Actu Chômage

samedi
22 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer Social, économie et politique Fermiers urbains : quand la rouille vire au vert

Fermiers urbains : quand la rouille vire au vert

Envoyer Imprimer
Detroit, ex capitale mondiale de l'automobile, est désertée. Mais la nature a horreur du vide et ceux qui sont restés — essentiellement des chômeurs et des pauvres — ont trouvé un moyen exemplaire de subsister. Dans un monde qui tourne à l'envers, le bon sens peut reprendre le dessus, et c'est heureux.

Fondée en 1701 par un Français, berceau de l'automobile américaine depuis 1896 grâce à Henry Ford puis fief de General Motors et de Chrysler, Detroit (Michigan) était familièrement appelée The Motor City ou Motown. En 1950, elle comptait 1,8 million d'habitants.

Dépecée par les frasques du libéralisme économique qui, en un demi-siècle, a anéanti toute sa sphère productive, elle est devenue The Shrinking City (la ville qui rétrécit), tel un Ground Zero programmé et patiemment atteint. Ravagée par le chômage, y résidaient en 2007 environ 900.000 personnes. Aujourd'hui, depuis la crise des subprimes, quelque 700.000 : notamment les plus pauvres, les plus déshérités. Entre expropriations, ruine et désertion, 35% de son territoire municipal est désormais inhabité et Detroit dispose de plus de 100 km2 de terrains libres, soit l'équivalent de San Francisco... Une vaste friche que les survivants de cette "Nouvelle-Orléans sans Katrina" se sont naturellement appropriée pour ne pas crever de faim.

De la survie à l'autosuffisance

Symbole de la décadence du système capitaliste, à l'instar d'autres villes comme Londres où des jardins communautaires ont fleuri sur les terrains vagues abandonnés par les spéculateurs, Detroit nous montre l'exemple. Progressivement, en marge du modèle dominant, ses laissés-pour-compte reprennent le contrôle de leurs propres vies, et c'est remarquable.

L'agriculture urbaine ou urban farming, pratiquée par des défenseurs de la nourriture saine et bio ou par des militants de la cause noire qui veulent rompre la dépendance de la communauté Africaine-Américaine à la malbouffe industrielle, fournit durant la saison jusqu'à 15% des besoins en fruits et légumes de la ville, offrant ainsi un espoir aux dizaines de milliers de chômeurs qui se pressent dans les soupes populaires.

Je vous invite à regarder ce reportage de 23 minutes sur Arte-videos : une initiative pleine de bon sens et franchement enthousiasmante. Bref, un modèle du passé qui, du présent failli, fait table rase, et nous montre l'avenir. Une organisation collective au service de l'humain, un salutaire retour aux fondamentaux.

CLIQUEZ ICI

Enfin, si le sujet vous interpelle, vous pouvez lire ce réjouissant reportage de Basta! qui raconte comment, tout autour du lac Michigan, des fermes urbaines reconvertissent avec succès des usines abandonnées.

Quand un système vicié nous asservit et nous étrangle, alors il faut faire les choses par nous-mêmes et en dehors de lui. Surtout, se prémunir avec force des rapaces de la finance qui rodent, sans cesse à l'affût du business. Ainsi finira-t-il un jour par s'effondrer ?

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 04 Février 2012 00:07 )  

Commentaires 

 
0 # cécile8 2010-10-18 17:09 c'est une belle expérience, idem au Madagascar, des pauvres- dont les dernières et seules ressources étaient la récolte du jour dans une immense décharge- ont été sortis de la détresse par une initiative d'un père (Pedro) : constructions de villages, par ces mêmes pauvres, ces mêmes volontés, logements emplois écoles, et le résultat est incroyable…idem au Brésil …
Ce qui prouve bien que tant qu'on laisse les gens dans la merde du système capitaliste ils y restent indéfiniment, et lorsqu'on veut briser cette chaine infernale, on fait des miracles…
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # jean-francois.h 2010-10-18 17:43 attention car de nombreuses substances toxiques sont dans les sols des friches industrielles - donc mefiance… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # cécile8 2010-10-18 18:08 ces initiatives permettent à ceux qui habitent déjà dans ces zones, de se relever…en plantant des fruits et légumes! ce sont des zones abandonnées, ni plus ni moins…(en faisant de l'agriculture, on régénère la terre dit une personne du reportage! ils fabriquent des bacs pour être sûr de ne pas planter sur des sols contaminés)
la mal-bouffe peut au moins être combattue!
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# GPETO 2010-11-16 13:20 Démarche heureuse. Mais pourquoi attendre la catastrophe? Ne serait il pas efficace de se battre pour cela partout.

Par exemple sauver les terres fertiles de leur disparition. 3000 Ha en PACA chaque année. Et dans les Alpes Maritimes si l'on continue à artificialiser les terres dans 7 ans il n'y aura plus d'agriculteurs.
Voir http://lesperdigones.over-blog.com/
Le grain de sel c'est encore une fois l'arrivée du financier. Il va s'accaparer beaucoup, imposer sa loi et finie le bio .
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# Detroit je taime 2011-11-17 01:10 Merci de ce billet sur Détroit, ville fascinante. Pour y avoir déménagé dans le cadre d'un webdocumentaire que nous préparons sur la ville (www.detroitjetaime.com), je confirme que les jardins communautaires ont changé "The D".
Cela n'a l'air de rien mais planter des tomates et des poivrons dans un quartier abandonné en impliquant jeunes, moins jeunes, pauvres et moins pauvres, contribue à la mise en valeur du territoire en plus de nourrir (substantifique ment) la population locale. Bien sûr, ce n'est pas la panacée et il y a encore de nombreux obstacles à des projets agricoles de plus grande ampleur mais c'est déjà un bon début dans une cité qui ne peut compter que sur elle-même pour se redresser. Ça tombe bien, les Détroiters ont la culture de la débrouille dans le sang !

Ah et pour info, la plupart des gens qui cultivent à Détroit le font après avoir testé leur sol ou bien ils utilisent des bacs rehaussés. Mais c'est clairement une préoccupation en ces terres souvent industriellemen t contaminées.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...