Actu Chômage

mardi
16 septembre
Taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Taille du texte par defaut
  • Diminuer la taille du texte
Accueil s'informer La revue de presse Le dangereux leurre de la compétitivité

Le dangereux leurre de la compétitivité

Envoyer Imprimer
Selon les patrons, les économistes, les politiques et même certains syndicalistes, les problèmes de la France se résument à un banal problème de compétitivité. Or celle-ci n'est qu'une spirale infernale non seulement pour les salariés, mais pour l'économie en général.

Un des gourous américains du marketing disait, il y a quelques années : "Il faut arrêter de réfléchir en termes de marges mais plutôt en termes de prix que le consommateur est prêt à payer". Ce qui s'est avéré, puisque le grand public est prêt à payer des sommes disproportionnées pour le dernier smarphone à la mode et que les plus riches d'entre nous sont capables d'attendre des années pour se faire livrer une voiture d'exception.

Dans l'industrie électronique, on sait depuis longtemps faire travailler des sous-traitants asiatiques pratiquant de très bas salaires en investissant dans la communication et la publicité. Tout comme l'industrie textile sportive, par exemple, où le moindre maillot se négocie à 75 € et la dernière paire de basket à 140 €. Dans le monde du luxe, on entend très peu de plaintes de la part des dirigeants de LVMH, Hermes, Breitling, Rolex, Ferrari, Rolls ou Aston Martin, au sujet de la compétitivité. Dans les deux cas, des marges juteuses sont dégagées sur des produits pour lesquels les consommateurs ne discutent pas le prix, puisque la passion fait place à la raison.

Et puis, il a les achats de raison, les plus nombreux, qui sont soumis à la plus féroce concurrence. Dans ce cas le consommateur, pour des motifs bien souvent budgétaires, va faire jouer la concurrence et s'orienter vers les prix les plus avantageux ou les plus bas.

Comment les industriels français peuvent-ils répondre à cette demande de "raison" ? Pour certains, en délocalisant la production dans des pays de main d'œuvre à bas coût, et pour d'autres, en envisageant de faire participer leurs salariés à la baisse des prix de leurs produits.

Comment y parviennent-ils ? Hé bien tout simplement au travers d’"accords compétitivité-emploi" et de flexibilité accrue. Ce qui signifie que les salariés accepteraient de baisser temporairement (ce qui reste à prouver) leurs salaires, ne plus avoir d'horaire légal de travail ou, éventuellement, travailler gratis au delà des 35 heures légales.

Admettons que cette "participation" des salariés à la compétitivité de leurs entreprises permette de faire baisser le prix des produits qu'ils fabriquent. Il est plus que probable que leurs concurrents étrangers, de peur de perdre des parts de marché, demanderont des efforts identiques à leurs salariés ou chercheront tout simplement un pays encore plus accueillant au niveau des salaires et des conditions de travail. L'entreprise française se verra donc obligée de demander un nouvel effort à ses salariés, ce qui déclenchera une réaction identique des ses concurrents étrangers. Ce petit jeu pourrait continuer jusqu'au jour où les entreprises ne verseraient plus de salaire. Mais il aurait longtemps qu'il n'y aurait plus d'acheteur pour leurs produits !

Ce raisonnement qui peut paraître absurde est pourtant celui que l'on essaie de faire croire à l'ensemble des salariés. Salariés à qui on répète en boucle que ces mesures n'ont pour but que de préserver les emplois, alors que nul ne sait si les sacrifices qu'ils auront consentis donnera un avenir à leurs usines.

La réalité, c'est que le libre échange a atteint ses limites. Lorsqu'on sait que la Chine, par transferts technologiques, dispose aujourd'hui de tous les moyens intellectuels et techniques pour noyer le reste du monde de produits "achat de raison" et qu'elle est le premier sous-traitant des fabricants des produits "achat de passion", il est clair que mettre en place la spirale de baisse des salaires des ouvriers français n'a aucun sens !

