Actu Chômage

mercredi
27 juillet
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil LES ACTUS Social, économie et politique Quelle étincelle mettra le feu à la poudrière ?

Quelle étincelle mettra le feu à la poudrière ?

Envoyer Imprimer

« La France est en guerre ! », claironnent en chœur les têtes pensantes de l’exécutif Valls et Hollande. Contre le terrorisme ? Contre Daech ? Au Mali, en Syrie, en Libye, en Centrafrique ? Ou contre elle-même ?

altOui la France est en guerre… sur tous les fronts. Les lointains, ceux qu’on ne voit pas, et sur les autres aussi, ces conflits politiques et sociaux qui se multiplient à l’intérieur de nos frontières.

La poudrière est pleine à craquer. Une seule étincelle pourrait provoquer une formidable déflagration. D’où viendra-t-elle ?

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une partie de la population ne manifeste de plus en plus violemment son exaspération : Salariés en colère chez Air France, chauffeurs de taxi et de VTC qui en viennent aux mains, paysans et éleveurs en détresse, magistrats et avocats exaspérés par les réformes judiciaires, policiers éreintés par l’état d’urgence… la liste des professions sous tension s’allonge.

Cette grogne qui se répand à tous les échelons de la société prend aussi des formes moins corporatistes, plus politiques et sociologiques, dont on mesure l’ampleur dans les taux d’abstention aux élections, dans la poussée du vote protestataire, la radicalisation d’une frange marginale mais bien réelle de la jeunesse, dans le ras-le-bol des habitants confrontés aux flux migratoires qu’ils jugent incontrôlés, comme à Calais… La liste des opposants, contestataires et réfractaires s’allonge.

Ce malaise grandissant ne s’exprime pas seulement sur les sites internet dissidents, autoproclamés «organes de ré-information», mais aussi dans les médias mainstream et les librairies.

Si les politiques aux responsabilités peinent à écouler leur dernier ouvrage, les Éric Zemmour, Michel Onfray, Alain Finkielkraut, Philippe de Villiers, Alain Soral… en vendent par centaines de milliers. Chacun à sa manière, chacun avec ses mots, son style, ses arguments et convictions, tous dressent le portrait d’une France qui va droit dans le mur.

Sur scène aussi s’exprime une défiance inédite. Fin 2013 début 2014, l’affaire Dieudonné révéla la face cachée d’une censure expéditive dont, avant lui, Stéphane Guillon, Didier Porte, Gérald Dahan… firent les frais, tous remerciés à la suite de chroniques qui déplurent au pouvoir en place.

D’autres journalistes et chroniqueurs, tels que Frédéric Taddeï et Éric Naulleau, furent sérieusement sermonnés pour s'être affichés aux côtés de personnalités controversées. Des émissions à contre-courant disparurent purement et simplement de l’antenne, comme «Là-bas si j’y suis» de Daniel Mermet (France Inter) qui agrégeait la fine fleur de la dissidence de Gauche.

Sur le Web, des dizaines de vidéos jugées «conspirationnistes» ou «complotistes» par leurs détracteurs drainent aujourd'hui des audiences supérieures à celles des rendez-vous politiques des chaînes d'info continue. Plus elles sont décriées, plus elles sont appréciées et multidiffusées…

Cette contestation protéiforme rencontre le succès partout où elle s'exprime. Sa diversité et son enracinement irréversible ébranlent les fondements d'un système politico-médiatique dépassé. Depuis une dizaine d'années, le pouvoir UMP/LR et PS vacille, ouvrant à la défiance contestataire d'autres champs de bataille.

Ce rapide état des lieux serait incomplet si nous n’évoquions les tragiques événements qui ensanglantèrent la France en 2015, conduisant le Président de la République à décréter l’état d’urgence qui s’est traduit ces dernières semaines par l’interdiction de manifestations et rassemblements susceptibles de troubler l’ordre public. Ce fut le cas pendant la COP 21 ou plus récemment à Calais.

