Actu Chômage

mardi
21 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Baisse du Chômage : les chiffres étaient faux !

Baisse du Chômage : les chiffres étaient faux !

Envoyer Imprimer
Comme le laissaient entendre nos Amis de Recours-Radiation.fr, les chiffres publiés dernièrement par le ministère du Travail sont faux.

Pôle Emploi vient de faire savoir que les chiffres du chômage pour le mois d'août sont faux.

"On peut estimer que l'impact à la baisse de ce dysfonctionnement sur le nombre d'inscrits en catégories ABC est compris dans une fourchette de 32.000 à 41.000, dont 21.000 à 28.000 en catégorie A.

Ainsi, en l'absence de ce dysfonctionnement, on peut estimer que le nombre de demandeurs d'emploi en catégories ABC aurait connu en août 2013 une diminution comprise entre 22.000 et 31.000
- CONTRE 63.000 ANNONCÉS LE 25 SEPTEMBRE (1). Pour la catégorie A, la diminution aurait été comprise entre 22.000 et 29.000 - CONTRE 50.000 ANNONCÉS (1)", explique le communiqué paru ce jour.

La faute en revient à SFR qui a rencontré une grave défaillance dans l'acheminement d'une partie des messages de relance (SMS et messages vocaux) aux demandeurs d'emploi lors de la campagne d'actualisation du mois d'août.

(1) Notes de la rédaction.

À lire dans les commentaires : le communiqué de Recours-Radiation.fr diffusé le lendemain de la publication des chiffres tronqués.

Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Jeudi, 24 Octobre 2013 20:45 )  

Commentaires 

 
0 # Yves 2013-09-30 22:35 Dès le 26 septembre, www.recours-radiation.fr évoquait un bug de grande ampleur. Un communiqué diffusé sur Actuchomage dans la foulée.

AVERTISSEMENT : Les statistiques publiées ce mois-ci peuvent être affectées par une hausse d’une ampleur inhabituelle des sorties enregistrées pour cessations d'inscription pour défaut d'actualisation en août 2013.

C'est ce que l'on peut lire dans un encadré du communiqué de presse rédigé conjointement par le ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation et du Dialogue social, la DARES et Pôle Emploi, le 25 septembre 2013.

Ce sont 38,8 % chômeurs de plus par rapport à juillet 2013 qui sont sortis des chiffres du chômage. Ces cessations d'inscription sont répertoriées dans la catégorie : défaut d'actualisation.

Tous admettent, avec prudence et délicatesse, que ce taux de sorties pour ce motif est "inhabituel".

Plus difficile d'admettre qu'il y a eu un bug, un dysfonctionnement. Et encore plus compliqué de prendre les décisions qui s'imposent quand il s'agit de réinscrire immédiatement et sans condition les demandeurs d'emploi qui seraient victimes de ces éjections, alors même qu'ils affirment s'être actualisés.

La plupart se voient d'ailleurs refuser une inscription rétroactive qui leur a été suggérée de demander.

L'Unedic, l'État et Pôle Emploi savent que les sorties pour défaut d'actualisation du mois d'août 2013 ne correspondent pas à la réalité.

Au delà des polémiques, il est nécessaire de rappeler qu'une cessation d'inscription entraine une suppression du revenu de remplacement du chômeur indemnisé.

Cette insécurité permanente pour les demandeurs d'emploi, cette perte de confiance générale et grandissante envers ce service public, comportent des risques pour la démocratie. C'est bien la raison pour laquelle nous nous garderons de hurler avec les loups quant à une manipulation préméditée de la gestion de la liste des demandeurs d'emploi destinée à faire baisser les chiffres du chômage.

En revanche, nous exigeons :

1) Que la bonne foi des demandeurs d'emploi soit prise en compte et que Pôle Emploi réinscrive, sans aucune condition, tous ceux qui affirment avoir effectué leur actualisation. Ce, bien évidemment, de manière rétroactive.

2) Que toute la lumière soit faite sur cette disparition de milliers de personnes de la liste des demandeurs d'emploi, que des explications soient apportées, des actions correctives mises en place pour que cela ne se reproduise plus.

Nous demandons aux pouvoirs publics de prendre la mesure de cet évènement qui ajoute une couche au ternissement de l'image de Pôle Emploi et qui est une situation à risque tant pour les demandeurs d'emploi que pour les conseillers, alors que ni les uns ni les autres ne sont responsables de cette hémorragie, pour le moment inexpliquée, de la liste des demandeurs d'emploi.

Recours Radiation - www.recours-radiation.fr
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # libé 2013-09-30 23:44 http://www.liberation.fr/monde/2013/09/30/les-chomeurs-britanniques-sommes-de-faire-des-travaux-d-interet-general_935791 Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Andrea_Nonyme 2013-10-09 05:52 Chouette, encore une fausse bonne idée …

Tout ceux qui bosseront contre leurs allocs piqueront le travail de ceux qui bossaient jusqu'a lors.

