Actu Chômage

vendredi
25 mai
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Mobilisations, luttes et solidarités Non, Pôle Emploi n’a pas perdu toute humanité

Non, Pôle Emploi n’a pas perdu toute humanité

Envoyer Imprimer
Un conseiller rappelle que les responsables de cette inhumanité sont le patronat et quelques syndicats jaunes, les gouvernements qui se succèdent, puis une direction qui applique leurs directives.

[...] Aucun salarié ni agent de Pôle Emploi, pas même son directeur général, ne participe à l’élaboration de la convention d’assurance chômage. Les règles selon lesquelles sont indemnisés, ou pas, les privés d’emploi sont décidées par les partenaires sociaux (en général le patronat avec une partie des syndicats) et agréées par l’État.

Les agents et salariés de Pôle Emploi n’ont aucune “marge de manœuvre” sur le calcul de l’indemnisation. Et c’est sans doute préférable : c’est la garantie que les règles s’appliquent de façon égale à tous. Cette absence de marge ne date pas d’aujourd’hui : elle a toujours existé. Elle date du temps des Assedic, soit avant 2008.

Là où les collègues chargés de l’indemnisation mettent de l’humain dans leur métier, c’est dans la relation aux personnes qu’ils renseignent, c’est dans le temps passé à expliquer des règles qu’ils n’ont pas écrites et qui leur paraissent parfois injustes. Quant aux agents et salariés de Pôle Emploi chargés d’accompagner ou de suivre les travailleurs précaires ou privés d’emploi dans leur recherche d’un emploi stable, je peux vous garantir que leur humanité ne fait pas défaut.

J’affirme que cette humanité, la capacité des conseillers à résister collectivement aux injonctions politiques et patronales, à prendre en compte individuellement les personnes, est un formidable amortisseur à ce qui a été mis en place depuis des années par les milieux politico-patronaux pour faire semblant de lutter contre le chômage alors qu’en réalité ils luttent contre les chômeurs.

Vous avez sans doute entendu parler du PARE (2001), du SMP (2006), de l’ORE (2008). À chaque fois, les conseillers ont accommodé les directives (là, il y a jusqu’à présent de la marge de manœuvre) pour les humaniser. Sauf pour l’ORE, qui n’est pas humanisable mais qu’ils sont arrivés à reconnaître inapplicable.

Vous avez sans doute entendu parler des centaines de milliers de radiations chaque année. Savez-vous que les radiations pour absence à convocation sont déclenchées par le système informatique, et non par les conseillers ? Le pouvoir politique et les milieux patronaux ne font pas confiance aux conseillers pour radier les privés d’emploi. Et ils ont raison : ils le font très peu de leur propre initiative.

Nous, les conseillers, assistons depuis des années à l’explosion du travail précaire. Nous constatons qu’une proportion de plus en plus grande de personnes inscrites à Pôle Emploi travaillent, prennent tout ce qu’ils trouvent et que malgré les sacrifices consentis, ils n’arrivent pas à sortir de la précarité. Nous voyons en permanence des personnes obligées de recommencer à zéro, d’accepter à 40 ou 50 ans des postes au Smic, à temps partiel, pour des durées de plus en plus courtes. L’inhumanité, nous la constatons tous les jours. Et nous n’avons pas envie d’en rajouter.

Qui a décidé que les employeurs ne seraient jamais poursuivis pour abus de CDD ? Qui a décidé que le recours à l’intérim pouvait atteindre les proportions qu’il atteint actuellement ? Qui a renoncé à faire appliquer la loi selon laquelle les postes permanents doivent être pourvus par des CDI ?

Dans toutes ces décisions et ces renoncements, il y a de l’inhumanité. Ce sont des décisions gouvernementales, souvent prises sur demande patronale.

La dernière en date, prise du temps de l’ancienne majorité mais mise en place par la nouvelle comme si rien n’avait changé, consiste à tenter d’en finir avec l’humanité des conseillers en les obligeant à devenir des “compteurs de CDD de plus de 6 mois” parmi les privés d’emploi qui leur sont affectés. Si ce “pilotage par les résultats” se met en place, Pôle Emploi deviendra pour de bon l’instrument coercitif que le patronat voudrait qu’il soit. À moins que des opérateurs privés de placement, en concurrence entre eux, ne prennent la place, ce qui ne sera pas un progrès pour les travailleurs précaires ou privés d’emploi. [...]

(Source : Peiheu2015)



Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Mardi, 26 Février 2013 23:11 )  

Votre avis ?

Macron s'apprête à renforcer le contrôle des chômeurs. Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...