Page 1 sur 10

Amis chômeurs, LISEZ !!!

MessagePosté: 11 Sep 2006
de superuser
Le temps retrouvé est le seul privilège de l'actif privé d'emploi.

Entre deux bouffées d'angoisse, filez vous détendre à la bibliothèque ! Inscrivez-vous : c'est gratuit, et cela vous permettra d'apprendre, comprendre, analyser, et élargir vos idées… En quatre mots : de prendre du recul. Le savoir, c'est le pouvoir : les livres regorgent d'informations qu'on ne vous donne pas à la télé.
Le chômage, cette épreuve infligée, peut devenir positive. Ce n'est pas quand on travaille qu'on trouve le temps de s'interroger sur le monde qui nous entoure... Alors, LISEZ !

Notre sélection de LIVRES

MessagePosté: 11 Sep 2006
de toit_de_chôme
Et sans oublier tout autres livres humouristiques, BD, ou simplement tout livres ou illustrés qui peuvent faire plaisir.

Le moral c'est capital pour pouvoir acceder à un emploi.

"Les exilés" d'Erich-Maria Remarque

MessagePosté: 13 Sep 2006
de superuser
J'ai découvert un auteur ("Un temps pour vivre, un temps pour mourir", "A l'Ouest rien de nouveau", "L'étincelle de vie"… magnifiques) et surtout un livre extraordinaire à choper d'urgence à la bibliothèque : LES EXILÉS.

résistant ou collabo ?

MessagePosté: 14 Sep 2006
de superuser
Plus difficile à trouver mais tout aussi palpitant et dans la même veine : SEUL DANS BERLIN, de Hans Fallada (1965).

Bonne lecture, bonne réflexion !

Livre "La France invisible"

MessagePosté: 13 Oct 2006
de victorine83
Image

Stéphane Beaud, sociologue, Jade Lindgaard et Joseph Confavreux, journalistes, auteurs du livre "La France Invisible", aux éditions La Découverte.

Les trois auteurs ont travaillé sur les oubliés de la croissance, les oubliés des médias, des politiques, les exclus de l’emploi...il s’agit des prisonniers, des banlieusards, des licenciés, des salariés pauvres, des discriminés, la liste est longue.

Les trois auteurs ont donné la parole à ces invisibles avec l’éclairage de sociologues qui tentent d’expliquer ces situations d’exclusion passées sous silence par les médias et les politiques.


Des journalistes et des chercheurs proposent un dictionnaire "des idées non reçues", enquêtes, témoignages et analyses à l'appui.

L'objectif ?

"Reformuler (...) des sentiments (...) en discours et actions politiques."


Oubliée, la France d'en bas, on descend encore plus bas... dans la France invisible !

J'ai écouté l'interview des trois auteurs par Daniel Mermet et je vous fait un petit topo.

Il s'agit tout d'abord d'un livre important puisqu'il contient 600 pages.

Les auteurs ont voulu dénoncer une situation d'urgence en raison de la pauvreté grandissante à côté d'un discours politique rassurant.

Ils ont décidé de briser les représentations sociales bien établies dans notre société en permettant aux victimes des violences politiques d'exprimer leur vécu et leur manque de reconnaissance.

Dans les médias, on ne parle jamais des "invisibles" hormis lorsqu'ils deviennent un sujet d'actualité, c'est-à-dire lorsqu'ils deviennent "visibles" (distribution de tentes par Médecins du Monde).

Ce livre montre que, finalement, on sait tout mais que ça ne sert à rien. On observe un acquiescement collectif à l'émergence des "invisibles" d'où l'opinion du "C'est comme ça, c'est malheureux mais on n'y peut rien".

Les journalistes et les chercheurs qui ont participé aux enquêtes et analyses ont le sentiment que les "invisibles" ont trouvé la sortie de leur isolement par leur collaboration en témoignant.

Alors "invisibles"... oui, mais pas parce qu'ils n'existent pas, c'est parce qu'ils ne sont pas regardés (reconnus) ce qui pourrait se traduire par l' "art d'ignorer les pauvres".

Polars : Thierry JONQUET

MessagePosté: 15 Oct 2006
de superuser
Inscrite à la bibliothèque et grande lectrice de polars (essentiellement américains et anglais, ça me change d'Actuchomage...), je viens de découvrir ce livre :

Image

La fiche correspondante sur le site de l'auteur :
http://thierry.jonquet.free.fr/fiche.php?id_biblio=69

L'histoire se passe à Belleville, durant la canicule 2003. C'est du roman social noir mais humoristique. Thierry Jonquet croque avec justesse ses personnages, du SDF au scénariste parvenu, en passant par le petit peuple et ses quelques voyous. Le portrait du RMIste raciste est particulièrement savoureux.
Je vous le recommande ! :wink:

MessagePosté: 23 Oct 2006
de Jake
Le polar est une de mes passions également. Je dévore actuellement ceux de Henning Mankell. EXCELLENT !
Après "le guerrier solitaire", j'arrive sur la fin de "la cinquième femme" présenté d'ailleurs il y a 2 ou 3 ans sur ARTE.
A travers les enquêtes de l'Inspecteur Wallander, c'est un regard sur la Société suédoise qui a aussi sa dose de difficultés. A ne pas manquer vraiment.

