Actu Chômage

dimanche
24 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse Moins payer ses salariés ne permet pas forcément de réduire ses coûts

Moins payer ses salariés ne permet pas forcément de réduire ses coûts

Envoyer Imprimer
Quand Goldman Sachs préconise de réduire de 30% les salaires alors qu'elle paie grassement ses collaborateurs, c'est par esprit de nuisance. Démonstration.

Aux États-Unis, la chaîne de distribution Wal-Mart (et son enseigne low cost Sam’s Club) est connue pour ses prix bas. Sa stratégie s’appuie notamment sur le versement de salaires peu élevés. Les avantages tels que l’assurance santé sont également réduits à la portion congrue. Costco, une entreprise au positionnement similaire, a opté pour une politique beaucoup plus généreuse vis-à-vis de ses employés. Une étude réalisée par Wayne Cascio montre qu’elle s’avère finalement moins coûteuse que celle de Sam’s Club.

Moins payer ses employés : une approche qui semble avantageuse…

En 2005, les 67.600 employés de Costco gagnaient 40% de plus que 110.200 employés de Sam’s Club : le salaire annuel moyen se montait à 35.360 dollars chez Costco contre 21.028 dollars chez Sam’s Club. Par ailleurs, 82% des salariés de Costco bénéficiaient d’une assurance santé contre moins de la moitié chez Sam’s Club.

À première vue, la générosité de Costco ne semblait pas être une preuve de bonne gestion. Elle était d’ailleurs moyennement appréciée par certains analystes financiers. D’après l’un d’entre eux : "Chez Costco, mieux vaut être employé que client ou actionnaire…" Pour un autre : "Du point de vue des investisseurs, la politique RH de Costco est trop généreuse. Les entreprises cotées doivent avant tout travailler dans l’intérêt des actionnaires. Costco est gérée comme une entreprise non cotée" (!).

… mais qui ne l’est pas forcément

Toutefois et contrairement à ce que pensaient ces analystes, mieux payer ses employés ne présente pas que des désavantages. Tout d’abord, le turnover chez Costco n’était que de 17% par an contre 44% par an chez Sam’s Club (la moyenne dans le secteur de la grande distribution aux États-Unis). On estime généralement que les coûts induits par le remplacement d’un salarié se montent à 60% de son salaire annuel au minimum.

Au total, le coût annuel du turn-over s’élève donc à 244 millions de dollars chez Costco (35.360 x 0,60 x 0,17 x 67.600) contre 612 millions de dollars chez Sam’s Club (21.028 x 0,60 x 0,44 x 110.200). Si Costco avait le même taux de turn-over que Sam’s Club, il lui coûterait 631 millions de dollars par an (35.360 x 0,60 x 0,44 x 67.600). La politique salariale plus généreuse de Costco lui permet donc d’économiser 387 millions de dollars chaque année (631 – 244 !).

Mieux rémunérer ses salariés, c'est "meilleur pour le business"

À la plus grande fidélité des employés de Costco, il faut ajouter leur plus grande productivité. En 2005, les 110.200 employés de Sam’s Club ont généré 37 milliards de dollars de CA contre 43 milliards de dollars pour les 67.600 employés de Costco. On aboutit alors à un paradoxe intéressant : alors que Costco verse des salaires 40% plus élevés que ceux de Sam’s Club, le coût de la main-d'œuvre ne représente que 5,56% de son CA ([67.600 x 35.360] ÷ 43 milliards) contre 6,26% chez Sam’s Club ([110.200 x 21.028] ÷ 37 milliards).

En résumé, moins payer ses employés ne permet pas forcément de réduire les coûts. Une entreprise qui offre des salaires plus élevés accroît la fidélité et la productivité de ses employés… ce qui compense largement ce surcoût. Pour le PDG de Costco, les choses sont claires : "Si nous payons mieux nos employés que Wal-Mart, ce n’est pas par altruisme. C’est juste parce que c’est meilleur pour le business..."

(Source : Le Cercle - Les Echos)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 27 Janvier 2013 13:20 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...