Actu Chômage

jeudi
29 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités L’abus de ruptures conventionnelles pourrait bien tuer la rupture conventionnelle

L’abus de ruptures conventionnelles pourrait bien tuer la rupture conventionnelle

Envoyer Imprimer
Tel est l'avis d'un conseiller de salariés, qui raconte à Miroir Social son expérience du terrain.

Mme Parisot s’est récemment félicitée des près de 500.000 ruptures conventionnelles enregistrées depuis la création de ce dispositif. En dehors de nombreuses publications faites sur le sujet, il me semble intéressant de délivrer ici mon vécu de terrain en tant que conseiller du salarié.

Ce mode de rupture est souvent utilisé dans des contextes variés mais qui peuvent être classés en cinq catégories principales :

• Le licenciement économique déguisé
On rencontre ce cas de figure notamment dans le secteur du commerce, voire de TPE dans le bâtiment. La motivation réelle de l'employeur est d'éviter une perte de notoriété de l'entreprise liée à l'aveu de difficultés rencontrées par cette dernière. Pour des salariés mal informés (ce qui est la quasi généralité des salariés des TPE), les conséquences sont catastrophiques car ils sont ainsi privés de toute possibilité de pouvoir bénéficier de la CRP ou CTP.

• Le licenciement pour motif disciplinaire
Qu'il soit justifié ou non, en le maquillant avec les fards de la rupture conventionnelle, l'employeur croit minimiser les risques liés à une procédure prud'homale. En fait, ce n'est pas complètement le cas mais, souvent, les salariés ignorent la possibilité de poursuivre leur employeur après une rupture conventionnelle. Certains avocats conseillent aux employeurs de consolider la rupture conventionnelle avec une transaction pour éliminer ce risque.

J'ai rencontré plusieurs cas de salariés en face d'un «choix» proposé par l'employeur : soit licenciement pour faute grave, soit rupture conventionnelle. Mon conseil face à cette attitude est dans un premier temps d'accepter la rupture conventionnelle, puis de la dénoncer à l'intérieur du délai de rétractation. Cela prive ainsi dans les faits l'employeur de déclencher une procédure de licenciement pour faute grave. Tout au plus pourra-t-il licencier ensuite pour motif réel et sérieux.

• Le délit de sale gueule ou d'insuffisance professionnelle, de harcèlement moral etc.
La rupture conventionnelle est alors pour l'employeur un procédé commode et peu coûteux afin d'acheter le départ du salarié.

• Le salarié a trouvé un job plus intéressant chez un autre employeur et veut monnayer son départ
Certains employeurs compréhensifs jouent le jeu, parfois d'autant plus facilement lorsque le salarié concerné est au courant de pratiques illégales au sein de l'entreprise.

• Les deux parties reconnaissent que la poursuite du contrat de travail pose autant de problèmes à l'une qu'à l'autre
Mais en vérité, ce n'est pas le cas le plus fréquent, et pourtant ce cas de figure est la vocation de la rupture conventionnelle.

On notera que la densité de rupture conventionnelle est inversement proportionnelle à la taille de l’entreprise. Selon la Dares, «dans une TPE, un salarié présent au début du semestre 2010 avait une chance sur 100 de finir le mois de juin à la porte, avec une rupture conventionnelle dans la poche (contre une chance sur 200 en moyenne, et 1 chance sur 400 dans les entreprises de plus de 50 personnes)». Les raisons probables en sont les suivantes :

• dans les entreprises d’une certaine taille, les syndicats sont bien implantées et les IRP veillent au grain, contrairement aux petites PME et TPE ;
• en majorité, les DRH préfèrent la sécurité juridique apportée par un licenciement classique suivi d’une transaction.

Soulignons aussi que les salariés âgés sont plus exposés aux risques d’utilisation abusive de la rupture conventionnelle, et ce plus particulièrement dans les grandes entreprises. Toujours selon la Dares, «dans les établissements de 50 salariés et plus, les salariés d’au moins 58 ans apparaissent néanmoins sur-représentés dans les ruptures conventionnelles. Au premier semestre 2010, ils représentent 10,3% des sorties par rupture conventionnelle dans les établissements de 50 à 249 salariés, et 17,4% dans les établissements de 250 salariés et plus».

Que Mme Parisot et le Medef, les conseils des TPE et PME y prennent bien garde : l’abus de ruptures conventionnelles pourrait bien tuer la rupture conventionnelle.

(Source : Miroir Social)

Les 254.871 ruptures conventionnelles homologuées en 2010 ont coûté 1,3 milliard d'€ à l'Unedic => LIRE ICI
Au total, 502.816 ruptures conventionnelle s ont été conclues depuis la création de ce dispositif en août 2008.


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 03 Septembre 2012 01:53 )  

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...