Cette surabondance de tensions et de conflits s’inscrit dans un environnement économique morose, sur fond de chômage record. On constatera avec perplexité que les Chômeurs de ce pays, au nombre de 6,5 millions, sont ceux qu'on entend le moins, qu’on voit le moins, bien qu’ils n’aient jamais été aussi nombreux.

Pour autant, l’emploi reste la première préoccupation des Français devant la menace terroriste. Et pour cause ! Nous aurons l’impudence ne nous livrer à un décompte macabre : Aujourd’hui, le chômage tue beaucoup plus que les attaques djihadistes.

Sur les 12.000 suicides annuels et 200.000 tentatives, combien sont directement ou indirectement liés à la perte d’un emploi, à la cessation forcée d’une activité ou aux difficultés financières et psychologiques qui en découlent ? Combien de maladies létales ou lourdement handicapantes se développent chez celles et ceux frappés d’exclusion professionnelle qui, parfois, compensent leur mal-être par des addictions au tabac, à l’alcool, aux substances psychotropes et autres médicaments ? Combien de personnes en grande difficulté renoncent à se soigner ou retardent une visite chez le médecin ou à l’hôpital ? De ceux-là on ne parle pas !

Pourtant, l’éventualité de la perte d’un emploi ou la difficulté d’en décrocher un constituent le terreau des tensions et conflits que nous avons listés chez Air France, chez les chauffeurs de taxi et de VTC, chez les agriculteurs et éleveurs, dans les régions qui enregistrent de forts taux de chômage, dans cette défiance qui s’exprime de plus en plus ouvertement vis-à-vis de dirigeants impuissants à résoudre les problèmes, dans ce vote protestataire qui progresse à chaque scrutin, dans la radicalisation d’une jeunesse en perte de repères.

Le chômage est bien l’étincelle qui peut à tout moment embraser la poudrière. Jusqu’à maintenant son «traitement social» (allocations, minima…) a permis d’en limiter l’impact, mais qu’en sera-t-il demain ?

Le déficit cumulé de l’Unédic devrait atteindre 30 milliards d’euros fin 2016, incitant les partenaires sociaux à envisager une baisse du montant et/ou de la durée des indemnisations. Cette restriction à l’accès aux droits aurait pour conséquence de faire basculer des centaines de milliers de personnes sous le seuil de pauvreté tant que la création massive d’emplois n'est pas au rendez-vous. Et nous n’en prenons vraiment pas le chemin ! Des dizaines de milliers de licenciements et de non-remplacements de salariés retraités sont annoncés dans une multitude de secteurs : La Poste, les banques et assurances, l’industrie pétrolière, le nucléaire…

De leur côté, les départements qui financent en partie le RSA, l’allocation accordée aux plus démunis, réfléchissent à des mesures visant à les exonérer de ce devoir de solidarité nationale. Dernièrement, le Haut-Rhin a décidé de contraindre ses 20.000 RSastes à effectuer 7 heures de bénévolat par semaine. Cette mesure absurde, assurément anticonstitutionnelle, ne sera probablement jamais appliquée. Pour autant, ce galop d’essai illustre les difficultés de financement qui se profilent dans un contexte économique délétère. Si l’on poursuit dans cette voie, la France court vers une explosion sociale sans précédent depuis Mai 68.

L’année 2016 est déterminante comme le seront les prochaines négociations Unédic (qui s’ouvrent le 22 février). Elles pourraient bien provoquer l’étincelle…

Yves Barraud


Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mercredi, 10 Février 2016 22:21 )  

Commentaires 

 
-2 # Blériot le gaucho 2016-02-09 13:40 Après le soutien insidieux au FN, la légitimation du discours racistes des néo-réacs et même d'un nazi comme Alain S.

