Actu Chômage

dimanche
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Solidarité avec les Migrants : Entre compassion et interrogations

Solidarité avec les Migrants : Entre compassion et interrogations

Envoyer Imprimer
L'accueil des réfugiés est une exigence humanitaire, morale. Mais il s’inscrit dans un contexte global consistant à diviser les classes populaires et les précaires… pour mieux régner.

Les images tournent en boucle sur les chaînes d’info continue. Celles de femmes, d’hommes et d’enfants exténués par des semaines d’errance et d’exode à travers le Proche-Orient, l’Afrique, l’Europe et la Méditerranée.

Souvent de pauvres gens victimes des conflits qui ensanglantent Afghanistan, Soudan, Érythrée, Irak, Syrie, Libye, Mali…

Les images de ces exilés ne devraient susciter que compassion et solidarité, tant il est évident qu’on ne fuit pas son pays et sa famille de gaîté de cœur, mais par contrainte économique ou quand la mort menace.

Il est pourtant probable qu’une grande proportion d’Européens et de Français en particulier n’est guère favorable à l’accueil massif de ces populations qui, par dizaines de milliers, franchissent les frontières Est et Sud de l’Europe, entassées dans des véhicules ou des radeaux d’infortune.

Les dirigeants européens peinent à s’accorder sur une politique commune et cohérente. Des pays comme la Hongrie et la Slovaquie s’y refusent formellement. D’autres semblent plus ouverts, comme l’Allemagne ou l’Italie (dépassée par le flot des arrivées). D’autres encore n’ont plus les moyens de gérer l’afflux, telle la Grèce. Les derniers enfin, la France et la Grande-Bretagne, tergiversent et se renvoient la patate chaude.

La cacophonie européenne n’a jamais été aussi assourdissante. Les uns parlent de quotas et de régularisations quand d'autres ferment leurs frontières ou pratiquent une sélection (tolérant l’arrivée de Syriens chrétiens, par exemple, mais pas de musulmans)… La majorité silencieuse, elle, s’interroge.

Faut-il afficher notre solidarité avec ces réfugiés (économiques et politiques), en facilitant leur installation dans les pays de l’Union, au risque d’en attirer d’autres plus nombreux encore ? Ou doit-on rétablir des contrôles drastiques aux frontières ?

Des organisations estiment que, ne pouvant élever un mur infranchissable autour de l’Europe, il serait judicieux d’organiser les filières migratoires et se donner les moyens d’accueillir dignement les populations. «Gérons cette crise humanitaire plutôt que de la subir», préconisent-elles non sans raisons.

Nombreux sont ceux qui s’y refusent ouvertement ou silencieusement. Peut-on leur donner tort ?

Dans le contexte économique et social que nous connaissons en France, accueillir 10.000, 30.000, 50.000 ou 100.000 migrants ne peut se faire qu’au détriment de celles et ceux déjà fragilisés par les difficultés. Et on sait qu’ils sont de plus en plus nombreux à subir le chômage, le mal-logement, la misère pour les plus déshérités.

À moins d’accroître les aides sociales, l’équation est actuellement insoluble. Tout élan de solidarité se heurte aux exigences financières des politiques d’austérité. Dans ce contexte de pénurie, le système des vases communicants s’impose : Pour remplir le récipient B, il faut puiser dans le récipient A. Plus concrètement, un logement attribué à un migrant échappe à un mal-logé présent sur le territoire depuis longtemps quelle que soit son origine.

Personne ne conteste que la France a le devoir d’accueillir les victimes de persécutions politiques, ethniques ou religieuses. Mais comment les distinguer dans la masse de celles et ceux qui se pressent aux frontières de l’Europe ? Qui est en mesure d’établir que ce Soudanais ou ce Syrien est un persécuté, pas un ex-bourreau, un délinquant ou plus simplement un exilé économique ? 

Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas les décideurs favorables à l’accueil des migrants qui font et feront les frais de l’afflux. On évoque plus de 100.000 arrivées par la Méditerranée et 100.000 autres par les frontières Est de l’Europe ces trois derniers mois, sans compter ceux qui ne sont pas comptabilisés (les flux migratoires clandestins étant, par principe, inquantifiables).

Ne serait-ce pas, finalement, une aubaine pour les fervents de l’ultralibéralisme et de la déréglementation généralisée ?

Sans verser dans la paranoïa conspirationniste, on constatera que, plus le temps passe, plus les pauvres et les travailleurs modestes sont divisés en sous-catégories.

Aujourd'hui, les migrants. Hier, les sans-papiers, les immigrés en situation régulière, les travailleurs détachés issus de la CEE (on en compterait près de 500.000 en France), les smicards, les chômeurs indemnisés, les non indemnisés, les RSastes, les ASS, les SDF… Tous forment un sous-prolétariat hétéroclite aux intérêts divers et divergents de plus en plus prononcés. Aucune solidarité de masse, donc aucune revendication collective, ne peut en émerger. Toute mobilisation est illusoire. Nous le mesurons ici sur Actuchomage. Le phénomène va s'amplifiant.

Depuis 50 ans, les nantis atomisent les classes populaires, en les scindant en sous-groupes, en encourageant les replis identitaires et communautaristes, sur la base du postulat : «Diviser pour mieux régner». Cet éparpillement ébranle la cohésion nationale, alimentant les radicalismes politiques, ethniques et religieuses.

Chaque année, d'autres arrivent avec leurs problèmes, leurs souffrances, leurs traditions, leurs croyances, leurs besoins, leur résignation à accepter des conditions de travail et de vie déconnectées des normes et des acquis gagnés au prix de siècles de luttes sociales.

