Actu Chômage

mercredi
12 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Nos actions et engagements Radiations estivales : le nouveau marronnier de l'été ?

Radiations estivales : le nouveau marronnier de l'été ?

Envoyer Imprimer
Pour la première fois de l'histoire des marronniers journalistiques estivaux, quelques médias ont décidé de s'emparer du sujet. Une excellente occasion d'alerter les chômeurs, dont on ne parle que trop rarement bien qu'ils soient de plus en plus nombreux.

Fin juillet, en association avec le site Recours-Radiation, nous avons diffusé un communiqué qui — pour une fois — a attiré l'attention de médias visiblement désœuvrés en cette période creuse. Notre objectif était non seulement d'informer les chômeurs sur les pièges pouvant engendrer leur radiation (la récente dématérialisation des courriers de Pôle Emploi et l'absolue nécessité de déclarer toute absence, même inférieure à 7 jours), mais aussi de faire parler d'eux alors que, plus ils sont nombreux, moins on s'y intéresse...

Après Capital.fr, l'AFP a mordu à l'hameçon : une de ses journalistes nous a contactés, puis mené une enquête sérieuse auprès de Pôle Emploi et de son médiateur, et enfin publié une dépêche reprise telle quelle par une presse moutonnière sous divers titres plus ou moins amusants («psychose estivale» pour Libération, «hantise des chômeurs» pour Le NouvelObs ou La Croix…). C'est grâce à elle que d'autres journalistes (RMC, France Culture, France Bleu, La Dépêche du Midi et même TF1), désireux d'approfondir le sujet, nous ont contactés à leur tour. Ce qui est une bonne chose.

Pôle Emploi dément toute explosion des radiations durant la période estivale, et toute volonté secrète d'embellir ses chiffres par ce biais. Son médiateur Jean-Louis Walter n'hésite pas, lui, à parler d'«usine à gaz» et dénoncer des «procédures automatisées» qui, peu importe la saison, font que «des per­sonnes trop nom­breuses passent à la trappe». «Priver quelqu’un de revenus, c’est très grave», rappelle-t-il, promettant d'enquêter sur le sujet. Nous lui faisons confiance.

L'affaire des «radiations estivales» lève au moins deux lièvres :

Que ce soit en été ou toute l'année, en ce qui concerne ses statistiques, Pôle Emploi semble souffrir de grosses lacunes... Ainsi, d'un mois sur l'autre, la note mensuelle de la Dares/Pôle Emploi affiche des variations inexpliquées qui ne permettent pas d'avoir les idées claires, notamment sur les radiations. Ce qui permet à Pôle Emploi de nier l'impact de la dématérialisation de ses courriers sur celles-ci et plonge dans la perplexité les observateurs qui, de leur côté, font l'effort d'éplucher cette note rébarbative. Du fait de ces bizarreries, quand bien même en saurions-nous plus fin août (pour le mois de juillet) ou fin septembre (pour le mois d'août) — car les chiffres mensuels sont publiés avec un mois de décalage —, nous ne serions pas plus avancés...

• Nous notons surtout le cruel manque de temps qui empêche les conseillers Pôle Emploi d'informer correctement les chômeurs. Les implications de la récente dématérialisation des courriers ou les règles de déclaration des congés ne sont qu'un exemple. Mal informés, les plus prudents débarquent sur nos forums afin d'en découvrir les subtilités tandis que d'autres, pris au piège, nous demandent de l'aide pour en sortir. Une chose est sûre : pour obtenir des explications claires, les chômeurs doivent recourir au système D !

POUR RAPPEL :

1) Sachez que si vous avez accepté le nouveau système de correspondance électronique avec Pôle Emploi, vous devez disposer d'un équipement informatique à domicile (ordinateur + connexion internet + imprimante) en parfait état de marche, et consulter quasi quotidiennement votre messagerie et votre «espace personnel» afin de ne louper aucune convocation.

2) Sachez qu'il ne faut pas se fier à Pôle Emploi quand il nous assure qu'il n'est pas obligatoire de déclarer toute absence inférieure à 7 jours, bien au contraire ! En été, les envois automatiques de convocations ne cessent pas. Sachant que la plupart d'entre elles sont hors délai (par exemple datée du 1er, envoyée le 2 au tarif lent et parvenue le 4 dans votre boîte aux lettres pour un entretien le 7…), si vous avez décidé de partir vous aérer cinq jours alors qu'une convocation a été générée peu avant votre départ, vous êtes cuit ! Toute absence, même de trois jours, doit être signalée au moins 72 heures à l'avance afin de neutraliser/annuler toute convocation.


Tant pis si on nous accuse d'être paranos : un chômeur averti en vaut deux, ne leur en déplaise. Et heureusement qu'il existe des associations et un système de solidarité entre chômeurs pour palier aux lacunes d'une administration de plus en plus défaillante et inhumaine.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 19 Novembre 2012 04:52 )  

Votre avis ?

Le mouvement des Gilets Jaunes vire à l’insurrection. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...