Actu Chômage

vendredi
15 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Qui sont les salariés les plus mal payés ?

Qui sont les salariés les plus mal payés ?

Envoyer Imprimer
C’est une femme de 24 ans, vivant seul avec son enfant en bas âge, qui occupe plusieurs emplois à temps partiel, caissière le matin, femme de ménage l’après-midi.

Côté études, elle n’a pas été jusqu’au bac, mais est titulaire d’un brevet professionnel. Elle vit en province, dans une périphérie semi-urbaine plutôt calme. Tel est le profil type d’une des 3,6 millions de personnes qui perçoivent un bas salaire.

Près d’un salarié sur six travaille, en France, en échange d’un «bas salaire» : moins de 1.055 euros nets pour l’équivalent de 35h de travail hebdomadaire, révèle une note de la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques). Sont considérés comme «bas salaires» les revenus inférieurs aux 2/3 du salaire médian (1.583 euros en 2011). Ce sont très largement des personnes travaillant à temps partiel et des femmes (75% des bas salaires), souvent en CDD, en intérim, en stage ou en contrats aidés. La flexibilité prônée par le Medef, ça ne paie pas.

Les professions les plus touchées sont les services directs aux particuliers, les employés du commerce et les ouvriers non qualifiés. 80% de ces salariés très mal payés habitent en province, en dehors des quartiers dits difficiles (zone urbaine sensible). Les jeunes entre 16 et 30 ans sont particulièrement concernés.

Depuis le début des années 2000, la proportion des bas salaires avait tendance à diminuer, passant de 18% à 15%. Depuis 2008, avec la crise financière et sociale, la courbe remonte (16% en 2011). Un salarié sur dix touche même un «très bas salaire» : en dessous de 792 euros ! Raison invoquée par la Dares : le développement des services aux particuliers — secteur le plus mal rémunéré où règne le temps partiel —, augmentation du recours au chômage partiel dans l’industrie (encouragé par les politiques publiques), ou diminution des primes pour les salariés des petites entreprises.

En haut de l’échelle, les 0,1% les plus riches perçoivent en moyenne 27.937 euros. Peut-être n’ont-ils accepté ni la flexibilité ni la compétitivité ?

(Source : Basta!)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 16 Octobre 2012 09:33 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...