Etre chômeur c'est faire face à une injustice sociale

Dès 40 ans, le marché du travail ne veut plus de vous. Retrouver un emploi quand on a plus de 50 ans, c'est devenu mission impossible. Vous êtes d'origine étrangère, trop vieux, trop jeune, trop gros, handicapé... N'hésitez pas à témoigner !

Modérateurs: superuser, Yves

Etre chômeur c'est faire face à une injustice sociale

Messagede proxacutor » 08 Juin 2016

Tout un chacun est souvent concerné à un moment donné de sa vie par la précarité que constitue le chômage, l’économie d’un pays est aussi directement concernée par le nombre de chômeurs, c’est donc une situation préoccupante pour tout un chacun.
Comment donc trouver des solutions à ce chômage ?
De mon côté, étant donné que je suis chômeur depuis longtemps je sais par expérience qu’il y en a mais qu’elles ne sont pas suffisamment exploitées par les responsables d’un pays en général, les réactions d’un gouvernement sont en général de punir les chômeurs par des restrictions plutôt que de leur faciliter la vie ou de trouver des solutions à une situation de chômage.
Bien au contraire, oui, moi je pense qu’il y a des réelles solutions, c’est en tout cas ce que je vais tenter de vous démontrer en énumérant quelque début de solutions et en les comparant à ce que font les gouvernements en général dans ces situations.
Premièrement, le chômage est en général le résultat d’un manque de formation ou d’expérience : pourquoi ? Parce que le système de l’enseignement insiste trop sur les cours généraux et trop longtemps, l’enseignement général, les cours parfois qui ne servent à rien comme le latin, les mathématiques et le français doivent faire la place à des cours optimisés pour un maximum de chances d’emploi à terme.
Que demande l’employeur ? Des spécialistes seulement dans un domaine particulier, si des notions de mathématiques sont nécessaires elles doivent faire partie intégrante de la fonction future à atteindre dans la société. Hors, ce n’est pas le cas, il faut étudier parce que l’on est étudiant point barre.
Le chômage est avant tout le résultat de lacunes dans un système, le cas belge est flagrant à ce niveau, car pour tous les postes à pourvoir et quel que soit le niveau technique du postulant, le néerlandais est systématiquement demandé, néanmoins, il n’y a pas de cours de néerlandais obligatoire dans toutes les sections et ce n’est pas systématique, un tel système ne peut conduire qu’à l’échec au final.
En ce qui concerne l'expérience, effectivement il faudrait instaurer plus de stage en entreprise au terme des formations, ce qui constitue une expérience concrète.
Deuxièmement, le chômage pourrait être évité en instaurant un conseiller d’orientation et des services d’orientation performant pour les étudiants eux-mêmes et pas seulement au pôle emploi ou au Forem pour les chômeurs : ce qui permettrais par exemple, via des tests d’orienter les étudiants en fonction de leur capacités vers des métiers en pénurie, de faire en sorte que les études faites débouches sur un emploi, d’encadrer les jeunes dans leur parcourt et surtout de donner des conseils.
Le conseiller interviendrait non pas trop tard quand le chômage est déjà instauré mais avant la finalité des études.
Troisièmement, pour l’informatique et les nouvelles technologies, secteur dans lequel il y a beaucoup de demande, le niveau des études devrait correspondre aux profils recherchés dans les annonces d’emploi, ce qui n’est même pas le cas. Les cours pour la plupart, sont des cours d’initiation à la programmation et cela s’arrête là, des cours qui se donnent en très peu d’heures, donc il est même impossible pour un chômeur de se réinsérer dans le marché de l’emploi à ce stade.
Par comparaison, ce que fait le gouvernement des chômeurs : ils sont une charge et ils sont considérés comme des personnes inactives et passives, on les contrôles par des procédures d’activation de recherche d’emploi, ou soit on tente de les faire travailler de force et gratuitement, on les réduit à l'esclavage par des allocations de 400 euros par mois, ce qui ne leur permet même pas de rechercher un emploi et j’en passe.
Au final, en Belgique des milliers de personnes se sont ainsi vues supprimées du chômage à cause qu’elles n’avaient pas travaillées et qu’avec leur beau diplôme en poche, elles ne trouvaient rien car cela ne leur servait à rien.
Non, contre les idées reçues : les chômeurs ne sont pas des personnes qui sont vouées à ne rien faire : elles ont en principe une situation de crise à franchir, les vrais demandeurs d’emploi sont des personnes occupées par leur problème.
Pourquoi occupée et non pas passive ? car une recherche d’emploi c’est des formations, des lettres de motivations, des cv, des entretiens d’embauches, des recherches soit avec internet ou avec des candidatures spontanées, des conseillers d’orientation et des appels téléphoniques, la personne se trouve en fait devant une situation d’exclusion grave, une incertitude journalière au niveau financier.
Autre proposition : mieux défendre le chômeur contre l’exclusion en votant des lois. En effet, en plus de la précarité, le chômeur doit faire face à différente forme d’exclusions sociales : des exclusions sur l’âge, le sexe, la langue ou l’appartenance communautaire, la race ou même la religion.
Non, un chômeur devrait être mieux défendu, pour l’instant les syndicats ne se contentent que de défendre les travailleurs en Belgique mais pas les chômeurs qui sont considérés dans un système capitaliste comme des mendiants tout au plus, en effet, la plupart des grèves ne concernent que des contestations en général qui ne concernent que le travail et ses conditions, la condition du chômeur étant bien plus pire mais cela le travailleur n'y pense même pas.
Le gouvernement doit s'occuper du chômage mais au contraire il les exclut : un exemple concret est la lettre type de refus d'embauche utilisée systématiquement par les employeurs, qui ne mentionne pas les raisons pour lesquelles un candidat est refusé. Le candidat ne sachant jamais pourquoi il ne correspondant pas au profil de la fonction ne peut jamais améliorer sa situation, s’il doit étudier une deuxième langue il ne le sait jamais et j'en passe. Il tourne en rond dans les mêmes problèmes.
La moindre des choses et cette demande était un minimum, cela aurait été de statuer et de voter des lois pour éviter une impasse, pour que l'employeur donne au moins un feedback et non pas cette lettre type qui est toujours la même pour tous les candidats, ce qui dénote une certaine forme d'exclusion aussi.
En conclusion, au lieu de punir les chômeurs, il faudrait éviter le chômage et cela permettrait en analysant les situations qui mènent au chômage d’en diminuer le nombre mais cela reste une utopie car au final les chômeurs sont tout simplement exclus d’un système parce qu’ils ne produisent pas.
proxacutor
 
