Actu Chômage

mardi
23 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse L'AFPR, période d'essai d'un nouveau genre…

L'AFPR, période d'essai d'un nouveau genre…

Envoyer Imprimer
Après l'EMT (évaluation en milieu de travail) gratuite, voici l'AFPR (action de formation préalable au recrutement) à vil prix, ou comment Pôle Emploi subventionne des employeurs sans scrupule et arnaque des chômeurs qui ont travaillé à perte.

«Gérante d'agence immobilière, CDI, salaire 20.000 à 40.000 euros par an.» Quand Maryse, alors au RMI, découvre cette annonce sur le site de Pôle Emploi, elle n'hésite pas à postuler. L'entretien est prometteur, mais on lui annonce qu'elle ne signera pas un CDI immédiatement et débutera sous un contrat AFPR, pour «action de formation préalable au recrutement».

Ce type de contrat est destiné aux demandeurs d'emploi à qui il manque certaines compétences pour occuper un poste. Durant trois mois, Maryse sera rémunérée par Pôle Emploi pour le travail effectué dans l'entreprise, et c'est seulement au bout de cette période qu'elle pourra signer un CDI.

«Je ne pensais pas avoir besoin d'être formée, puisque j'avais géré ma propre agence deux ans auparavant. Malgré tout, j'ai immédiatement accepté l'AFPR car le directeur m'a garanti oralement qu'il m'engagerait à l'issue de ces trois mois. En attendant, Pôle Emploi me rémunérait 650 € par mois pour environ 40 heures de travail par semaine.»

2.000 euros de frais

Après une formation de 48 heures avec un commercial, Maryse se retrouve vite aux commandes d'une agence avec la pression de vendre. Elle s'investit au point de l'assumer seule durant deux mois et demi. Pourtant, une semaine avant la fin du contrat AFPR, elle est convoquée par son supérieur.

«Il m'a annoncé qu'il ne me garderait pas car je n'avais pas fait de ventes. Je ne m'y attendais pas car en AFPR, nous sommes des stagiaires en formation, pas des employés avec des objectifs à atteindre. J'ai dépensé environ 2.000 € durant ces trois mois en frais de déplacement, téléphone, ordinateur… et si je l'ai fait, c'est parce que jamais l'entreprise ni Pôle Emploi ne m'ont parlé de l'éventualité de ne pas être embauchée. J'ai été utilisée par cette entreprise qui a vu en l'AFPR un moyen de bénéficier de main d'œuvre gratuite, et par Pôle Emploi qui incite les chômeurs à accepter ces contrats afin de faire baisser les chiffres du chômage !» [1]

Maryse, justifiant de trois mois de travail, ne pourra pas percevoir le RMI durant le trimestre suivant… Elle se retrouve sans aucune ressource. «Seule avec ma fille, ma mère a dû m'envoyer de l'argent pour m'aider. J'ai écrit au ministre du Travail, à l'époque Xavier Darcos, au Pôle Emploi de Martigues et à l'Inspection du travail pour dénoncer l'AFPR et le manque de contrôle des entreprises qui abusent des stagiaires, mais je n'ai eu aucune réponse.»

Un contrat qui ne prolonge pas les indemnités chômage

Sans travail depuis plusieurs mois, Alexandra, 30 ans, accepte elle aussi un contrat en AFPR. Il devait déboucher sur un CDD mais, dix jours avant la fin, sa directrice l'informe qu'elle ne correspond pas au poste. La jeune femme contacte alors Pôle Emploi.

Son conseiller lui apprend non seulement qu'il était au courant qu'elle serait remplacée par une autre AFPR et qu'en plus, elle ne bénéficie plus d'aucun droit car ses dernières indemnités ont été consommées durant ces trois mois. «Personne au Pôle Emploi ne m'a informée que ce contrat ne prolongerait pas mes allocations. J'ai donc travaillé bénévolement pour cette entreprise à temps plein pendant trois mois sans être embauchée au final, au lieu d'utiliser mes derniers mois d'allocations pour trouver un véritable emploi. Je me suis retrouvée sans aucun revenu du jour au lendemain.»

