Actu Chômage

lundi
23 avril
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Relance par l’offre ou par la demande ? Un faux débat !

Relance par l’offre ou par la demande ? Un faux débat !

Envoyer Imprimer

À droite (du schéma), ceux pour qui la relance passe obligatoirement par la demande, donc par une augmentation du pouvoir d’achat. À gauche, ceux qui estiment qu’il faut encourager l’offre de biens et de services, donc soutenir les entreprises. Les deux camps font fausse route !





Économistes et politiques ne savent plus à quel saint se vouer pour implorer quelques points de croissance, et quel sein téter pour la nourrir.

Certains sont convaincus (ou font mine de l’être) qu’il faut accorder des allégements massifs de charges aux entreprises pour les encourager à investir, pour redynamiser notre offre de produits et de services.

Mais qui y gagnera ? L’activité du pays ou les actionnaires et dirigeants qui se partageront des marges plus bénéficiaires qu’elles ne le sont actuellement ?

Qui peut croire un instant qu’avec la mentalité des possédants, toujours prompts à se lamenter sur leur pauvre sort, les mesures prises en faveur des entreprises profiteront au plus grand nombre ?

Ça ne se passera évidemment pas comme ça. D’ailleurs, les pleurnicheurs cigares aux lèvres ne se sont jamais autant goinfrés qu’en 2013. En un an, le patrimoine des 500 plus grandes fortunes françaises a augmenté de 15% ! Et il ne faut pas croire que seuls les hyper-riches engrangent les fruits du capitalisme triomphant sauvé in extremis par les contribuables en 2007, 2008 et 2009.

Ils sont des centaines de milliers, des millions sans doute, hauts fonctionnaires, professions libérales, commerçants, cadres supérieurs… à profiter de l’aubaine. 

Pensez donc ! Au bas de l’échelle, chez les sans-grade de la République, les salaires sont quasiment bloqués et l’inflation contenue. Dans la partie supérieure en revanche, les revenus s’envolent, comme les dividendes boursiers et la valeur des biens immobiliers haut de gamme situés dans les grandes villes, sur le littoral et à la montagne.

En ce moment, chez les bien nourris de la République, c’est «Pile je gagne ! Face tu perds !». Les difficultés économiques des uns (chômage, précarité, stagnation des salaires, augmentation des loyers et des énergies…) créent un environnement économique et social plus favorable encore à ceux qui détiennent le patrimoine ou peuvent embaucher.

Dans les usines (enfin ce qu’il en reste) ou à demeure, les ouvriers et le personnel de maison n'ont qu'à bien se tenir. S'ils rechignent à la tâche, s'ils revendiquent, les immigrés fraîchement débarqués et autres travailleurs détachés venus de Pologne, de Roumanie, du Portugal ou de Chypre… se plieront aux exigences patronales sans rouspéter… eux !

En ce moment pour les richards, c’est «Pile je gagne ! Face je gagne !».

Dans ce contexte extrêmement favorable à ceux qui ont déjà tout, le gouvernement (socialiste) prend des mesures visant à les enrichir plus encore. Les allégements de charges et la baisse de la pression fiscale sur les entreprises ne profiteront pas à l'investissement, à la recherche et au développement. Ils finiront d’une manière ou d’une autre dans les poches des possédants et des actionnaires. Et qu’on se le dise, ces bénéfices seront aussitôt «optimisés», entendez par-là qu’ils échapperont aux taxes et impôts habituellement perçus sur les plus-values.

Car si le ministère de l’Économie et des Finances s’enorgueillit du retour au bercail de détenteurs de comptes à l'étranger (en Suisse principalement), ils sont de plus en plus nombreux à s’exiler hors de nos frontières, dans des contrées aux obligations fiscales plus «light» qu’elles ne le sont chez nous.

La relance par l’offre consiste donc avant tout à faire peser l’effort sur ceux qui sont les moins bien lotis au seul profit de ceux qui possèdent. Toute aide en faveur des plus riches se traduit par leur enrichissement. Voilà une évidence qui semble pourtant échapper aux Valls et Sapin de service.

Dans cette affaire, l'État est doublement perdant (cela fait des années que ça dure) : Il soutient l'activité sans obtenir de contreparties. Le Pacte d'Irresponsabilité s'inscrit dans cette dérive de cadeaux faits au patronat éternellement insatisfait.

