Actu Chômage

dimanche
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse UIMM, patrons pourris : l'opération vérité se poursuit

UIMM, patrons pourris : l'opération vérité se poursuit

Envoyer Imprimer
Alors que Le Parisien a révélé une double affaire — un compte suisse et une «réserve» de 100 millions d’euros —, personne, au Medef, n’est bien sûr au courant...

Ils ne savent rien. Rien de rien. Laurence Parisot, présidente du Medef, n’en a, promet-elle, jamais entendu parler. Frédéric Saint-Geours, dirigeant de l’Union des industries et métiers de la métallurgie, n’en connaissait pas, jure-t-il, l’existence. Même Denis Gautier-Sauvagnac, son prédécesseur à la tête de la principale fédération patronale, mis en examen pour «abus de confiance» dans l’affaire des retraits d’argent en liquide sur les comptes de l’UIMM, se paie le luxe de faire dire, par le biais de son avocat, qu’il en ignorait absolument tout et qu’il ne s’en explique pas la raison d’être.

Chez PSA, l’un des acteurs les plus importants des organisations professionnelles de la métallurgie et, on s’en souvient, bien placé au palmarès des ultimes bénéficiaires de la caisse «antigrève» de l’UIMM (le constructeur automobile a reconnu avoir touché, à l’issue du long conflit social à Aulnay en 2007, 550.000 € du fonds dit d’«entraide professionnelle des industries de la métallurgie» ou Epim), on «tombe des nues», paraît-il.

Révélée mardi par Le Parisien, la double affaire du compte suisse et du magot de plus de 100 millions d’euros de «réserves» détenus par le GIM (Groupe des industries métallurgiques de la région parisienne), l’une des branches les plus importantes de l’UIMM, relance le grand bal des amnésiques du petit milieu patronal.

À Neuilly, l’UIMM roule sur l’or

Après le déclenchement du scandale, fin 2007, l’UIMM a dû admettre qu’elle disposait de plus de 600 millions d’euros de trésorerie émanant, selon elle, des excédents de sa «caisse antigrève». Et aujourd’hui, d’après les informations de nos confrères confirmées depuis par Étienne Bernard, le président du GIM depuis 2004, cette structure territoriale de l’UIMM, sise dans un immeuble cossu de Neuilly-sur-Seine et comptant parmi ses adhérents quelques-unes des plus grandes entreprises industrielles françaises implantées en Île-de-France (Renault, PSA, Dassault, EADS, Areva, Thales, Safran, IBM, etc.), bénéficie de fonds propres évalués à 112 millions d’euros. Ce qui équivaut, pour cette «simple» déclinaison locale d’une «banale» fédération patronale, à une trésorerie plus de trois fois supérieure au budget annuel de fonctionnement déclaré par le Medef lui-même...

Autre élément de ces révélations, les barons de la métallurgie de la région parisienne réunis au sein du GIM ont, admettent-ils aujourd’hui, tablé sur le secret bancaire en Suisse. Selon eux, au printemps 1968, dans le contexte pour le moins agité des grèves ouvrières et du mouvement étudiant, une opération confidentielle aurait conduit les têtes pensantes du GIM à «mettre suffisamment d’argent à l’abri pour pouvoir repartir de zéro, là-bas (à Genève - NDLR), si la maison tombait en France». Et ce n’est qu’à la fin de l’année dernière que le GIM se serait décidé à clôturer ce compte secret en Suisse. D’après Étienne Bernard, interrogé mardi par Le Parisien, il n’était plus doté que de 3 millions d’euros et il «n’a fait l’objet d’aucun mouvement, ni dépôt ni retrait, depuis au moins dix ans». Dans l’édition d’hier, Jean-Loup Giros, président d’honneur du GIM et ancien trésorier de la Fédération des industries mécaniques (FIM), affirme, «faute d’avoir réussi à convaincre Étienne Bernard de la nécessité de rapatrier ces fonds», avoir pris seul ses responsabilités à l’hiver 2008 : «J’ai moi-même rapatrié l’argent déposé en Suisse en novembre dernier», lance-t-il. Au passage, Jean-Loup Giros admet sans fard en avoir transporté une partie en liquide.

=> Lire tout l’article de L’Humanité

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Samedi, 21 Mai 2011 00:13 )  

Commentaires 

 
0 # 4_Août 2009-04-09 17:10 Une représentante du MEDEF se cache dans cette image. Trouves la, et toi aussi gagnes un kit goudron/plumes pour faire plaisir à ton patron !


Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # diety 2009-04-09 17:22 Ils ne savent rien. Rien de rien. Laurence Parisot, présidente du Medef, n’en a, promet-elle, jamais entendu parler.

Camarades, vérifiez bien, vous avez peut-être un compte en Suisse avec quelques millions euros dessus, seulement vous ne le savez pas ou vous l'avez oublié. :-)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # superuser 2009-04-10 12:55 Scène de genre avant-hier au Medef : Sophie de Menthon claque la porte du comité d’éthique, l’instance mise en place il y a un an par Laurence Parisot pour "moraliser" les pratiques patronales en matière de rémunération. Présidente d’Ethic, une association de chefs d’entreprise fondée en 1976 par Yvon Gattaz, Sophie de Menthon reproche au Medef d’adopter «une attitude défensive et non pas offensive» face aux dérives de «certains patrons» qui selon elle «nous ont ramenés dix ans en arrière».

Hier, au Medef, on minimisait l’incident. «Ce n’est pas grave», assure Robert Leblanc, qui préside ce comité d’éthique où siègent vingt-trois chefs d’entreprise venus d’horizons très divers. «C’est juste regrettable, ajoute-t-il, car nous partageons tous la fierté de la démarche entreprise par le Medef. Sophie démissionne pour des raisons personnelles. Elle a besoin d’espace.»

Tout cela ne serait donc qu’une simple querelle d’ego ; une surenchère entre de Menthon et Parisot sur le terrain de l’éthique patronale, où la première a incontestableme nt le privilège de l’antériorité. Se serait zapper un peu vite, au-delà de la guerre des dames, la divergence stratégique importante qui existe entre le Medef et Ethic. Face aux révélations sur les rémunérations des patrons, le gouvernement avait fixé au Medef et à l’Afep (Association de l’entreprise privée, qui réunit les patrons des 83 plus grands groupes français) un ultimatum à fin mars pour faire le ménage dans leurs rangs. Ethic avait avancé l’idée d’une autorité indépendante, chargée de jouer les gendarmes. Le 26 mars, François Fillon reprend cette idée en annonçant la création d’un comité des sages. Ethic s’en félicite.

Indépendance. Mais au Medef, on s’inquiète de voir un comité indépendant officier en dehors des structures patronales. Pour ne pas heurter de front le gouvernement, on accepte le principe du comité des sages, à condition qu’il soit l’émanation du comité d’éthique du Medef, complété par quelques représentants de l’Afep. D’où la colère de Sophie de Menthon, qui s’indigne de voir le Medef dénaturer son idée d’autorité indépendante. «Si on veut éviter une loi, on ne doit pas se contenter d’une position a minima», estime celle qui souhaite une ouverture du comité des sages à la société civile. Et pas uniquement composé de patrons jugeant leurs pairs.

(Source : Libération)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...