«Tous les employeurs n'abusent pas de leurs stagiaires»

Mise en place il y a quelques années, l'AFPR du Pôle Emploi est une aide à l'embauche qui devait encourager la réinsertion des demandeurs d'emploi et les employeurs au recrutement. Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'Emploi, annonçait en mars la nécessité de proposer des formations rémunérées pour obtenir des taux de retour à l'emploi importants.

Outre la rémunération mensuelle du stagiaire, Pôle Emploi verse en plus à l'employeur une aide en cas d'embauche pour les heures de formation dispensées, de 2.000 à 3.200 €.

Directeur du Pôle Emploi de Belfort-Nord, où un ancien stagiaire AFPR s'était plaint d'avancer trop de frais durant sa formation, Jean-François Locatelli croit malgré tout en l'efficacité du dispositif : «Dans notre agence, sur 110 AFPR signées, nous notons 89% d'embauche environ, donc tous les employeurs n'abusent pas de leurs stagiaires.» Des chiffres toutefois difficiles à vérifier, car aucun document chiffré sur l'AFPR n'est communiquée à ce jour par Pôle Emploi.

Si des embauches ont lieu, de plus en plus d'anciens stagiaires renvoyés juste avant la fin de la formation et/ou payés au lance-pierre pour travailler 40 heures par semaine, pointent l'absence de contrôle et de sanction envers ces employeurs peu scrupuleux.

(Source : Eco89)

[1] En effet, les "stagiaires de la formation professionnelle" sont placés en catégorie D et échappent ainsi à la médiatisation.

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 27 Mai 2012 07:16 )  

Commentaires 

 
# pat-du49 2010-11-04 10:15 moi je me suis fais baiser aussi, bien avant l'epoque de ces AFPR …

mais à toutes les époques, sous divers noms, l'ANPE, pôle emploi, avait pour mission de filer des travailleurs gratuits ou quasi gratuits à des exploiteurs.

Perso j'avais postulé pour un CDI aussi, sur l'annonce.
Pour l'implantation d'un METRO (grossiste en bouffe), j'ai eu entretiens d'embauche, avec 2 jeunes merdeux cravatés etc etc ..

peu de temps àprès, on annonce que, au final, ça sera pas un CDI, mais un CDD …

je commence l'emploi, (pas de contrat papier encore) ni les autres, … on nous répond "ne vous inquietez pas, on est en implantation, il y a un peu de retard, vos contrats vous les signerez + tard … ( ça repoussait de semaines en semaines)

à un moment en pleine journée de TAF, le directeur du METRO se pointe accompagné, d'un référent ANPE, et me dit " monsieur B … vous n'avez pas encore signé votre contrat de travail Schmulbluc vous ? "
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:16 je répond, "ha non, j'ai postulé pour un CDI, transformé en CDD en cours de route, par rapport à l'offre d'emploi, et non pas pour un contrat aidé"

on me répond, "ha mais non non, vous allez etre en contrat schmulbluc"

je répond "ha mais non je refuse, dailleurs c'est pas les mêmes conditions, ni le même salaire"

le patron devant l'agent ANPE, "mais monsieur B, je m'engage personnellement , vous n'aurez aucune perte de revenus"

l'agent ANPE "vous voyez monsieur B, monsieur R engage sa parole etc .. "

Bref, j'etais pris au dépourvu, jeune, j'ai fait confiance .. me suis fait baiser .. comme biens d'autres .. ils distribuaient les contrats aidés comme des petits pains.

qq temps + tard, je croise l'agent ANPE, en train de faire ses courses chez ce grossiste (alors que normalement réservé aux collectivités, restaurateurs etc ..)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:17 Evidemment, conditions de travail catastrophiques , heures sups à gogo, etc … fonctionnement style secte, à un moment, on nous a passer un film à l'américaine, avec les voix en playback, en français, sur le groupe etc … genre formatage manipulation mentale (c'etait pathétique) … dans un genre de chateau-restaurant qu'ils avaient loués pour l'occasion.