Pour relancer l’économie, il faut donc abandonner l’idée de doper l’offre pour se concentrer sur la demande, en augmentant les salaires et en diminuant les impôts qui pèsent sur les Français moyens. Voilà des mesures salutaires qui ne profiteront pas aux plus riches mais… euh… aux Chinois !

Parce que la relance par la demande ne fonctionne qu'à une condition : qu’elle se porte sur le «Made In France». Malheureusement, dans ce registre, l’offre se réduit à peau de chagrin !

Est-il nécessaire de rappeler que nous ne fabriquons plus la plupart des produits qui tirent la croissance ? Depuis 30 ans, nos dirigeants ont sacrifié l’outil industriel national et nos capacités d'innovation sur l’autel de la mondialisation. La France, grande puissance des années 60 et 70, a abandonné au reste du monde des savoir-faire hérités de siècles d’innovations techniques et technologiques. Une braderie à laquelle ne s’est pas livrée l’Allemagne qui, elle, continue à vendre aux Chinois, aux Indiens, aux Brésiliens et Vietnamiens… des machines-outils aux performances toujours inégalées. Les Allemands, eux, n’ont pas scié la branche qui supportait leur économie et moins encore les racines qui irriguent l'innovation «Made In Germany».

En France, relancer la demande se traduit indubitablement à encourager les importations et le creusement des déficits commerciaux, donc à fragiliser plus encore une économie qui ne fournit plus les produits que nous consommons massivement : habillement, informatique, son & image, téléphonie, jouets, équipements de la maison…

La France présente tous les signes d’un pays en voie de sous-développement : Les écarts sont de plus en plus insupportables entre riches et pauvres. Nos exportations reposent sur quelques pôles d'excellence comme l’agroalimentaire, l’aéronautique, l’automobile (plus pour longtemps), quelques industries du luxe… En dehors des denrées agricoles, nous ne produisons quasiment plus de produits que nous utilisons au quotidien. Cela se traduit par un accroissement du déficit de notre balance commerciale qui était encore à l’équilibre en 2003. Elle est aujourd’hui déficitaire de plus de 60 milliards par an, et l’écart continue à se creuser entre exportations (en baisse) et importations (en hausse).

Toutes les mesures prises en faveur d’une relance par l’offre ou par la demande se heurtent à ce constat : Les fondations de l’économie française sont à ce point fragilisées que le gouvernement n’a plus les ressources d'enrayer la spirale du déclin industriel.

Le premier indicateur de cette impuissance est l’augmentation du chômage qu’aucune mesure ne peut contenir, comme nous le constatons depuis des années. La France est incapable de sortir de l’ornière. Seul un puissant sursaut de croissance, à l’échelle européenne ou plus probablement mondiale, pourrait nous permettre de stabiliser le chômage. Mais rien n’est garanti puisque, comme nous l’avons vu plus haut, toute amélioration de la conjoncture française se traduira immédiatement par plus d’importations, donc plus de déficits.

D’autant que certains secteurs que l’on pensait plutôt épargné par la concurrence internationale (le BTP local, la construction et la rénovation de logements, l'artisanat) sont également en phase de déstructuration. Comme nous l’avons déjà évoqué, plus de 500.000 travailleurs détachés (selon les syndicats), issus de la CEE, exercent leurs activités aux conditions salariales françaises (à minima au SMIC) mais aux conditions sociales du pays dont ils sont originaires (Pologne, Roumanie, Grèce, Portugal…). Autant dire que, même dans les secteurs «protégés» du marché intérieur, un taux de croissance à 2 ou 3% ne se traduira pas par l’embauche de dizaines de milliers de chômeurs, mais par «l’importation» d’autant de travailleurs détachés.

Dans ce contexte, Monsieur Montebourg, notre flamboyant ministre de l’Économie et des Finances, semble désarmé. Il l’est d’autant plus que, comme ses augustes prédécesseurs (Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde), l’actuel occupant de Bercy est avocat, une profession qui semble être en France gage d’expertise économique, budgétaire et industrielle. La bonne blague !

Comme ses prédécesseurs, Montebourg n’arrivera tout simplement à rien parce qu’il n’a pas les compétences qui devraient être l’apanage d’un grand ministre de l’Économie et des Finances. Mais, plus encore, parce que l’industrie française doit faire face à une concurrence internationale exacerbée, après avoir été laminée par l’inertie et l’incompétence de ses dirigeants. Un dépeçage qui se poursuit à mesure que l’on ferme usines et ateliers.