Il y a quelques mois, un syndicaliste nous informait que la CGT était contrainte d'éditer ses tracs en cinq ou six langues (portugais, polonais, bulgare…) pour diffuser ses revendications auprès des travailleurs œuvrant sur le chantier de l'EPR à Flamanville. Il faudra bientôt les éditer en soudanais, en syrien et en irakien. Voilà qui découragera plus encore les mobilisations ouvrières ! Une illustration du «Diviser pour mieux régner».

Quant aux 6 millions de chômeurs et précaires, ils devront partager ce travail qui fait cruellement défaut avec des dizaines de milliers de nouveaux arrivants. Une spirale infernale qui gonflera les votes protestataires, comme nous devrions certainement le mesurer dans les mois et années à venir.

Mais qu’importe. Cette chienlit n’affectera pas les riches et toutes les bonnes âmes qui exigent de ceux qui ont le moins plus de solidarité avec ceux qui n’ont plus rien.   

YB

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 04 Septembre 2015 21:14 )  

Commentaires 

 
0 # Alain68 2015-08-31 09:29 Je ne sais trop que vous dire… Exprimer ma consternation, mon dégout, ma rage devant cet article ? Je sens bien que l'argumentation est totalement inutile : on n'argumente pas devant la xénophobie, surtout quand elle se camoufle derrière des bons sentiments. On n'argumente pas quand le simple fait de la solidarité entre pauvres, et pire que ça : entre êtres humains, est mise en cause… Vraiment, ActuChômage, tu files un mauvais coton, et vraiment tu te fais le porte-parole du FN, et malheureusement ce n'est pas récent - mais là, quand des gens sont en danger de mort, ça devient vraiment au delà du supportable !

Et sinon quelques éléments de réponse… La réponse de la dignité, de l'honneur, de la fraternité, la réponse de l'espoir d'un monde meilleur, la réponse des classes populaires en lutte contre les démagogues et les égoïsmes mondialisés tout autant que souverainistes (ce sont les mêmes), elle se trouve là, entre autres : alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2015/08/29/migrants-dix-raisons-et-plus-de-les-accueillir-dignement-en-europe-et-d%E2%80%99ouvrir-les-frontieres/
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-08-31 15:30 "La solidarité entre pauvres" que vous appelez de vos vœux est une illusion. Elle l'est plus encore lorsque vous ajoutez de la pauvreté à la pauvreté. Cette atomisation sert les intérêts de ceux qui ont tout à y gagner. Ce ne sont certainement pas les plus précaires et les plus fragiles. Tel est le sens de ce questionnement.

"Actuchomage, porte-parole du FN", écrivez-vous. Voilà un raccourci facile, caricatural ! Nous sommes en droit de nous poser la question de savoir en quoi les flux migratoires extra et intra-européens participent à l'amélioration des conditions de vie de millions de chômeurs, précaires et mal-logés présents sur le territoire, quelle que soit leur origine.

Je ne prendrai qu'un exemple. Ces dernières années, la situation des Roms était au cœur des débats. Leurs conditions d'existence (logement, emploi, santé…) se sont-elles améliorées depuis ? Certainement pas à en croire les rapports émanant d'organisations comme Médecins du Monde. En quoi l'accueil de nouveaux migrants contribuera-t-il à favoriser l'intégration des Roms ?

L'article de Jean Gadrey auquel vous faites référence est titré : "Migrants : dix raisons (et plus) de les accueillir dignement en Europe et d’ouvrir les frontières". L'auteur y préconise une ouverture totale aux flux migratoires. Pensez-vous réellement qu'une majorité de nos Concitoyennes et Concitoyens y est favorable, à droite comme à gauche ? Sur ce sujet, l'angélisme et la démagogie humaniste sont les meilleurs alliés… du FN.

Enfin, une question reste entière (elle semble volontairement occultée par les fervents de l'accueil sans restriction des migrants) : Comment déterminer qui est un "vrai réfugié" de qui ne l'est pas ? Qui accueille-t-on exactement ? En cette période de tensions internationales (sur fonds de conflits religieux, ethniques, politiques) et internes (que nous subissons ces dernières années) cet aspect est primordial et soulève d'autres interrogations sur la sécurité de l'Europe à l'intérieur même de ses frontières.

Mais je m'éloigne de l'objet initial de ce commentaire et y reviens donc. Dans le contexte que nous connaissons, j'estime effectivement que l'accueil de nouveaux migrants ne peut se faire qu'au détriment des plus fragiles, qu'ils soient de nationalité française, immigrés en situation régulière, Roms ou de toute autre origine.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Alain68 2015-08-31 19:22 Multi-citer Yves:
Dans le contexte que nous connaissons, j'estime effectivement que l'accueil de nouveaux migrants ne peut se faire qu'au détriment des plus fragiles, qu'ils soient de nationalité française, immigrés en situation régulière, Roms ou de toute autre origine.

« La barque est pleine », c'est ça ? C'était ce que disaient les vôtres en 1933 et après, face aux réfugiés allemands fuyant le nazisme. Plus précisément, c'est la phrase sinistre qu'officiellement la Suisse a opposé aux réfugiés juifs : la barque est pleine, et nous sommes encore frappés par les conséquences de la crise de 1929. On connaît la suite…

À part ça, votre remarque sur les tracts en plusieurs langues dans les entreprises n'est pas seulement xénophobe, elle est aussi parfaitement inexacte, pour ne pas dire mensongère : j'en distribuais il y a plus de trente ans aux portes des entreprises, donc ça n'a rien de nouveau.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-08-31 19:55 Ah, nous avons atteint le Point Godwin plus tôt que prévu ! Vos références au nazisme et à la tragédie des juifs mettent un terme à tout débat. Que puis-je ajouter ? Vous me clouez le bec !