Bref, ça c'est terminé, aux prud'hommes, les promesses du patron, en l'air, heures sups pas payées, etc ..

me suis cassé à l'issu du contrat aidé, il etait hors de question que je reste à bosser entouré de ces malades …

les Prud'hommes ça c'est moyennement passé, METRO ont fait descendre leur avocat de Paris, … ils n'ont quasi rien retenu contre METRO, j'ai même perçu moins que ce qu'ils voulaient me filer à l'amiable pour que je laisse tomber.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:17 et comme ANPE, et les conseillers généraux etc etaient impliqués, avec leurs distributions de contrats aidés, je derangeais … ça la foutait mal, comme PUB, alors qu'ils ont paradé devant les photographes et la presse, pour l'implantation de ce METRO dans cette zone d'activité… de la PUB de création d'emplois etc etc …

METRO n'y ont pas été de mains morte, pourtant, production de faux documents, falsifications grossières de papiers, etc …

et PIRE j'ai même subit du chantage !!!!
car quand je me suis cassé de METRO, j'ai trouvé du taf aussi SEC, un CDD chez CARREFOUR …

quelle erreur !!!
je ne savais pas, ignorant que j'etais, que CARREFOUR et METRO faisaient partie du même groupe financier !!!
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:18 en plein TAF chez CARREFOUR, convocation par mon chef de rayon, … :

" notre directeur à eu écho, que tu étais en procédure contre METRO … alors voilà, si tu souhaites esperer que ton CDD se transforme un jour en CDI ou qu'il soit renouvellé, ça serait bien que tu abandonnes contre METRO ta procédure, tu sais c'est pas très bien vu içi, ils n'aiment pas trop ça "

mon sang n'a fait qu'un tour !! j'etais scié par ce que j'entendais là !!!!
c'est là que j'ai appris que METRO et CARREFOUR c'etait en gros la même boutique …

enfin bref, j'ai répondu à mon chef de rayon que il etait HORS DE QUESTION que j'abandonne contre METRO, que peut importe les conscéquences… qu'il pouvait l'annoncer à la direction.

ensuite j'ai du me battre contre CARREFOUR, car là encore, j'ai pas de chance, des erreurs énormes sur mes fiches de paye … (erreur d'informatique, qu'ils avaient le culot de me répondre …)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:19 sinon, mon refus de laisser tomber contre METRO, ça les a pas empecher de me faire 5 CDD à la queue leleu, pour ensuite me virer, quand la personne que je remplaçais est revenue, suite à son arret longue maladie.

j'en ai parlé lors des prud'hommes, du chantage que j'ai reçu de la part de carrefour, concernant METRO ..
l'avocat de Paris, c'est emporté et a répondu " VOUS AVEZ DES PREUVES ? sinon, je vous conseille vivement d'arrêter sur cette voie là, car je porte plainte contre vous pour diffamation si vous réiterez vos propos"

j'aurais eu du mal a avoir des preuves ..
pas mon chef de secteur de carrefour, qui allait risquer sa place … c'etait le petit cadre bien soumis …

les juges du prud'hommes avaient l'air plutot amusés par la situation … je me demandais à la rigueur, s'ils avaient pas été acheté dans l'affaire ?!!! … je me pose la question encore aujourd'hui.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2010-11-04 10:20 je tiens à dire que les prud'hommes, ça a duré 5 minutes chrono, leur classement de l'affaire .. et perso j'ai eu que 30 secondes pour m'exprimer moi même tout à la fin…

enfin voilà, c'etait juste 2 de mes nombreuses expériences professionnelle s…

ah oui, avant de me faire baiser chez METRO, je bossais GRATUITEMENT chez LEROY MERLIN … en stage + ou - forcé, j'avais du même refuser des missions intérims, pour entrer dans ce stage !!

