Le ruban blanc - Michael HANEKE

Ce n'est pas parce qu'on est devenu pauvre qu'on n'a plus envie de se cultiver ou de savoir ce qu'il se passe. Partagez vos coups de cœur et bons plans => livres, musique, cinéma, télé, expos, etc...

Modérateurs: superuser, Yves

Le ruban blanc - Michael HANEKE

Messagede superuser » 26 Jan 2010

Etant à l'ASS depuis plusieurs années, comme au coiffeur, je vais au cinéma une fois par an quand le Festival Télérama - et son excellente sélection… - offre des séances de rattrapage au tarif imbattable de 3 € (sauf qu'au coiffeur, y'a jamais de remise). Ce soir, l'ermite que je suis s'est tiré les doigts du cul pour aller voir le dernier opus du dérangeant Michael Haneke, cinéaste 100% intègre, extra-lucide et volontairement mal-aimable, obsédé par la violence humaine et dont j'avais déjà vu Benny's video (très éprouvant) ou Caché.

Pour vous faire une idée de ce film => http://www.telerama.fr/cinema/films/le- ... itique.php

Comme tout ce qui touche aux racines du mal chez l'homme (et particulièrement la Seconde guerre mondiale, inépuisable sujet d'étude), cette œuvre m'intéressait.

A la fin de la projection, dans les toilettes du cinéma, j'ai échangé quelques mots avec une meuf de 30 ans qui, toute chamboulée, l'avait exécré. Je lui ai dit que, pourtant, tout était vrai : c'est comme ça que mes grands-parents, mes parents et moi-même avons été élevés, ou plutôt "dressés". Ma mère a eu droit en plus à la religion - élevée, elle aussi, à la schlague, mais dans une école catho de bonnes sœurs en Espagne... Moi, j'ai pu partiellement échapper à ce joug grâce à la révolution des mœurs opérée dans les années 70, qui m'a forcément ouvert les yeux et permis de rompre avec l'autoritarisme parental. Cependant, il m'a ensuite fallu des années pour analyser et me débarrasser de l'emprise éducative de mes géniteurs. Emprise qui a eu ses répercussions sur ma vie sentimentale et professionnelle (oui oui, ça va loin ! Et je ne suis pas un cas isolé :mrgreen: ).

Je pense que les générations nées après 1970 auront plus de mal à comprendre ce que Haneke - né en 1942 - a voulu dire...
Ils n'ont pas connu l'éducation "à la dure" (violences physiques et psychologiques) : sa cruauté ordinaire, son puritanisme humiliant (et ridicule; je pense notamment au personnage du petit Martin attaché à son lit pour éviter qu'il ne se masturbe), sa dictature du virilisme frigide (on ne montre pas, on n'exprime pas ses sentiments) et de la culpabilisation permanente. Lesquels ont durablement garanti la soumission de tous, sinon un "stoïcisme" - dans son sens vulgarisé - hautement toxique. De quoi en arriver à de terribles extrêmités, qu'on se révolte ou qu'on en profite au gré du vent. La démonstration d'Haneke est brillante.

L'éducation est au centre de tout. Les enfants maintenus dans l'ignorance et élevés dans la barbarie ordinaire ont toutes les chances de devenir les barbares ou les bourreaux-victimes de demain. Dans Le ruban blanc, les enfants élevés à la schlague dans les années 10 sont devenus les adultes des années 30.

Alors, qu'est-ce qui a changé aujourd'hui ? Pas grand chose... Une forme de "progrès" a remplacé ce vieil archaïsme obscurantisme. Mais d'autres leviers tout aussi insidieux ont été aussitôt mis en place : la religion de Dieu a été remplacée par celle de la technologie, de l'argent et du crédit, du consumérisme, de l'entertainment et du chacun pour soi. La communication s'est améliorée mais peu à peu falsifiée, tout comme le sexe qui s'est vulgarisé et marchandisé... Sans compter les rapports hommes/femmes qui n'ont pas tant évolué que ça (la domination masculine persiste et, actuellement, c'est l'horreur pour les filles dans les collèges). Ou l'ignorance qui a repris ses droits : comme le chômage elle est voulue, orchestrée en tant que précieux instrument de domination.

