Actu Chômage

vendredi
18 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Travail des jeunes à 4 euros l'heure : Est-ce légal ?

Travail des jeunes à 4 euros l'heure : Est-ce légal ?

Envoyer Imprimer

Une lectrice d'Actuchomage nous adresse ce mail et nous interpelle : Est-ce légal de faire travailler des jeunes à 4 euros l'heure ? Si quelqu'un a la réponse…

altBonjour. Il y a beaucoup de chômage dans ma région et je viens de lire cet article (voir plus bas) qui me choque beaucoup et me rend triste.

Je recherche entre autres un emploi dans une médiathèque. Les gens font souvent des études supérieures pour travailler dans ce cadre.

 

Je suis donc choquée qu'ils fassent travailler des jeunes 4 € l'heure dans une médiathèque pour un vrai travail ! En effet, ce n'est pas un petit boulot que proposerait un père à son fils, comme nettoyer sa voiture par exemple.

Est-ce légal ? Je tombe des nues que les médias présentent ça comme une chose positive. Si on embauche des jeunes à 4 € pour faire un VRAI TRAVAIL et pas un petit boulot, je suis vraiment inquiète.

Pour moi, c'est un abus et je ne sais pas à qui le signaler.

Cordialement

Voici l'article paru le 6 juin 2016 sur le site Lepaysmalouin.fr

Un bon plan pour se faire de l'argent de poche

Cette année, la mairie de Pleurtuit renouvelle son opération «Argent de poche contre petits boulots».

«La mairie nous a appelés lundi pour nous dire qu’un poste s’était libéré» !

Corentin, souriant, nous explique qu’il était sur liste d’attente. Sa candidature est arrivée en 25e place, pour 24 postes offerts.

«C’est ma mère qui m’a parlé de cette opération. Je me suis dit que cela serait intéressant de connaître une première expérience de travail, même si ce n’est pas grand-chose. Avec l’argent, je vais partir à Naples avec des copains pendant les vacances».

Corentin travaillera du 12 au 16 juillet à la médiathèque tous les matins de 9h à 12h30. Pour sa semaine de travail, il gagnera 15 euros par demi-journée. Le maximum pour chaque jeune était de 5 demi-journées de travail et donc une rémunération de 75 euros.

En dehors des heures d’ouverture de la médiathèque Corentin devra ranger, trier, dépoussiérer parmi d’autres tâches.

Source : lepaysmalouin.fr


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 19 Juillet 2016 16:58 )  

Commentaires 

 
+1 # Etudianttt 2016-06-09 09:56 Mais il y a PIRE. Les stages étudiants de moins de deux mois, qui ne sont pas du tout rémunérés. Et pour zéro euro de l'heure, on demande des compétences, une expérience du métier, le tout pour remplacer en toute illégalité des salariés'… Le nombre de demandes explose à l'approche de l'été.

Ces stages sont obligatoires notamment pour les élèves ingénieurs, les grandes écoles de commerce etc.

Cela donne des situations aberrantes, ou par exemple un étudiant était salarié à temps partiel dans un fast'food … Alors qu'il doit faire un stage dit ouvrier où il bossera un mois à la chaîne sans toucher un seul centime dans le cadre de ses études.

Autrefois generation précaire s'occupait de ces abus.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CosetteA 2016-06-09 12:22 Le SMIC est fixé à 9.67 euros brut de l'heure. Pour les jeunes de 17 à moins de 18 ans, le smic est de 90 % soit 8.70 et pour es jeunes de moins de 17 ans le smic est de 80 % soit 7.74 euros, mais si le jeune de moins de 18 ans a déjà cumulé 6 mois d'expérience le smic est de 9.67
Il faut déduire 22 % de cotisations salariales, soit un net horaire de 7,50 euros.
www.net-iris.fr/indices-taux/paye/1-salaire-minimum-smic-horaire-smic-mensuel