Une dernière précision quand même : Je ne vois pas en quoi constater que des tracs sont diffusés en plusieurs langues est une "remarque xénophobe" et "mensongère", d'autant que plus loin, vous affirmez en avoir distribués il y a 30 ans.

Si vous m'adressez un mail (1), je vous mettrai directement en relation avec des syndicalistes concernés, notamment l'une qui m'écrivait il y a moins de deux ans : "Lors du grand arrêt de la raffinerie de Donges, plusieurs centaines de travailleurs détachés ont été embauchés. En mars, nous avons distribué des tracts en français, portugais, lituanien et italien informant les sous-traitants français et étrangers de leurs droits et où nous rencontrer…". Un témoignage auquel je répondais : "Nous saluons l'initiative de la CGT. Mais l'action syndicale va être de plus en plus compliquée à mener en France s'il faut la traduire en portugais, lituanien, italien… On n'est pas sorti de l'auberge… espagnole !" Pour finir sur une note d'humour… ;-)

(1) contact@actucho mage.org
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Alain68 2015-09-01 20:26 Multi-citer Yves:
Ah, nous avons atteint le Point Godwin plus tôt que prévu ! Vos références au nazisme et à la tragédie des juifs mettent un terme à tout débat. Que puis-je ajouter ?

Rien : la barque est pleine, selon vous. Dans le passé ça a été les Arméniens qu'on rejetait, puis pour protéger les Arméniens il aurait fallu refuser les Italiens, pour aider les Italiens on a mis les Espagnols en camp de concentration, et après il n'y avait plus de place pour y mettre les réfugiés allemands…

Multi-citer Yves:
Vous me clouez le bec !

Si seulement c'était vrai !

Multi-citer Yves:
Une dernière précision quand même : Je ne vois pas en quoi constater que des tracs sont diffusés en plusieurs langues est une "remarque xénophobe" et "mensongère"

Pas le constater : s'en plaindre et pleurnicher que cet acte de solidarité internationalis te serait « nouveau ».

Dites, au FN, vous avez entendu parler du mot « être humain 7 ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-01 21:22 Vous me faites dire ce que je n'ai pas écrit : "La barque est pleine". Vous m'attribuez une appartenance politique qui n'est pas la mienne. À vouloir caricaturer mon propos et mes positions, vous vous décrédibilisez.

Si, comme Jean Gadrey, vous êtes pour l'ouverture totale des frontières de l'Europe aux flux migratoires, assumez votre position. Pour ma part, j'y suis opposé pour les raisons développées plus haut.

Enfin, vous parlez de "solidarité internationale" quand des travailleurs détachés issus de la CEE sont embauchés par des entreprises françaises pour briser des revendications sociales et salariales, au seul profit du patronat et des actionnaires. Je ne partage pas votre conception de la "solidarité internationale". Désolé !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pépé 2015-09-05 05:56 Monsieur, je partage votre avis considérant qie les précaires dont je fais partie depuis des années s'étonnent que le gouvernement trouve des moyens d'accueil pour les migrants alors qu'on a des milliers de sdf et de mal logés da,s nos villes. je m'interroge. Pas loinde chez moi des dizaines de roms vivent dans des conditions lamentables depuis des mois (années). ça ne semble émouvoir personne. Ouvrir les frontières encore et encore, accueillir encore et toujorus, Ok mais pour quel résultat, avec quel argent ??? Cela aidera-t-il les gens dans la merde ou cela les enfonce-t-il plus. D'accord pour la solidarité mais n'empilons pas les problèmes. SVP. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Alain 68 de QI 2015-09-28 17:45 pour votre information hitler lui même était un immigré.

En outre des miliers d'arabo-musulmans ainsi que des africains ont combattu pour l'allemagne nazie, et pour finir dans de nombreux pays d'ou viennent vos petits protégés "mein kampf" est un livre de chevet.

Allez vous faire foutre avec vos tentatives de culpabilisation s à deux balles.

Je vous rappelle que personne ne vous interdit d'aller vous battre contre daesh en syrie ou ailleurs pour améliorer le sort de vos petits protégés, grande gueule de petit bourgeois…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pili 2015-08-31 13:18 Nous sommes tous des citoyens du Monde quoiqu'il en soit !
L'article d'Yves Barraud, hélas, exprime le désarroi et l'impuissance dans lequel est plongée une bonne partie de la population française face à ces images insoutenables quotidiennes de « boats people ».
En ce qui me concerne, je suis sur un positionnement où il faut effectivement accueillir dignement ces personnes victimes de la guerre, et de faire cesser les causes qui entrainent cette fuite massive des population de leurs pays!
Il faut rappeler que cette situation est exceptionnelle, donc il va de soi qu'il ne faut pas en avoir peur. Les réponses d'accueil doivent donc être exceptionnelles .
Il faut savoir aussi que cette peur n'est pas partagée par toutes les populations européennes, En allemagne, 60% de la population allemande est prête à accueillir cette population et ne craint pas pour leurs emploi!
Merci Alain pour l'article de Jean Gadrey :
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-08-31 15:47 Merci pour cet éclairage auquel j'oppose un léger bémol. Les 40% d'Allemands défavorables à l'accueil des migrants sont peut-être, aussi, des travailleurs précaires, des chômeurs, des mal-logés…