Que reste-t-il de la salutaire "révolution des mœurs" des 70's ? Peut-être un dégoût communément admis de la violence - même si elle prospère - et une autre façon, plus ouverte, plus franche et affectueuse, de communiquer avec nos enfants. En sortira-t-il vraiment quelque chose ? Les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain. Mais comme on se retrouve une fois de plus dans une configuration de l'Histoire assez inédite, les paris sont ouverts.......

J'adore Michael Haneke : c'est plus qu'un cinéaste => un philosophe. :D

Dans la même veine, je vous conseille/rappelle la lecture du superbe roman d'Odon von Orvath : "Jeunesse sans dieu", si vous pouvez mettre la main dessus dans votre bibliothèque.
superuser
 
Messages: 14468
Inscription: 29 Juin 2004
Localisation: Paris

Re: Le ruban blanc - Michael HANEKE

Messagede Ongles_noirs » 26 Jan 2010

superuser a écrit:Dans la même veine, je vous conseille/rappelle la lecture du superbe roman d'Odon von Orvath : "Jeunesse dans dieu", si vous pouvez mettre la main dessus dans votre bibliothèque.

Malheureuse "coquille" ? 8) P'tain de clavier où le "s" est juste à coté du "d" :wink:
La charité ne peut pas libérer le peuple. Il doit le faire lui-même.
Tout comme un petit groupe de révolutionnaires isolés ne peut agir au nom des masses.
Celui qui doit être libre doit frapper lui-même...

Lucy PARSONS
Ongles_noirs
 
Messages: 421
Inscription: 08 Mar 2008
Localisation: Ivry sur Seine

Re: Le ruban blanc - Michael HANEKE

Messagede superuser » 26 Jan 2010

Coquille..... :oops:
superuser
 
Messages: 14468
Inscription: 29 Juin 2004
Localisation: Paris

Très beau papier

Messagede Pili » 26 Jan 2010

Très beau papier Sophie!

Tu as su très bien parlé de ce film qui est très dur

Haneke a aussi avec la Pianiste abordé d'autres effet de l'éducation, celui des ravages de la relation fusionnelle d'une mére avec sa fille!
Pili
 
Messages: 2264
Inscription: 17 Mar 2007
Localisation: Ile de France

Re: Le ruban blanc - Michael HANEKE

Messagede maguy » 26 Jan 2010

comme au coiffeur, je vais au cinéma


J'espère que ton coiffeur est mignon :lol: :lol:

Je vais noter ce livre sur ma liste pour la biblio, mais j'ai rarement de la chance, sniff
La vérité est comme le soleil, elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.
Victor Hugo
maguy
 
Messages: 14142
Inscription: 24 Déc 2005

Re: visionnaire

Messagede superuser » 27 Jan 2010

Dans Benny's video, qui date de 1992, il racontait l'histoire d'un ado renfermé et livré à lui-même, dont les parents aisés compensaient leurs carences affectives et éducatives par l'argent. Le gamin était pourri-gâté de joujoux technologiques. Dans sa chambre, au lieu de regarder la rue par ses fenêtres qu'il avait calfeutrées, le gamin avait fixé une caméra qui filmait l'extérieur pour en diffuser l'image sur un écran de télévision... Vivant dans la lumière électrique, sa perception du monde s'effectuait par le biais d'écrans : télévision/magnétoscope + ordinateur/jeux vidéo.

Un jour, le gamin passe un week-end à la campagne et assiste à l'abattage de cochons, une scène qu'il va filmer avec sa petite caméra. Intrigué, il réussit à voler ensuite l'un des pistolets électriques qui servent à tuer les bêtes. Une fois rentré en ville, fasciné, il visionne et revisionne son "reportage". Alors que ses parents sont - comme d'habitude - absents, il attire dans sa chambre une camarade de classe et essaie l'appareil sur elle, puis filme son agonie.

Ensuite, les parents vont tout faire pour couvrir leur fils (et surtout eux-mêmes), mais en vain.
Le gamin, lui, n'aura rien compris et éprouvé zéro remords.

Tel fut le premier film d'Haneke que j'ai vu.
superuser
 
Messages: 14468
Inscription: 29 Juin 2004
Localisation: Paris


Retourner vers CULTURE CHÔMEURS

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré