Actu Chômage

dimanche
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Notre sélection de livres Et pourtant je me suis levée tôt

Et pourtant je me suis levée tôt

Envoyer Imprimer
Suffit-il vraiment de travailler plus pour gagner plus ? Après «Violences, féminin pluriel», la journaliste Elsa Fayner revient avec cette terrible «immersion dans le quotidien des travailleurs précaires», vécu par des millions de Français.

Elsa Fayner a allégé son CV pour se faire embaucher au Smic. Avec un seul objectif : se rendre compte par elle-même pour voir si, comme le prétendent certains politiques, les "tire aux flancs" rechignent à se lever tôt pour gagner plus. Pour mener son enquête, Elsa a mis le cap sur Lille. Elle a réussi à se faire recruter comme intérimaire dans un centre d’appels, serveuse dans une cafétéria chez Ikéa et enfin, comme femme de ménage dans un grand hôtel.

Son enquête met en évidence à quel point ceux qui aimeraient travailler plus se retrouvent coincés. «Prends les temps partiels ou les intérimaires, me dit Elsa. Leur emploi du temps est éclaté et changeant d’une semaine sur l’autre, ce qui rend difficile le cumul avec un autre travail. Ou alors les horaires sont concentrés sur quelques heures, en fonction des habitudes des clients, comme c’est le cas pour les agents de caisse, les femmes de chambre ou télévendeurs. Et que dire des intérimaires qui fonctionnent par "campagnes", pour vendre un produit. Quand l’une d’elle est terminée, le travailleur est remercié, quel que soit l’effort fourni. Donc, même en multipliant les efforts, il n’est pas possible de passer à un temps complet.»

Et pourtant, Elsa a pu constater à quel point ils en rêvent, de ce CDI à temps plein même payé au Smic. Mais est-ce vraiment la panacée ? «Ceux qui ont un CDI payé au Smic acceptent tout pour le conserver : des emplois du temps chargés, modifiés régulièrement et souvent individualisés, des heures supplémentaires parfois non rémunérées, de longs trajets, des conditions de travail pénibles. A l’hôtel, j’ai rencontré des employés qui travaillaient près de 10 heures par jour, toujours debout, courbés, poussant des chariots, portant des charges lourdes, piétinant, trottinant, courant, et finissant par travailler en mode automatique, sur des horaires atypiques (soir, samedi, dimanche, voire de nuit), ce qui leur laissait souvent peu de temps pour la vie sociale.»

Dans ces conditions, comment s’en sortir ? Parmi les personnes côtoyées, Elsa relève que «certaines souhaitent se reconvertir ou acquérir plus de qualifications dans leur domaine, mais elles ne trouvent pas de formations adéquates, et surtout se demandent comment se former tout en conservant des revenus…»

Bref, une belle enquête, pleine de témoignages parfois amusants, parfois tristes et désabusés, étoffée de chiffres sur la réalité du salariat.

(Source : Tout pour elles)

Elsa FAYNER, Et pourtant je me suis levée tôt (Une immersion dans le quotidien des Précaires) - Ed. Le Panama (2008) - 15 €

Le site de l'auteur
Mis à jour ( Dimanche, 26 Septembre 2010 20:03 )  

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...

Soutenir Actuchomage