Quand je pense à ce que vous écriviez il y a quelques années, même si je n'étais pas d'accord avec tout, mais vous semblez de plus en plus amer et aigri. Même si cette amertume peut se comprendre au vue des nombreuses années de chômage que vous avez derrière vous, c'est vraiment triste.

Quand aux manifs de flic…
Les pauvres choux, ça doit être dur d'assigné à résidence des militants écologistes et de saccager des maisons de musulmans dénoncés par leurs voisins qui n'aiment pas leurs tronches.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2016-02-09 14:57 J'attendais avec impatience votre réaction. Malgré mes "déviances éditoriales" (imaginaires), vous me restez fidèle. C'est bien ! ;c)

En quoi je légitimise les discours racistes dans l'article ci-dessus ? En quoi je soutiens le FN (qui n'a pas besoin de moi pour progresser) ?

Classez-vous Taddeï, Naulleau, Guillon, Porte… au rang des néo-réacs ? Et où placez-vous les salariés d'Air France, les magistrats, les éleveurs… sur l'échiquier politique ?

Il vous a échappé un aspect fondamental à vous le "Gaucho". Cette contestation du pouvoir émane de tous les horizons. Des réacs certes, des souverainistes aussi, mais également de la Gauche convaincue, marginalisée par le système politico-médiatique mainstream. L'éviction de Daniel Mermet ("Là-bas si j'y suis") et de l'équipe du Monde Diplomatique (Serge Halimi, Alain Gresh…) en est une illustration.

Mes références embrassent un large spectre de la contestation. Vous constaterez qu'en Une d'Actuchomage on trouve actuellement :

• Un communiqué de presse émanant des associations de chômeurs et des syndicats de Pôle Emploi (à propos des prochaines négociations Unédic et de la fermeture des agences).

• Un communiqué d'ATD Quart Monde.

• Le contenu d'un tract co-signé par la CGT et Solidaires/SUD sur les dysfonctionneme nts de Pôle Emploi.

Tous des groupuscules d'extrême droite, assurément ! ;-)

Ce que nous écrivions il y a plusieurs années, comme vous dites, constitue toujours le creuset de notre engagement. Pour autant, il serait absurde de se voiler la face (surtout en cette période) en occultant par pure idéologie les bouleversements fondamentaux et les malaises de la société française.

Si 35 à 40% de nos lecteurs affirment qu'ils se sentent de plus en plus "proches" du FN alors qu'ils n'étaient que 15% il y a 10 ans, cela a un sens. Refuser de l'admettre relève d'un aveuglement suicidaire.

Ce n'est pas le contenu d'Actuchomage qui évolue mais bien la société. Croire un instant que nous pourrions l'orienter est une absurdité tant notre influence est dérisoire, négligeable, marginale.

Je ne soutiens en rien telle ou telle tendance, tel ou tel parti. Je me contente de souligner ici des transformations radicales qui n'échappent à personne (sauf à vous visiblement).

Je ne suis ni aigri ni amer, et ne me réjouis pas de la progression de l'abstention, du vote protestataire, de l'intégrisme religieux ou de l'érosion des idéaux de gauche… 

Pour autant, il est vrai aussi que j'analyse d'un œil critique les flux migratoires, la déréglementatio n et la mise en concurrence des travailleurs institutionnali sées par l'Europe… autant d'aspects (parmi d'autres) qui, de mon point de vue, alimentent les tensions et constituent le terreau des radicalisations .

Pour conclure, j'apprécie Daniel Mermet, Serge Halimi, Frédéric Lordon (que je continue à suivre sur le Web) autant que je m'intéresse aux analyses d'un Zemmour ou d'un de Villiers, ne vous en déplaise.

Vous devriez en faire autant pour comprendre la société dans laquelle vous vivez, car je vous sens bien plus aigri et amer que je ne le suis.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Blériot le gaucho 2016-02-09 15:54 "Si les politiques aux responsabilités peinent à écouler leur dernier ouvrage, les Éric Zemmour, Michel Onfray, Alain Finkielkraut, Philippe de Villiers, Alain Soral… en vendent par centaines de milliers. Chacun à sa manière, chacun avec ses mots, son style, ses arguments et convictions, tous dressent le portrait d’une France qui va droit dans le mur."