Enfin, une hypothétique relance n’aura que des répercussions très limitées sur l’emploi, tant les flux de main-d’œuvre au rabais imposés par l’Europe poursuivront leur œuvre de déstructuration et de précarisation du salariat français… voulue, entretenue et orchestrée par une partie du patronat et par la finance.

On comprendra dès lors que le débat entre députés frondeurs et députés godillots (de gauche et de droite) n’est que trompe-l’œil et attrape-nigauds !

On ne peut pas se désendetter en réduisant les impôts et les taxes. C’est pourtant ce que nous promet Manuel Valls. On ne peut pas relancer la machine économique par la demande car celle-ci profitera essentiellement aux importations. C’est pourtant le leitmotiv des députés frondeurs du PS. On ne peut pas alléger les charges des entreprises sans engagements formels à investir, à embaucher ou à augmenter les salaires. C’est pourtant ce que le gouvernement accorde aux organisations patronales. On ne peut pas impulser une reconquête industrielle dans un pays qui brade depuis 30 ans ses usines et ses ateliers, et continue à le faire. C’est pourtant la mission impossible que se fixe Arnaud Montebourg depuis 2012. Et on ne peut attendre d’un avocat aussi «brillant» soit-il, qu’il incarne le redressement productif d’un pays bien installé dans le déclin, au grand dam de toutes celles et tous ceux qui sont dans la galère… et ne sont pas prêts d’en sortir.

Yves Barraud


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 23 Mars 2016 23:30 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2014-07-21 11:53 Le président du Medef Pierre Gattaz a estimé que «La situation économique du pays est catastrophique», dans un entretien au Figaro paraissant lundi 21 juillet.

Pour le patron des patrons «la croissance n'est pas là ! Il n'y a plus d'investissement et plus d'embauche.» Évoquant le pacte de responsabilité qui vient d'être voté, il annonce attendre la phase 2. «Le noyé a été ramené sur la plage, il faut le réanimer», a-t-il dit.

Pour y parvenir, Pierre Gattaz attend que «nos gouvernants obtiennent auprès des employeurs et des investisseurs français et étrangers leur confiance

Une «douzaine de "mesures turbo" pour générer de l'emploi rapidement»

Pour ce faire le patron du Medef souhaite que l'on dise «clairement que l'on va abandonner dès maintenant la taxe à 75 % sur les très hauts revenus.» Estimant que «le pacte seul ne suffira pas à redresser la France», il annonce qu'une «douzaine de "mesures turbo" pour générer de l'emploi rapidement» seront présentées à l'université d'été du Medef.

«Il faut regarder le sujet des seuils sociaux, parler de l'interdiction du travail le dimanche et après 21 h. Le niveau du smic doit pouvoir être discuté avec les partenaires sociaux, pour que les populations très éloignées de l'emploi - 1 million de chômeurs n'ont pas vu une entreprise depuis deux ans au moins - puissent retrouver un travail», a-t-il ajouté.

Source : 20 Minutes.fr

Commentaire d'Actuchomage : Pierre Gattaz est un fils à Papa (comme Laurence Parisot était une fille à Papa) qui se contente de gérer un patrimoine, à défaut de créer et d'innover.

En France, le seul moteur de croissance est l'innovation. Une inventivité que nous avons perdue…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # lebeaupolo 2014-07-21 13:06 Ben dis-donc Yves !
Je lis ça et je me dis: c'est mort, en France ! Mme Polo et moi, dans notre campagne, bien cachés,on plante des patates, on distille un peu de mirabelle et on regarde la crise par la fenêtre. On vit petit, on se fait pas voir. Trop vieux pour courir, maintenant.
Mais nos gamins ? c'est pas un rêve pour des jeunes, cette France là !
Y ont raison de se casser à l'étranger, les voyages forment la jeunesse.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-07-21 13:39 Tu abordes ici un autre sujet préoccupant : l'exil (souvent définitif) de nombreux jeunes Français très bien formés. Phénomène massif que j'observe dans mon entourage familial et amical.

Certes les voyages forment la jeunesse et les expériences à l'étranger sont - souvent - un passage obligé.