Stage : gratification obligatoire au delà de 2 mois, soit 3.60 euros de l'heure. Pas de cotisations sociales, c'est donc net pour le stagiaire
www.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail-article.aspx?secteur=PME&id_art=7217&titre=Gratification+de+stage+2016+%3A+montant+de+la+gratification+exon%C3%A9r%C3%A9e
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CosetteA 2016-06-09 12:23 En conclusion, je peux dire que cette mairie est généreuse, parce qu'elle pourrait ne rien leur verser, étant donné que le stage dure moins de 2 mois.
Avant on pouvait travailler l'été et gagner un salaire pour se payer le permis de conduire. Mais aujourd'hui c'est pour se payer des chaussures.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2016-06-09 12:51 Il ne s'agit pas de "stages" mais de "petits boulots". La mairie ne peut pas ne pas rémunérer cette activité. Aucun jeune n'aurait fait acte de candidature.

La question posée est donc intéressante. Elle en appelle d'autres : Sous quel statut sont "embauchés" ces jeunes ? Quel est le dessein de cette opération : Vrai coup de pouce ou clientélisme déguisé ?

Dans une petite commune, distribuer un peu de sous ne peut que motiver la sympathie (le vote ?) de leurs parents en faveur du maire. D'autant que ces jeunes seront eux-mêmes majeurs dans quelques années.

Si je fais le calcul : 24 jeunes + 48 parents (pour faire simple) = 72 personnes concernées.

L'opération existait en 2015, donc on double = 144… électeurs potentiels. ;-)
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # lisa du nord 2016-06-09 13:22 Cosette, vous avez mal compris, il ne s'agit pas d'un stage, le jeune homme sur la photo (article du pays malouin, cliquez sur le lien) montre son contrat. Il ne s'agit pas d'un stage. S'il s'agissait d'un stage, il aurait une convention de stage, et non pas un contrat. Je ne comprends pas comment un maire PS de sucroît sauf erreur de ma part peut faire travailler des jeunes pour 4€ l'heure. Je suis en colère quand je lis cet article, qu'est-ce que c'est que cette histoire d'argent de poche, même quand je demande à mon enfant de m'aider, je lui donne plus que 4€ l'heure. Les employeurs vont faire du paternalisme maintenant ? C'est vraiment de l'exploitation des jeunes et la mort du smic, et ça va créer encore plus de chômage pour les gens qui travaillent dans l'information comme le dit l'article. Votre photo de l'article avec le jeune qui sert de brouette est bien trouvée pour illustrer une exploitation pareille ! Que font les syndicats ? J'espère qu'ils vont réagir et interdire cela ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+3 # lisa du nord 2016-06-09 13:56 Moi ce qui me dérange, c'est ce que ce ne sont pas des petits boulots. L'article le précise, il y a des gens qui font des études pour archiver dans une médiathèque, j'en connais qui ont un bac +5 pour ranger les livres, il s'agit d'un travail et pas de petits boulots. C'est une provocation, car c'est très méprisant pour les gens qui travaillent dans ces secteurs, ça veut dire qu'ils font des "petits boulots", quel mépris incroyable !!! . Et même si c'était pour faire du ménage, c'est méprisant pour les gens qui font du ménage qui font un vrai travail et pas un petit boulot.Moi, je ne voterais pas pour un maire qui est prêt à "exploiter" mon enfant 4€ pour faire un vrai travail ! C'est quoi cette exploitation des jeunes sous forme de paternalisme? . Ils jouent sur les mots dans l'article, on comprend qu'il s'agit d'un vrai travail et pas de petits boulots, le jeune doit s'engager, il a un contrat, il faut arrêter de prendre les gens pour "bips". C'est la mort du SMIC. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # CosetteA 2016-06-09 14:12 ok j'ai cliqué sur le lien et je vois qu'il ne s'agit pas d'un contrat de travail, ni d'une convention de stage. C'est un nouveau contrat inventé par cette mairie. Je ne vois pas de mal à cela.
Si j'étais parent d'un jeune, je l'aurai aussi pousser à y aller. Quand j'étais jeune, j'aidais à la maison et je n'étais pas rémunérée. Mes parents n'avaient pas d'argent et je trouvais normal d'aider aux taches ménagères.

Il a moins de 18 ans et c'est une courte période ; ça serait différent si c'était pour travailler 2 mois à ce tarif.