Dans un article qui dit que nous allons dans le mur vous dressez une liste de gens qui vont dans votre sens avec une absence de distance critique comme si le simple fait d'avoir du succès signifier qu'on a raison. Argumentaire que vous avez repris pour vous même (vous m'aviez expliqué que les articles anti immigration cartonné en nombre de vues).
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-1 # Yves 2016-02-09 16:21 Et qu'en pensent Mélenchon, le PCF, les frondeurs et toutes les tendances à la Gauche de la Gauche ? Que la situation est satisfaisante ? Que les orientations politiques, sociales et économiques de ces 10 dernières années vont dans le bon sens ?

Leurs analyses sont différentes, mais leur constat est le même : La France va dans le mur.

PS : Nous n'avons JAMAIS écrit d'articles "anti-immigration" mais des articles qui contestaient les "bienfaits" annoncés des flux migratoires actuels (organisés - comme les travailleurs détachés - ou clandestins). Nuance !
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-2 # Blériot le gaucho 2016-02-09 15:56 Un mot sur Eric Naulleau, quand on légitime Soral en faisant un livre de débat avec lui (surtout si c'est pour se faire bouffer en plus) et qu'on permet à Zemmour de débiter depuis des âneries sexistes et racistes je pense qu'on ne peut se dire de gauche, être le pierrot blanc d'un fasciste qui trouve le FN trop à gauche c'est être pire que lui. Cela dit je me demande si en faisant son portrait je ne fais pas un peu le votre.

Aujourd'hui nous avons la chance d'avoir une presse à la gauche de la gauche qui est très intéressante : CQFD, le monde diplo, alternatives économiques, regards, politis et même l'huma qui s'améliore. Tous ces titres font des propositions contre le chômage et vous ne les relayez pas car vous êtes déjà convaincu par l'argumentaire FN chômage = immigration.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Yves 2016-02-09 16:38 Personne ne conteste l'intérêt de la presse à la Gauche de la Gauche. J'y fais moi-même référence quand je parle du Monde Diplo, de Lordon, Halimi et consorts… Relisez-moi.

Et il ne tient qu'à vous de nous exposer (dans le cadre d'un article ou d'un dossier) leurs propositions contre le chômage. Ce serait bien plus utile que de commenter des articles que vous jugez orientés, donc probablement sans intérêt. Allez, lancez-vous et contactez-moi : contact@actucho mage.org

Concernant Naulleau & Soral : Je suis pour le débat d'idées. La Liberté d'Expression s'applique à tous. Il ne vous revient pas d'en fixer le cadre et les éventuelles restrictions. Que Soral, Fourest, Onfray, Sollers, Cohn Bendit… s'expriment librement ne me dérange pas. Au contraire. Vous ne partagez visiblement pas ce postulat.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-2 # Blériot le gaucho 2016-02-09 15:58 Vous vous croyez rebelle, mais vous suivez le sens du vent néo-réac actuel. Il est tout à fait juste de contester le pouvoir, mais le contenu de cette contestation est important. Personne ne vous demande d'orienter vos lecteurs, je vous demande d'être pertinent.

(Taddeï n'exprime presque jamais d'opinion, je me demande bien ce qu'il fout dans votre liste)

Et arrêtez de limiter le nombre de signes pour ces posts ça me force à découper mes messages en trois.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
-2 # Yves 2016-02-09 16:54 Vous n'avez rien à me demander car je ne vous dois rien. ;-)

Vous pouvez passer votre chemin si mes articles vous défrisent et, plus encore, vous abstenir de les commenter. Vous n'êtes pas "Blériot le Gaucho" mais "Blaireau le Maso". Je ne saisis pas pourquoi vous perdez votre temps sur Actuchomage. Faut croire que vous aimez ça !

