Actu Chômage

dimanche
22 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Travail obligatoire : Sarkozy engage les hostilités contre les pauvres

Travail obligatoire : Sarkozy engage les hostilités contre les pauvres

Envoyer Imprimer
Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que le candidat autoproclamé à la présidentielle nous gratifie d’une provocation qui pourrait torpiller ses ambitions.

Fidèle à sa tradition de bonimenteur provocateur, notre Grand Visionnaire souhaite que certaines allocations et le revenu de solidarité active (RSA) soient distribués en contrepartie d'un travail effectué au service des collectivités. Ben voyons !

Ce couplet 100% démagogique pue le déjà entendu (Sarkozy le préconisait en 2007).

Non seulement cette proposition serait extrêmement compliquée à mettre en œuvre, mais elle pourrait bien lui coûter cher sur le plan électoral. Décryptage.

Si tous les allocataires de France doivent bosser quelques heures ou quelques jours par mois pour percevoir leur pitance, cette obligation va vite devenir un sacré bazar.

Par souci de simplicité, nous ne raisonnerons ici qu’à partir des bénéficiaires du RSA socle :

- Ils étaient 1,8 million en décembre 2013 (source : www.inegalites.fr). Il faudra donc leur trouver une activité sans pénaliser les salariés en poste.

Dans le contexte que nous connaissons, ce travail obligatoire massif se traduira par des destructions d’emplois. C’est l’effet vases communicants. En contraignant les chômeurs à travailler, Sarkozy prend le risque d’augmenter le chômage. Imparable logique !

- Organiser le travail obligatoire de 1,8 million de personnes impose de les encadrer, de les former, de les surveiller, de les équiper, de leur procurer un bureau, un ordinateur, un balai de chiottes, un râteau… enfin, le matériel indispensable aux activités imposées.

- La gestion d’une telle masse de «Malgré Nous» risque de tourner à l’imbroglio entre les différentes administrations et institutions concernées  : les Conseils généraux, les CAF, les centres et associations d’insertion, les collectivités…

Pour y remédier, Sarkozy envisage certainement d’ajouter de nouveaux tuyaux à cette usine à gaz d’une complexité extrême. Bonne chance pour s’y retrouver !

À cette liste non exhaustive d’obstacles à la mise en œuvre du TOI (Travail Obligatoire Institutionnalisé) s’en ajoute un. Et pas des moindres.

Que se passera-t-il si un RSaste contraint est victime d’un accident sur son lieu de travail ? Et, imaginons le pire, qu'il y laisse la vie ?

On peut compter sur les organisations de chômeurs et précaires (dont nous sommes), soutenues par certains syndicats, pour mener jusqu’au bout une bataille juridique contre ce STO du XXIe siècle, qui les conduira certainement devant le Conseil constitutionnel.

Toujours bien conseillé, Nicolas Sarkozy a posé les jalons d’une mesure qui n’est envisageable qu’au terme d’un marathon judiciaire dont le verdict est des plus aléatoires.

Toujours bien conseillé, notre Homme providentiel vient de se mettre à dos 1,8 million d’électeurs (1) qui souvent s’abstiennent, il est vrai, mais qui, pour le coup, pourraient se mobiliser contre lui.

Voilà la première répercussion de son premier meeting. Le reste promet…

YB

(1) D'autant que ce TOI pourrait concerner d'autres populations de bénéficiaires de minima sociaux.

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 20 Octobre 2014 18:45 )  

Commentaires 

 
0 # diety 2014-09-27 00:46 Oui, je crois qu'une telle mesure déclencherait une véritable bataille sur tous les fronts.

Déjà sur le plan juridique, un TIG obligatoire est
Citer:
une sanction pénale de substitution à l'emprisonnement, souvent appelée sous le sigle TIG


Cela dit tout comment S. voit les personnes survivant avec le RSA.

Je ne suis pas sûr qu'une telle obligation soit compatible avec la constitution, avec les droits de l'homme ("Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage." (article 23) ou avec la convention de l'OIT :

"Fondements de l’obligation au travail - Conséquence d’une condamnation
La convention (de l'OIT) exige que les prisonniers ne puissent être astreints au travail qu’en conséquence d’une condamnation.
"
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Le Monolecte 2014-09-27 17:18 Citer:
- Ils étaient 1,8 million en décembre 2013 (source : www.inegalites.fr). Il faudra donc leur trouver une activité sans pénaliser les salariés en poste.

Dans le contexte que nous connaissons, ce travail obligatoire massif se traduira par des destructions d’emplois. C’est l’effet vases communicants. En contraignant les chômeurs à travailler, Sarkozy prend le risque d’augmenter le chômage.


Mais qui a parlé de ne pas pénaliser les salariés en poste? Sûrement pas le patronat, qui veut payer moins que le SMIC et faire péter toutes les protections légales. Difficile à mettre en œuvre pour l'instant, sauf quand les salariés seront en concurrence directe avec des gus qui bossent gratos et contre leur volonté pour 500€/mois.

Et augmenter le chômage n'est pas le problème, mais bien la solution, cela fait 30 ans que ça crève les yeux.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2014-09-27 18:14 Ce projet sarkozien envisage une mise à disposition des RSastes aux collectivités. Il reviendrait donc à celles-ci de gérer et d'occuper cette main d'œuvre.

Là, ça risque d'être compliqué pour mettre tout le monde d'accord : Collectivités de droite et de gauche (communes et départements), CAF, organismes d'insertion et, plus encore, syndicats de la fonction publique qui ne verront forcément pas d'un bon œil cette main d'œuvre gratuite et massive.

Sans compter les premiers concernés, les RSastes !

Cette proposition relève des effets d'annonces sarkozistes, des mesures "révolutionnaire s" qui ne seront jamais appliquées.

Nous sommes habitués depuis le temps. Sarkozy est de ceux qui parlent (beaucoup) et réfléchissent après.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # jeff50 2014-09-28 01:34 les personnes ne voteront pas encore une fois en 2017 … c est malheureux mais c est comme cela, le taux d abtension va encore exploser… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2014-09-29 00:04 Que 1,8 millions de gens se mettent à faire des trous sous la contrainte et à les reboucher moi non plus je n'y crois pas mais ce type de politique spectacle punitive pourrait néanmoins toucher une partie de cette foule de gens: les éboueurs se mettent en grève et hop on réquisitionne sous la contrainte une partie de cette foule pour casser la grève et ce n'est qu'une idée parmi d'autres. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # tristesir 2014-09-29 00:20 Les idées de Sarkozy sentent la naphtaline:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Atelier_de_charit%C3%A9
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Danton -cul 2014-10-04 21:42 Facile, le sieur Sarkozy de naboleon propose de supprimer la garantie de l'emploi des fonctionnaires…donc, il va virer autant de fonctionnaires que nécessaire pour filer quelques heures aux "sans dents" pour "mériter" la pitence indigeste que leur verse l'Etat…

Il n'est pas a une provoc' pres le raz bitume…quel pauv'type
Le pire, c'est qu'apres avoir ruiné la France et son gang, en dépis de toutes les casseroles qui font "bling-bling" qu'il trimbale, apres avoir fait financer le Sarko'ton sur les finances publiques via le dégrevement d'impôt (pour le résultat que l'on sait) 'y'en a qui sont toujours aussi cons pour le redemander…y'en a un sacré paquet de burnes en France quand même !!!
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...