Il y a pire : le bénévolat et là rien à gratter.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CosetteA 2016-06-09 14:25 C'est un moyen pour la mairie d'avoir de la main-d'oeuvre à pas cher pour la période des congés d'été. Si la mairie en arrive là, c'est qu'elle manque de budget. Tous les maires se plaignent de la baisse de dotation.
Ce qui est inquiétant, c'est que si avant elle embauchait des CDD payés au SMIC, pour assurer les remplacements d'été, et qu'elle les a remplacé pour ce type de contrat, cela est une concurrence déloyale vis à vis des jeunes majeures qui se voient fermer la porte.
On vit dans un système concurrentiel qui vise le moins disant et qui nous envoie tout droit vers la misère. En tant que demandeur d'emploi, je suis concurrencée par des stagiaires qui sont soit non payés ou payés avec une gratification à 3.60 euros de l'heure et cela est possible dans le secteur privé.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # lisa du nord 2016-06-09 14:36 Ah formidable cosette, je vous souhaite un jour d'être remplacé dans votre emploi par un jeune qui sera payé 4€ l'heure pour faire votre travail. Et là vous vous dites sûrement que vous êtes irremplaçable et indispensable comme tous les gens qui se croient intouchables et sont pour l'exploitation de tout le monde sauf d'eux ! mais sachez que les cimentières sont plein de gens qui se croyaient indispensables et irremplaçables. Il s'agit d'un vrai travail et pas de petits boulots. Comme je le disais il y a des gens qui font des études pour ranger les livres dans les médiathèques, car c'est demandé dans les annonces et pour passer des concours. Vous oubliez que les employeurs ne sont pas vos parents, vous prenez votre employeur pour votre père ! Si on permet ce 4€ sur une petite période, ce sera possible sur une longue période un jour, il ne faut pas rêver. Evidemment, si vous êtes pour l'exploitation et la mort du smic (ces jeunes devraient être payés au smic en fonction de leur âge). Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CosetteA 2016-06-09 16:29 Je vois lisa que vous ne lisez pas bien mes propos. Ne me prenez pas pour une nantie. Vous êtes peut-être mieux lotie que moi. Je suis demandeur d'emploi de très longue durée (3 ans et demie) et je n'ai pas l'espoir de retrouver un emploi. Je dois vivre avec l'ASS.
Je ne suis pas pour l'exploitation humaine, mais ce n'est pas la mort pour un jeune de travailler une semaine pour 75 euros. Ceux qui travaillent deux mois gratuitement, oui cela me choque ou à 3.60 euros de l'heure pour les stages de longue durée (6 mois).
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
-1 # Etudianttt 2016-06-09 14:43 4 euros de l'heure cela vous choque.

Par contre des étudiants qui SONT OBLIGÉS de faire un stage, qui remplacent des salariés en et pour pas un seul centime, cela ne vous choque pas ? ! Et en plus ils sont OBLIGÉS.

Finalement je vais être comme vous. Égoïste.

Donc ces jeunes qui bossent pour 4 euros de l'heure, j'en ai rien à faire.

CHACUN SON PROBLÈME.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # lisa du nord 2016-06-09 14:55 Ah non, mais là, vous m'attribuez des propos que je ne pense pas, je suis très inquiète par le monde du travail en général, stagiaires non rémunérés… J'ai plusieurs amis qui recherchent dans la communication (bac+5 en communication) et qui ne trouvent pas à cause des stagiaires de 6 mois renouvelés très régulièrement et qui remplacent des vrais salariés. Donc oui, je suis touchée par tout le monde, mais je ne peux pas dire tout ce qui me touche, ce serait trop long et surtout, je réagissais à cet article du pays malouin. Je ne suis pas égoïste, tout ça me touche beaucoup ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # Yves 2016-06-09 16:07 Personne n'a dit ici que les stages non rémunérés étaient légitimes.

On parle de "contrat", de "boulot d'été" pas de stage !

Globalement, sous prétexte d'insertion ou de formation professionnelle , on a aujourd'hui fâcheuse tendance à faire travailler des jeunes gratos ou au rabais.

