Actu Chômage

dimanche
21 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Allégements de «charges» : l'assistanat des patrons

Allégements de «charges» : l'assistanat des patrons

Envoyer Imprimer
Le montant des exonérations de cotisations sociales a atteint, en 2010, la somme rondelette de 30 milliards d'euros. Soit une progression de 55% en neuf ans.

Le chiffre publié jeudi par l'Acoss, la fédération nationale des Urssaf, est en diminution de 2,3% par rapport à 2008 où il avait frôlé 31 milliards, un record. Mais il reste impressionnant puisqu'il représente plus de 10% du total des cotisations dues par les salariés et les employeurs à la Sécurité sociale. La majorité des exonérations concernant la part patronale (27,7 milliards d'euros), les entreprises sont dispensées de payer 20% des cotisations qu'elles doivent théoriquement.

Le gros morceau concerne des «mesures générales d'encouragement» à la création d'emplois et au pouvoir d'achat.

Un peu moins de 21 milliards d'euros, soit 70% du total, ont été engloutis dans des allégements de cotisations patronales sur les bas salaires (dits «allégements Fillon»), un montant en hausse de 44% depuis 2002. Ce mécanisme vise à diminuer le coût du travail pour les emplois rémunérés entre 1 Smic (qui ne supportent plus aucune cotisation) et 1,6 Smic [1] afin de les rendre plus compétitifs. Plusieurs études, notamment de la Cour des comptes, ont montré l'utilité de ces ristournes. Leur suppression reviendrait à renchérir le coût du travail peu qualifié et entraînerait la suppression, selon certains économistes, de centaines de milliers d'emplois, sauf à alléger le montant des charges elles-mêmes en transférant le financement de la Sécu vers l'impôt sur le revenu ou la TVA.

Dans la même catégorie se trouvent les exonérations de cotisations au titre des heures supplémentaires déclarées. Leur montant, qui avoisine 3 milliards d'euros par an, a progressé de 5% depuis 2008, première année de pleine application de la mesure phare du programme de Nicolas Sarkozy, symbolisant son «travailler plus pour gagner plus».

Une deuxième catégorie d'exonérations (7,5% du total) concerne les «mesures en faveur de publics particuliers».

Outre les ristournes pour l'embauche de jeunes en apprentissage (960 millions en 2010), il s'agit essentiellement des exonérations liées aux contrats aidés. Leur montant, en baisse de 11% en neuf ans, dépasse aujourd'hui 1,1 milliard d'euros. Cette subvention de l'État sert aujourd'hui, pour 80% de l'enveloppe, à financer des contrats aidés dans les collectivités territoriales, les administrations, les hôpitaux ou les associations (le solde concerne des contrats aidés en entreprise), contre 60% il y a neuf ans.

Une dernière catégorie, avec près de 2,7 milliards d'euros d'exonérations en 2010, englobe les «mesures en faveur de secteurs particuliers». Comme l'emploi à domicile, dont les exonérations de cotisations ont frôlé 2,2 milliards en 2010. Les allégements dans ce secteur ont bondi de 165% en neuf ans et permis d'en «solvabiliser la de­mande» et d'y limiter le travail au noir.

La part des exonérations compensées par l'État à la Sécu est stable sur la période, aux alentours de 90% [2].




(Source : Le Figaro)


[1] Véritable trappe à bas salaires, les «allègements Fillon» expliquent le fait que la France soit championne du salaire minimum (notre taux de Smicards est le plus élevé des pays de l'OCDE) et que la moitié de ses salariés gagne moins de 1.600 euros nets par mois.

Autre détail important : les allégements de cotisations sociales sur les bas salaires ont été instaurés bien avant les 35 heures par le gouvernement Balladur en 1993, puis renforcés sous Juppé en 1996. L'objectif était de réduire le coût du travail peu qualifié. Certes, de 1998 à 2002, ces allégements furent — partiellement et provisoirement — conditionnés à la réduction du temps de travail : les entreprises signant des accords «35 heures» plus vite que les autres bénéficiaient d'allégements plus importants. Mais ce mécanisme incitatif a disparu en 2002, quand la durée légale du travail est passée à 35 heures pour tous. Le gouvernement Raffarin a mis alors en place «l'allégement Fillon» (du nom du ministre du Travail de l'époque). Ce nouveau système de réduction de cotisations sociales sur les bas salaires, qui s'applique depuis près de dix ans (2002-2011), amplifie les dispositifs Balladur-Juppé en vigueur en 1993-1998 et est indépendant du temps de travail. Attribuer aujourd'hui ces allégements aux 35 heures alors qu'ils ont été mis en place, amplifiés et pérennisés par des gouvernements de droite, relève de la désinformation pure et simple...

Pour en savoir plus : 20 années d'allègements de «charges»
Au total, entre niches fiscales, sociales et autres «dispositifs dérogatoires», l'Etat offre plus de 170 milliards d'euros par an aux entreprises — surtout les plus grosses — soit 9% du PIB sans réelles contreparties sur l'emploi et l'investissement, l'impact de ces aides publiques étant pour la plupart inévalué.

[2] Ce qui signifie que, dans l'affaire, la Sécurité sociale perd 10% de ses cotisations. Car l'Etat, qui décide de tous ces cadeaux aux employeurs, ne compense jamais sa part en temps et en heure : chaque année, plusieurs milliards non reversés manquent à l'appel dans les comptes de la Sécu.



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 05 Janvier 2013 16:53 )  

Commentaires 

 
# willemijns2 2011-11-10 13:27 normalement, le public n'a pas à aider le privé mais c'est vrai que là on tient des sommets de l'absurde… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Hector 2011-11-10 14:08 Au total, ça fait 72 milliards d'euros distribués aux entreprises chaque année ( 5% du pib ), sous formes d'aides directes et exonérations diverses. Soit l'équivalent de 3 millions d'emplois rémunérés 1500 euros net/mensuel ! Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2011-11-10 14:22 C'est pire que ça : si tu comptes les niches fiscales + les niches sociales + tous les "dispositifs dérogatoires" accordés chaque année aux entreprises (surtout les plus grosses, donc celles qui en ont le moins besoin), on dépasse 170 milliards soit 9% du PIB.

www.actuchomage.org/2010100712532/La-revue-de-presse/niches-fiscales-et-sociales-des-entreprises-jackpot.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# ICIDEMAIN 2011-11-14 13:24 L'all-gement bas salaires devrait etre réservé aux entreprises de type PME et non fililiales d'un grand groupe car dans ce cas elles peuvent se justifier alors que pour des grosses boites cela coute cher au contribuable alors que l'on sait que depuis une bonne décennie les grands groupes recrutent très peu en France… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...