En clair, Il serait nécessaire :
De revoir de fond en comble la nature des accords d'échanges entre pays adhérents à l'OMC,
De se pencher sur les trous de la passoire européenne,
D'exiger que pour exporter en Europe, les normes définies par l'Organisation Internationales du Travail (OIT) soient clairement appliquées.

C'est pas demain la veille, direz-vous ? Et c'est bien dommage, car si ces exigences ne sont pas appliquées, ce sont les seuls salariés qui payeront la folie de la compétitivité. Et, par richochet, l'économie toute entière.

Mais n'ayez crainte, cet appauvrissement progressif des salariés ne profitera pas uniquement aux éventuels consommateurs. Une partie de ce qu'ils auront cédé intégrera la poche des actionnaires qui, de toute façon, n'ont aucune envie de participer à la compétitivité des entreprises.

Quand on vous dit que la compétitivité est un leurre !

(Source : SLOVAR)

Lire aussi :
Articles les plus récents :
Articles les plus anciens :

Mis à jour ( Vendredi, 28 Septembre 2012 04:53 )  

Commentaires 

 
# MartineG 2012-09-07 18:15 François Chérèque, inénarrable leader du syndicat pro-patronal la CFDT, a déclaré sur le JDD que "le coût du travail est aussi un facteur de perte de compétitivité". Face aux réactions hostiles des leaders de FO et de la CGT, il a remis le couvert en défendant la mise en place d'accords compétitivité-emploi et assuré que "moins le coût du travail est élevé, plus vous êtes compétitif"… Pour combien de temps ? Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tristesir 2012-09-08 15:12 Chérèque veut que les cotisations sociales soient payées en partie ou totalement par l'impôt.

C'est ce que voulait Nicolas Sarkozy en son temps avec la hausse de la TVA (impôt non progressif payé par tout le monde).

En ce qui concerne la hausse des impôts des plus riches, on voit bien que les mesures annoncées par le PS vont être ramenées à leur plus simple expression: les revenus du capital ne seront pas mis plus à contribution.

Ce qui fait, que si l'impôt était mis à contribution pour régler les cotisations (sécurité sociale, chômage, retraite), c'est le travailleur qui au final supporterait davantage leur versements tandis que des patrons paieraient moins.

On est toujours dans le vieux schéma: aidons les riches et tout ira bien.
(on n'a pas besoin d'eux et ils le savent, c'est ce qui leur fait peur)
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 
 
# tristesir 2012-09-08 15:17 Quand Chéréque et les patrons parlent de baisser "le coût du travail" il est bien entendu question de faire moins payer les patrons, pas que les travailleurs paient moins.

Nous savons bien que si le coût des cotisations était essentiellement supporté par les travailleurs, à terme, il ne serait pas trop difficile de casser totalement le système et d'y substituer des assurances privées gérées par des financiers.
Répondre | Répondre avec citation | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Votre avis ?

L'heure est grave, la France s'enfonce inexorablement ! Pensez-vous que…
 

Zoom sur…

 

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Vous estimez que la lutte contre le chômage n'est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu'il n'y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet ...

 

Ces associations qui se battent pour les chômeurs

Au nombre de quatre au niveau national, elles méritent la gratitude et l'adhésion de tous les précaires et privés d'emploi. Grâce à elles - il faut le dire -, en 2004, les «Recalculés» n'aura...

 

TPN/TSS : EDF, GDF et le gouvernement arnaquent les plus pauvres

Des centaines de milliers de Français modestes ou pauvres n’ont toujours pas accès aux tarifs sociaux de l’électricité (TPN) et du gaz (TSS). Du côté d’EDF, de GDF et du gouvernement, tout...

 

Pôle Emploi abandonne enfin la rétroactivité des radiations

A partir du 1er janvier, la décision de radiation prendra effet à compter de la date de sa notification au demandeur d'emploi, et non plus à la date du «manquement». Le décryptage de Recours-Rad...