Quand on dispose d'un travail, d'un revenu, d'un logement confortable (sans doute la situation de Jean Gadrey), on accepte plus facilement l'autre tant qu'on a pas à les partager. Quand on est sans travail, sans revenu et qu'on vit dans un logement insalubre, la solidarité et la générosité ont forcément des limites.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # kener 2015-10-04 20:39 Ce qui est formidable dans votre raisonnement, c'est que ce serait toujours aux pauvres de partager leur pauvreté avec les plus pauvres!
Il ne vous vient pas à l'idée que la richesse produite en France et dans le monde devrait profiter à ceux et celles qui la produise et non aux capitalistes (un gros mot?) qui dirigent le monde.Tous ces hommes et femmes qui FUIENT sont aussi capables que nous de travailler et de produire des richesses. C'est ce que les études montrent au final: une fois passée la crise de la fuite, s'ils restent sans le pays d'immigration,ils enrichissent le pays d'accueil.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-10-05 18:26 Sont-ce les riches qui partagent leurs richesses, leurs emplois, leurs logements, leurs allocations… avec les nouveaux venus ?

Les études que vous évoquez démontrent - peut-être - un enrichissement des pays d'accueil. Reste à savoir à qui il bénéficie. Aux plus riches ou aux plus fragiles ?

J'ai ma petite idée sur la question. Pas vous ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2015-09-02 13:26 Tout à fait d'accord, Pili. Et je rajouterai : qui veut peut. Ce n'est pas une question de moyens, ils existent bien. Quitte à paraitre naïve, simpliste ou idéaliste : quand volontairement le peuple est écrasé par une volonté politique de précarisation et que pendant ce temps les revenus des riches croissent, que des élites comme le parton d'Alcatel touche des parachutes dorés de près de 14 millions d'€ c'est qu'il y a du fric en France donc des moyens, malheureusement confisqué pour que certains s'en gobergent alors que d'autres en crèvent. Tout cela est savamment orchestré pour nous dresser les uns contre les autres si besoin et servir non pas l’intérêt général mais celui d'une élite mafieuse. Quitte à passer pour une complotiste !
Il est de notre devoir de secourir les plus faibles d'où qu'ils viennent.
L'autre, c'est moi et moi, je suis l'autre.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-02 14:23 Secourir les plus faibles est une nécessité absolue. La question est surtout de savoir qui secourt-on exactement ? Des familles persécutées, des victimes de guerre, des réfugiés politiques, des immigrés clandestins, voire des individus qui ont du sang sur les mains… ? Sommes-nous en capacité aujourd'hui de distinguer la vraie victime de celui qui ne l'est pas ?

On constatera que les conflits dont on parle sont souvent menés par des combattants venus d'ailleurs, comme en Syrie (où les non syriens sont extrêmement nombreux). Même constat au Mali, au Soudan, en Irak… Quand un individu fuit ces contrées, comment savoir de quel bord il est ? Sachant que la stratégie de Daech est d'exporter le djihad en Europe (une intention maintes fois exposée dont on a supporté les premières conséquences).

Je suis bien convaincu que les migrants sont très majoritairement des victimes. Pour autant, ils sont tous - quasiment - musulmans, issus de pays où la pratique de l'islam est - comment dire - assez archaïque (notamment vis-à-vis des femmes). Outre les aspects humanitaires, se pose donc une question de fond pour l'Europe. Cet afflux de migrants n'est-il pas, à terme, une source de tensions ? Et ne crois pas, Talou, que j'oppose ici christianisme et islam. Je pense d'abord aux antagonismes entre musulmans, entre sunnites et chiites, qui constituent un des ferments des affrontements au Proche et Moyen-Orient (Yémen, Irak, Liban, Syrie et même Arabie Saoudite). L'Europe ne prend-t-elle pas le risque d'importer des conflits dont la grande majorité d'entre nous se passerait bien, athées, agnostiques, chrétiens, musulmans, juifs… et autres.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2015-09-12 13:01 T'inquiètes (?) Yves, j'ai bien compris ton propos .. pas de souci.
Ce qui me choque, c'est que la France s'évertue à vider un pays, dont elle accueille ses habitants, en le bombardant (au passage merci BHL … !) et qu'elle se frotte les mains pour y refaire la guerre (et oui, il fat bien nommer les choses) l Abject ! On est en crise de précarité planifiée depuis perpète, et on trouve du fric - et pas qu'un peu - pour aller guerroyer .. Paradoxal non ? De qui se moque t'on ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 14:39 ""Ils ont la conviction que les allemands sont en voie d'extinction. Pour eux, on est là pour acheter, acheter des femmes et de la drogue. On est des abrutis justes bons à payer.
Eux, ce sont les vainqueurs, les fiers barbares. Ils ont déferlé sur notre pays et ils sont supérieurs à cause de leur joie de vivre et de leur énergie."
(Face au Crime. Série télévisée allemande).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-02 14:42 Quel est le sens de ce commentaire ? Que voulez-vous dire ? Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 15:21 Une note désabusée sur une autre vision de l'Allemagne, en proie aux gangs ( en fait, chaque ethnie a sa représentation dans un gang, soit bikers, soit autres, et dans un pays où le pognon est roi, ou la prostitution est légale et aussi industrielle qu'un abattoir roumain. Berlin, capitale de la came. Il me souvient de cette note triste sur un blog d'une jeune allemande, ce regard triste et plein d'incompréhension du jeune dealer turc, vendeur de Kebab de jour, et contemplant l"'orgie de ses clients). Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 15:22 Tout le monde, même les antagonistes de droite et de gauche, sont d'accord sur les causes, et ce à longueur de débats (bizarrement, ce débat semble difficile chez ActuChomage, pourtant peuplés de chômeurs directement concernés, bien plus que notre brave universitaire), mais une fois d'accord, on fait quoi ?

1) la fermeture des frontières, ça marche pas et on le sait, suffit de regarder la frontière américaine avec le Mexique, de la technologie pas possible, des moyens humains pas possible, et ça passe toujours, gens et drogues.

2) Ouvrir tout. D'accord, et on fait comment, on leur dit d'aller faire la queue à Pole Emploi et d'aller bouffer aux restos du Cœur ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-02 15:43 Commentaire de votre premier post : Une vision de l'Allemagne caricaturale… et pour le moins fumeuse.

Commentaire de votre second post : La fermeture des frontières est en effet illusoire. Leur ouverture totale l'est tout autant. Reste que l'Europe est confrontée à son impuissance à adopter une position commune : Accueillir ou dissuader. La passivité (dans un sens comme dans l'autre) est la pire des postures. Elle entretient la confusion qui, elle même, encourage des flux migratoires anarchiques et incontrôlables, favorisant l'émergence de réactions extrêmes dont nous mesurerons les conséquences. Elles s'exprimeront d'une manière ou d'une autre, au détriment des plus fragiles récemment arrivés ou présents depuis longtemps.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 16:10 Je ne crois guère aux réactions extrêmes, à la possibilité d'une guerre civile. Eux, les nouveaux arrivants, connaissent la guerre, ont dû apprendre à marcher sur la gueule du voisin ( voire le tuer) pour survivre; ils se sont procurés 6000 dollars par tous les moyens, savent se regrouper par ethnie, clan, famille ( suffit de regarder Calais), quand les français, comment dire, ce sont des gentils, on dira…

Non, ils s'installeront, créeront leurs business, comme leurs prédécesseurs, comme en Espagne, au Royaume Uni, en Hollande…

Je crois que Ken Loach, loin d'être un affreux nazi, avec It"s a Free World a fort bien expliquer les choses…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 16:14 Penchez-vous, intéressez-vous, à ce qu'il s'est passé en Italie, pire que le film de Loach, ou l'immigration sauvage a rapporté plus cette année que le narcotrafic. CQFD… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-02 16:38 Je ne parle pas de "guerre civile". J'estime - juste - que l'afflux de migrants, dans le contexte économique, social, financier et politique que nous connaissons, ne peut avoir que des conséquences néfastes pour celles et ceux qui aujourd'hui en Europe et en France souffrent de la pénurie d'emplois, de logements, et rencontrent des difficultés connexes en matière d'accès à la santé, à la formation (entre autres).

À moins de mettre en œuvre un véritable Plan Marshall (qui ne semble pas à l'ordre du jour - bien au contraire dans cette Europe qui prône l'austérité), ils seront plus nombreux (NOUS serons plus nombreux devrais-je écrire) à devoir partager l'aide sociale. Cette perspective paraît inéluctable dans un pays déjà gangréné par le chômage, la paupérisation, l'exclusion et les inégalités… D'autant que dans moins de deux ans, un dénommé Sarkozy pourrait bien reprendre le pouvoir avec un programme qui ne nous sera pas favorable.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-02 18:09 Tout à fait d'accord sur le fond…
( une amie assistante sociale en CHU a connu le déferlement Rom, puis Tchétchène, et aujourd'hui doit faire face à des files d'attentes épouvantables, dans la difficulté de trier ce qui est grave ou pas, à pouvoir établir des priorités. Plus de budget, plus assez de personnels soignants, mais elle tient bon, elle est très à gauche comme les gens ci-dessous, Pili…, pour l'instant, elle tient, jusqu'à…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pili 2015-08-31 13:21 Et pour compléter notre questionnement, à écouter sur France Culture une série de documentaires et émissions :

www.franceculture.fr/2015-08-26-migrants-refugies-demandeurs-d-asile-en-europe-13-les-chiffres-et-les-mots

Et ce matin, au moment où je découvrais la Une d'actuchomage, une émission sur le sujet qui pourra nous aider à ne pas céder à la peur dans Culture Monde

www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-des-migrations-a-l-exode-14-vers-un-nouveau-paradigme-2015-08-31
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-08-31 23:36 Pour en rire, de nos brillants universitaires (tristement).

"Les entreprises françaises sont à la recherche de jeunes qualifiés, bilingues, courageux, entreprenants et ne les trouvent pas. Les migrants possèdent, pour une grande partie d’entre eux, ces qualités qui correspondent au besoin de l’économie mais dont les jeunes français ne disposent que rarement. "

http://t.co/a9y1Zdr9St
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Yves 2015-09-04 21:53 Les Françaises et Français sont solidaires, aidons la solidarité à s'organiser !

Devant les images choquantes de migrants et réfugiés fuyant les guerres et la misère, la France réagit et fourmille d'initiatives et de générosité.
"Avec ce site portail monté en quelques heures pour une poignée d'euros, nous souhaitons donner à voir et faciliter l'organisation de cette belle solidarité qui opère malgré la relative inaction des pouvoirs publics", explique Julien Bayou.

Anne-Cécile Mailfert complète : "Le manque d'ambition coupable du gouvernement, tétanisé par la croyance en une France xénophobe et repliée sur soi, contraste avec l'envie d'agir des citoyennes et citoyens. Nous avons voulu faciliter le passage à l'acte"

Le site www.aiderlesrefugies.fr liste ainsi les différentes possibilités d'aider : don d'argent, mobilisation en ligne mais aussi l'aide près de chez soi ou l'hébergement de réfugiés, via le dispositif Comme A La Maison de l'association SINGA qui a déjà reçu plusieurs milliers de propositions d'hébergement.

Pour contrer l'image d'une France repliée sur soi indifférente aux sorts de ceux qui souffrent et faciliter la mise en lien, les citoyennes et citoyens solidaires sont aussi invités à se manifester sur la carte pour affirmer leur solidarité et être prévenus quand une initiative est identifiée près de chez eux.

Rendez-vous sur www.aiderlesrefugies.fr
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Yves 2015-09-07 14:01 Énorme succès de aiderlesrefugie s.fr portail des solidarités

Moins de 48 heures après son lancement, le site a déjà totalisé plus de 80.000 vues et la carte de France est remplie d'initiatives et de solidarité.

Déjà plus de 1.500 personnes se sont manifestées pour héberger des réfugiés et plus de 300 autres se sont signalées pour agir près de chez eux, sans compter les mobilisations ou les dons en ligne.

Bien cordialement
Julien Bayou
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Talou 2015-09-12 12:47 Merci pour le lien Yves, j'y vais de suite ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # fil 2015-09-06 14:23 Le point éventuellement positif, c'est que l'Allemagne a accepté d'enfreindre les règles Dublin 3 concernant l'immigration. C'est peut être un début déclencheur pour commencer à revoir les règles budgétaires et austéritaires qui bloquent l'économie et l'emploi.

C'est surtout la gestion aberrante de la zone Euro qui est le problème.

Accueillir des réfugiés c'est bien, mais si la politique économique ne suit pas derrière, c'est incohérent. Si l'Allemagne commence à ouvrir les yeux concernant les règles à changer, peut être que ces réfugiés auront apporté cela, entre autres.

Même sans immigration, la gestion économique européenne et la rigidité allemande sont la base du problème.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # zypos 2015-09-06 18:23 pour l'Allemagne , il ne faut pas oublier que leur taux de natalité est très bas et la population vieillissante . Ce n'est pas pour rien que le patronat Allemand voit dans ces réfugiés une nouvelle main d'oeuvre ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-07 13:48 L'Allemagne s'apprête à débloquer 6 milliards d'euros supplémentaires et accueillir 800.000 demandeurs d'asile cette année. 20.000 seraient arrivés ce week-end.

Source : www.europe1.fr/international/migrants-lallemagne-debloque-6-milliards-deuros-supplementaires-2510933
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # fil 2015-09-07 19:30 Une main d’œuvre à former souvent, plus la langue, ça coûte. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # zypos 2015-09-06 18:29 Je partage en grande partie l'analyse de Yves et surtout la dernière phrase . C'est tjrs les plus nantis qui demande aux autres de faire des efforts ! Et un nb croissant de la classe moyenne glisse petit à petit vers la pauvreté . Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Pili 2015-09-07 21:13 Bonsoir

Une autre voix et voie à suivre

Voici l'analyse politique du parti de gauche sur cette question et sur d'autres qui sont toutes liées

A partir de la 17eme minute

www.youtube.com/watch?v=nl8STHz_NFo&feature=youtu.be

C'est réaliste et plein de bon sens !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Mised 2015-09-11 17:27 Merci pour cette analyse pertinente que je partage. Le gâteau diminue, on invite tout le monde. Et on le fait l'année de Charlie Hebdo, du Thalys, et du patron de PME décapité. Il parait qu'un individu fiché S est recherché vers Calais. Et ce n'est qu'un début.
Comment faire pire ? Impossible.

Notons au passage que "les femmes et les enfants d'abord" c'est au cinéma avec Di Caprio. Pas dans la fuite des migrants qui laissent derrière eux femmes et enfants. On évoque déjà le regroupement familial:de 24.000 combien seront ils ?

PS: Alain68 n'est qu'un troll pas doué qui tente d'attirer l'attention à travers une petite manipulation qui échoue. Les "donneurs de leçons" ne sont jamais les payeurs et encore moins ceux qui sont confrontés à la réalité (RSA etc). et toc !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # rastignac 2015-09-11 19:37 le regroupement familiale c'est quand un réfugié se transforme en 5, 6 ou 10 réfugiés, quand débarquent femmes & enfants… Ces 24000 sont de la guignolade. 460 000 sont passés par la méditerranée, 200 000 par les frontières est. j'oublie les non-comptabilisés.Si un million arrivent en 2015, c'est potentiellement 4 ou 5 millions avec les regroupements. Bienvenue en europe ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blériot is back 2015-09-18 17:23 Actuchomage a au moins un mérite, celui de la constance depuis bientôt deux ans sur une ligne social-chauvine à la Phillipot/Onfray.

vous dites : "Dans le contexte économique et social que nous connaissons en France, accueillir 10.000, 30.000, 50.000 ou 100.000 migrants ne peut se faire qu’au détriment de celles et ceux déjà fragilisés par les difficultés. Et on sait qu’ils sont de plus en plus nombreux à subir le chômage, le mal-logement, la misère pour les plus déshérités."

