozy). Malheureusement, les lecteurs ayant exprimé leur opinion via notre module de sondage sur ces "petits candidats" n'ont pas répondu à mon appel concernant leurs motivations.

Seul Clotaire, fonctionnaire, m'a expliqué pourquoi il voterait Eva Joly au premier tour : elle propose une VIe République, un euro-fédéralisme, la fin du nucléaire et une voie vers la décroissance. Au second tour, Clotaire votera Hollande «pour virer Sarko».

Tel est notre instantané de campagne, à deux semaines du premier scrutin.
Vos commentaires sont les bienvenus… et les écharpages stériles évidemment proscrits.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 30 Mai 2014 17:06 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...