En tous les cas, j'ai bien noté ce polar de Thierry Jonquet. Merci Superuser de partager ce plaisir. :wink:

P.S. Le 1er de la série c'est "Meurtriers sans visage" dans celui-ci le thème de l'immigration est largement évoqué.

MessagePosté: 23 Oct 2006
de superuser
Henning Mankell, excellent !

Puisque tu aimes ça, je vais te lister mes auteur(e)s préféré(e)s.

Ed Mc Bain (le + grand) : toute sa série sur le 87e District

Michael Connelly : les égouts de Los Angeles, le poète, le dernier coyote…

Laurence Block : tous les homme morts, la ballade d'entre les tombes, le bogart de la cambriole…

Tony Hillerman : tous ses polars indiens

Dona Leon : toute sa série vénitienne

Val Mac Dermid : le chant des sirènes, la fureur dans le sang…

Minette Walters : la muselière, cuisine sanglante, lumière noire…


Je pense que j'en oublie. Mais ceux-là m'ont vraiment fait triper.

MessagePosté: 23 Oct 2006
de Jake
J'ai bien aimé Hillerman "Là où dansent les morts", sinon je ne connais pas les autres mais je note.

J'ai lu récemment "Le contrat" de Donald Westlake. C'est pas mal ; ça fait froid dans le dos.

Si tu veux connaître ma ville, je te propose Philippe Huet "Un jour sang ; quai de l'oubli...." :wink:

MessagePosté: 09 Nov 2006
de superuser
Thierry Jonquet tient ses promesses => j'ai attaqué "Ad Vitam Aeternam", et c'est excellent. Très bien écrit : de l'humour noir, et une grande lucidité sociologique et sociale.

http://thierry.jonquet.free.fr/fiche.php?id_biblio=1

POLAR : Sara Paretsky

MessagePosté: 09 Nov 2006
de superuser
Je recommande vivement la lecture à la fois distrayante et haletante de ce polar politique qui se déroule à Chicago :

Image

Une intrigue complexe, touffue, dans une Amérique totalement corrompue. Des hommes d'affaires qui s'engraissent sur l'argent de la collectivité et sur le dos des misèreux, avec la complicité des politiques et des médias. Une Amérique violente, égoïste... libérale.

BD : Sarkozy, tigre de papier

MessagePosté: 09 Nov 2006
de maguy
Pour les anti-Sarko primaires comme moi 8)

Vu dans l'Humanité

Sarkozy tigre de papier
Édition . Un portrait de Nicolas Sarkozy au Karcher.

Année 2098. Soutenance de thèse en Sciences-Politiques à la Sorbonne. Sujet : « le sarkozysme ». Une « révolution monstrueuse » ou l’« avènement d’une société enfin modernisée » ? L’enquête de Philippe Cohen (journaliste à Marianne), dessinée par Riss (Charlie Hebdo) et scénarisée par Richard Malka (avocat pour le même titre), retrace la vie de Nicolas Sarkozy, de son enfance à la présidentielle de 2007. Du coquet hôtel particulier du 17e arrondissement de Paris au palais de l’Élysée... ou aux oubliettes de l’histoire ? Dans cette BD-enquête « d’utilité publique », les auteurs s’attachent moins à son avenir proche (le récit s’arrête alors que le narrateur va donner les résultats du scrutin) qu’à son passé.

À la lecture de cet ouvrage, la vérité tombe, éclatante de simplicité : Nicolas Sarkozy ne peut être qu’un personnage de BD, à la manière des personnages de Forton et Pellos. Pied nickelé, lâche et sournois, sa fourberie s’étale à longueur de cases. Le Sarkozy de papier se révèle un tueur politique qui collectionne les trophées de ceux qu’il a trahis, portraits biffés de ses mentors déchus ou de ses rivaux éliminés : Philippe Grange (trésorier neuilléen de l’UDR), Achille Peretti (maire de Neuilly), Charles Pasqua, Jacques Chirac, Alain Juppé, Dominique de Villepin... Un flatteur « bichonnant » les journalistes dociles, qui peut se transformer en Père Fouettard, « humiliant en public à l’occasion » ceux jugés trop critiques. Croqué en Napoléon d’après la Distribution des aigles, de David, il s’entoure de maréchaux d’empires de presse, qui se vautrent à ses charentaises. Explication : « La proximité provoque les confidences, les confidences apportent la connaissance, la connaissance permet le contrôle... » CQFD.

Le personnage surmédiatisé, « Speedy Sarko », instrumentalise la presse comme le monde du spectacle, utilise relations, réseaux, famille et image. Une foule d’anecdotes, étayées par des témoignages, des documents (les sources sont réunies en fin d’ouvrage) rappellent que les auteurs n’ont pas laissé vagabonder leur imagination, mais que la réalité dépasse parfois la fiction. La Face karchée de Sarkozy ? Le portrait d’un homme « cynique (c’est ce qu’il appelle le "réalisme"), affranchi de toute conviction (le "pragmatisme") et prêt à tout pour parvenir à ses fins (l’"efficacité") ».

La Face karchée de Sarkozy. Éditions Vents d’ouest - Fayard, 155 pages, 15 euros.

Grégory Marin



J'espère le trouver bientôt dans ma biblio !

Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte

MessagePosté: 23 Déc 2006
de superuser
« Etant les ignorants, ils sont les incléments;
Hélas! combien de temps faudra-t-il vous redire
A vous tous, que c’était à vous de les conduire,
Qu’il fallait leur donner leur part de la cité,
Que votre aveuglement produit leur cécité;
D’une tutelle avare, on recueille les suites,
Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.
Vous ne les avez pas guidés, pris par la main
Et renseignés sur l’ombre et sur le vrai chemin;
Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.
ILS SONT VOTRE ÉPOUVANTE ET VOUS ÊTES LEUR CRAINTE;
C’est qu’ils n’ont pas senti votre fraternité.
Ils errent; l'instinct bon se nourrit de clarté. [...]
Comment peut-il penser, celui qui ne peut vivre ? »

Victor Hugo - juin 1871 à propos des émeutiers de la Commune de Paris, toujours d'actualité.

Image

Un roman social exceptionnel qui décrit et explique très finement les événements de novembre 2005 : c'est avec chaleur que je vous le conseille !

"Jeunesse sans dieu" d'Ödön von Horváth

MessagePosté: 23 Déc 2006
de superuser
Dans les années trente en Allemagne, un jeune professeur de lycée est confronté à la montée du racisme et de l'intolérance. De jeunes élèves décérébrés et cruels, des parents qui abondent dans le même sens, des institutions qui les cautionnent, et des adultes éclairés qui, pourtant, se taisent...

Si l'homme vit aussi de pain et se protège dans la lâcheté ordinaire (coule-toi dans le moule ou tu perds ton job et tes ressources…), il y a ceux qui ont le courage de refuser ce marché. Pourquoi ? Comment ? La lutte entre la morale et l'intérêt est ici décrite avec une grande efficacité philosophique. Un roman remarquable, court, facile à lire, et très profond : bref, indispensable !!!

Image

Réédité en poche, il ne coûte que 7 €.

Pour l'auteur, on pourra faire tout ce qu'on veut (prendre des mesures politiques, économiques, sociales...), tant qu'on ne rétablira pas l'humanisme dans l'esprit de l'homme et ce dès l'école, la sauvagerie et/ou la barbarie resteront nos maîtres.

Quelques livres sur le chômage

MessagePosté: 09 Jan 2007
de superuser
Louis m'adresse une liste d'ouvrages pour compléter notre rubrique "Les livres qu'il faut lire". N'ayant ni le temps ni les moyens de m'en occuper pour l'instant, je la diffuse ici :

"Chômage : nous accusons !" (sous-titre : "Mille milliards de francs pour l'emploi")
Ouvrage collectif réalisé sous la direction de Jacques Nikonoff.
Arléa - Le Seuil - janvier 1998.

Outre l'argumentation détaillée qui accuse les principaux responsables, l'intérêt du livre réside dans l'existence (en fin d'ouvrage), à l'appui de cette argumentation, d'un tableau détaillé du coût du chômage (fin 1997) pour la collectivité nationale. La proposition faite est de dire qu'avec ce coût, il serait possible de salarier l'ensemble des chômeurs, en les remettant au travail et ce, avec un salaire moyen tournant autour de 1.350 € actuels.