Sauf que l'emploi n'est pas un gâteau qu'on découpe, 50.000 personnes qui viennent c'est notamment 50.000 consommateurs car ils ont besoin de se nourrir, de se vêtir, d'étudier, ils auront des loisirs… ce qui nécessite de nouveaux emplois. Avec le même raisonnement vous pourriez demander une politique de régulation des naissance au prétexte qu'un bébé c'est un futur adulte qui piquera le boulot de quelqu'un.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-18 18:18 Une ligne éditoriale "chauvine" comme vous dites, consiste à s'interroger LÉGITIMEMENT sur les conséquences que peuvent avoir des vagues de migrants sur le quotidien et l'avenir de personnes (souvent issues de flux migratoires plus anciens d'ailleurs) dans de grandes difficultés de travail, de logement, de santé…

Oui, Actuchomage est "chauvin". Dans l'immédiat, nous préférons agir pour les Droits (à l'emploi, au logement, à la santé…) des personnes déjà présentes sur le territoire quelles que soient leurs origines (et le boulot ne manque pas !), que nous pencher sur des problèmes qui se sur-ajoutent.

Si vous estimez que les flux migratoires actuels favoriseront la réinsertion sociale et professionnelle des grands précaires et des chômeurs, n'hésitez pas à défendre vos vues en rédigeant un article, une analyse, que nous publierons ici.

Pour cela, une adresse : contact@actucho mage.org

Pour revenir sur votre commentaire : L'emploi est effectivement un gâteau que doivent se partager un nombre croissant de prétendants (ça vous a échappé ?)… comme les prestations sociales.

Et sur votre commentaire ci-dessous : Si le Droit d'asile est une obligation morale, l'immigration économique clandestine est passible d'une reconduction aux frontières.

Les flux migratoires méditerranéens sont - aujourd'hui - essentiellement alimentés par des exilés économiques.

Quant aux flux issus des zones de guerre, c'est un sujet d'une complexité qui nous dépasse TOUS, y compris nos dirigeants. Sachez quand même que le trafic de faux passeports syriens est le business à la mode. Comme les pays européens ne disposent plus d'ambassades en Syrie, il est quasiment impossible de distinguer un vrai réfugié de quelqu'un qui ne l'est pas.

Enfin, nous portons depuis 12 ans maintenant des analyses très critiques sur les inégalités, les évasions fiscales et tous les cadeaux que les gouvernements successifs accordent aux nantis et possédants. En dehors du "chauvinisme" que vous déplorez, cette approche est l'ADN d'Actuchomage.

Comme écrit plus haut, il ne tient qu'à vous de vous exprimer dans une tribune plus complète que ne le sont vos commentaires.

Et comme l'écrivait Rastignac (un utilisateur du site) : «Beaucoup de chomeurs-précaires associent + de migrants à + de chômage et de difficultés. Difficile de leur démontrer le contraire. Tous mes vœux de réussite à ceux qui veulent se lancer dans l'exercice : + de migrants c moins de chômage et de difficultés»

Relevez le défi ! On attend avec impatience vos arguments. ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blériot is back 2015-09-18 17:26 vous dites :

"Personne ne conteste que la France a le devoir d’accueillir les victimes de persécutions politiques, ethniques ou religieuses. Mais comment les distinguer dans la masse de celles et ceux qui se pressent aux frontières de l’Europe ? Qui est en mesure d’établir que ce Soudanais ou ce Syrien est un persécuté, pas un ex-bourreau, un délinquant ou plus simplement un exilé économique ? "

Et vous, pouvez vous me prouver que vous n'êtes pas pédophile ? Par définition on accuse pas un individu sans preuves, ces gens fuient Daesh au péril de leur vie, ce qui semble contradictoire avec le fait d'appartenir à Daesh qui, de plus, a besoin de ses hommes contre Assad et ne va pas les disperser au quatre vents.

Si vous voulez combattre la misère, interrogez vous plutôt sur la poignée de gens sur cette planète qui s’accaparent des richesses extraordinaire ou sur l'exil fiscal qui ruine des nations entières.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Loustic21 2015-09-18 21:51 les français veulent pas plus de migrants ils cveulent plus de travail, d'emploi, de,formation, de santé. c'est pas un gaulois qui cause mais un Jamal dont le daron est arrivé du maroc et qui galère au rsa après 15 ans en usine. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-18 18:54 Les chinois l'ont fait, la politique de régulation des naissances, tout comme ils savent ajuster leur économie lorsque la croissance n'est plus en phase avec un développement cohérent, bref qu'ils craignent de ne plus arriver à nourrir tout le monde

Malheureusement , s'il suffisait de rajouter des pincées de consommateurs pour ranimer une économie incapable de nourrir une population X, ça se saurait ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # varg 2015-09-18 18:55 On pourrait prendre l'exemple de la Suède, pays riche, qui se permettait jusqu'alors d’accueillir à bras ouvert, allant jusqu'à loger et r 2300 euros mensuels par famille, quand en France, nous ne sommes foutus que de verser un misérable RSA, et pour cause, si l'on considère notre déclin économique, nos friches industrielles. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-18 18:56 Entre nous, l'exil fiscal, oui, quand qui pourrait encore être assez fou ou inconscient pour investir dans un pays dont les marchés intérieurs sont saturés, laminés, par la concurrence interne et externe ( on évoque le travail salarié détaché, en oubliant la concurrence sauvage, quand tout le monde peut vendre en France à partir dune filiale, qui ne paiera pas d’impôts, of course) ou mieux d'internet. Quant à ceux qui ont la chance de pouvoir exporter, on comprendra aisément qu'ils ont tout intérêt à le faire "d'ailleurs" dans la zone Schengen.

