Actu Chômage

dimanche
21 janvier
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Contrôle des chômeurs : Qui va à la chasse perd sa place

Contrôle des chômeurs : Qui va à la chasse perd sa place

Envoyer Imprimer

Les présidents se suivent et se ressemblent sur un point au moins : Chacun y va de ses mesures pour chasser et punir les chômeurs. Attention quand même, Sarkozy et Hollande y ont laissé leurs plumes.

altAprès Sarkozy et sa France qui se lève tôt (pour payer les allocations des feignasses qui paressent sous la couette), après Hollande et sa brigade de contrôleurs, Macron se met au diapason de ses prédécesseurs.

Le chômage baisse, la croissance frémit, alors qu'attendent les sans-emplois pour en retrouver un ? Plus d'excuses pour justifier leur apathie puisque 2017 se termine sur une décrue significative des demandeurs de catégorie A (après avoir atteint des sommets la même année, il ne faudrait pas l'oublier).

Comme tout va bien, comme tout ira mieux encore en 2018, tout le monde doit se mettre au boulot… qui nous tend les bras comme chacun sait. Les traîne-savates sont avertis : S'ils ne se bougent pas les fesses, ils vont se les faire botter !

Cela fait très exactement dix ans qu'ici, sur Actuchomage, nous commentons les déclarations des pères fouettards. Le problème est que depuis 10 ans le chômage ne fait qu'augmenter. À croire que plus on les menace de sanctions, plus les chômeurs sont nombreux à profiter de notre généreuse assurance-chômage.

Cette fois, c'est Macron qui s'y colle, auréolé d'une tendance à la baisse qui demande à être confirmée.

Sur les questions d'emploi et de chômage, la prudence devrait pourtant être de mise quand on règne à l'Élysée. Les promesses non suivies d'effet ont coûté sa réélection à Nicolas Sarkozy et sa candidature à François Hollande. La malédiction évoquée plus haut (contrôles renforcés s'accompagnant d'une augmentation du chômage) pourrait une nouvelle fois se manifester sous l'Ère Macron. Si la conjoncture semble porteuse en ces temps, méfions-nous des retournements spectaculaires.

Car qui va à la chasse aux chômeurs perd généralement sa place.

Nous nous abstiendrons donc de commenter les récentes annonces, tant nous le fîmes en pure perte par le passé, laissant ce soin à nos lectrices et lecteurs qui s'expriment sur nos forums. Ici notamment.

Et nous relayons ci-dessous les communiqués de deux mouvements de chômeurs : le MNCP et AC !

Mis à jour ( Jeudi, 04 Janvier 2018 17:06 )  

Commentaires 

 
+2 # Yves 2017-12-30 17:38 Communiqué du MNCP - Mouvement National des Chômeurs et Précaires.

Contrôle, radiations, sanctions : Pas de trêve des confiseurs pour les chômeurs !

Si pour ce gouvernement, les chômeurs sont souvent en vacances, force est de reconnaître que, quand il s’agit de taper sur les plus précaires, les ministres ne s’arrêtent jamais !

Nous avions déjà vu celui du Logement réduire les APL, celui de l’Économie tailler dans les emplois aidés, celui de l’Intérieur s’en prendre aux SDF sans-papier, voilà que le ministère du Travail décide, entre cadeaux de Noël et étrennes du Nouvel An de s’attaquer aux chômeurs.

Alors que la recherche d’un emploi est un parcours du combattant inimaginable, alors qu’il y a moins d’un emploi pour 10 chômeurs, voilà le gouvernement, si l’on en croit le toujours bien informé Canard Enchaîné, qui prépare une attaque en règle pour pousser ces personnes vers encore plus de précarité en augmentant les sanctions et les radiations pour insuffisance de recherche d’emploi.

Que nous annonce-t-on ?

- Division par deux des allocations pour deux mois en cas de défaut de recherche d’emploi ;

- Suppression temporaire ou définitive des allocations chômage en cas de récidive ;

- Obligation pour les chômeurs de rendre compte mensuellement de leur activité ;

Quel est le but du gouvernement ?

- Faire des chômeurs des coupables responsables de ne pas avoir d’emploi ?

- Transformer des chômeurs en pauvres et les exclure définitivement de la société ?

- Les pousser hors du service public de l’emploi pour faire baisser la courbe du chômage ?

- Mettre en œuvre la doctrine bornée et odieuse du MEDEF ?

Quelle que soit la réponse, elle est écœurante et scandaleuse !