Voici la brêve présentation faite en dos de couverture :
"Et si le le chômage était voulu ? Si ce fléau persistant arrangeait finalement beaucoup de monde ? Selon les auteurs de ce livre, le chômage nous coûte à tous, chaque année, plus de mille milliards de francs. Une telle aberration pourra-telle se perpétuer sans déboucher sur d'inimaginables désastres ? Surement pas ! Au fil des années, la situation sociale est devenue absurde. Ce réquisitoire apporte des explications inhabituelles et dénonce les responsabilités.
Nous devons avoir le courage de tout changer : le travail, l'économie, la politique et, donc, notre conception de la démocratie. Tel est le propos de ce livre dérangeant, qui montre de façon concrète que l'emploi pour tous n'est pas plus difficile à organiser que l'école pour tous. Un changement total de logique, qui a la dimension d'un choix de civilisation."

Jacques Nikonoff, page 221 a écrit:"Le discours des économistes et des hommes politiques cesse à cet égard de faire illusion. Il paraît de plus en plus évident à un nombre croissant d'individus que la régulation par l'inflation de l'écart entre l'offre et la demande a été remplacée par la régulation par le chômage. On a ainsi choisi de changer d'outil en faisant du chômage la nouvelle "variable d'ajustement". Celle-ci permet d'arracher aux salariés la docilité, la flexibilité, la baisse de salaire relativement à l'évolution de la productivité.
Ce rôle désormais joué par le chômage est avoué par les experts de l'OCDE qui ne se cachent pas de dire que "pour obtenir un ajustement donné des salaires, il faudra un niveau plus élevé de chômage conjoncturel" (OCDE, Etude sur l'emploi, faits, analyse, stratégies, Paris, 1994, p. 33.). Ce dernier propos montre en outre combien est mensongère l'explication de la progression du chômage par l'accroissement des déficits publics et de sa possible résorption par le retour à la croissance. Ainsi, dans l'esprit des experts de l'OCDE et de tous ceux qui appliquent leurs recommandations, parler du chômage équivaut-il à "parler affaires".
Ces membres du "cercle de la raison" économique (Le Monde diplomatique, décembre 1994) oublient cependant une chose : le chômage est meurtrier. Il est source de scandale et constitue l'une des grandes "affaires" judiciaires à instruire aujourd'hui. Une tache ternit l'honneur de ceux qui, aprés s'être engagés dans la réalisation de nobles desseins politiques, en ont peu à peu oublié l'inspiration première. Leur action se limite désormais à précipiter des "réformes" dont le contenu, une fois encore, ne trompe personne. Ils s'adonnent ainsi au démon de la vitesse, comme obsédés par un désir d'oubli (Milan Kundera, La lenteur, "Folio", Gallimard, Paris, 1997) - celui des bonnes intentions - dont est pavé le chemin de l'enfer de ceux qui ont été ou qui ne tarderont pas à être condamnés à l'absence d'aucun présent vrai."


"Existe-t-il des réservoirs d'emplois ?"
Autre ouvrage collectif sous la direction de Jacques Nikonoff
Collection Panoramiques Arléa - Le Seuil - janvier 1997.

"La République du droit à l'emploi pour chacun"
(sous-titre : "La création de 3,9 millions d'emplois ne coûterait que 90 milliards de francs par an")
par Jacques Nikonoff (1995)
Sénèque a écrit:"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles."

Cet ouvrage n'est pas disponible en librairie, car c'est un rapport aux candidats à la présidence de la République et aux partenaires sociaux. Jacques Nikonoff était alors président de l'association "Un travail pour chacun" (UTC). Puis il est devenu président d'ATTAC. Vous devez pouvoir vous en procurer un exemplaire, soit auprés de l'association UTC, si elle existe encore. Ou tout simplement en téléphonant à La Caisse des Dépots et Consignations, et en demandant Mr. Jacques Nikonoff. Il y travaille.

"Les exclus face à l'emploi"
par Simon Wuhl - Editions Syros/Alternatives (économiques) Paris, 1992.

"La France et son chômage : crise économique ou crise culturelle ?" par la revue "ESPRIT", Août-septembre 1994.

"Être sans avoir" (sous-titre : "Le défi de l'exclusion")
par Maryvonne GOARANT paru aux éditions Mutine en Avril 2004. Collection : L'Honnête homme du XX ème siècle.
Internet : www.editions-mutine.com

"Misères du présent Richesse du possible"
par André Gorz, éditions Galilée, 1997
Extrait de la présentation, en dos de couverture : "Il faut oser vouloir l'Exode de la "société de travail" : elle n'existe plus et ne reviendra pas. Il faut vouloir la mort de cette société qui agonise afin qu'une autre puisse naître sur ses décombres..."

"Le travail fantôme" par Ivan Illich, 1980 - 1981, Editions du Seuil pour la version française.

"Le chômage créateur" par Ivan Illich, postface à La convivialité, 1977, Editions du Seuil

"La convivialité" par Ivan Illich, 1973, éditions du Seuil.