Dans ces conditions, plus de Kebabs ou de bar à chicha, oui sans doutes ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blériot is back 2015-09-19 11:07 Varg : "Dans ces conditions, plus de Kebabs ou de bar à chicha, oui sans doutes ;-)"
Avec ce genre de remarques, je crois que tout le monde a compris que vous êtes un raciste. Dans ces conditions, votre refus des migrants est assez logique.

Loustic21 : "les français veulent pas plus de migrants ils veulent plus de travail, d'emploi, de,formation, de santé."

Ce n'est pas forcément contradictoire. Et si on vous a viré de votre usine, prenez vous en à vos anciens patrons, je doute que la population de Kobané y soit pour quoi que ce soit.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-19 13:18 Ah, Blériot, ça y est, vous retombez dans vos vieux travers, vos raccourcis. Vous n'aurez pas tenu longtemps.

Pour vous, le simple fait d'écrire "plus de Kebabs ou de bar à chicha" fait de Varg un "raciste".

Je trouvais déjà "limite" le - "Et vous, pouvez vous me prouver que vous n'êtes pas pédophile ?" - que vous m'avez adressé dans un précédent commentaire.

Dans ces conditions, "Cher" Blériot is Back (qui sévit tous les 6 mois ici - souvent sous d'autres identités et de fausses adresses mails), je supprimerai vos prochains commentaires. Comme ça vous pourrez crier à la censure sur Actuchomage, comme vous le faites… tous les 6 mois. ;-)

Et merci à Varg de ne pas relever la provocation, c'est ce que Blériot est venu chercher : C'est un Troll qui avance caché et aimable, avant de nous chier dans les bottes (vous me pardonnerez cette vulgarité qui correspond à l'état d'esprit et aux agissements du monsieur).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blériot is back 2015-09-19 11:11 Yves :

Non le marché de l'emploi n'est pas un gâteau, trouvez moi UN SEUL économiste qui défend ce point de vue et je me tais à jamais.

L'emploi n'est pas absolument pas un tas immuable qu'il faudrait partager.

"Beaucoup de chômeurs pensent que" : ce n'est pas parce que beaucoup de gens pensent quelque chose qu'ils ont raison.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-19 13:05 Répondez à ma proposition, en exposant vos vues dans une analyse structurée plutôt que de les disperser en petits commentaires que personne (ou quasiment) ne lira.

Beaucoup de Français (et de chômeurs/précaires) ont voté NON au projet de Constitution européenne en 2005, craignant la mise en concurrence généralisée des travailleurs entre eux et le dumping social. Ils avaient raison ! Il s'amplifie depuis 10 ans.

Le marché de l'emploi est un GÂTEAU dont il faut PARTAGER le temps de travail.

Vos économistes qui ne le pensent pas ne résoudront donc jamais le chômage de masse qui ne fera que progresser partout dans le monde, dans une économie toujours plus informatisée, robotisée, qui doit accueillir toujours plus de bras et de têtes. Un appel au partage inscrit, lui aussi, dans l'ADN d'Actuchomage.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-19 14:52 Pardon, je plaisantais pour les Kebabs…
( d'ailleurs, un de mes très bons amis Turc tient des Kebabs, et je viens de l'aider à se procurer une Porsche cabriolet chez un autre ami négociant. Comme quoi, voyez, Blériot, ça marche le Kebab, à condition bien sûr qu'ils ne se multiplient pas trop, mais faite confiance aux Turcs, ils savent protéger leur business. En Turquie, vous, vous n'avez pas le droit d'ouvrir un commerce, faut obligatoirement s'associer avec un Turc ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2015-09-19 15:30 Si on va par-là… ;-) Tentez de monter une entreprise ou un commerce en Chine.

Et un peu loin encore : Essayez de travailler en Algérie si vous êtes migrant malien, béninois, sénégalais… Bonne chance ! Essayez d'émigrer en Australie si vous êtes thaïlandais, philippin, birman… Bon courage !

L'Europe et la France constituent la zone la plus accueillante (donc la plus attractive) en matière de migrations internationales . Paradoxalement, c'est ici que les gens - particulièremen t en France - s'accusent le plus de xénophobie, de racisme, de fascisme… dès qu'un audacieux aborde le thème de l'immigration… un sujet tabou, comme le deviennent les migrations en provenance de Syrie et d'autres pays. C'est soit la compassion, soit l'inhumanité. Soit la solidarité, soit le racisme. Faut choisir ton camp Camarade !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # varg 2015-09-19 15:46 Tout à fait…

La plupart des pays du monde sont très protectionniste s en matiére économique, et particulièremen t à l'égard de leur marché du travail car n'ayant pas ou très peu de protection sociale, s'agit là de la garantie de paix sociale. L'Australie fut très accueillante, mais c'est fini, avec des lois désormais féroces, où tout étranger, même nationalisé, deuxiéme génération, peut se retrouver déchu de la nationalité et expulsé en cas de délit ou comportement considéré comme anti-national.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Blériot is back 2015-09-19 17:28 Commentaire censuré pour les raisons évoquées plus haut.

Il se terminait ainsi : "Vous voulez me censurer car je met à jours la nullité de vos arguments économique qui ne font que (mal) servir de paravent à votre xénophobie."

Accusations que Blériot nous ressert tous les 6 mois (dès qu'on aborde ici le thème des migrations et de l'immigration), fautes d'orthographe comprises cette fois. Notre Ami a un problème avec les S… comme SS. Un peu d'humour ne tue pas.

Si les commentaires de cet individu sont censurés et/ou supprimés, il peut exprimer ses vues et arguments dans un article que nous publierons… sans restriction ni censure.

Pour cela une adresse : contact@actucho mage.org
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...