Actu Chômage

samedi
17 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Jean-Pierre Revoil quitte l'Unedic !

Jean-Pierre Revoil quitte l'Unedic !

Envoyer Imprimer
Le directeur de l'Unedic a annoncé son départ hier en comité de direction générale, sans donner de date précise. Et le Medef lui a vite trouvé un remplaçant.

Depuis quelques semaines, Jean-Pierre Revoil était sur la sellette, ses déclarations contre le projet de fusion ANPE-Unedic ayant fait grincer des dents. Agé de 62 ans, il occupait ce poste depuis février 2003. Récemment, au cours de la polémique sur la non publication de l'enquête annuelle de l'INSEE sur les chiffres du chômage, il avait trouvé ce report «très regrettable» et contesté le chiffre officiel du chômage au sens du Bureau International du travail : «On peut être chômeur au sens du BIT et ne pas être inscrit à l'ANPE». «Quand on me demande combien y a-t-il de demandeurs d'emploi, je réponds combien en voulez-vous ? On peut arriver au chiffre de 4 millions comme à celui de 1 million», ironisait-il.
Ironie et franc parler qui mettent fin à sa carrière. Il y a un an exactement, flairant cette probabilité, il le disait lui-même : «On peut me virer, je suis arrivé à l’âge de la retraite. Et j’ai déjà le nombre de trimestres pour la prendre…»

Jean-Luc Bérard, 47 ans, actuel DRH de Safran et ex DRH de l'Unedic, a été discrètement poussé par Denis Gautier-Sauvagnac (Medef, vice-président de l'Unedic) : sa nomination devrait être confirmée lors d'un prochain bureau à la mi-mars.
Annie Thomas (CFDT, présidente de l'Unedic) a exprimé "beaucoup de reconnaissance" envers M. Revoil, saluant "un pilier" de l'Unedic - 24 ans d'ancienneté ! - qui "a été là à tous les moments-clés du changement du régime et a su les accompagner" et a rendu hommage à sa "chaleur humaine".
«Il va être l'homme lige du Medef. On aurait dû faire appel à un cabinet de chasseurs de têtes», estiment des syndicalistes. Son départ est surtout une mauvaise nouvelle pour les chômeurs.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 07 Février 2007 17:44 )  

Commentaires 

 
+1 # superuser 2007-02-07 16:55 Notre revue de presse du 17 Février 2006 :

Le site internet SeniorPlanet retranscrit les propos de Jean-Pierre Revoil, directeur général de l'UNEDIC. Selon cet expert que l'on ne peut soupçonner d'activisme subversif, le chômage est à 12%, et non à moins de 10% comme l'affirme le gouvernement.

Quand l’homme chargé d’indemniser deux millions de demandeurs d’emploi se "lâche", ça fait mal. Exemple : le scandale des "DRE" (dispensés de recherche d'emploi), ces quatre cent six mille allocataires quinquas rayés des listes de l’ANPE. "Tout le monde s’en fout, dit-il. Et pour cause. Si on les réintégrait, le chômage grimperait de deux points !"

On peut reprocher beaucoup de choses à Jean-Pierre Revoil - ses adversaires ne s’en privent pas - mais sûrement pas de mâcher ses mots. Si les seniors demandeurs d’emploi cherchent un avocat, mieux placé que quiconque pour évoquer leurs problèmes, ils l’ont trouvé. C’est lui…

L’actuel directeur général de l’Unedic, responsable du fonctionnement des six cent cinquante Assedic qui gèrent l’assurance chômage en France, n’est pas n’importe qui. Il a quatorze mille cinq cents agents sous ses ordres, se dépatouille avec un déficit de plus de treize milliards d’euros, indemnise deux millions d’allocataires et finance même - en plus ! - trois mille six cent cinquante agents de l’ANPE. "Ce qui est, dit-il, parfaitement anormal…"
Il trouve non moins bizarre - et unique en Europe - que deux organismes, l’Agence pour l’emploi et les Assedic, s’occupent en France des "mêmes individus"… "Si un extraterrestre débarquait chez nous, il n’y comprendrait rien. D’ailleurs, ajoute-t-il, les chômeurs n’y comprennent rien non plus !" Rires discrets dans la salle. La majorité de quinquas rassemblés l’autre mardi, chez Claude, un calme bar à vins de la rue Saint-Honoré à Paris, n’en croyaient pas leurs oreilles. Venu parler de l’assurance chômage, Jean-Pierre Revoil y était l’invité de "Politique Autrement", un club de réflexion qui reçoit les personnalités les plus diverses pour se faire une opinion sur la marche du monde, hors des clivages politiques et du "médiatiquement correct". Ce soir-là, les adhérents présents n’ont pas été déçus… Car, s'exprimer ainsi le jour même où les agents des deux organismes font grève pour protester contre leur rapprochement passera aux yeux de certains pour de la provocation. Jean-Pierre Revoil n’en a cure.

