Actu Chômage

mardi
21 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Utiles et indispensables Le CUI-CAE ne doit pas servir à remplacer un salarié absent

Le CUI-CAE ne doit pas servir à remplacer un salarié absent

Envoyer Imprimer
Ce type de contrat est devenu une telle aubaine que des employeurs, et pas des moindres, l'utilisent en lieu et place d'un CDD classique ou d'une mission d'intérim.

Dans la fiche 1, en page 3 du Guide 2011 de l'employeur des contrats uniques d'insertion, à la rubrique "Définition des tâches confiées aux bénéficiaires" du CUI-CAE réservé aux employeurs du secteur non marchand, il est spécifié qu’«il doit s’agir d’une activité répondant à un besoin collectif non satisfait. (...) Elle ne doit pas conduire à remplacer du personnel existant (...) et le contrat ne peut viser à pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale permanente de l’organisme.»

Pourtant, la CAF du Limousin semble l'ignorer...

Julie, lectrice d'Actuchomage et bénéficiaire de l'ASS, a été reçue par la responsable RH et la responsable du service prestations de cet organisme bien connu, suite à une candidature spontanée. Il lui était proposé un poste à plein temps de téléconseillère 1er niveau, en CUI-CAE de 6 mois au Smic, avec une formation intensive de 15 jours à 150 kilomètres de son domicile (le poste en lui-même étant à 20 km) dont les conditions de prise en charge étaient très évasives.

Inquiète, Julie a demandé si ce contrat avait des chances d'être renouvelé. La DRH lui a répondu par la négative, car le CUI en question vise à remplacer… une personne en congé maternité !

Au final, la candidature de Julie n'a pas été retenue, la CAF ayant déniché un pigeon qui avait déjà travaillé en centre d'appel (c'est plus pratique).

Que les choses soient claires : le CUI n'est pas un contrat comme les autres. Subventionné à 80% par l'Etat, il vise, en contrepartie, à réinsérer dans l'emploi des publics en difficulté via un accompagnement personnalisé et des actions de formation obligatoires, à la charge de l'employeur.

En aucun cas il ne doit contenir des exigences professionnelles mirobolantes, semblables à celles que l'on trouve sur les offres d'emploi ordinaires, ni se substituer aux CDD classiques ou aux missions d'intérim (qui incluent, elles, le versement d'une prime de précarité).

SH
Mis à jour ( Samedi, 04 Février 2012 01:32 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...

Soutenir Actuchomage