Taddeï exprime son opinion, encore faut-il s'y intéresser. Il n'y a pas si longtemps, il pouvait inviter ceux que Patrick Cohen appelle les "cerveaux malades" : Soral, Ramadan, Dieudonné, Camus… aujourd'hui blacklistés des médias mainstream (selon Cohen lui-même).

Voir cette vidéo très instructive : www.youtube.com/watch?v=Qg0ysC-Mz-c

Je vous l'ai écrit plus haut : La Liberté d'Expression n'est pas négociable. Il ne revient pas à Monsieur Cohen (payé par la redevance audiovisuelle) d'en fixer les contours, pas plus qu'à vous d'ailleurs.

PS : Il vous suffit de vous enregistrer sur le site pour poster des commentaires plus longs… que vous pouvez signer de votre vrai nom pendant que vous y êtes. Forcément, l'anonymat est plus confortable, n'est-ce pas ?
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # tentation 2016-02-10 18:19 Très bon article Yves !

c'est une bonne synthèse de la situation je trouve, je vois pas trop de quoi se plaint le gaucho !
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
+5 # Yves 2016-02-10 22:23 Disons que "Blériot le Gaucho" a le droit de ne pas partager mes vues. Comme écrit plus haut, la Liberté d'Expression n'est pas négociable ici comme ailleurs.

Le problème est qu'il vient régulièrement me "chier dans les bottes" (l'expression n'est pas élégante mais colle à la réalité), m'accusant de faire le lit de l'extrême droite, me soupçonnant de faire porter le chapeau des difficultés que rencontrent Chômeurs et Précaires aux immigrés, ce qui n'est bien évidemment pas le cas.

J'estime cependant que, dans un pays comptant 6,5 millions d'inscrits à Pôle Emploi, des centaines de milliers de mal logés, des dizaines de milliers de SDF et de gens vivant dans des campements de fortune, le sort réservé aux immigrés CLANDESTINS récemment arrivés n'est pas une priorité. À mon sens, c'est ajouter des problèmes aux problèmes existants déjà très (TROP) nombreux : Chômage de masse, communautarisme , mal-logement, difficultés d'accès à la santé, tensions diverses… C'est une question de bon sens et de cohésion sociale.

Est-ce que cela fait de moi un "supporter du FN" ? Bien au contraire ! Pour éviter de voir un FN à 40, 45 ou 50%, il convient d'améliorer EN PRIORITÉ les conditions d'existence des personnes présentes depuis longtemps sur le territoire, qu'elles soient françaises ou issues de l'immigration régulière.

Cela ne fait pas de moi un "raciste" ou un "xénophobe". Je préfère que la France fournisse un emploi à un immigré d'origine africaine installé ici depuis 10 ou 20 ans, que de proposer du boulot à un travailleur détaché issu de la Communauté européenne (rémunéré aux conditions sociales de son pays d'origine. Ce qui revient à institutionnali ser le DUMPING et la mise en concurrence DÉLOYALE des travailleurs entre eux… au seul profit du patronat).

Préférence nationale ? Je l'assume à ma façon en empruntant et détournant une formule humoristique de Coluche : Qu'est-ce que c'est que ces Polonais qui viennent piquer le travail de nos Arabes ?

J'estime aussi qu'une partie de la Gauche délaisse depuis trop longtemps les intérêts des travailleurs français ("de souche" ou issus de l'immigration) au profit des derniers arrivés. Une erreur fatale ! Un véritable suicide politique et électoral qui se traduit dans les urnes par un FN à 30% (voire + dans certaines régions) et un FdG (et autres partis à la Gauche de la Gauche) entre 10 et 15% (voire moins).

Cet aveuglement revient à se tirer une balle dans le pied.

