Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les seniors

Dès 40 ans, le marché du travail ne veut plus de vous. Retrouver un emploi quand on a plus de 50 ans, c'est devenu mission impossible. Vous êtes d'origine étrangère, trop vieux, trop jeune, trop gros, handicapé... N'hésitez pas à témoigner !

Modérateurs: superuser, Yves

Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les seniors

Messagede Chaumeuse » 20 Mar 2013

Enfin, l’aide à l’embauche d’un demandeur d’emploi de plus de 55 ans, prévue par la loi du 9 novembre 2010, qui devait être versée pendant un an à hauteur de 14 % du salaire dans la limite du plafond de la sécurité sociale, n’a finalement pas été mise en œuvre en raison de la crise : elle a été remplacée par une aide équivalente à 2 000 euros pour les employeurs qui recruteraient des demandeurs d’emploi de plus de 45 ans en contrat de professionnalisation. Comme le précise l’étude d’impact associée au présent projet de loi, cette mesure n’a eu qu’un impact limité, puisque seules 4 600 aides ont été versées à ce titre en 2011, pour un objectif initial de 10 000 contrats. Un peu plus de 5 000 aides sont prévues à ce titre pour 2013.

1. Des difficultés de recrutement importantes

Malgré l’importance des mesures prises en faveur de l’emploi des seniors, la France a donc connu une hausse du taux de chômage des 55-64 ans, liée à un contexte économique difficile depuis 2008, mais également à la forte hausse du taux d’activité de cette tranche d’âge dans les dix dernières années. Si le taux de chômage des seniors reste en 2011 inférieur de 2,9 points à celui de l’ensemble de la population active, il n’en demeure pas moins que les seniors sont confrontés à des difficultés particulières sur le marché du travail, en particulier du fait de la forte proportion du chômage de longue durée au sein de cette tranche d’âge.

Selon les chiffres publiés par la DARES (8) en septembre 2012, sur les 54 900 demandeurs d’emploi de plus de 50 ans sortis de Pôle emploi en juin 2012, seuls 12 500 l’ont quitté pour une reprise d’emploi déclarée. Pour 18 600 d’entre eux, la sortie est imputable à une cessation d’inscription pour défaut d’actualisation ; 7 300 sorties sont liées à un arrêt de la recherche d’emploi ; 4 300 à une radiation administrative et 4 200 sorties à une entrée en formation.

Les mesures prises ces dernières années pour favoriser la demande de travail des entreprises en direction des seniors n’ont guère eu d’effet probant, témoignant de la réticence persistante des employeurs à recruter des salariés âgés, alors même que l’ensemble des mesures prises pour favoriser le maintien en activité des seniors produisaient leurs effets (report de l’âge légal de départ, durcissement des politiques de retraite anticipée, suppression de la dispense de recherche d’emploi, etc.).

À défaut de pouvoir véritablement influer sur les comportements d’embauche des employeurs et de modifier leur perception globalement négative des seniors, les demandeurs d’emploi âgés figurent parmi les publics prioritaires des contrats aidés dans les secteurs marchand comme non marchand. Si les entrées de seniors en contrats aidés non marchands ont fortement crû depuis les années 1990 pour se stabiliser autour de 72 000 entrées totales en 2010, soit un peu moins de 20 % des embauches en contrats aidés non marchands, le nombre des seniors embauchés en contrats aidés du secteur marchand a connu des évolutions plus erratiques : ils sont environ 20 000 à être entrés dans ce type de contrats en 2010, soit 15 % du nombre total des entrées dans les emplois aidés du secteur marchand (9). On constate néanmoins que les seniors ont parfois été éclipsés par les jeunes auxquels une priorité a été donnée pour le bénéfice des contrats aidés, comme ce fut le cas en 2009 avec la mise en place d’un plan pour l’emploi des jeunes. En outre, leur insertion dans l’emploi à l’issue d’un contrat aidé est beaucoup plus difficile que pour leurs cadets : six mois après leur sortie d’un contrat initiative emploi (CIE), les plus de 50 ans ont un taux d’insertion dans l’emploi durable de 63,6 % (contre plus de 71 % pour les 26 à 49 ans). Ce taux est de 29 % pour les plus de 50 ans six mois après leur sortie d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) (contre 35,4 % pour les 26-49 ans).

2. Des difficultés propres au maintien dans l’emploi des seniors

Les seniors qui sont en emploi demeurent plus vulnérables que les salariés plus jeunes : ils constituent en effet l’une des principales variables d’ajustement des entreprises dans le cas de licenciements économiques ou plus largement par le financement par certaines d’entre elles de dispositifs de « préretraites maison » destinées à faciliter le départ de salariés âgés. Si, on l’a vu, les outils relatifs aux préretraites publiques ont fortement reculé dans les dix dernières années, les entreprises « continuent à ajuster leurs effectifs, souvent dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, en proposant à leurs salariés des dispositifs de cessation anticipée d’activité ou en leur versant des indemnités extra-légales qui offrent un revenu de remplacement jusqu’à la date de liquidation » de leur pension de retraite, comme l’indique l’étude d’impact associée au présent projet de loi. La forte taxation des préretraites d’entreprises n’a pas dissuadé certaines d’entre elles de poursuivre leur politique d’ajustement des effectifs par le « sacrifice » des salariés âgés.

Selon les derniers éléments établis par la DARES, les salariés de plus de 50 ans quittent le plus souvent leur entreprise suite à un licenciement (hors départ à la retraite). En outre, les salariés d’au moins 58 ans apparaissent sur-représentés dans les entreprises de plus de 50 salariés dans les ruptures conventionnelles.

Les salariés âgés restent donc relativement plus exposés que la moyenne des salariés plus jeunes aux ajustements des effectifs des entreprises. Cette situation est d’autant plus préjudiciable que les salariés âgés en poste bénéficient moins fréquemment d’une formation que leurs cadets : d’après la DARES, en 2006, 35 % des salariés âgés de 50 ans et plus ont déclaré avoir suivi une formation au cours des douze derniers mois, contre 49 % des salariés plus jeunes. De ce point de vue, les objectifs portés par le plan national d’action concerté en faveur de l’emploi des seniors 2006-2010 n’ont pas été atteints : ainsi, les périodes de professionnalisation qui, lors de leur création, visaient explicitement les salariés ayant plus de vingt ans d’activité ou de plus de 45 ans, bénéficiaient à 70 % à des salariés de moins de 44 ans en 2009. La même année, seuls 32 % des stagiaires au titre du droit individuel à la formation (DIF) avaient plus de 45 ans. Les salariés âgés sont également peu nombreux à accéder au congé individuel de formation (CIF). Ils n’étaient enfin que 2 % à bénéficier des contrats de professionnalisation conclus en 2010. Alors qu’ils sont souvent considérés par les entreprises comme moins adaptables que des salariés plus jeunes, et présentant une moindre maîtrise des outils technologiques, les salariés seniors ne bénéficient néanmoins pas de la formation qui leur assurerait une meilleure adaptabilité ou une meilleure maîtrise des technologies innovantes. Cette situation serait à la fois imputable à une moindre demande de formation exprimée par les seniors mais également à une moindre prescription de formation par les entreprises qui seraient réticentes à former des salariés amenés à prendre leur retraite dans les années qui suivent.
Chaumeuse
 
Messages: 16
Inscription: 05 Mar 2013

Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les sénior

Messagede nanard » 20 Mar 2013

Merci de bien vouloir indiquer la source en insérant le lien idoine.
" Le devoir suprême de l’homme envers l’homme est de le traiter comme une fin et non comme un moyen. " Emmanuel Kant
nanard
 
Messages: 875
Inscription: 07 Sep 2006
Localisation: Besançon


Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les sénior

Messagede Chiz » 20 Mar 2013

les seniors sont confrontés à des difficultés particulières sur le marché du travail, en particulier du fait de la forte proportion du chômage de longue durée au sein de cette tranche d’âge.


Ainsi si les séniors n'étaient pas nombreux en chômage de longue durée, leurs difficultés ne seraient pas particulières,mais simplement normales ... :cry:
Chiz
 
Messages: 1171
Inscription: 10 Fév 2011

Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les sénior

Messagede maguy » 20 Mar 2013

Je vais être grossière, mais.. si ma tante en avait
Ainsi si les séniors n'étaient pas nombreux en chômage de longue durée, leurs difficultés ne seraient pas particulières,mais simplement normales ..

Ah, si les chômeurs n'étaient pas aussi nombreux, le chômage descendrait :P
La vérité est comme le soleil, elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.
Victor Hugo
maguy
 
Messages: 14129
Inscription: 24 Déc 2005

Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les sénior

Messagede Chiz » 20 Mar 2013

Ils sont payés au bois remué par leurs langues ou quoi ? :mrgreen:
Chiz
 
Messages: 1171
Inscription: 10 Fév 2011

Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les seniors

Messagede zypos » 20 Mar 2013

Tous ces rapports me fond bien rire car il masque certaine réalité:
Que dire des DE séniors ayant tous leurs trimestres pour une retraite à taux plein et obliger de pointer chez PE car ils n'ont pas le bon âge ( c'est mon cas et celui de Lucho ici)
Que dire des séniors qui sont en CUI alors qu'il ont tous leurs trimestres . ( je connais une dame en CUI alors qu'elle totalise 172 trimestres )
Nos politiques n'ont pas pris la mesure de leurs réforme stupide obligeant certain de devoir travailler plus de 43 ans !
Vite il faut les réinsérer car il ne connaisse pas la valeurs travail :x ( après 43 ans d'activité)
zypos
 
Messages: 270
Inscription: 29 Nov 2011

Re: Extrait de rapport Assemblée Nationale sur les seniors

Messagede lucho » 21 Mar 2013

tu as raison zypos, les politiques tous des incapables :mrgreen: :mrgreen:
lucho
 
Messages: 388
Inscription: 25 Mar 2009


Retourner vers DISCRIMINATION

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré