Actu Chômage

dimanche
23 février
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Appel aux Mâles Blancs de 50 ans et plus !

Appel aux Mâles Blancs de 50 ans et plus !

Envoyer Imprimer

Un collectif voit le jour autour de la défense des intérêts de la communauté des Mâles Blancs de 50 ans et plus.

altProvocatrice ou fondée, voilà une initiative qui pourrait faire parler d’elle : la création d’un collectif visant la défense des intérêts des Mâles Blancs de 50 ans et plus. Oui vous avez bien lu !

«Car s’il est une communauté à défendre aujourd’hui, nous estimons que c’est bien celle-là», insistent ses instigateurs parmi lesquels quelques utilisateurs d’Actuchomage.

Ils poursuivent : «Sur quoi nous fondons-nous pour l’affirmer ? Sur une multitude de faisceaux convergents.

Aujourd’hui, dans l’inconscient collectif, le Mâle Blanc de plus de 50 ans incarne toutes les tares contemporaines. Forcément raciste (quand son homologue noir, jaune ou basané est rarement soupçonné de l’être), machiste, anti-féministe, souvent homophobe, agressif, belliqueux et guerrier, le Mâle Blanc de 50 ans et plus appartient au monde d’avant, celui que l’on doit éradiquer.

Dans la vie de tous les jours, dans le boulot, le Mâle Blanc de 50 ans et plus est aussi celui qu’il faut éliminer parce qu’il est trop cher, trop râleur, souvent pétri de cultures sociales et politiques donc pas assez malléable.

Pur fantasme ? Absolument pas ! Démonstration.

Nous avons pu le mesurer dans la vraie vie, sur la question du chômage des plus de 50 ans qui sont, indiscutablement, victimes de discriminations à l’embauche. Plus discrètes qu’elles le furent naguère quand elles s’affichaient dans les annonces de recrutement, elles sont aujourd’hui insidieuses et bien réelles.

Certes cette éviction touche aussi les femmes et les gens de couleur, mais après avoir entendu des centaines de témoignages, rencontré autant d’individus s’estimant discriminés, nous constatons qu’une large majorité est composée de Mâles Blancs âgés de 50 ans et plus. Nous pouvons tirer un constat comparable des centaines d’interventions postées sur les forums consacrés à l’emploi des seniors.

Pour illustrer cette analyse, nous avons encore en tête la saillie indigne d’Anne Lauvergeon alors Présidente du directoire d’Areva, lors d'un Women’s Forum : «À compétence égale, eh bien désolé, on choisira la femme ou la personne… euh… enfin autre chose que le mâle blanc, pour être claire».

Imagine-t-on le scandale si le dirigeant d’une grande entreprise administrait face caméra un : «À compétence égale, eh bien désolé, on choisira le mâle ou la personne… euh… enfin autre chose que la femme blanche, pour être clair». Ou autre chose que la «femme noire», «arabe» ou «juive».  

Ce dérapage est révélateur d’une hostilité manifeste à l’égard des Mâles Blancs que ressentent nombre de nos concitoyens plus encore quand ils ont 50 ans et plus.

Et si cela ne vous convainc pas, un thème ne souffre – hélas – d’aucune contestation, c’est le nombre de suicides. Les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes sur la tranche d’âge 55/74 ans, six fois plus nombreux chez les 75 ans et plus. (Source : Statista.com pour l’année 2014).

Au regard de la structure démographique de la population française, on peut légitimement envisager que ces suicidés de plus de 50 ans sont généralement des blancs, dont de nombreux agriculteurs et ouvriers agricoles désespérés.

Il y a d’autres signes qui ne trompent pas, ceux que l’on décèlent dans les médias et la communication, des secteurs d’avant-garde qui anticipent souvent les transformations à venir. Nous en retiendrons deux parmi une multitude.

En 2015, Delphine Ernotte, Présidente de France Télé, annonçait: «On a une télévision d'hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change !». Et ça a changé avec les départs de David Pujadas, Georges Pernoud, Patrick Sébastien, Julien Lepers… remerciés parfois comme des malpropres. On a aussi connu le limogeage retentissant de Daniel Mermet, l’animateur de l’émission «Là-bas si j’y suis» par Laurence Bloch, alors directrice de France Inter, qui s’est aussi payé Ivan Levaï, Frédéric Lordon, Philippe Meyer…

Ces femmes-là ont coupé beaucoup de têtes grises masculines pour en imposer d’autres plus jeunes, plus colorées, plus féminines.

Pour information, la justice donnera raison à Daniel Mermet en 2017. La Cour d’appel de Paris reconnaîtra un licenciement «sans cause réelle ni sérieuse» et condamnera Radio France à lui verser 300.000 € de dommages et intérêts. Mermet a été viré parce qu’il était un Mâle Blanc de plus de 50 ans qui refusait de se plier à la doxa dominante.

Plus récemment, nous avons entendu Michael Moore, lui même blanc et âgé de plus de 50 ans.