Une indemnisation "progressive"

Les intermittents du spectacle le vouent aux gémonies. Les syndicats vilipendent ses positions sur "l’accompagnemen t" des chômeurs. Mais, impavide, il continue à mettre les points sur les "i" du verbe licencier, sans se préoccuper outre mesure du "qu'en-dira-t-on". "On peut me virer, dit-il en souriant, je suis arrivé à l’âge de la retraite. Et j’ai déjà le nombre de trimestres pour la prendre…" Cheveux blancs, costume gris et chemise sans cravate, le patron exécutif de l’Unedic, la soixantaine décontractée, tient à préciser qu’il appartient à cette catégorie de salariés qui payent une cotisation chômage pour le roi de Prusse. Puisqu’il n’en profiterait pas en cas de licenciement… Voilà encore dénoncée une des "bizarreries" du dispositif qu’il est chargé de faire tourner. Mais dont il n’approuve pas pour autant les incohérences.

Quand les "politiques" lui demandent son avis, il n’hésite pas à mettre les pieds dans le plat. Au moment où tout le monde - ou presque - prônait une indemnisation dégressive pour les chômeurs, lui se déclarait favorable à une indemnisation "progressive" ! Il explique : "Un allocataire qui arrive au bout du rouleau, de plus en plus éloigné de l’emploi et en proie aux pires difficultés, a davantage besoin d’argent qu’un salarié qui vient d’être licencié et dispose encore de beaucoup d’espoirs ajoutés à quelques économies". Ce qui est, hélas, parfaitement observé…
Ce "parler vrai", très à rebrousse-poil de l’image qu’on se fait généralement du haut fonctionnaire, amateur de litotes et d’ellipses feutrées dès qu’il parle de sa "boutique", Jean-Pierre Revoil en joue avec la même maestria que son homonyme, compositeur pour flûte et hautbois. Une façon de dire qu’il connaît la musique et qu’il n’a pas peur de faire grincer les dents en même temps que les violons.

Radier : simple comme bonjour

La fraude aux Assedic dont l’addition se monterait, selon certains médias, à quatre milliards d’euros ? "De la folie furieuse, répond-il. Les gangs qui fabriquent de vrais chômeurs en leur procurant de faux papiers (le kit est vendu trois cents euros !) existent. Quinze affaires sont actuellement répertoriées. Mais l’escroquerie représente soixante millions d’euros. Pas quatre milliards…" Jean-Pierre Revoil ne parle pas des petits "pieds nickelés", les allocataires qui "arnaquent" son organisme en "bricolant" leurs déclarations en fin de mois pour gratter quelques sous. "Un sport très français" dit-il. Non. Il évoque une fraude d’une tout autre ampleur, celle des organisations issues du crime organisé qui, pour se changer un peu de l’argent de la drogue, s’intéressent de près à celui distribué aux victimes de licenciements. Comme il y en a de plus en plus, ça fait une grosse cagnotte.

Parlez-nous maintenant du "flicage" des chômeurs, induit par le nouveau dispositif de contrôle des demandeurs d’emploi… Là, on l’attend au tournant. "Avant, répond Jean-Pierre Revoil sans se démonter, il y avait la radiation ou rien. Maintenant, on va mettre en place toute une grille de sanctions, avec deux mois, quatre mois de suppression d’allocation…" Une pénalisation progressive, en quelque sorte, qu’il ne revendique pas. "Sur ce point, ajoute-t-il, je suis à l’aise : les agents Assedic n’ont pas le droit de sanctionner…" C’est en effet la Direction départementale du travail qui s’en charge.
"Cela dit, reprend-il avec un brin de cynisme, si on veut vraiment radier, ce n’est pas difficile. Il suffit de convoquer les chômeurs. Comme un sur trois ne vient pas à la convocation : on le raye des listes…" Simple comme bonjour. Et on divise ainsi le chômage indemnisé par trois. Les adhérents de "Politique autrement", habitués à des discours moins "rentre-dedans", ne savent plus si c’est du lard ou du cochon. Le brillant exercice de "parler vrai" s’achève en feu d’artifice sur une dernière salve de questions. Une, particulièremen t "gênante", concerne directement les seniors. C’est le problème des "DRE", ces "dispensés de recherche d’emploi" de plus de cinquante-cinq ans, toujours chômeur et indemnisé comme tel mais rayés des listes de l’ANPE. Donc, mis au rancart d’office sans aucune chance de retrouver une activité.

