Actu Chômage

lundi
19 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Enfants de chômeurs discriminés : Encore et toujours !

Enfants de chômeurs discriminés : Encore et toujours !

Envoyer Imprimer
Une utilisatrice du site Actuchomage nous alerte. Dans le 12e arrondissement de Marseille, le règlement intérieur de l’ACME (qui gère les centres aérés) discrimine les enfants de chômeurs.

«Bonjour, j'habite à Marseille. Je suis au chômage depuis septembre 2014. Mon mari travaille.

Au centre aéré, seuls les enfants dont les deux parents travaillent sont prioritaires. Comment accepter une mission en période de vacances scolaires si mes enfants ne sont pas gardés ? Cordialement».

Voilà une bonne question qui nous arrive quelques jours après que les députés aient adopté une proposition de loi garantissant l’accès aux cantines scolaires pour TOUS. Un combat porté par Actuchomage depuis 2005 (lire l'article consacré à notre engagement).

Dans Le Parisien du 12 mars, on pouvait lire : «L'inscription à la cantine, lorsque ce service existe, est un droit pour tous les enfants scolarisés", affirme le député Roger-Gérard Schwartzenberg.

Et un peu plus loin : «Il ne peut être établi aucune discrimination selon leur situation ou celle de leur famille», souligne le texte voté par tous les groupes de gauche.

Depuis dix ans, Actuchomage dénonce également les restrictions d’inscription dans les centres aérés municipaux qui sont très pénalisantes pour les parents en recherche d’emploi.

Comme à Marseille où, si on vous êtes père ou mère de famille au chômage et qu’on vous propose un contrat de travail pendant les vacances de Pâques, vous devez le refuser si vous n’avez aucun moyen de faire garder vos enfants.

Le règlement intérieur de l’ACME (Accueil Collectif de Mineur à caractère Éducatif), Mairie des 11e et 12e arrondissements, le prévoit explicitement EN GRAS :

«Priorité aux parents habitant sur le secteur et travaillant TOUS LES DEUX sur présentation de justificatifs (bulletins de salaires)».

Outre la remarquable faute d’orthographe de ce document officiel (Mineur doit s’écrire avec un «s» s’agissant d’un accueil collectif), on relèvera le caractère discriminatoire de la mesure qui consiste à sélectionner les enfant en fonction de la situation professionnelle de leurs parents.

Il serait donc pertinent que le député Roger-Gérard Schwartzenberg élargisse le champ d’application de sa proposition de loi aux centres aérés municipaux. Car, comme le rappelle le chef de file des Radicaux de Gauche à l’Assemblée nationale : Les refus d'accès concernent des enfants «dont l'un des parents au moins est au chômage. Ce qui revient à discriminer, voire à stigmatiser des familles déjà en difficulté».

YB pour Actuchomage

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 31 Mars 2015 17:34 )  

Votre avis ?

Que vous inspire l’action du président Emmanuel Macron depuis 18 mois ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...