De mon temps, l'insertion passait directement par un contrat de travail (généralement en CDI) avec un salaire acceptable à la clé. Vous deviez faire vos preuves pendant la période d'essai (soit manifester votre motivation à apprendre le métier, soit démontrer vos compétences) et hop ! le tour était joué.

Aujourd'hui, c'est stage + stage + stage + chômage + CDD + chômage + stage + stage + CDD + chômage… et on arrive à 30 ans sans vrai emploi.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # CosetteA 2016-06-09 16:36 A mon avis ce type de contrat d'été ne doit pas être vu comme une formation professionnelle ou une insertion. Certains parents n'ont pas les moyens de donner de l'argent de poche à leurs enfants. C'est un moyen comme un autre. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+3 # lisa du nord 2016-06-09 14:48 Les gens aiment tous prendre l'Allemagne en exemple, à ce rythme on va arriver à l'emploi à 1€ l'heure comme en Allemagne et à un tel tarif, je comprends que les allemandes ne fassent pas d'enfants. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Etud 2016-06-09 17:08 @yves excuse moi mais quand tu lis : stage remplacement d'un congé Maternité
Ou bien

Stage. Vous êtes chargé de recruter d'autres stagiaires…

on n'est PAS dans le cadre de la formation mais de celui de l'exploitation.

Et les facs et autres écoles sont coupables quand elles acceptent des étudiants fantômes pour avoir ´droit' a une convention d'esclave, pardon de stage.

Elles sont aussi coupables quand elles REFUSENT de blacklister des boîtes pourries.

Elles sont aussi coupables quand elles mentent dans les classements de la presse complice qui publie des statistiques bidons sur les salaires de sortie, pour appâter des parents prêts à tous les sacrifices pour que leurs gosses évitent le chômage.

Gagner 4 euros pour un petit boulot c'est en dessous du smic. Gagner zéro, fournir SA voiture, voire avancer des frais de déplacement pour des boîtes pourries, c'est du vécu et c'est pire.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Yves 2016-06-09 17:43 Personne ne le conteste. Nous connaissons parfaitement le sujet depuis 2004, ayant soutenu les mobilisations de Génération Précaire qui fut l'un des premiers collectifs (peut-être même le premier) à dénoncer l'exploitation des stagiaires. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # serabeth 2016-06-09 18:55 Je me demande s'il faut vraiment monter sur ses grands chevaux pour ça.
Il ne s'agit pas d' emplois pour des jeunes chômeurs qui n'ont que ça pour vivre, il s'agit de boulots d'été qui visent davantage à occuper les jeunes et à leur donner un premier contact pas trop violent avec le monde du travail.
C'est destiné à des jeunes de moins de 18 ans, scolarisés, qui vivent chez leurs parents. C'est pour une semaine maximum et on n'oblige personne.
Rien à voir avec le chômage des jeunes, l'exploitation des chômeurs, les stages à répétition des étudiants.

Un de mes enfants a fait comme ça à 16 ans15 jours à la mairie en été ; ce n'était pas payé cher non plus. Et si personne n'avait pris ce petit boulot, eh bien personne ne l'aurait fait car c'était un travail inutile. La mairie aurait économisé ses sous et voilà tout.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+3 # Yves 2016-06-09 19:42 Il n'y a pas "mort d'homme (ou de femme)", c'est vrai mais on peut comprendre l'exaspération.

Imaginez que vous postuliez à la Médiathèque de votre commune et qu'on vous répond qu'il n'y a pas de poste disponible, pas même un petit CDD pendant les congés payés des salariés de la Médiathèque.

Imaginez que vous appreniez que 24 jeunes seront finalement "embauchés" pendant l'été… pour se faire de l'argent de poche… et ainsi partir à Naples en vacances (avec des copains), comme envisage de le faire le jeune homme interviewé. Forcément, ça peut agacer la chômeuse qui galère depuis des mois, voire des années.

Comme déjà évoqué ici à de nombreuses reprises, on parle beaucoup du chômage des jeunes (qui a légèrement baissé en France en 2015) alors que celui des + de 50 ans a augmenté de 8% l'année dernière.