FIN
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tranchant 2011-07-29 21:16 Bonjour à tous,

je suis encore une des nombreuses victime du système, il faut croire qu'il vaut mieux ne pas travailler dans cette Pu..ain de société.

J'ai signer un AFPR où l'on me prometter un salaire de 652.02€ par mois + 6.4€ de panier par jour et ceux pendant 400h.

Déjà j'ai fait plus de 600h alors que c'est censer être 400h max donc j'ai travailler gratuitement pendant 200H soit l'équivalent d'un mois et demi.

déjà je n'est était payé qu'au bout de 2 mois car les délai normaux d’après pôle emploi, donc au propriétaire je dirais pareille car lui n'attends pas

à la fin de mon AFPR je me rend compte que je n'est pas était payer comme je l'aurais du, soit 350€ par mois au lieu de 652

je l'ai anoncer au pôle emploi et la conseillere qui me la fait signer m'a annoncer qu'elle c'est peut etre tromper, seulement aucun remboursement peut se faire.

Je me suis fait avoir de 1000€ par le pole emploi et pas de CDD ni CDI au bout

l'état vole ceux qui veulent s'en sortir

merci l'etat
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# pat-du49 2011-07-30 14:18 han la la …
oui c'est de la double arnaque ça ..

Si t'étais encore sous ARE ( assedic normale ) c'est l'AREF que t'aurais du percevoir.

Montant de l'allocation
Le montant brut de l'AREF est égal au montant brut de l'ARE dont bénéficie le demandeur d'emploi.
Toutefois, les cotisations prélevées sur les montants bruts de l'AREF et de l'ARE ne sont pas les mêmes ; seule, la participation pour le financement de la retraite complémentaire est prélevée sur le montant de l'AREF.
L'AREF est exonérée de contribution sociale généralisée (CSG) et de contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)
Elle ne peut être inférieure à 19,82 € par jour.

l'employeur par contre lui peut toucher 5 euros de l'heure, au non de la formation qu'il est "censé" donner.

et si t'etais pu indémnisé comme chomeur :
une rémunération au titre du Livre VI du Code du travail . ( là je sais pas à quoi ça correspond, montant etc .. )
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# traoré 2011-10-18 15:40 bjr a tous g lu votre article sur le contrat afpr, et je me suis fait avoir aussi avec un patron qui voulais créer un magasin multi service dans un centre commercial, dans le patron est le gerant du c/commercial, donc si vous pouvez me renseigner a propos du tout debut du contrat de quelle maniére la signature entre moi pole emploi lepatron, si c pole emploi enfin le conseillers'il vient dans l'entreprise pour aussi nous expliqué les modalités , pour moi c la comptable de l'entreprise qui m'avait signé, en faite g porlé l'affaire au prudhomme et je ferais certainement une plainte vis a vis de pole emploi pour l'abus que j'ai subis et si il y a des gens qui veulent se regroupé pour faire une plainte sur l'échelle national je dit allons y… Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tranchant 2011-10-18 20:46 Multi-citer traoré:
bjr a tous g lu votre article sur le contrat afpr, et je me suis fait avoir aussi avec un patron qui voulais créer un magasin multi service dans un centre commercial, dans le patron est le gerant du c/commercial, donc si vous pouvez me renseigner a propos du tout debut du contrat de quelle maniére la signature entre moi pole emploi lepatron, si c pole emploi enfin le conseillers'il vient dans l'entreprise pour aussi nous expliqué les modalités , pour moi c la comptable de l'entreprise qui m'avait signé, en faite g porlé l'affaire au prudhomme et je ferais certainement une plainte vis a vis de pole emploi pour l'abus que j'ai subis et si il y a des gens qui veulent se regroupé pour faire une plainte sur l'échelle national je dit allons y…


je vois justement mon avocate demain par rapport au pôle emploi ( devant les tribunaux admisnitratif) et mon ancien patron durant l'afpr ( pour les prud'homme) as-tu gagné au niveau des prud'homme?

merci
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tranchant 2011-10-19 19:52 Bonjour,

j'ai été également une victime du système lors de la signature d'un contrat AFPR, j'aimerais qu'on s'élève tous à cela et que nous portions une plainte à l’échelle national.

J'ai vu avec mon avocate ce matin et se serai la meilleur façon d'avoir gain de cause par rapport au pôle emploi et des patrons malhonnête.

envoyer des messages par MP.

révoltons nous, c'est les chômeurs qui veulent s'en sortir qui en paie et les patrons qui s'enrichissent sur notre dos
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# dede210 2012-01-20 14:36 Bonjour,
Moi aussi je me suis fait piégé et je voudrai savoir quoi faire pour leur rendre l'appareil.
Merci.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# superuser 2011-10-20 01:32 Travail gratuit, travail forcé : Appel à témoignages

Le Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte prépare actuellement une réunion publique autour des thèmes du travail en entreprise non rémunéré (stages, EMT…) et du travail forcé (radiations pour refus d’une offre «raisonnable» d’emploi, obligation de travail pour les Rroms en Hongrie, projets gouvernementaux de travail forcé de quelques heures au Smic pour les RSAstes…).

Cette soirée comprendrait plusieurs volets :

• un volet «enquête» : synthèse de nos recherches auprès de chômeurs, précaires, de syndicalistes, de collectifs sur la réalité du travail gratuit, du travail forcé aujourd’hui, sur les dispositifs mis en place par l’Etat pour le favoriser;

• un volet plus convivial : apéro et projections de courts métrages sur ces thèmes;

• un volet plus «personnel» de témoignages de personnes ayant vécu ce genre d’expériences.

Nous chercherons ensemble à dégager de la discussion des enseignements et des perspectives d’action qui visent à dénoncer la collusion des pouvoirs publics et des patrons pour dégrader les conditions de travail, durcir les conditions d’accès aux droits sociaux élémentaires, et plier nos existences à leurs besoins.

Nous sommes à la recherche d’informations précises, notamment sur les EMT, EMTPR, AFPR et autres dispositifs. Nous cherchons à savoir quelles entreprises y ont régulièrement recours dans la région et sur le bassin rennais en particulier, par exemple en temps de forte activité saisonnière. A titre d’exemples : ramassage de légumes l’été, confection de paquets cadeaux à Noël…

Nous serions vivement intéressés si vous, ou une personne de votre entourage, pouvait témoigner d’une expérience de ce type, que ce soit par mail, en en discutant avec nous de vive voix, voire en participant à la réunion publique qui aura lieu avant la fin de l’année 2011.

En vous remerciant pour votre attention,

MCPL - Mouvement des Chomeurs et Précaires en Lutte
Contact :
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# traver 2012-02-24 23:07 Bonjour,

J'ai a signer un contrat en AFPR lundi 27/02/2012 a 11h a pole emploi.
J'aimerai savoir si je peux cumuler le RSA (que je vais toucher en Mars) et le "salaire" (652euros) de ce stage.
Je me suis retrouvé en fin de droit ASSEDIC en Decembre 2011, et voila deux mois que je suis sans revenu, ni ressource..
Merci de me renseigner, car personne autour de moi , ne semble pouvoir me repondre..
On me dit aussi me donner une indemnité repas, et une indemnité kilometrique (74km de mon domicile), pourriez vous me dire le montant de ces indemnités?
Bien a vous.

Pascal
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# RaoulPiconBière 2012-02-24 23:16 Passez donc sur le forum, ce sera plus simple à vous répondre.
www.actuchomage.org/forum/index.php?f=8&rb_v=viewforum
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...