Actu Chômage

dimanche
23 novembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Notre sélection de livres Eloge du miséreux : travailler moins pour vivre (et rire) plus

Eloge du miséreux : travailler moins pour vivre (et rire) plus

Envoyer Imprimer
Livre hilarant et enrichissant de Mabrouck Rachedi, jeune auteur brillant, l’«Eloge du miséreux» (De l'art de vivre avec rien du tout) est un essai remarquable.

Dans la droite ligne du manuel du chômeur décomplexé et de la philosophie générale de ce site, Mabrouck Rachedi décrit un miséreux (chômeur ou RMIste) qui profiterait pleinement de son seul luxe : le temps libre. Provoc ? Oui, l’auteur s’attaque à la sacro-sainte "valeur travail" portée au pinacle par nos dirigeants actuels. Avec un second degré et un humour décapants !

Mettant en scène un chômeur qui fait tout pour le rester, Rachedi campe des situations drôlatiques. L’Eloge du miséreux est au chômage ce que «Bonjour paresse» de Corinne Maier fut au travail : un poil à gratter pertinent. Et ce n’est pas un hasard si l’excellente Corinne Maier est directrice de collection de ce non moins excellent essai satirique.

Par exemple son "conseil" (je mets le mot entre guillemets car, invité chez Ruquier et à France Culture, Mabrouck Rachedi précisait bien que l’idée du livre lui était venu de sa frustration de chômeur et qu’il avait scénarisé les situations) à suivre devant un conseiller ANPE : «Il serait malvenu de venir trop bien habillé à un entretien ANPE. Ce serait inverser ostensiblement le rapport de force. Le but est d’être le fort dans l’habit du faible, pas d’être le faible dans l’habit du fort». Ou, dans la même veine, face à l’assistante sociale : «Avec l’assistante sociale, tout ce qui est vrai avec le conseiller ANPE est encore plus vrai. Habillez-vous encore plus mal car vous devez paraître plus pauvre. Soyez encore plus modeste car vous êtes dans une situation plus modeste. Paraissez avoir mille fois plus de projets car vous en avez mille fois moins». Les "conseils" se multiplient, tous plus amusants les uns que les autres, avec des fausses lettres de motivations, une création d’entreprise bidon et plein de scénettes savoureuses.

Un autre exemple, à un entretien d’embauche, le dialogue avec un recruteur :
« - Pourquoi avez-vous répondu à notre annonce ?
- Parce que je m’ennuyais/ parce que le conseiller ANPE me l’a ordonné/ parce que c’était à la page sport de mon journal préféré.
- Quelles sont vos prétentions de salaire ?
- Un million d’euros en petites coupures non marquées déposées sur un compte offshore aux Caïmans chaque mois.
- Quel est votre plus grand défaut ? Votre plus grande qualité ?
- Ma plus grande qualité : ma puissance de travail. Mon plus grand défaut : ma mythomanie…»

Mais derrière cet humour qui fait de L’Eloge du miséreux le livre le plus drôle de l’année 2007, il y a une vraie réflexion sur le travail. Pourquoi la société ne se mettrait-elle pas un peu plus au service de l’individu au lieu de l’inverse ? Rachedi parle du travailleur, «grand dépressif qui regarde avec envie un accidenté de la vie», le miséreux. Mon expérience personnelle me confirme ce propos lucide. Dans la France qui prône le «travailler plus pour gagner plus» et qui exalte «ceux qui se lèvent tôt», il existe parallèlement une vraie angoisse, un malaise dans toutes les catégories socioprofessionnelles. Qui n’a pas entendu parler de l’industrie en crise ? Des agriculteurs en colère ? Du malaise des cadres ? Des buralistes inquiets ? Des petits commerçants mécontents ? La question est : doit-on travailler pour travailler comme une abeille dans une ruche ou travailler pour s’épanouir. L’homme en tant qu’élément de la société ne serait-il pas en train de supplanter l’homme en tant qu’individu ? Et le travail, est-ce vraiment une valeur, une fin, ou bien un moyen ?

Mabrouck Rachedi, que la quatrième de couverture décrit comme un «jeune analyste financier multidiplômé, son brillant parcours l’a conduit à fréquenter l’ANPE et vivre avec le RMI», est l’anti-«Moi Thierry F. chômeur professionnel» par excellence : une œuvre intelligente et salutaire.

Anna

Mabrouck RACHEDI, Eloge du miséreux (De l'art de vivre avec rien du tout) - Ed. Michalon (2007) - 14 €
Mis à jour ( Dimanche, 26 Septembre 2010 20:00 )  

Votre avis ?

Les salariés de la SNCF auraient été augmentés de 4% par an ces 10 dernières années. Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...

Soutenir Actuchomage