Les travailleurs dits expérimentés (ou seniors) sont les principales victimes de l'augmentation du chômage.

Il ne s'agit pas d'alimenter un "conflit de générations". Disons que tous ces petits boulots, tous ces stages, ces contrats en alternance mis bout à bout ne facilitent pas la réinsertion professionnelle des privés d'emploi, qu'ils soient âgés… ou JEUNES.

Les employeurs (publics et privés) profitent d'une main d'œuvre bon marché. C'est cette dérive qui est dénoncée !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # lisa du nord 2016-06-10 21:29 Il y a les jeunes, les seniors touchés par le chômage et les "entre les deux" où là aussi il faut rentrer dans les cases, mon fils a 30 ans, il accepte de faire des missions intérim très différentes, du coup, il connait plusieurs métiers, on lui reproche quoi ? "Vous êtes instable monsieur" alors qu'il rêve d'un CDI car il faut en plus avoir été en CDI pendant toute sa carrière dans le même métier !!! Bref, les recruteurs sont à côté de la plaque car tout le monde parle de flexibilité mais les recruteurs n'en veulent pas de la flexibilité Bref, quand on est chômeur, on est un assisté pour tout le monde (même quand on ne touche rien car la moitié je crois des chômeurs ne touchent rien, là aussi il faut rentrer dans la bonne case !). Et quand on n'accepte ce qu'on nous propose pour bosser, on est un INSTABLE ! Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+2 # lisa du nord 2016-06-10 21:35 Et quand on fait 20 ans dans le même métier sans changer d'entreprise, là, on n'est pas recruté car on a pas fait assez de métiers différents, le recruteur dit qu'il doute de notre CAPACITE D'ADAPTATION vu qu'on n'a pas changé de métier (c'est le vécu de ma soeur). On est jamais dans la bonne case en france ! Pour répondre à serabeth, moi j'ai déjà été recruté en cdd dans une médiathèque pendant plusieurs mois donc comme le dit Yves, ce sont les cdd qui vont morfler. Et puis serabeth, si un jour vous même ou une personne de votre entourage est remplacé par un jeune à 4€ on en reparlera, je connais des gens qui se pensaient indispensables à leur entreprise qui sont au rsa aujourd'hui donc sachez que personne n'est irremplacable ! Et la roue tourne, c'est vrai, je connais des gens (dont une femme au foyer) qui traitaient les chômeurs de fainéants et d'assistés qui sont eux-mêmes au chômage aujourd'hui donc les gens devraient arrêter de parler aussi bêtement. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Etudianttttttttt 2016-06-09 19:30 Assez d'accord avec Serabeth. Dans le genre exploitation le cas de cette jeune, qui est en alternance dans une grande banque.

Sauf qu'elle est en alternance depuis… 6 ans , oui s-i-x a-n-s…

Et on vient de lui proposer… Un nouveau contrat d'alternance.

Et la source est en cdi dans cette banque, et à honte… Pour ladite banque.

Des exemples comme celui là j'en ai des dizaines. Mes amis aussi. A nous tous on peut ecrire un livre. Meme des livres. Le sujet n'est pas nouveau, Yves l'a souligné. Il suffit de voir qu'à côté des cdis et cdis les cabinets proposent… Des stages. On trouve aussi des cabinets tous neufs qui se spécialisent là dedans… que fait l'Etat?

Rien.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # CosetteA 2016-06-09 20:16 Les agences d'intérim utilisent aussi pour travailler chez eux des stagiaires (soit moins de 2 mois), soit longue durée (6 mois). A la fin du stage, ils recommencent et n'embauchent pas en CDI.

Chez O2, ils sont spécialistes des stagiaires
ici au siège www.o2recrute.fr/emploi/siege/offres-stage.shtml ainsi qu'en agences www.o2recrute.fr/emploi/agence/offres-stage.shtml
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
+1 # Studdd 2016-06-09 22:56 O2 est à vomir. Quand je vois leurs publicités laissées de partout, sans contreparti, hop, c'est poubelle direct… Hé hé moi aussi je sais trier l'information et les déchets Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Que vous inspire l'élection d'Emmanuel Macron ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...