Actu Chômage

vendredi
15 décembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil La revue de presse De l'inefficacité des «cellules de reclassement»

De l'inefficacité des «cellules de reclassement»

Envoyer Imprimer
La chose est pourtant connue. Voici une nouvelle étude qui n'ouvrira pas pour autant les yeux des décideurs/prescripteurs sur cette gabegie...

Selon une étude du ministère du Travail (Dares), moins d'une personne sur deux retrouve un emploi à l'issue de la mise en place d'une cellule de reclassement. Et seuls 18% des adhérents à une cellule signée en 2009 ont trouvé un CDI.

Lorsqu'une entreprise est confrontée à de graves difficultés, l'Etat peut intervenir via des conventions du Fonds national de l'emploi (FNE) visant au reclassement des salariés. Des cellules de reclassement sont alors mises en place par un cabinet spécialisé externe choisi par l'entreprise, suivant un cahier des charges fixé par l'Etat.

En 2011, 350 conventions de cellules de reclassement ont été signées entre les entreprises et l'Etat, après 447 en 2010 et 719 en 2009. Selon la Dares, cette diminution devrait se poursuivre dans la mesure où, depuis fin 2011, ces conventions ne sont mobilisées qu'à titre exceptionnel, l'accompagnement mis en œuvre dans le cadre du Contrat de sécurisation professionnel (CSP) ayant vocation à s'y substituer.

Faute de données disponibles, l'étude ne tient pas compte des cellules financées exclusivement par les entreprises. La Dares indique que les bilans des cellules peuvent s'établir jusqu'à deux ans après leur signature.

954 plans sociaux notifiés en 2011

Parmi les salariés suivis par une cellule de reclassement conventionnée signée en 2009 (soit près de 14.000 personnes), seuls 45% ont retrouvé un emploi à l'issue de la cellule. Le taux était de 51,1% l'année précédente et de 60,3% en 2007.

Selon la Dares, ces résultats reflètent la dégradation de la situation sur le marché du travail à partir de mi-2008. Parmi les adhérents à une cellule signée en 2009, 18% ont retrouvé un CDI, 22% un CDD ou un contrat de travail temporaire (CTT) et 5% ont créé leur entreprise, les autres étant en formation ou toujours à la recherche d'un emploi.

La probabilité de retrouver un emploi à la fin d'une cellule de reclassement diminue fortement après 45 ans, note également la Dares. La probabilité d'être reclassé baisse d'environ 3 points entre 45 et 49 ans et de 13 points après 50 ans par rapport aux 25-44 ans.

Dans cette étude, la Dares rappelle par ailleurs que 954 plans sociaux (PSE, plan de sauvegarde de l'emploi) ont été notifiés en 2011, après 1.185 en 2010. Au cours de l'année, 177.000 personnes se sont inscrites à Pôle emploi à la suite d'un licenciement économique.

(Source : L'Expansion)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Dimanche, 04 Novembre 2012 04:45 )  

Votre avis ?

La fin programmée des contrats aidés vous inspire quoi ?
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...