Le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) exige que cette note soit dénoncée et que son contenu soit purement et simplement condamné par la ministre du Travail qui devrait garantir les droits des chômeurs, dont elle est après tout la ministre.

Ce dont les chômeurs ont besoin c’est d’accompagnemen t et d’emplois, pas de menaces ni de sanctions !

Le MNCP, une fois ces pistes aussi inutiles que honteuses abandonnées, demande que les chômeurs soient enfin associés aux discussions sur l’avenir de l’assurance-chômage, sujet dont ils sont les plus fins connaisseurs et qui les concerne plus que quiconque.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # Yves 2017-12-30 17:57 Contrôle des chômeurs : Les ploutocrates osent tout !

Plus de 6 millions de chômeurs, de fait, près de 20% de la population active sans emploi. Et près de 8 millions avec les RSA socle non inscrits à Pôle emploi. Seule une petite moitié indemnisée par l’Unédic avec des montants de plus en plus bas, pour des durées de plus en plus courtes, avant le basculement vers les minima sociaux, ASS ou RSA qui plafonnent aux alentours de 500 euros.

Ce n’est qu’un début !

Nombre d’études font valoir, incontestableme nt, qu’à l’horizon d’une décennie, près de 50% des emplois sont menacés pour cause de robotisation et automatisation. L’annonce des licenciements fait chaque jour l’actualité. Pour augmenter leurs profits les entrepreneurs ne cessent de comprimer la masse salariale. Les entreprises du CAC 40 distribuent à foison de copieux dividendes aux actionnaires et 1.000 milliards de bénéfices ont été faits en 2017 par les plus grandes fortunes.

Monsieur Macron, exécutant zélé des exigences du Medef, de concert avec M. Gattaz, entend instituer un contrôle fort strict et inquisitorial des demandeurs d’emplois.

À l’insécurité économique, les profiteurs pervers ajoutent l’insécurité existentielle, psychologique : il s’agirait d’imposer un compte-rendu mensuel, une rédaction circonstanciée des efforts déployés pour la recherche d’emploi dont la raréfaction est programmée, par le duo Macron/ Gattaz et quelques sbires thuriféraires rétribués de copieux
dividendes.

Cyniques, les ploutocrates ont le vent en poupe, l’attaque est frontale, la météo du Capital est au beau fixe…

De fait, le chômage ne signifie ni inactivité sociale, ni inutilité sociale, mais inutilité à la valorisation directe du Capital.

Le chômage utile au Capital est celui de l’armée de réserve (le chômage de masse), dont la fonction disciplinaire et chaque jour plus flagrante.

Un chômeur contrôlé, culpabilisé, maintenu dans le besoin, quasi affamé, voilà le bon chômeur du Capital.

L’avenir prévisible (malheureusemen t) : les petits boulots de la domesticité, les salaires misérables, les horaires aléatoires… 

Les quémandeurs paupérisés ne peuvent faire la fine bouche devant un nouveau servage ubérisé.

Il y a plus de 20 ans déjà, AC ! préconisait la réduction du temps de travail (32 heures hebdo) et la garantie d’un revenu personnel décent avec ou sans emploi à hauteur du Smic. L’histoire sociale ne nous a pas encore donné raison. Il est temps de se ressaisir !

Nous appelons tous les chômeurs et salariés solidaires à refuser avec vigueur la politique inquisitoriale et les sanctions antisociales directement inspirées par le Medef et son président fondé de pouvoir.

Paris le 29 decembre 2017

Porte Parole d'AC ! France - Agir ensemble contre le Chômage -
Joëlle Moreau, Serge Havet, Alain Coudert
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2018-01-05 19:10 Le Contrôle des Chômeurs en débat sur Europe 1 (lien de téléchargement en bas de commentaire).

Ce débat animé par Taddeï - où intervient un de nos Amis du MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires) - confirme que le contrôle des chômeurs ne sert à rien, que les outils (de contrôle) existent déjà (depuis 2008 - ça fait 10 ans !!!) mais ne sont pas (ou peu) appliqués faute de personnes dédiées à leur efficience.

On apprend aussi (entre autres) que les sanctions lourdes - les vraies en définitive - doivent être validées par les préfets mais qu'il n'y a pas de personnel attitré à cette activité en préfectures.

Bref, du grand-n'importe-quoi à la française. Dans ce cas, c'est tant mieux ! ;-)

Europe 1 Social Club, le débat - Le contrôle des chômeurs - 04/01/18
Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Macron s'apprête à renforcer le contrôle des chômeurs. Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...