Actu Chômage

mardi
21 août
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil Social, économie et politique Nouvelle allocation équivalent retraite : une «ATS bis» ?

Nouvelle allocation équivalent retraite : une «ATS bis» ?

Envoyer Imprimer
Le futur dispositif de remplacement de l'AER, annoncé par le premier ministre le 24 janvier, ressemble à s'y méprendre à celui de l'ATS, mis en place par le gouvernement précédent...

Avec l'UMP, qui roulait ouvertement pour les riches et taillait franchement dans les droits des plus pauvres qu'elle accusait de tous les maux, on savait à quoi s'en tenir. Avec le PS, la méthode est captieuse : ce soi-disant parti "de gauche" nous fait croire qu'il s'occupe enfin des laissés-pour-compte de la crise en leur accordant des miettes, tout en continuant d'appliquer une politique austéritaire qui épargne les mieux lotis et flatte le Medef.

Jeudi dernier, Jean-Marc Ayrault a annoncé en grande pompe la création d'une allocation censée palier à la suppression de l'allocation équivalent retraite (AER) et mettre fin à l'allocation transitoire de solidarité (ATS). Nous avions aussitôt exprimé notre perplexité...

Dans un vibrant plaidoyer, le premier ministre a taclé l'ATS, dispositif de remplacement de l'AER aussi restrictif que provisoire, critiquant ses prédécesseurs pour leur pingrerie. A la mise en place de l'ATS au 1er juillet 2011, Xavier Bertrand déclarait : «Cette allocation va concerner les personnes au chômage en fin de carrière, nées entre juillet 1951 et décembre 1953, qui ont tous leurs trimestres et dont l'âge de la retraite a été repoussé. 11.000 personnes seront concernées». Or, en juillet 2012, l'ATS ne bénéficiait… qu'à 500 chômeurs âgés.

Selon une source proche du dossier — un député socialiste interrogé par le collectif AER2012 —, «les paramètres définitifs [de cette nouvelle prestation] ne sont pas totalement arrêtés. Cependant, les critères d'éligibilité ne devraient pas a priori différer de ceux de l'ATS (trimestres validés pour le taux plein, générations 52 et 53), et le barème de ressources non plus. Le changement essentiel tiendra à l'éligibilité avant 60 ans : il n'y aura plus besoin que les droits au chômage courent au-delà de 60 ans».

Tout ça pour ça ?

Comparons.

Avec l'ATS, les bénéficiaires devaient être nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1953, être âgés d'au moins 60 ans à la date de cessation des droits au chômage, ne pas avoir atteint l'âge minimum légal de la retraite, satisfaire aux conditions de ressource et à la durée d'assurance exigée.

Pour ce prétendu rétablissement de l'AER annoncé avec ferveur par le premier ministre, les bénéficiaires devront être nés jusqu'au 31 décembre 1953, s'être inscrits au chômage avant le 31 décembre 2010, ne pas avoir atteint l'âge minimum légal de la retraite, satisfaire aux conditions de ressource et à la durée d'assurance exigée. La seule différence est donc de ne plus être âgé d'au moins 60 ans à la fin des droits mais d'être inscrit au chômage avant le 31 décembre 2010 (?).

Résultat, peu de distinction est faite entre ces deux mesures prises à 18 mois d'intervalle par deux gouvernements de "sensibilité" différente. Une «urgence sociale», oui, mais qui, passée au crible, ne résiste pas à une urgence budgétaire par ailleurs sujette à caution.

Et dans un an, combien seront-ils à avoir bénéficié de cette annonce ? 500 ?

Le collectif AER2012 et Jean-Marc Becquet restent vigilants et vous encouragent à continuer de signer la pétition pour un rétablissement véritable et complet de l'allocation équivalent retraite.

SH

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Lundi, 18 Février 2013 11:38 )  

Commentaires 

 
0 # chirstiane 2013-01-31 11:55 moi non plus ne je toucherai pas car j’ai commencé à travailler à 17 ans, j’ai 5 trimestres cotés à la fin de mes 18 ans, mais j’ai eu 3 enfants (24 trimestres) + 6 mois de chômage entre deux et je ne valide plus que des trimestres de chômage indemnisé depuis fin janvier 2009 (ARE et maintenant ASS).
Alors de toute façon je n’ai droit à rien, car la retraite promise pour ceux qui ont travaillé tôt (promesse F Hollande) mais dans les faits j’ai bien commencé tôt à travailler mais mes 24 trimestres pour enfants ne seraient pas pris en compte dans son calcul et comme maintenant ça fait plus de 4 ans de chomage indemnisé mais qui ne compte pratiquement pas non plus, je n’ai droit à rien. je comptais au moins sur le rétablissement de l’aer, car pôle emploi me disait que les femmes pouvaient l’a toucher mais là encore (comme beaucoup d’autres femmes à ce qu’il parait) je suis exclue.
Répondre | Répondre avec citation |
 
 
0 # isabelleeeee 2013-02-06 12:08 Je suis exactement dans la même situation j'ai aussi 5 trimestres à la fin de mes 18 avec 3 enfants. Il est clair que si le gouvernement ne rétablit pas l'AER maintenant pour ceux qui ont été licenciés en 2008/2009, nous resterons avec l'ASS pour un bout de temps à moins que Pôle emploi finisse par nous radier avant Répondre | Répondre avec citation |
 

Votre avis ?

Actuchomage tire sa révérence début 2019 (faute de sous et d'énergie pour poursuivre l'aventure engagée en 2004). Pensez-vous que :
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...