Messages: 1
Inscription: 08 Juin 2016

Re: Etre chômeur c'est faire face à une injustice sociale

Messagede Invité » 08 Juin 2016

Vous partez du principe qu'il y a assez d'offres mais qu'elles ne sont pas pourvues parce que les gens ne sont pas formés précisément aux métiers qui recrutent.
D'abord il n'y a pas assez d'emplois vacants (250 00 offres réelles sur le site de pôle emploi mais 5 millions de chômeurs).
Ensuite il faut pouvoir changer de boulot dans sa vie ; si on a une formation de base très spécialisée c'est difficile de se recycler.
Et puis il n'y a pas que le travail dans la vie, il y a aussi la culture, les loisirs. L'enseignement de base diversifié ouvre l'esprit des enfants et des jeunes vers toutes sortes de disciplines qui rendent la vie intéressante.

Enfin faire du latin et donc être sensible à l'étymologie vous éviterait peut-être d'écrire "hors" (dehors) à la place de "or". "or" vient du latin "hora" l'heure ; on le trouve aussi dans "encore" (hinc ad horam), dans "alors" dans "dorénavant" (d'ores en avant); "or" veut dire "maintenant" (en italien "ora" )etc...
Et si vous aviez écouté un peu plus pendant les cours de français, vous ne confondriez pas le pluriel du verbe avec celui du nom.

Il y a de profondes réformes à faire dans l'enseignement, mais l'école n'est pas faite pour fabriquer de bons petits employés enchaînés au métro-boulot-dodo.