Le réalisateur américain de Fahrenheit 9/11, Palme d’Or à Cannes en 2004, a lâché les sentences suivantes : «Comme les dinosaures, Donald Trump et les mâles blancs vont disparaître. […] Ce seront les femmes et les personnes de couleur (qui vont diriger le monde) et les hommes blancs vont connaître des temps difficiles».

Cela a le mérite d’être clair ! Nous pensons que Michael Moore voit juste.

Les médias, les intellectuels, les artistes… se mobilisent systématiquement contre les Mâles Blancs de 50 ans et plus qui ont du caractère, les Poutine, Trump, Orbán… comme ils l’ont fait en France contre Jean-Marie Le Pen, l’archétype – selon le ministère de la Pensée unique – de l’indécrottable raciste, xénophobe, antisémite, machiste, impulsif, bagarreur…

On constatera que même au Rassemblement National, les Mâles Blancs de plus de 50 ans sont mis au placard. En 2017, on trouvait à la tête du parti la Présidente Marine Le Pen, le vice-Président homosexuel revendiqué Florian Philippot, la jeune étoile montante Marion Maréchal, et le conjoint de Marine Le Pen, Louis Aliot, certes mâle, certes blanc, mais âgé alors de moins de 50 ans, dont la grand-mère paternelle était une juive d’Algérie.

On notera enfin que l’insoumis Jean-Luc Mélenchon est lui aussi livré à la curée médiatique. Trop blanc, trop vieux, trop instruit, trop grande gueule, le système tente de lui faire la peau… Et y parviendra.   

Si le Mâle Blanc de 50 ans et plus n’est pas encore une espèce en voie de disparition, il est aujourd’hui désigné comme celui qu’il faut évincer en priorité.

Comme nous le verrons un autre jour, un nombre croissant de films hollywoodiens contemporains lui réservent systématiquement les mauvais rôles quand les gentils sont interprétés par des hommes plus jeunes, des femmes et des gens de couleur. Le méchant blanc – le seul il est vrai à pouvoir incarner un nazi crédible ou un SS menaçant – fomente de sales coups déjoués par une joyeuse bande issue de la diversité. Ce scénario-type vu et revu en devient caricatural. Cela relève de la propagande ou de la mystification artistique. Exemple : En juillet 2019, nous apprenions que le célèbre matricule 007 allait dorénavant être attribué à une femme noire dans la série cinématographique des James Bond.  

Alors oui, les vieux hommes blancs doivent accorder une place aux autres, tous ceux qui ne sont ni âgés, ni mâles, ni blancs. C’est tout à fait légitime. On constate cependant que ces personnes, ces communautés montantes, s’imposent en ces temps de renouveau parce qu’elles s'organisent pour promouvoir et défendre leurs intérêts. On trouve pléthore d’associations, de collectifs de défense et de représentation des gays, des lesbiennes, des transexuel-le-s, des noirs, des Maliens de France, des Ivoiriens, des musulmans, des Algériens, des Marocains, des filles et fils d’immigrés, des juifs, des enfants de déportés, des rapatriés, des asiatiques, des féministes… et aussi des migrants, des sans-papiers… La France se communautarise à vitesse Grand V, chacun arguant de son discours victimaire pour défendre sa cause et légitimer ses revendications.

Nous sommes donc de ceux qui pensent que les Blancs doivent aussi se communautariser car il arrivera un jour où dans 30 ans, 50 ans, 60 ans, ils seront minoritaires. Et il n’est pas garanti que les nouveaux majoritaires leur en soient reconnaissants. Peut-être même pourraient-ils leur être hostiles. Mais n’écrivons pas une histoire que nous ne connaîtrons pas. Contentons-nous du présent.  

Aujourd'hui, les blancs les plus vulnérables, les plus fragilisés par les bouleversements socio-ethno-démographiques, sont bien les mâles de 50 ans et plus. Tel est le constat que nous tirons d’expertises et d’engagements divers et approfondis.

Nous allons donc tenter ces 12 prochains mois de fédérer ceux qui souhaitent œuvrer collectivement à la défense d'intérêts qu’ils perdent indéniablement au profit de réseaux communautaires mieux organisés et plus solidaires.

Nous ne nous opposons pas aux évolutions inéluctables de la société française mais nous ne voulons pas les subir et avoir à en souffrir. Beaucoup d’entre nous s’y résignent pourtant déjà. Il est donc temps de se mobiliser. Après tout, la France est un pays qui doit l’essentiel de son prestige, de son développement économique, de ses innovations industrielles et technologiques, de son histoire, de son remarquable patrimoine culturel et architectural aux blancs, et aux Mâles Blancs en particulier. C’est ainsi !

Si vous souhaitez rejoindre individuellement ou collectivement de CAMBO - Collectif d’Action des Mâles Blancs Organisés (sigle provisoire), venez en discuter (1).

Nous devons créer un mouvement à la hauteur des enjeux… considérables ».

(1) Ça se passe ici. Inscription rapide, gratuite et anonyme.


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 12 Novembre 2019 06:09 )  

Votre avis ?

Réforme des retraites : Qui va remporter le bras de fer engagé le 5 décembre ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de proj...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'a...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...