Actu Chômage

vendredi
27 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Social, économie et politique Contrôle des Chômeurs et des Sénateurs, une République exemplaire à deux vitesses

Contrôle des Chômeurs et des Sénateurs, une République exemplaire à deux vitesses

Envoyer Imprimer
Sénateurs et Chômeurs fainéants sont prévenus. Leur absentéisme et leur je-m’en-foutisme vont être enfin sanctionnés. La République exemplaire, les Français en rêvaient ? Hollande, Valls et Larcher la mettent en musique.


Notre gouvernement socialiste se décide enfin à prendre le taureau par les cornes.

Il se donne les moyens de conjurer le marasme économique, impulsant une nouvelle dynamique après des années de tergiversations et de renonciations à réformer notre vieux pays qui en a tant besoin.

La République exemplaire est en marche ! Petit ou puissant, Chômeur ou Sénateur, personne n’y échappera. La Justice sociale s’impose sous nos yeux ébahis… et reconnaissants.

Mais qu'on se le dire, l’embellie sur le front du chômage ne sera pas l’heureuse conséquence des audacieuses Lois Macron et du révolutionnaire Pacte de Responsabilité. Moins encore de la promesse de créer 1 million d’emplois que les patrons arboraient fièrement l’année dernière à l’Université d’Été du Medef… après avoir obtenu 50 milliards du gouvernement.

La baisse programmée du chômage, en prévision des prochaines élections présidentielles auxquelles notre Grand Timonier compte se représenter à la seule condition d’inverser la courbe d’ici-là, ne devra rien à la croissance que l’Insee et l’OCDE nous annoncent plus gaillarde que prévue.

Ces mesurettes et cette conjoncture plus favorable ne pèsent pas au regard de la décision historique prise récemment : Renforcer le contrôle des chômeurs, s’assurer que ces fainéants cherchent du travail et, s’ils ne le font pas, les radier des listes des demandeurs d’emploi, puis supprimer leurs allocations. Enfin une mesure salutaire !

Forcément, du côté de la Gauche Rouge Sang, on crie au scandale, on fustige ce contrôle social généralisé, cette «chasse aux pauvres», cette «stigmatisation des victimes de la crise» qui, on le constate tous les jours, frappe durement toutes les catégories de la population, à commencer par les plus riches. Les pôôôvres !

Le gouvernement Valls s’attaque enfin au vrai problème, celui qui corrompt en profondeur notre République exemplaire, cette gangrène, ce «cancer social» diagnostiqué en son temps par le bon Docteur Wauquiez : l’assistanat de ces hordes de traîne-savates qui rechignent à occuper les centaines de milliers de boulots disponibles.

Et qu’on se garde de faire un mauvais procès à Pôle Emploi. Notre maison mère promet que ses 200 contrôleurs (et ceux qui viendront plus tard) œuvreront pour le bien-être des laissés-pour-compte et des exclus. Ils vont les marquer à la culotte, comme on dit dans le jargon footballistique, dans leur intérêt. Uniquement dans ce sens.

N’en déplaise aux détracteurs de tout poil toujours prompts à contester la moindre annonce, il s’agit d’un "accompagnement renforcé" visant à les remettre sur le droit chemin, celui de l’activité professionnelle.

C’est à se demander à quoi servent les dizaines de milliers de conseillers (35.000 dit-on) au contact des chômeurs. Le suivi des recherches n’entre-t-il pas dans leurs attributions ?

Fidèles à leur irascible scepticisme, les premiers concernés ne semblent pas convaincus du bien-fondé de cette mesure. Ben oui, bande de fainéants, le temps des grasses matinées, des allocs perçues à se la couler douce, des vacances à rallonge, des après-midi télé ou jeux vidéo… est révolu. L’heure est à la remobilisation, à la redynamisation. Il faut vous bouger le cul, tas de glandeurs !

D’ailleurs des boulots, il y en a en pagaille : 300.000 à 500.000 offres non pourvues en France, nous assène-t-on depuis 2005. Un filon miraculeux… et inépuisable.

Le calcul est simple ! Si ces emplois trouvaient enfin preneurs, le taux de catégorie A baisserait de 10 à 15%. La promesse de François Hollande serait tenue et notre brillant ministre du Travail Rebsamen pourrait plastronner sur les plateaux télé. Enthousiasmante perspective !

Et puis, comme l’affirme l’adage : "les contrôles ne contrarient que les fraudeurs, pas les honnêtes gens". Ceux qui s’acquittent de leurs impôts, de leurs cotisations sociales, de leurs recherches d'emploi, ceux qui respectent les limitations de vitesse, les règles et les lois… ne craignent ni le fisc, ni l’URSSAF, ni la police, ni les juges. Seuls les contrevenants sont menacés. Ce n’est donc que Justice… qui est, si ce n’est aveugle, borgne.