Sinon je suis d'accord avec vous : les chômeurs sont vus comme une nuisance au lieu d'être vus comme des futurs collaborateurs enrichissants pour la société et temporairement inactifs.
Invité
 

Re: Etre chômeur c'est faire face à une injustice sociale

Messagede Statovore » 08 Juin 2016

Attention au pavé :mrgreen:

proxacutor a écrit:Premièrement, le chômage est en général le résultat d’un manque de formation ou d’expérience


Faux, le chômage est due à la répartition du temps de travail.

Pour faire tourner le pays et y faire vivre la population, il faut un certain volume d'heures de travail. En 2014, il y a eu 40,0744 Milliard d'heures de travail (déclarées) pour 28.374 millions de travail et 2,911 millions de chômeurs au sens du BIT soit 1280h/an/personne en age de travailler soit 27h25 par semaine.

La différence entre ces 27h25 et le temps de travail officiel forme le temps chômé. Avec 35h par semaine, cela donne un chômage d'environ 21% équivalent-temps-plein.

Ce temps chômé peut-être réparti par plusieurs méthodes :
- Une partie des gens travaillent à plein temps et les autres restent constamment sans emploi (choix du CDI à temps plein hyper-sécurisé).
- On fait tourner les gens sans arrêt sur des postes à temps plein (méthode intérim et CDD jetable) ou a temps partiel (contrat zéro heure).
- On réduit le temps de travail en introduisant des mécanismes favorisant la répartition du travail (passage au 35h contre allègement de charge mais sabotée par la réforme Fillon).


Actuellement, nous sommes dans un mélange des deux premiers systèmes. Nous avons des gens ayant des emplois fixe qui à peu près "correctement" et nous avons des gens qui font un jeu de chaise musicale sur les emplois restant (cdd/intérim/mission/stages ...).
Et sur cette chaise musicale, vous arrivez à vous assoir seulement vous devez avoir l'air d'être "plus performant" que les autres ce qui fait que certains arrivent à survivre de petit boulot alors que d'autres moins formé finissent par devenir chômeur de longue durée.

Si vous formez votre chômeur, il va avoir plus de chance de retrouver un travail, mais il va alors prendre la place d'un autre qui sera devenu moins bien formé que lui.


Cela montre qu'il est faux de transposez un mécanisme micro-économique (niveau de l'individu) à un niveau macro-économique (pays/monde).

Un autre contre-exemple, les ouvriers chinois sont bien moins formé que leurs homologue Français mais cela ne les empêchent pas de trouver un emploi. Cela prouve que ce n'est pas une question de formation.

proxacutor a écrit:pourquoi ? Parce que le système de l’enseignement insiste trop sur les cours généraux et trop longtemps, l’enseignement général, les cours parfois qui ne servent à rien comme le latin, les mathématiques et le français doivent faire la place à des cours optimisés pour un maximum de chances d’emploi à terme.


Le Latin et le Grec sont utile car ils permettent de comprendre des mots que l'on a pourtant jamais rencontré ou de pouvoir détecter des mots qui sont détourner de leurs sens d'origine.

Exemple :
Monarchie => mono + Archos => un seul commandant, un seul chef
Oligarchie => Oligos + Archos => un petit nombre de commandant.
Anarchie => An + Archos => Absence de commandant ce qui est contradictoire avec la notion de désordre ou d'absence de règle que l'on prête souvent à se mot.

Lorsqu'on justifie l'utilisation du 49-3 en disant que c'est démocratique car dans la constitution alors que la majorité des citoyens sont contre, on détourne le mot de sa véritable signification qui est "le peuple au pouvoir".


Les cours de Français sont nécessaire pour se faire comprendre, c'est l'un des éléments clé de la coopération au travail. Il n'y a rien de plus énervant que de lire un mail écrit de la manière suivante :
Slt
g fini lé travo sur le tablo mé sé pa ou conekté le fil rge


Si j'interviens sur une installation électrique et que je mélange "lorsqu'il y a plus de courant" et "lorsqu'il n'y a plus de courant", je peux m'électriser voir m'électrocuter.

proxacutor a écrit:Que demande l’employeur ? Des spécialistes seulement dans un domaine particulier, si des notions de mathématiques sont nécessaires elles doivent faire partie intégrante de la fonction future à atteindre dans la société. Hors, ce n’est pas le cas, il faut étudier parce que l’on est étudiant point barre.


Sauf que pour savoir quel poste on va atteindre, il faut être dans une économie dirigé où chacun est condamné à rester dans sa classe sociale.

De plus, une large formation de base permet d'augmenter la flexibilité du travailleur. Une personne qui a des connaissances assez large est capable de passer d'un poste à un autre sans formation particulière ce qui permet d'éviter d'embaucher une personne inconnue provenant de l'extérieure ce qui représente toujours un coût et un risque pour l'entreprise.

proxacutor a écrit:Le chômage est avant tout le résultat de lacunes dans un système, le cas belge est flagrant à ce niveau, car pour tous les postes à pourvoir et quel que soit le niveau technique du postulant, le néerlandais est systématiquement demandé, néanmoins, il n’y a pas de cours de néerlandais obligatoire dans toutes les sections et ce n’est pas systématique, un tel système ne peut conduire qu’à l’échec au final.


Cela ne mène pas forcement à l'échec car rien n’empêche les entreprises de former son personnel et c'est d'ailleurs ce qui se passe partout dans l'industrie. Un ouvrier peut passer d'un poste de manutentionnaire à un poste de cariste puis à un poste de chauffeur-livreur grâce aux formations interne.

C'est ce qui se passait pendant les 30 glorieuses. Le volume de travail nécessaire à la reconstruction et au ré-équipement des foyers était très important donc il a fallu former sur le tas et parfois les entreprises allaient jusqu’à débaucher les salariés de l'entreprise concurrente en offrant un meilleur salaire ou de meilleures condition de travail.

Par ailleurs, la formation continue est quelques chose qu'une entreprise doit intégrer si elle veut pouvoir conserver les compétences interne et les secrets industriel de l'entreprise.

proxacutor a écrit:En ce qui concerne l'expérience, effectivement il faudrait instaurer plus de stage en entreprise au terme des formations, ce qui constitue une expérience concrète.


On peut très bien avoir une expérience concrète en restant à l'école et c'est déjà le cas dans pas mal de filière professionnelle où les étudiants passent des heures a travailler comme dans une vrai entreprise.

De plus, les entreprises prennent trop souvent des stagiaires pour faire des travaux de salarié donc un certain nombre cherchent à entretenir ce systeme de stage qui selon elle "apportent l’expérience nécessaire pour trouver un emploi stable" et les autres suivent ou en profitent.

proxacutor a écrit:Deuxièmement, le chômage pourrait être évité en instaurant un conseiller d’orientation et des services d’orientation performant pour les étudiants eux-mêmes et pas seulement au pôle emploi ou au Forem pour les chômeurs : ce qui permettrais par exemple, via des tests d’orienter les étudiants en fonction de leur capacités vers des métiers en pénurie, de faire en sorte que les études faites débouches sur un emploi, d’encadrer les jeunes dans leur parcourt et surtout de donner des conseils.
Le conseiller interviendrait non pas trop tard quand le chômage est déjà instauré mais avant la finalité des études.


Voeux pieu mais qui ne fonctionne pas à cause du manque d'information pertinente sur les besoins actuel des entreprises et du manque de visibilité à long terme.

On m'avais imposé un entretien avec un organisme de formation qui devais me faire faire un bilan de compétence et je me suis inquiété de voir le bilan financier de cette entreprise.
Lorsque j'en ai parlé avec la personne qui me faisait passé le bilan de compétence, elle a répondu que l'organisme de formation avait investi du matériel dans une filière en pénurie de main d'oeuvre et qu'au bout d'un an, ça n'était plus considéré comme un métier en tension et donc les financements public de la formation en question ont été retiré.