Au final, ca aggravera le chomage.

A tout les coups notre gouvernement de gauche lancera la mesure afin de favoriser la "réinsertion "et la droite suivera pour se donner la posture habituel qui consiste à taper sur les chomeurs …
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Paulina1 2013-10-01 11:54 Des personnes ne se sont pas actualisées parce qu'elles ont oublié de le faire et n'ont pas reçu de rappel en raison d'un dysfonctionneme nt. Peut on dire que c'est la faute de Pole Emploi ou SFR ? Non. C'est un devoir de la part des demandeurs d'emploi de s'actualiser. Ils ont deux semaines pour le faire. Il faut remettre les choses à leur place. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # zypos 2013-10-01 16:47 +1 . Les DE savent que Pôpol ne fais pas de cadeaux . Alors attendre la dernière minute ou un sms de relance pour s'actualiser : c'est de l'inconscience. De plus nous savons que seul l'actualisation permet le payement … Donc aucun intérêt d'attendre… Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-10-01 17:18 Sauf qu'un grand nombre de chômeurs ne sont pas indemnisés par Pôle Emploi.

Il est donc probable (certain) que la plupart des personnes ayant oublié de s'actualiser ne sont pas indemnisées.

Quand on n'attend pas de sous, forcément, on peut oublier. Surtout que sur une période donnée, on peut être accaparé par des activités prenantes : déménagement, s'occuper de parents âgés ou d'enfants en bas âge, être hospitalisé, être en dépression, même en vacances (au mois d'août surtout).

Comme je l'ai écrit ailleurs, ayant été moi-même non indemnisé pendant deux ans (pas même le RSA), j'ai oublié à deux reprises de m'actualiser. Enfin, j'étais persuadé de l'avoir fait.

Depuis que je suis au RSA, je n'oublie jamais de m'actualiser pour toucher ma pitance.

Je n'imagine pas une seconde qu'un chômeur qui perçoit 800, 1.000 ou 1.500 euros d'allocations oublie, lui, de s'actualiser (au risque de ne rien toucher).

Logique, non ?
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pqjvld 2013-10-09 19:23 C'est un devoir moral de la plus haute importance. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pat-du49 2013-10-01 13:39 pour faire simple, toutes radiations confondues
juillet : 303 500
aout : 362 500

chiffre aout toutes catégories confondues ABCD et E : moins 64 500 chômeurs.

362 500 - 303 500 = 59 000 radiés de + qu'en juillet.

si on avait eu les mêmes radiés en chiffre, qu'en juillet, on aurait donc un résultat de : 64 500 - 59 000 = 5 500 chômeurs en moins pour Aout.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Bob34 2013-10-01 17:10 d'accord avec Paulina et Zypos, faut quand même pas trop pousser. L'actualisation fait partie du dispositif d'assurance chômage, laisse le temps (2 semaines), est facilement rattrapable en cas d'oubli donc à chacun d'être responsable. Sur ce coup, c'est puéril de taper sur PE. Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # Yves 2013-10-01 17:49 Lire mon commentaire plus haut. Auquel j'ajoute :

• Quoi qu'il en soit, les chiffres du mois d'août sont FAUX ! Et pas qu'un peu.

• Aujourd'hui, Pôle Emploi ne sait même pas combien - très précisément - il y a de chômeurs dans les catégories ABC.

• Aujourd'hui (encore), c'est SFR qui porte la responsabilité du dysfonctionneme nt. Mais qui dit que ça n'a pas aussi disjoncté chez Pôle Emploi ?

On ne le saura jamais. Pourtant, depuis sa création, le site de PE est abonné aux bugs qui, pour certains, l'ont paralysé plusieurs jours.

Sans tirer sur Pôle Emploi, toute cette histoire n'est pas très claire et démontre - si nécessaire - qu'une petite manipulation permet de faire baisser de 60.000 le nombre des demandeurs d'emploi.

C'est miraculeux l'informatique !
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # zypos 2013-10-02 12:48 @Yves : je te rejoint sur le fait que ceux qui ont ( mystérieusement )
oublié de s'actualiser , ne touche plus d'allocation…Mais il me semble bizarre que l'on impute la cause à un défaut de relance . Cela accrédite la thèse que les DE ont besoins d'être rappeler à leur devoir ! Pour moi il y à certainement une autre raison , moins avouable , mais on ne connaîtra jamais la cause réel de cette amnésie collective des DE au mois d'août.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # fouine 2013-10-04 15:48 actu=paiement alors faut pas déconner, c'est la chose la plus vitale et importante à faire…

celui qui attend le rappel doit pas avoir besoin de sous!!!

la faute numéro 1 est donc aux demandeurs!!

par contre le ministre qui s'enflamme sur des chiffres avant de vérifier… pas bien!!
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # pqjvld 2013-10-09 19:35 "Actu=paiement" et absence d'actualisation = radiation. Pôle emploi est un gros robot. Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...