Cela ne relève pas d'une analyse partisane, mais d'un constat objectif étayé par 15 ans d'engagements militants en faveur des Chômeurs & Précaires.

Enfin, "Blériot le Gaucho" a tout le loisir de nous exposer les propositions de lutte contre le chômage défendues par les économistes, intellectuels, partis, médias… dont il partage l'opinion. Il ne tient qu'à lui de le faire. Actuchomage se fera un devoir de publier son article… qu'on attend depuis des mois, … des années.

Mais si c'est pour soutenir que + d'immigration se traduira par moins de chômage et de difficultés en France, je crains que peu de Chômeurs & Précaires, de toutes origines, y adhèrent.

Enfin, en qualité de Président de l'association qui édite Actuchomage depuis 2004, le seul site d'info 100% consacré au Chômage, je pense en tirer une "certaine légitimité".

Depuis 13 ans, ce site a reçu plus de 10 millions de visites. Plus de 2.000 articles y ont été publiés. Nous avons rencontré (et interviewé) des centaines d'anonymes et "d'experts". Nous travaillons main dans la main avec les principales organisations de Chômeurs & Précaires. Nos forums comptent 13.000 sujets débattus par des milliers de personnes (180.000 messages postés que j'ai quasiment tous lus !!!).

Pour finir sur une note ironique, je m'étonne d'ailleurs qu'un vrai spécialiste des questions de Chômage et de Précarité, ma "petite personne", n'aie jamais été approché par les instances chargées de ces questions… pas plus que par les partis de Gauche.

Je rappelle que depuis 2004, nous avons rencontré (et interviewé) une multitude d'intervenants (À NOTRE INITIATIVE !) :

De Pôle Emploi à l'Unédic, d'Olivier Besancenot à… Jean-Marie Le Pen (avant les élections de 2007), d'Arlette Laguillier à Nicolas Dupont-Aignan, de François Bayrou à Pierre Larrouturou (Collectif Roosevelt 2012), de Médecins du Monde (sur les questions d'accès à la santé) au médiateur de Pôle Emploi, de Jean-Luc Méchenchon (qui fut un temps ADHÉRENT à notre association) à Arnaud Montebourg, sans oublier nos multiples auditions par des missions parlementaires, nos entrevues avec le CESE (Conseil Économique, Social et Environnemental )… J'en oublie des dizaines.

Peut-on alors me (nous) taxer d'orientations partisanes en faveur de l'extrême droite ?

Pour info, nous rencontrons demain (11 février 2016) Robert Badinter et Maître Antoine Lyon-Caen sur la réforme du Code du Travail. Deux néo-réacs de plus ?

J'estime donc - sans modestie aucune - qu'Actuchomage est un des sites les mieux informés. Son pluralisme et sa pertinence ne peuvent être contestés même si, bien entendu, nous ne prétendons pas DÉTENIR LA VÉRITÉ.

Pour conclure : Nous sommes bien placés pour porter un regard objectif et sans concession sur les réalités du Chômage et de la Précarité en France, et sur leurs conséquences politiques et sociales.

Certaines et certains s'interrogeront de l'intérêt de ce long (et fastidieux) commentaire. Il me permet de remettre les choses à plat et les pendules à l'heure, de rappeler l'énorme travail mené ici par des milliers de Chômeurs & Précaires qui ont rédigé des articles, les ont commentés et enrichis, sont intervenus sur nos forums, ont participé à nos rassemblements… et nous sollicitent chaque jour par mails, par téléphone ou plus directement en face à face.

Merci à "Blériot le Gaucho" de m'en avoir donné l'occasion. Voilà bien le seul aspect constructif que je tire de ses interventions. ;c)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
0 # Sam.yR 2016-03-04 14:48 Excellent article et synthèse objective! Je partage votre analyse très aboutie. Merci Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

Mélenchon estime que "le travailleur détaché vole le pain de celui qui se trouve sur place" (discours du 5/07 devant le Parlement européen). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...