Si un organisme de formation privé n'arrive pas a prévoir le marché sur les deux à trois ans a venir, il est évident qu'on ne peux le faire à 5 ou 10 ans sur la formation des étudiants.
J'ai aussi vu en industrie les variations de production que même les analystes n'arrivent pas à prévoir. Les prévisions de marché à 6 mois se révèlent à plus de 70% fausse


proxacutor a écrit:Troisièmement, pour l’informatique et les nouvelles technologies, secteur dans lequel il y a beaucoup de demande, le niveau des études devrait correspondre aux profils recherchés dans les annonces d’emploi, ce qui n’est même pas le cas. Les cours pour la plupart, sont des cours d’initiation à la programmation et cela s’arrête là, des cours qui se donnent en très peu d’heures, donc il est même impossible pour un chômeur de se réinsérer dans le marché de l’emploi à ce stade.


Il y a aussi pas mal de fausses informations sur les métiers de l'informatique et si tu cherches un peu sur le forum, tu t'apercevra que la plupart des demandes passent par les SSII qui sont des sociétés d'intérim en informatique et qui représente la plus grosse masse d'annonce d'emploi du secteur.

Sauf qu'en fait, lorsqu'une entreprise lance un projet avec un besoin, elle fait appelle à plusieurs SSII qui vont a leurs tour mettre plusieurs annonces sur plusieurs supports et parfois même en faisant passer par les filiales. Comme chacun garde jalousement les informations, personne ne peut voir que c'est la même offre d'origine.
On finit par avoir 1 poste à pouvoir réellement mais 5 ou 6 personnes demandé par les SSII pour leurs besoins directe et peut-être 20 ou 30 en indirect par le jeu des filiales.

Sans compter les fausses offres d'emploi pour faire peur au concurrent, pour faire croire qu'elles sont en plein expansion ou qu'elle se font de la publicité en se faisant passer pour une entreprise plus grosse qu'elle ne l'est réellement.

proxacutor a écrit:Par comparaison, ce que fait le gouvernement des chômeurs : ils sont une charge et ils sont considérés comme des personnes inactives et passives, on les contrôles par des procédures d’activation de recherche d’emploi, ou soit on tente de les faire travailler de force et gratuitement, on les réduit à l'esclavage par des allocations de 400 euros par mois, ce qui ne leur permet même pas de rechercher un emploi et j’en passe.


La, tu commences à toucher la véritable cause du chômage : Ce n'est pas bon pour les rentiers.

Si tu regardes le début des 30 glorieuses, on avait le plein emploi donc les employeurs était en concurrence et donc obligé d'augmenter les salaires mais aussi d'améliorer les conditions de vie dans l'entreprise sinon les salariés partait voir ailleurs.
Cela à fini par faire que la valeur "travail" avait plus d'importance que la valeur "capital" et à donc entrainer une inflation importante érodant la valeur des liquidités stockées des plus riches mais cela à aussi créer des taux d’intérêt proche de zéro voir négatif si on les comparent à l'inflation ce qui est encore plus dangereux pour les rentiers car l'argent placé perd de sa valeur.

Ces gens n'ont absolument aucun intérêt à supprimer le chômage car cela les empêchent de tirer les salaires vers le bas en disant "si vous n'êtes pas content, prenez la porte, il y a 10 personnes qui attendent votre place".

Et c'est aussi pour cela qu'ils cherchent à culpabiliser et stigmatiser les demandeurs d'emploi. Si un chômeur qui a "tout les avantages" se rebelle, c'est forcement par cupidité et par l'envie de parasiter encore plus le systeme donc on pourra compter sur les travailleurs en emploi pour les faire taire.
Comprendre, c'est avoir une épée à triple tranchant.
Statovore
 
Messages: 1505
Inscription: 26 Oct 2013

Re: Etre chômeur c'est faire face à une injustice sociale

Messagede saritah » 16 Juil 2016

Oui les chômeurs font face chaque jour à l’injustice sociale. Ces injustices sociales se manifestent sous forme de discrimination sexuelle, de discrimination raciale, de discrimination salariale.C’est dur d’affronter tout cela.
saritah
 
Messages: 13
Inscription: 10 Juil 2016


Retourner vers DISCRIMINATION

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré

cron