Ainsi quelques mauvais coucheurs font actuellement circuler un document. Celui-ci indique que, sous l'impulsion de Gérard Larcher, le Sénat a adopté le 13 mai dernier une résolution visant à sanctionner «lourdement» l’absentéisme des Sénateurs. Jusqu’alors ils pouvaient toucher l’intégralité de leurs émoluments (11.300 euros par mois) en étant totalement absents du Palais du Luxembourg.

Prochainement, leurs confortables rétributions devraient être amputées de 700 à 4.400 euros en cas d’absence à mi-temps ou intégrale. Le moins assidu touchera donc, quand même, 6.900 euros. Cette mesure sera applicable le trimestre qui suivra la période d’absentéisme.

Le chômeur à l’ASS, lui, perçoit 490 euros. Une absence à convocation ou une recherche d’emploi jugée insuffisante peut se traduire par une suppression totale de son allocation pendant deux mois. La sanction est immédiate.

Et vous doutiez encore de l’exemplarité du fonctionnement de notre République ?

Le Père Siffleur d'Actuchomage.org

PS : Au fait, le Sénat, ça sert à quoi au juste ?

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 04 Juin 2015 06:54 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2015-05-25 00:30 Monsieur le Président du Sénat,

Sur votre initiative, les sénateurs devraient être financièrement sanctionnés en cas d'absences répétées sur les bancs du Sénat.

Si nous comprenons bien, le premier niveau de sanction concernera le sénateur absent environ une fois sur deux pendant 3 mois : le trimestre suivant, il perdra 700 € par mois, soit 13% de ses 5.300 € nets mensuels. Il continuera à toucher les 6.000 € d'IRFM - indemnité pour les frais engagés dans l'exercice (de son absentéisme) de ses fonctions. Il percevra donc, pour un mi-temps, 10.600 € nets mensuels.

Dans les cas plus graves, on lui supprime encore 700 €, et la moitié de l'IRFM, soit 3.000 €.

En bref, un sénateur qui serait toujours absent gagnerait tout de même 6.900 € nets par mois. L'équivalent de 15 RSA.

D'après la presse, la mise en œuvre de la mesure pourrait être différée à cause de l'épineuse question des contrôles… Et en attendant, c'est le statu quo : le sénateur absent à plein temps (il y en a !) garde sa paie nette de 11.300 € (soit 25 RSA) ainsi que les avantages connexes (transports gratuits, collaborateurs, bureau équipé, communications, hôtel etc…). Par chance, les médias ne le traiteront jamais d'assisté, ni de fainéant, de fraudeur, de profiteur.

Le demandeur d'emploi inscrit à Pôle Emploi peut être radié pour une seule absence à convocation. Il perd 100 % de son allocation pour 2 mois, avec effet immédiat. Les radiations administratives font ainsi disparaître des chiffres du chômage 40.000 à 50.000 personnes chaque mois.

La majorité des allocations chômage se situe autour du seuil de pauvreté (990 €) ou en dessous.

Les demandeurs d'emploi subissent des contrôles incessants, souvent abusifs, intrusifs, humiliants, tout comme les «bénéficiaires» du RSA qui s'exposent également à des sanctions financières en cas de manquement à leurs «devoirs» (le RSA représente 452 € par mois – 514 € si le «bénéficiaire» a la «chance» d'être SDF…).

Si le contrôle des sénateurs s'avère délicat, celui des chômeurs et des précaires s'intensifie sans états d'âme et sans délai : Pôle Emploi déployant ses brigades de contrôleurs, la CPAM traquant les ayant-droit de la CMU-C…

Chaque citoyen, qu'il soit chômeur ou sénateur, doit être traité, s'il manque à ses devoirs, avec la même sévérité… ou la même indulgence. Selon la Constitution, vous êtes le deuxième personnage de l'État, et à ce titre garant des valeurs de la République qui assure à tous les citoyens une égale justice et une égale dignité.

Afin d'apporter sa contribution citoyenne à cette haute exigence, l'association Solidarité-Chômage-Tarn veut affirmer le Droit à la Dignité des chômeurs et des précaires, lors d'une manifestation qui aura lieu à Castres (Tarn) le 30 mai prochain. chomtarn.wix.com/chom-tarn

Ne doutant pas de votre soutien pour cette occasion (sous quelque forme que ce soit), nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président du Sénat, nos salutations citoyennes.

Pour Solidarité-Chômage-Tarn
Françoise Andréani, Présidente
Catherine Cadier, Secrétaire
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # CanluCat 2015-05-26 13:54 Juste un "petit" commentaire concernant votre rubrique "votre avis", ci-contre :"Le chômage et la précarité ont-ils une incidence sur votre santé mentale ou physique ?"
J'ai un problème car je ne peux y répondre. En effet, plusieurs items me concernent :
1) Je souffre d’isolement. Cette solitude me pèse
2) J’ai de gros problèmes physiques ou psychiques que j’impute au chômage (je suis sorti d'une dépression il y a 20 mois pour faire un infarctus il y a 12 mois !)
3) Je mange moins équilibré. Je bouge moins. J’ai pris du poids
4) Mon sommeil est perturbé. Je suis régulièrement sujet à l'insomnie (du coup je suis amorphe toute la journée et lutte pour ne pas faire de sieste pour tenter d'éviter une totale anarchie veille-sommeil)
5) Ça me rend vulnérable aux addictions (alcool, tabac, médicaments, jeux, Internet…) : non ; en tout cas, pas encore !
6) Je me pêle en hiver car je ne peux pas me chauffer ; ce qui est mauvais pour le système cardiovasculair e !

Cordialement et désolé
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # CanluCat 2015-05-26 13:56 Désolé pour ma digression précédente.
Désolé de parler de mon cas personnel, sachant que je ne suis pas le seul à être dans cette situation
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2015-05-26 23:30 Pas de souci… Nos commentaires sont aussi ouverts aux digressions ;-) tant qu'elles restent courtoises et instructives.

Quand elles ne le sont pas, elles sont supprimées tout simplement.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Alexy 2015-05-26 20:31 Les agents PE, bientôt autorisés à consulter le compte bancaire des demandeurs d’emploi :

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/2645-chomage-nouvelle-envisager-lutte-fraude-emploi-pourrait.html

L'UMP en a rêvé, le PS va le faire !
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # +elisabeth 2015-05-28 16:46 Et encore on a échappé à l'amendement "scandaleux " de Resbarem; passé inaperçu Il prévoyait de permettre à Popaule emploi de regarder nos comptes en banques, nos mails, d'espionner nos téléphones pour voir si nous recherchons effectivement du travail. Et comme si nous étions de dangereux terroristes et tous des fraudeurs. Le chômage n'est pas un délit et la pauvreté non plus. L'amendement a été retiré (du moins provisoirement) Nous n'avons personne pour nous défendre…Obligeon s pole emploi a nous trouver du travail, ce serait mieux non et une loi permettant que la Médecine du travail puisse nous suivre au mojs une fois par an ( les chômeurs sont malades aussi de ne pas travailler , dépression, suicide..)Au fait nous avons cotisé toute notre vie , nous n'avons pas volé les allocations chômage, non aux radiations, non au contrôles généralisés…une demandeuse d'emploi, partageuse de compétgence dansla santé, chômeuse longue durée senior Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Charlot 2015-05-29 02:13 Que fait la CNIL ??? Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Charlot 2015-05-29 02:24 Je suis choquée que les médias ne parlent pas de ces dérives .Il y a une atteinte grave, à mon sens, à la vie privée des individus. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Albane78 2015-06-04 11:46 Pour les chômeurs, c'est la double peine : précarité et stigmatisation. Parce que quelques uns, minoritaires, fraudent, tous les autres sont traités avec défiance, considérés comme des sous-citoyens.
Allez tous voir le film "La loi du marché". Il décrit magistralement cette France à deux vitesses et le cynisme ambiant.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # sixtinen 2015-06-08 02:02 Qu'est ce qui vous choque? Que les medias plus ou moins controlés par l'état, constitués de gens qui travaillent, ne s'interessent pas au cas de personnes trop isolées pour pouvoir se défendre, non syndiquées (puisque sans emploi et sans sous pour cotiser à un syndicat), qui rament toute la journée aprés un bon plan pour arriver malgrés tout à nourrir leur famille, trop fatigués de centaine de courriers (cv, lm) restés sans réponse, qui se demandent qu'est ce qu'ils ont bien pu faire pour se retrouver dans cette situation en doutant d'eux même? Indifférence ordinaire de ceux qui pensent être à l'abris jusqu'au jour où… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Saiytil 2015-06-07 21:44 Les fraudeurs de tous poils sont de grands citoyens !!!
Ils suivent exactement l'exemple de notre "élite" politique (et industrielle) !

Good Game
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Brasseur 2015-06-08 14:38 Les 500 000 emplois à pourvoir c'est quoi ? Des emplois où on te prend pour une merde ? Du style Restauration , patron voyou blindé de caillasse qui ne paye pas ses employés à l'heure , mais au forfait qui l'arrange lui, sans être redressé ? Ah oui, l'année dernière rien qu'en région PACA 40 000 postes étaient à pouvoir dans ce corps de métiers mais à votre avis pour quoi ? Parce que c'est de l'esclavage, ni plus ni moins ! D'ailleurs je conseille ce métier aux obèses, il fait maigrir, en 4 mois de saison 20 kilos, c'est radical ! 65h semaine à 50 degrés sans clim et sans le nombre de personnes vraiment nécessaires, c'est un véritable marathon ! Nerveusement et financièrement, je ne le conseil qu'aux masochistes ! Une fois que le compte est fait, on se rend compte que c'était de l'arnaque, malheureusement ils le font tous, alors après t'être rendu malade, tu arrêtes et là tu tombes sur d'autres difficultés, du style pole-emploi qui te casse les pieds pour que tu continus … Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # enpassant 2015-06-11 03:36 Bonjour
Dommage que les chiffres ne soient pas vérifiés http://www.senat.fr/role/senateurs_info/statut.html
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Un candidat hors des partis est-il une alternative pour 2017 ? Voir www.laprimairedesfrancais.fr
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...