Quatre cent six mille "DRE" et 10% de taux de chômage

Là encore, la réponse du directeur général de l’Unedic ne nous décevra pas ! "C’est un véritable scandale, lance-t-il aussitôt. Et je ne cesse pas de le dire à tous les ministres que je rencontre !"
Comme Jean-Pierre Revoil en a croisé beaucoup, des ministres, depuis l’époque lointaine où Raymond Barre le consultait, cela donne une idée de leur extrême surdité sur ce sujet. "Les DRE sont quatre cent six mille aujourd’hui, reprend-t-il. C’est pourtant un chiffre qui interpelle. Eh bien, tout le monde s’en fout ! L’ANPE ne s’en occupe pas. On les indemnise et point barre !" Ce qui confine à l’absurde quand le gouvernement claironne partout qu’il veut prolonger le temps de travail et remettre les seniors en activité. Jean-Pierre Revoil est bien d’accord là-dessus. "Le plus grave, ajoute-t-il, c’est qu’on leur inculque que c’est une forme de préretraite. Et quand ils cessent d’être indemnisés, ils tombent dans un vide abyssal…" Ce "vide abyssal" s’appelle le "trou noir du chômage", dénoncé depuis longtemps par SeniorPlanet.

Pourquoi prolonger un tel "scandale" ? Tout simplement par manque de courage politique… Le directeur général de l’Unedic confirme ce que nous indiquions déjà à l’époque : "Ils sont devenus si nombreux que si on réinjecte les DRE sur les listes de l’ANPE, le taux des sans-travail va prendre deux points…" Le nombre de demandeurs d’emploi en France bondirait alors à son vrai niveau : 12%. Et monsieur Dominique de Villepin, ou n’importe quel autre Premier ministre, n’aurait plus qu’à aller s’inscrire au… chômage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2007-02-07 17:53 J'ai eu l'occasion de côtoyer assez souvent Jean-Pierre Revoil. Le Directeur général de l'UNEDIC est un homme plein de bon sens et d'une grande probité intellectuelle (un défaut dans notre société, certainement).

Comme l'indique l'article principal, Revoil n'avait pas la langue dans sa poche ; il donnait même parfois dans le "politiquement incorrect". L'année dernière, c’est lui qui affirmait que le chômage est à 12% (et non à 10%, comme annoncé à l'époque), lorsqu’on tient compte des DRE (chômeurs dispensés de recherche d'emploi qui n'apparaissent pas dans la catégorie 1, la référence officielle).

Le même, effectivement, ironisait souvent sur le thème : "Vous en voulez combien des chômeurs ?", laissant entendre que ce taux (nombre officiel de chômeurs) ne repose que sur un parti pris statistique.

Avant de prendre la direction de l’UNEDIC, Jean-Pierre Revoil a été un des dirigeants de l'INSEE. À ce titre, il a trouvé "regrettable", en effet, la non publication des résultats de la dernière "enquête emploi" qui, selon "Le Canard enchaîné", témoigne d'une baisse très relative (pour ne pas dire insignifiante) du chômage en France depuis un an, contrairement à ce qu'affirme le gouvernement… en cette période électorale.

Bref, Jean-Pierre Revoil n'était pas l'ennemi des chômeurs, lui qui déplorait qu'ils ne soient pas représentés à l'UNEDIC. Ce que nous revendiquons de notre côté : une équitable représentation des chômeurs là où se joue leur sort (notamment à l'UNEDIC qui gère l'assurance-chômage).

Le départ de J.-P. Revoil aurait-il un arrière-goût politique ?

Probable !

Yves Barraud - Président d'APNÉE/Actuchomage/Rénovation-démocratique.
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspire l’action du président Emmanuel Macron depuis 18 mois ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...