Mais depuis 20 ans, les motivations ont changé. On ne part plus pour compléter une formation et se familiariser avec des langues étrangères. Maintenant, on s'exile ou on émigre car on estime que la France n'offre plus assez de perspectives professionnelle s et que l'ambiance y est morose, voire détestable.

Il est certain que si j'avais 25 ans, je ne me poserais pas de question !

Go West, Go East ? Go Go Go !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # defebvin 2014-08-16 13:35 Cher Monsieur, bonjour,

Yves a parfaitement raison.
Le temps "pépére" est bien fini pour nous et les générations futures.
Pour finir de vous en convaincre, je vous invite à vous rendre sur le site associatif suivant: cyberlcs.com et de visionner les liens des vidéos. tel que notre monde est actuellement organisé avec nos banquiers et politiques qui n'ont une vue qu'à court terme, (C'est à dire juste ce qu'il faut pour se faire réélire eux ou leur progéniture, ou si non, laisser le "bébé" aux suivants , sans oublier d'avoir vidé la caisse avant de partir),. C'est ce que ces vidéos nous expliquent sur ce qui nous est peu dit des banques, ou ce que disent aux élus qui n'écoutent pas, car là encore leur poste EST EN JEU!

bien à vous
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # °plume° 2014-07-25 20:54 maintenant, enfin si ce que j'ai vu à la télé n'est pas de la propagande, pas mal de jeunes partent bosser dans des pays où le niveau de vie est inférieur à la france, ça tire vers le bas de tout les côtés, le but est sans doute de baisser le niveau de vie occidental.
concernant gattaz et consorts, ils ne sont forts que parce que nous sommes à genoux comme dirait je ne sais plus qui…
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Keizer Soze 2014-08-19 12:20 "Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. (…) Soyez résolus à ne servir plus, et vous voilà libres !" (Étienne de La Boétie) in "Discours de la servitude volontaire" Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # yukon 2014-07-25 21:27 J'ai plus l'impression que l'économie va détruire la société. Les marges des entreprises sont de plus en plus grande, elles n'investiront pas car elles veulent conserver voire accroître leur marge. La france n'as plus de problématique sociale mais seulement économique.

Les grèves sont tous échecs et elles sont étouffés désormais sur la place publique. Et oui l'écart se creuse qu'on risque de revoir un société de classe plus flagrant que l'ancien régime.

Le problème est plus profond que la simple conjoncture économique. Le contrat sociale n'est plus respecté.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pensée libre.. 2014-08-27 03:12 ouep… désolée d'être pessimiste… mais ça pue le sapin là…

le pays va imploser… ou exploser… mais ça va chier et pas que des bulles…

trop de social, tue le social mais là..le social est inexistant… et le partage des richesses??? quelles richesses? elles sont toutes barrées aux iles caimans…

les grèves étouffées… la loi du silence encore plus omniprésente… on se dit un pays libre ???
le gouvernement vient d'être remanié pour y placer les personnes qui ne vont pas l'ouvrir… vont suivre et mener le bateau… droit dans le mur !!!! BANDE DE CHARLOTS !!!!

ils sont où les "artisans" de l'économie dans ce gouvernement??? y a QUE des avocats????? à part garde des sceaux, en quoi un avocat peut-il exceller dans l'éducation ou la santé????
et encore… ces avocats qui n'ont pas beaucoup exercé en entreprise…
les députés resteraient encore les "artisans" de la politique active… mais bon…

Voilà ou ça nous mène !!!

on est très mal barrés !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Desert des Tartares 2014-09-19 14:15 Entièrement d'accord avec votre analyse, à rapprocher de la Stratégie du Choc de l'école de Chicago de Milton Friedman.
Malheureusement nos dirigeants n'ont aucune culture économique et se contentent d'appliquer les mesures instruites par les financiers qui transfèrent leurs économies dans des paradis fiscaux.
Alors politique de l'offre ou de la demande; peut importe en effet dans l'état de déliquescence de notre industrie et dans le cadre d'une mondialisation poussée à l'extrême.
Il faudrait reconstruire tout cela, mais avec de vrais économistes et de vrais industriels. On n'y arrivera jamais dans le cadre institutionnel actuel, et nous devons tous appeler à l'insurrection pour nous débarrasser de nos soit disant élites qui ne cherchent qu'à alimenter leur cupidité.
Les Français sont amorphes face à ces dangers, et l'avenir est sombre …
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Macron s'apprête à renforcer le contrôle des chômeurs. Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...