Actu Chômage

samedi
29 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse «J’aime ma boîte», ou l'amour trompeur

«J’aime ma boîte», ou l'amour trompeur

Envoyer Imprimer
Le 1er mai, on a la Fête du travail, animée par les syndicats de salariés. Le troisième jeudi d'octobre, on a la fête au travail organisée par le patronat.

Rassurons la patronne des patrons de France : aujourd’hui, tout le monde clame son amour pour sa société. Pas question de racisme anti-entreprise primaire, Mme Parisot : la hache de guerre entre la direction et les employés est temporairement enterrée, les conflits sociaux remisés entre les cacahouètes, la piquette et les sodas, restes du dernier pot de départ. Vous l’aviez peut-être oublié mais ce troisième jeudi d’octobre est depuis quelques années officiellement consacré journée «J’aime ma boîte».

Pour ce faire, "instaurer des moments de bien-être qui n’existeraient pas", suggèrent les organisateurs de l’opération. On proposerait bien un "moment de bien-être" à la stagiaire du service commercial ou à l’ouvrier sur sa chaîne. Mais pas sûr que cela colle à la philosophie du concept inventé par Sophie de Menthon, serial-entrepreneuse connue aussi pour ses propos outranciers et également présidente d’Ethic (Entreprises de taille humaine indépendantes et de croissance). Pour cette dernière, «J’aime ma boîte» est avant tout l’occasion de "faire évoluer l’image de l’entreprise en France vers plus de convivialité et de partage, de reconnaître son entreprise avant tout comme un lieu de vie, d’échange, de création et de convivialité, d’instaurer une relation extraprofessionnelle entre les salariés pour qu’ils apprennent à mieux se connaître et renforcer l’esprit d’appartenance et l’esprit d’équipe".

Mais pourquoi une fête au travail ?

Visiblement, le but de la journée «J’aime ma boîte» n’est donc pas de s’interroger sur le partage des richesses entre travail et capital, l’inhumanité d’un certain management ou, encore, de souligner que parfois le travail fait mal. Quant à l’esprit d’équipe, cela rappelle ses fêtes de voisinage en compagnie du chieur du troisième à la sono surpuissante...

[...]

Autant de propositions qui doivent permettre "d’humaniser les rapports dans le monde professionnel", jugent les responsables de la journée. Mais aussi "d’impliquer et motiver (les) salariés autrement que par des primes et des titres". Ça semblait trop beau… Si vous avez l’esprit de contradiction, vous pourrez toujours vous rattraper lors de la prochaine journée mondiale pour le travail décent.

(Source : Mode(s) d'emploi)

A lire également sur le site des Inrocks => La journée «J’aime ma boîte» : une entreprise hasardeuse


Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 19 Octobre 2012 10:25 )  

Commentaires 

 
# Blèriot 2012-10-18 14:22 Sophie de Menton est tellement débile et caricaturale, qu'elle discrédite sans cesse ces propres idées. En cela c'est plutôt une allié. Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# FmR 2012-10-18 17:46 Bonjour,
merci d'avoir signalé notre article, pourriez-vous en reprendre juste un extrait plutôt que l'intégralité ? Cordialement.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2012-10-19 12:26 OK, j"ai sorti mes ciseaux… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# maguy 2012-10-18 18:33 Que se passe-t-il si on refuse de participer à cette mascarade et qu'on refuse de faire des déclarations d'amuuuur à sa boite ou aux collègues qui pourrissent la vie ?

Décidément, mieux vaut que je ne bosse plus. Je refusais toujours de participer aux "sorties" collégiales. Un pot sur place, d'accord, sinon je n'aime pas mélanger.

Un emploi, c'est pour avoir un salaire. C'est pas une famille, ce ne sont pas des copains.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Trinita. 2012-10-18 21:58 "instaurer une relation extraprofession nelle entre les salariés pour qu’ils apprennent à mieux se connaître et renforcer l’esprit d’appartenance et l’esprit d’équipe" Bah tiens ! Et ne plus voir que ses collègues et les couleurs de sa boîte… "L'esprit d'appartenance", c'est quand on est la propriété de son entreprise ?

"Plus de diversité"… A condition qu'aucun salarié ne soit différent des autres.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# maguy 2012-10-19 09:23 Citer:
"instaurer une relation extraprofession nelle entre les salariés pour qu’ils apprennent à mieux se connaître et renforcer l’esprit d’appartenance et l’esprit d’équipe" Bah tiens !

Il y a quelques décennies, ils organisaient pour les cadres des week-ends avec sauts en parachute ou à l'élastique pour "renforcer les liens" ! Tout du stage commando.
Et si on préférait passer ses WE en famille et voir grandir ses mômes ?
Et si on décidait que voir la g… de ses collègues pendant 5 jours, cela suffisait, hmmmm ?????

Une façon de tester la capacité d'obéissance ou le "syndrome du larbin" quel que soit le niveau hiérarchique, puisque même le plus haut placé doit s'aplatir devant les actionnaires.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tristesir 2012-10-19 10:31 A quand une journée, "j'aime ma boîte" dans les prisons?

A quand une journée "j'aime ma boîte" dans les cimetières? 8-)

Noter que cette "fête" devance de quelques jours la "fête des morts".

Par ailleurs, à la fête du travail les gens ne travaillent pas tandis qu'à la "fête de l'entreprise" c'est tout le contraire.
On reconnait bien-là la générosité du monde patronal 8-)

Je pense que ce jour-là votre patron attend de vous que vous travaillez plus encore qu'habituellement ou que généreusement vous travaillez gratuitement.

C'est tout le sens véritable de cette "fête" 8-)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# grêve 2012-10-19 10:52 On peut aussi faire sa fête au patron, comme le montre cette brève et joyeuse vidéo : Rien à foutre en attendant de se faire virer
www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6134
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# hervé85 2012-10-19 12:39 j'aime ma boîte ! on dirait la déclaration d'une sardine dans une boîte de conserve ! Comment peut-on aimer une boîte ? vaste sujet philosophique s'il en est ! a quand la journée j'aime mon aquarium ! signé un poisson rouge… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...